Les Sapins Barbus jour 1

bord-1

Elles sont rares les fois où je commence un report le lendemain, entre fatigue et alcool ! Mais là je suis chaud ! Enfin … putain les Vosges ça pelle vindieu le soir ! C’est donc chez les Sapins Barbus que nous nous rendons ce vendredi, sous une pluie battante avec donc cette appréhension qu’on va déguster, surtout que les montagne semblent bien prises dans la brume au loin. Mais en arrivant sur le site, presque pas une goutte ! Un petit miracle.

Mais quel site !! Tout est en rondin ou palettes, du bar aux scènes ! On voit que nous sommes chez les Bucherons ! Petit plus, c’est une ancienne carrière me semble t il, donc un sol en cailloux, presque droit, idéal pour les engins et le public qui ne s’enlisent pas, moins bien pour le slammeur qui se loupe !

« 1 de 3 »

 

Mon arrivée est chronométrée, je dois foncer voir les copains de Iron Bastards pour faire une interview vidéo avant leur set tout en ne ratant pas Stone Deaf ! Voyez un peu le timing ! Mission réussi, j’assiste donc à la moitié du show des petits gars d’Epinal qui ont la lourde tache de mettre en jambe le public. On va dire que c’est en partie assurée, leur Rock/Stoner passe bien l’épreuve du live mais ça manque encore de titre accrocheur au premier riff ! Il n’est jamais facile de passer en premier et pour moi, ils ont fait du bon boulot.

 

Passage donc sur la grande scène, dont le cadre est en rondins, pour nos Strasbourgeois préférés. Iron Bastards, qu’on ne présente plus ici, joue du Rock’n’Roll ! On pourrait se contenter de ça comme présentation ! Et c’est un David (basse/chant) tout heureux d’être là (bein oui c’est son anniv, ce que le public ne va pas oublier de lui rappeler) qui ouvre les hostilités. Le public commence à se réveiller au bout de plusieurs titres mais c’est bien la reprise de Motorhead qui va mettre tout le monde au garde à vous ! Les nouveaux titres se glissent facilement dans la setlist, je les trouve bien typé Metal, à réécouter sur CD ! Je pense que le groupe se serait passé du pépin guitare mais ce fut de courte durée, l’occasion de chanter (encore) un joyeux anniversaire ! J’ai finalement moins apprécié ce concert que leur prestation au Pinky Bar, un scène trop grande pour une musique qui réclame du contact avec le public !

Ah ça y est, je ne suis plus seul (qui est vraiment seul dans un fest …) Nico me rejoint et va pouvoir nous régaler de bien belles images !!

C’est donc lui qui shoot Dog’n’Style qui ont revêtu leurs plus beaux shorts et chemises à fleurs, je m’attendais plutôt à du cuir et des strings ! Comme quoi on peut faire de la bonne musique habillé comme Magnum ! Car oui, j’ai passé un bon moment devant les gars d’Epinal (encore), leur Rock’n’Roll est vraiment taillé pour la scène, leur communication au top et le public ne s’y est pas trompé, il y avait du monde alors que Nashville se préparait pourtant à fouler les planches (ici le mot prends tout son sens). Je ne connais pas encore leur discographie mais c’est une chose que je vais vite rattraper.

Nashville Pussy, raté tellement de fois que je ne compte plus, dont une date mythique au Cylindre de Larnod … et bien voilà c’est fait j’ai enfin vu les Ricains et j’en ai pris pour mon argent (ok oui j’ai un pass press, mais bon on a compris non ?). Le duo mythique Blaine Cartwright et Ruyters Suys est toujours aussi explosif, ce petit bout de femme est une puce survoltée sur scène, entre solo et headbanging ! Elle assure le show. Son compagnon de route (dans la vie aussi) n’est pas en reste, nous gratifiant de son habituel coup de la bière dans le chapeau ! Et Coté musique, là aussi on est dans le Rock’n’Roll, oscillant entre AC DC, Motorhead et le Rock Sudiste de Lynyrd Skynyrd ! Go MotherFucker GO !! Un vrai plaisir de les avoir vu !!

« 1 de 2 »

Après un tel concert, pas facile de prendre le relais ! Mais les Franc Comtois de l’affiche vont y arriver ! 58 Shots, déjà bien connu de nos services, va donner une leçon de Rock aux Vosgiens ! Ils avaient déjà charmé notre lola lors du Mon Baby Blues 2017 et ce soir c’est moi qui tombe sous le charme de leur Rock vitaminé et surtout des capacités vocales du chanteur !! Il n’hésite pas taquiner les aigus sans fausse note ! Les titres plus rapides « You don’t mess with the lion » alternent avec des ballades qui résonnent les montagnes Vosgiennes ! Quand on voit les premières parties qu’ils sont déjà assurés, on comprends qu’ils ont de l’avenir nos Belfortains !

« 1 de 2 »

On arrive déjà sur le dernier gro◊upe, le froid commence à nous picoter un peu, il va falloir un groupe au top pour réchauffer le public (bon ok le public a surement moins froid que moi vu l’alcool et les pogos), et c’est Aqme, que l’on a vu il y a peu à la Guerre du Son. Cette fois aucune excuse, je peux écouter le set des français sans être distrait par le stand !  Première chose, Charlotte n’a pas encore repris sa place mais son remplaçant n’est pas manchot, loin de là ! En tout cas l’ambiance sur scène comme dans le public est bonne, les petits pas de danse de Vincent pendant la balance sont annonciateurs d’un groupe qui vient s’éclater. On peut dire que le chanteur ne s’économise pas tout comme le reste de l’équipe et leur Metal chanté en Français fait mouche, un titre comme « Tant d’années » enflamme le public !! Autant lors de la Guerre du Son j’étais un peu septique sur les compos du groupe, là je suis plutôt content de les avoir bien écouté !! Fin de cette première journée, demain c’est Nico qui s’y colle !

« 1 de 2 »

Publications associées :

[LIVE REPORT] Les Sapins Barbus : l’ambiance dans la clairière au milieu des petits conifères

◊ [LIVE REPORT] Sapins Barbus : deuxième journée dans la clairière

[FESTIVAL] Semaine Les Sapins Barbus : découvrons ce festival

[INTERVIEW] Semaine les Sapins Barbus : Stone Deaf

◊ [VIDEO] Iron Bastards en live

[INTERVIEW] Semaines Les Sapins Barbus : Iron Bastards

[INTERVIEW] Semaine Sapins Barbus : Dog’N’Style

 

Please follow and like us:
error