Melted Space – The Great lie

Melted SpaceMelted Space, dont le dernier album regorge encore de guests que Pierre le Pape a su fédérer dans ce vaste projet, se doit de ma part d’avoir une chronique la plus poussée possible. Et pour mieux cerner le travail réalisé par ce monsieur, je pense qu’il faut que je passe chaque morceau en revue, cela permet en plus de voir, grâce au tableau en dessous (que j’ai repris sur Metal Archives, outil indispensable du chroniqueur), l’influence de chaque guest dans le titre. Rappelons aussi que l’Orchestre de Prague est là pour les parties symphoniques.

1. Listen to the Song of Despair : Véritable morceau d’ouverture, il présente cet album de façon précise, il montre qu’il va alterner puissance, virtuosité et douceur avec la voix de Clémentine Delauney.

2. Called by the Queen : Peut être le titre le plus accessible, très Rock dans sa structure et surtout dans les voix, il a un peu de mal à passer. Je pense qu’il aurait été mieux intégrer au milieu de l’album.

3. No Need to Fear : Encore une fois, un début très calme qui a du mal à décoller, et pour ma part ne permet pas encore de prendre gout à cet album. Musicalement bien joué, avec des parties symphoniques subtiles, il manque encore un petit quelque chose.

4. Terrible Fight : N’oublions pas que nous sommes dans un opéra et il y a une histoire, une trame et là, nous entrons dans une partie violente. La musique s’en ressent et je dois dire que cette fois, j’accroche plus. Le rythme s’accélère, les vocaux se font plus violent, un combat entre Morbid Angel et The Old Dead Tree a lieu !

5. A God Is Dead : Dans chaque opéra, il y a un moment de calme, et entendre la voix de Manuel Munoz, accompagné seulement d’un piano, c’est purement et simplement magnifique. Je l’ai toujours dit, ce type a une voix en or. Il monte en puissance durant tout le morceau, tout comme les orchestrations. Sa prestation m’a d’ailleurs rappelé celle de Johnny Deep dans Sweeney Todd

6. Trust and Betrayal : Cette fois c’est la voix de Dark Tranquility qui vient nous chatouiller les oreilles, et bien lui en a pris ! Finalement on ressent même un peu l’influence musicale des suédois.

7. Glass Castle’s Beast : La folie entre dans cet opéra, avec la voix de Niklas sur une musique très lente, qui contrebalance avec les paroles du suédois déjantées.

8. Hopeless Crime : Un titre qui aurait mérité un son 5.1 pour profiter de la puissance du Chœur, musicalement très proche d’un Nightwish coupé par la voix de Niklas pas essentiel sur ce morceau.

9. The One Who Lost the Faith : Introduit par la voix de Arno Strobl, il se déroule ensuite une conversation entre lui et Niklas avec l’orchestre en fond sonore. Qui va l’emporter ?

10. Titania : Avec ce titre, on a ce qu’on est venu chercher dans ce CD, la virtuosité, les démonstrations vocales, tout y est ! et on aurait souhaité plus de titres dans ce genre là.

11. Lost Souls from the Other Side : A la manière d’une vraie représentation, ce titre voit la participation de presque tout le monde. Ce qui donne un titre où ce mélange tout la puissance des guests et encore une fois Manuel Munoz prends le dessus, désolé les gars !! Sa prestation m’a d’ailleurs rappelé celle de Johnny Deep dans Sweeney Todd

Résumé : Une œuvre majestueuse entre musique de films et Heavy Metal, on se rapproche des albums de Therion.

