1 jour, 1 sponsor du tremplin.

Aujourd’hui, discutons avec Denis de la Boite à Flyers

1/Peux tu nous présenter ton entreprise et ton parcours ?

Nous sommes fabricants de merchandising spécialisés dans la musique. Nous proposons l’impression sur Teeshirts, sweats casquettes ainsi que sur beaucoup d’autres goodies. nous proposons également l’impression de décors de scène (backdrops, sidedrops,  etc…) LBF c’est un peu l’entreprise que j’aurais aimé trouver lorsque j’ai commencé la musique. Une entreprise qui propose tout ce dont pourrait avoir besoin un groupe ou un festival en terme de merchandising et surtout le confort d’avoir un seul interlocuteur qui connaisse les attentes particulières des musiciens.

 

2/Qu’est ce qui t’as convaincu d’aider les groupes du festival ? 

J’ai moi même participé à de nombreux tremplins. Je sais à quel point, bien plus que n’importe quel lot, la seule sélection par un jury  peut être encourageante pour un groupe.  Il est de plus en plus difficile pour des groupes de se produire, surtout en cette période. Ce genre d’initiative est essentielle pour que les nouveaux venus de la scène métal se sentent soutenus et que le style perdure. 


 

3/Que vas-tu leur proposer comme prestation ?

Difficile à dire. Les besoins d’un groupe sont assez vastes. Je préfère leur proposer un bon d’achat dont ils choisiront eux même l’usage.

 

4/As-tu un groupe que tu aimerais voir dans le trio gagnants ? 

Qu’est ce à dire que ceci  (NDLR : on est en fort en pomme?) ? Le vote n’est pas anonyme et à bulletin secret ? 🙂

Please follow and like us:

1 jour, 1 sponsor du tremplin.

Aujourd’hui, discutons avec Mickey de Mythrid Art

1/Peux tu nous présenter ton entreprise et ton parcours ?

Alors moi c’est Mickey pour Mythrid Art, je suis illustrateur / graphiste, principalement dans la création de logo, de supports de com et un peu plus de pochettes cd pour les groupes metal depuis quelques années.

En activité depuis début 2000, j’ai oeuvré et oeuvre toujours à divers échelles dans l’underground local et français au sein de plusieurs groupes (Recueil Morbide, Diluvian, Smeti Duchu, etc…) iainsi que via l’associatif (Asso Ultim’atome).

 

2/Qu’est ce qui t’as convaincu d’aider les groupes du festival ? 

Aider un festival local et des groupes locaux, proposer des supports de qualité pour les groupes et ainsi participer à la vie musicale de la région.

 

3/Que vas-tu leur proposer comme prestation ?

Une remise sur un layout complet c’est à dire mise en page des éléments graphiques, des textes en vue d’une impression sur packaging type digipack, boitier cristal, etc…

Le tout prêt à l’impression ! 🙂

 

4/As-tu un groupe que tu aimerais voir dans le trio gagnants ?

 J’ai énormément de copains que j’aimerais voir jouer, Mines floor cowboys, Phenix, Abyssal Ascendant, holy Fallout, Assigned Fate, The Free bastards, Blackstain et j’en passe, pas mal de potes de longues dates, alors que le meilleur et le plus sympa gagne ! 😉 (merde ils sont tous sympas haha)

Please follow and like us:

La sélection de Mika

Commander directement sur le site et récupérer votre cd dans votre magasin Cultura Besançon
Nom du groupe

Nightwish

Album

Human. :II: Nature.

Label

Nuclear blast

Date de sortie

10 / 04 / 2020

LA NOTE
8/10

Et de neuf pour Nightwish qui, depuis ses débuts professionnels au milieu des années 1990, continue de proposer un metal symphonique aux arrangements soignés et autres envolées lyriques. Avec Human. :II: Nature. paru en plein confinement, le combo finlandais expérimente encore en proposant pour la première fois un double album. C’est aussi la première production studio réalisée avec le nouveau batteur, Kai Hahto, qui avait déjà effectué quelques remplacements en tournée et sur l’album précédent : Endless Forms Most Beautiful, paru en 2015.