PN_ajouter_panier

Arno Strobl Vocals (tracks 1, 3, 9)
Clémentine Delauney Vocals (tracks 1, 3, 4, 7, 8, 11)
Virginie Gonçalvès Vocals (tracks 1, 3, 4, 7, 8, 11)
Lucie Blatrier Vocals (tracks 1, 3, 4, 7, 8, 11)
Guillaume Bideau Vocals (tracks 2, 3, 4, 6, 7, 10, 11)
Christine Rhoades Vocals (tracks 2, 8, 11)
Mariangela Demurtas Vocals (tracks 3, 11)
David Vincent Vocals (tracks 3, 4, 11)
Attila Csihar Vocals (tracks 3, 11)
Mikael Stanne Vocals (tracks 3, 6, 8, 10, 11)
Manuel Munoz Vocals (tracks 4, 5, 11)
Adrian Martinot Guitars (lead, tracks 4, 8)
Kobi Farhi Vocals (track 7)
Niklas Kvarforth Vocals (tracks 7, 8, 9)
Arjen A. Lucassen Guitars (lead), Keyboards, Dulcimer (track 9)
Sylvain Coudret Guitars (lead, track 10)
Ailyn Gimenéz Vocals (tracks 1, 10, 11)
Please follow and like us:
error

Inner Chaos – Phase inversion

inner chaos

Je sais, je m’éloigne largement de mes compétences car ce que propose Inner Chaos est loin musicalement de ce que j’écoute. Mais justement, n’est ce pas mon rôle de vous faire découvrir autre chose que mes goûts perso ? Alors hop, au boulot !

Créé en 1997 comme un projet solo par Bertrand Drécourt, Inner Chaos en est à son 5ème album, après le remarqué « Cenote » sorti chez Brennus Music. Le bougre a su s’entourer de musiciens de qualité pour ce nouvel opus.

« 11 titres au croisement du rock, du metal et du prog, pour une durée totale de 48 minutes » me dit on dans l’oreillette ! Je dois avouer que c’est un bon résumé. Reste maintenant à décrire l’implication de chacun des styles nommés plus haut.

Pour le Rock, il est facile de l’entendre, la voix de Bertrand, calme et posée, fleure bon le Rock US, voir par moment le Rock sudiste d’un Lynyrd Skynyrd, influence qu’on peut aussi retrouver dans la musique. La structure des morceaux est elle aussi bien implanté dans le Rock, un rythmique basse/batterie qu’on retrouve dans beaucoup de groupes, qui par moment me fait penser à du Led Zeppelin ou plus récent, les Rage Against the Machine pour le groove. Bref, ce coté là, les fans de ce style ne seront pas déçus.

Si on s’attaque au Metal, c’est plus du coté des guitares et des solos qu’on va trouver les influences, un titre comme « Sweet Surrender » (instrumental), bien plus agressif que le reste de l’album, va trouver ses origines dans notre Heavy Metal britannique. L’autre instrumental de l’album « Seeds of Schizophrenia » est d’ailleurs lui aussi dans cette même veine. Par moment, il est vrai que l’ombre de Dimebag peut se voir, et ce n’est pas surprenant car Bertrand le cite dans ces influences.  Certains morceaux, qu’on peut classer comme des balades, m’ont aussi rappelés certains titres de Metallica, c’est pour dire à quel point l’influences Metal est présente dans ce CD.

Et pour le Prog me dirait vous ? Et bien je suis une vraie quiche dans ce style donc j’ai du aller rechercher, en écouter un peu. Et après cette petite étude du Metal Prog, je comprends un peu mieux les remarques et autres chroniques que j’ai pu lire des précédents albums d’Inner Chaos. Après avoir écouter « Train of Throught » de Dream Theater, j’ai pu mieux cerner la démarche musicale d’Inner Chaos et comprendre que c’est finalement la case qui lui convient le mieux.

Alors, franchement je suis agréablement surpris par cet album, que je n’aurai jamais écoute si je ne faisais pas ce boulot car à des années lumières de mes habitudes, qui contient des morceaux comme « Please » ou « Uchrony » que j’ai réécouté plusieurs fois avec un certain plaisir, sublimés par un son où chaque instrument est audible.

Bref, le Jéjé il est content !

Le site du groupe

 

Please follow and like us:
error

Ouverture de la boutique Metal in Franche Comté

Et oui, ça fait un moment qu’on vous en parle, cette fois c’est fait, la boutique est là ! Pour le moment vous y trouverez notre merchandising ainsi que des CDs de groupes avec qui nous travaillons (Fir Bolg, Corosteler, …).

Mais à terme, ce sont vos CD, demo ou tout autre merchandising qui peut s’y trouver ! Et sur le principe du dépot vente ! Ici c’est l’artiste qui fixe les prix, ainsi que la commission que MIFC touche sur chaque vente.

Nous ne sommes pas là pour concurrencer les labels et autres distros, mais juste pour fournir aux groupes un support de vente supplémentaire.

D’ici quelques temps nous allons proposer la vente virtuelle, afin d’offrir une alternative local aux plateformes de téléchargement.

Encore une fois cette boutique est là votre ! Faites en ce que vous voulez.

Https//www.metal-fc.fr

 

Please follow and like us:
error

Soirée Gaulhammer, Necrowretch, The Order Of Apollyon,Öxxö Xööx, Imperium

C’était mon premier concert après les attentats, et je peux vous dire que j’y allais avec un certain plaisir, pour bien rappeler à tous ces tarés qu’on s’en fout complètement d’eux et de leurs conneries !

Donc en ce samedi, nous sommes conviés par Gaulhammer  pour écouter 4 groupes assez différents mais qui nous permettent d’avoir une vision assez juste de l’évolution du Metal Extrême.

Direction la ville de Scey Sur Saône et la salle de L’Echo System, sympathique endroit créé l’année dernière et qui franchement possède de nombreuses qualités. Un bar dans une salle séparée pour boire une bière pendant les concerts, histoire de pouvoir causer sans hurler mais qui vous permet quand même d’entendre ce qui se passe dans la salle grâce à 2 enceintes. Pour les fumeurs, un fumoir couvert ! Et la salle, un son au top, de la place ! Non vraiment rien à redire ! Et en prime, des gens aux cuisines qui se plient en quatre pour nourrir les groupes (et les gars comme moi qui n’avaient presque rien bouffer de la journée), même les vegan !

Donc en ce samedi, nous sommes conviés par Gaulhammer  pour écouter 4 groupes assez différents mais qui nous permettent d’avoir une vision assez juste de l’évolution du Metal Extrême.

Premier groupe local (ils sont de Belfort) à ouvrir la soirée, Imperivm est son Black Metal mid tempo dont les influences sont assez larges, partant parfois sur le Death mais aussi sur des choses plus moderne. Soyons franc, j’ai écouté d’une oreille et mon oreille n’a pas trop accroché. Coté présence, rien à redire c’est bien joué, les musiciens se donnent à fond malgré un public encore peu présent.

Et j’avoue, j’étais vraiment là pour découvrir Öxxö Xööx, véritable ovni de la soirée. Imaginez vous plonger dans un monde sombre, futuriste où la nature a repris ses droits, rajoutez y un langage totalement inventé qui rends plus impénétrable encore cette forêt musicale, et enfin comme musique une jungle d’influences multiples où l’on reconnait des notes venant du Black, du Doom, du Classique, des rythmes tribales et que sais je encore. Voir un concert de Öxxö Xööx, c’est une expérience, un voyage mystique comme seul pouvaient se permettre des groupes comme Dead Can Dance ou bien encore Magma (qu’on compare souvent au groupe). J’ai apprécié les parties de chant de la bassiste, entre cri d’animaux, voix tribales qui se mélanger à merveille avec celle de Laurent. Et visuellement, le groupe a réussi à retranscrire ce monde que j’évoquais grâce à des tenues, du maquillage et des pieds de micro que l’on croirait façonné par la nature elle même, à base de branches, de lichens, … Bref si avec ça vous n’aviez pas compris que j’ai passé un moment unique, je peux plus rien pour vous.

Imaginez vous passer après un groupe comme ça, il en faut du talent à The Order of Apollyon pour reprendre le public ! Chose qu’il réussira à faire facilement en seulement quelques notes de leur dernier album, « The Sword and the Dagger », véritable rouleau compresseur Death Black ! Je les avais découvert au Hellfest en 2013, et musicalement j’avais bien accroché et l’occasion de les revoir dans une petite salle me semblait nécessaire. Quel plaisir d’entendre « Our Flowers are the sword and the dagger », un morceau qui me fait dresser les poils (choisi ceux que tu veux) et qui montre vraiment la puissance de frappe mélodique de ce groupe. Présence, maitrise, encore un groupe qui provoque quelque chose en live.