 

Sans être un concept album de l’aveu du claviériste et principal compositeur Tuomas Holopainen, Human. :II: Nature. aborde néanmoins la thématique des rapports entre l’humain et la nature. Ainsi, le premier CD, porté par les voix de Floor, Marco et Troy, représente l’Humanité tandis que le second disque, intitulé “All the Works of Nature Adorn the World”, fait écho à la Nature, d’où sa composition presque entièrement instrumentale. Ce morceau unique de trente minutes découpé en huit sections, avec un léger voile vocal sur le final, se veut un hommage à différents aspects de notre planète : la flore (‘The Green’), l’océan (‘The Blue’), la terre (‘The Moors’)… À nos yeux, ce dernier passera beaucoup moins dans vos platines que le premier, qui constitue le coeur de ce neuvième effort des Finlandais. Il peut toutefois accomoder parfaitement vos soirées jeux en guise de musique de fond mais nul doute que vous reviendrez plutôt vers le premier CD.

 

Bien produit et très inspiré, celui-ci comprend neuf morceaux variés, aux influences diverses et aux structures qui changent des compositions habituelles du groupe. À vrai dire, on sent la formation plus posée, plus mature. Chaque musicien semble à sa place. Personne n’en fait trop, à l’image du batteur qui ne met pas de la double pédale partout pour combler l’espace mais bel et bien pour servir la musique quand il faut appuyer certains passages dynamiques, comme sur le complexe ‘Pan’ et le premier single ‘Noise’, l’un des titres les plus efficaces de l’album. Quant au morceau d’ouverture, ‘Music’, c’est un exemple parfait du Nightwish nouveau, qui sait prendre le temps de faire monter la sauce pour mieux mettre en valeur le climax lorsque les guitares saturées et le refrain se mettent en place. Un délice. On apprécie en outre la jolie composition finale, ‘Endlessness’, aux accents doom que n’aurait pas renié Anathema ou Paradise Lost ; une prise de risque appréciable qui fait mouche.

 

Le travail effectué sur les voix est également à saluer tant il enrichit la musique du groupe. Les harmonies mises en place sont belles et bien trouvées, tout comme les mélodies de flûte et de cornemuse de Troy Donockley, qui donnent envie de remuer la tête ou de danser en kilt (et oui!), notamment à l’écoute du morceau ‘Harvest’, sur lequel il est le chanteur principal. De leurs côtés, les parties de percussion ne sont pas en reste, avec une touche à la Holy Land d’Angra qui n’est pas pour nous déplaire. La voix de Floor, elle, rentre parfaitement dans le mix, là où on avait encore le sentiment qu’elle cherchait un peu sa place dans le groupe lors de l’album précédent. Ici, la chanteuse néerlandaise se veut plus harmonieuse, plus juste.

 

Vous l’aurez compris, Nightwish signe donc là son album le plus abouti, ambitieux et nuancé. Alternant des passages pêchus à d’autres plus tendres – oui, osons le mot! -, Human. :II: Nature. s’apprécie encore davantage avec le temps. Ne reste plus qu’à profiter de tout cela en live, notamment pour voir cette nouvelle orchestration à trois voix. Les Finlandais s’arrêtent d’ailleurs à Paris (leur unique date française) lors de leur tournée mondiale le 25 novembre 2020 à l’AccorHotels Arena.

Membres du groupe :

Floor Jansen – chant

Emppu Vuorinen – guitare

Kai Hahto – batterie

Marco Hietala- basse

Tuomas Holopainen – clavier, piano, mixage

Troy Donockley – instruments à vent, cornemuse, bouzouki, guitares, choeurs…

Please follow and like us:

1 jour, 1 sponsor du tremplin.

Aujourd’hui, discutons avec Pierre-Emmanuel Fisher.

1/Peux tu nous présenter ton entreprise et ton parcours ?

Je suis musicien depuis mon plus jeune âge. J’ai commencé par le synthé à 11 ans, la batterie à 14, la guitare à 18, suivi de près ou de loin par la basse six cordes et le violoncelle. Dans l’intervalle, j’ai toujours enregistré / produit ma musique et j’ai accumulé au fil des années une expérience et un matériel me permettant de proposer mes services aux autres.