Et pour clore cette soirée, Necrowretch que j’avoue ne pas trop connaitre, honte à moi dirons certains ! Oui mais bon, moi et le Death Metal on est rarement très copain. Donc ce soir, je me force et je vais écouter un groupe qui perpétue un style très Old School où le Thrash n’est jamais bien loin ! Comme dirait pépé, ça envoie mon gars ! Mais encore une fois, je reste assez hermétique à ce style musical et je vais donc me rapprocher du stand Metal in Franche Comté car en plus, je dois faire gagner des prodz Gaulhammer !

Voilà, une bien belle soirée qui se finit avec ce sentiment que le public n’a pas joué le jeu, environ 50 personnes c’est trop peu quand on voit l’affiche proposé ce soir ! Enfin bon, j’ai pu recroiser quelques personnes que je ne vois finalement que dans les concerts mais avec qui ça fait du bien de parler chiffon !

– NECROWRETCH( Valence, Putrid Death Metal)
https://www.facebook.com/NecroWretch?fref=ts

– THE ORDER OF APOLLYON ( Paris, Religious Totalitarian Propaganda)
https://www.facebook.com/theorderofapollyon?fref=ts

– OXXO XOOX ( Dieppe, Experimental and avant-garde doom metal)
https://www.facebook.com/OxxoXoox69?fref=ts

– IMPERIVM ( Belfort, Post-Repvblican-Inqvisition)
https://www.youtube.com/watch?v=VElfeqJ5fUY&feature=youtu.be

 

Please follow and like us:
error

Émission Heavy Thrash Fm du 28 novembre 2015

Fates Warning / Traveler in Time / Spectre Within / 1985
WASP / The Headless Children / The Headless Children / 1989
Cadillac Corrida / Run Again / Enter the Arena / 2014
Saxon / Top of the World / Battering Ram / 2015
Avantasia / The Wicked Symphony / The Wicked Symphony / 2010
Point concerts
Iron Slaught / High Grade Metal / Crusading Metal Mercenaries / 2015
Queensrÿche / Queen of the Reich / Queensrÿche / 1982
Death / Painkiller / The Sound of Perseverance / 1998
Animal As Leaders / CAFO / Animal as Leaders / 2009
Zierler / Agressor / ESC / 2015
Overkill / Stuck Down / Killbox 13 / 2003
Deathchain / Return of the Nemesis / Deaththrash Assault / 2005
Negative Ritual / Two Messiahs / Spectrum of the past / 2015
Hate Eternal / O’ Majestic Being, Hear My Call / Infernus / 2015
Bruce Springsteen / Murder Incorporated

Heavy Thrash FM 28 Novembre 2015 (#176) by Heavy Thrash Fm on Mixcloud

Please follow and like us:
error

Pentagram – Curious Volume

pentagramcuriouscdQue vous le croyiez ou pas, mais c’est ma belle mère qui m’a fait découvrir Pentagram. Un jour elle m’a dit, « j’ai écouté un truc génial sur une compil Hard Rock, tu peux me trouver l’album à Cultura ». Moi en bon gendre, je me suis exécuté. Et j’ai bien fait !

Déjà car ce groupe a une carrière assez hors norme, créer dans les sixties mais dont le premier album date de 1985, les excès ont eu raison de la carrière musicale du groupe mais après une rencontre, le chanteur Bobby Liebling a su stopper les conneries pour se concentrer sur la musique ! Bien lui en a pris car après un album, « Last Rites », en 2011 qui montrait un visage bien sympa, Pentagram nous revient cette année avec « Curious Volume ».

Bon on va pas se mentir, Pentagram c’est un peu le Black Sabbath américain. Des gros riffs, des solos bien Rock’n’Roll et une voix d’outre tombe engluée dans la reverb. Mais pas que ! Car on sent sur cette album quelques touches Stoner, rendant ce « Curious Volume » très Seventies.

En fait, je me dis que l’âge (et les drogues) n’a pas les mêmes effets sur tout le monde, car Bobby a bien vieilli (contrairement à Ozzy) et s’est bonifié avec les années, et comme Black Sabbath prends sa retraite, je peux largement dire qu’on a notre nouveau dieu du Heavy/Doom.

PN_ajouter_panier

Please follow and like us:
error