Il a toujours été important pour moi d’accompagner les musiciens afin que leur art puisse faire écho auprès d’un public, que leur message se propage. C’est pour cela que je produis, arrange, conseille, enregistre, mix et master la musique que l’on me confie avec le plus grand soin, en tenant compte de la personnalité du groupe et en embrassant sa direction artistique au plus juste.

Il en ressort un travail solide, souvent pleinement collaboratif, où les groupes apprécient l’implication et le sérieux mis à leur service afin de sortir un disque abouti.

 

2/Qu’est ce qui t’as convaincu d’aider les groupes du festival ? 

Deux choses principalement : d’une part, comme nombre des partenaires j’imagine, à cause du Covid, qui a mis un coup de canif très sévère aux projets des groupes. Live, studio, date de sortie, tout s’est retrouvé mis en l’air… La frustration est énorme et faire, même un peu, est toujours mieux que de regarder de loin. D’autre part, je reviens d’un an passé dans l’Aube, et je suis émerveillé par la densité, la variété et la qualité de notre scène locale. On ne s’en rend plus forcément compte à force d’y être, mais la Franche-Comté fourmille de formations, dans tous les styles, et cette diversité est plus rare qu’il n’y paraît ! C’est donc une façon d’apporter ma pierre à l’édifice et de rendre hommage à ces acteurs de la scène musicale en Franche-Comté.

 

3/Que vas-tu leur proposer comme prestation ?

Pour les trois lauréats, je propose les éditions, mix et mastering d’un titre / « single ». Pour la captation / enregistrement, je laisse le soin aux groupes de définir l’option la plus adaptée : avec ou sans moi, en studio ou à la maison !

 

4/As-tu un groupe que tu aimerais voir dans le trio gagnants ? 

Tous les groupes mériteraient de gagner ! J’ai travaillé et je travaille encore avec certaines formations de la liste, donc je ne donnerai pas d’indications, mais j’avoue que ça ne me déplairait pas que mes poulains remportent ce tremplin 😉

Please follow and like us:

Après des mois de confinement, des semaines de restrictions en tous genres, des jours de solitude (avec apéros-skype quand même hein!!), des nuits pleines d’étoiles sans lumières citadines (ça c’était drôlement chouette !), des minutes le nez dans un étrange masque, des moments de crainte et de tristesse pour certains aussi hélas… la vie presque « normale » reprend tout doucement. Et ce soir, cette normalité passe par un 1er concert live depuis… bien trop longtemps pour moi ! Alors je ressors mon matériel photo, mes bouchons d’oreilles, et mon masque de protection à petites fleurs, et Go to The Pinky Bar !!

Ce sont les « jeûûûnots » de Sarcasme qui relancent le bal en ce début d’été ! Et qu’est-ce que ça fait du bien de retrouver ces bons moments de convivialité et de fête, autour d’une bonne IPA de la brasserie Backporte, servie par notre Gigi préférée !

Ce soir, pour les 4 jeunes metaleux, c’est seulement leur 3e concert ! Autant dire que pour eux, la scène, c’est tout frais ! Et pourtant, ils se débrouillent plutôt bien. Musicalement, ils ont un vrai talent. Joseph, chanteur et bassiste du groupe, même s’il manque bien sûr de pratique scénique, est déjà relativement à l’aise avec le public. Accompagné de son petit frère Rémy à la batterie, et de leurs potes Jérémie et Thomas aux guitares, ils vont enchaîner des reprises de Gojira et Sepultura, mais aussi et surtout nous faire découvrir leur talent d’auteurs-compositeurs-interprètes au travers d’une bonne demi douzaine de compositions originales de death et metalcore.

Moi je vous le dis, retenez leur nom : SARCASME. Ils sont beaux, ils sont jeunes et mon petit doigt me dit qu’ ils vont aller loin !…

Lola Photographie – Laurence AMIELH

Please follow and like us: