The Dirty Ones

Style :
Hard Rock
Membres du groupe :

Laurent Verguet : basse –

Fabien Vieille-Mecet: chant guitare –

Benjamin Tranchant : batterie –

Robert Jeunet-Mancy : guitare

Ville d'origine :
Bannans

Biographie

Groupe Hard Rock. Un an d’âge motivé riff à la acdc

Discographie

ça va venir !!

Clip

Albums Photos

Please follow and like us:

DARK ELDER

Style :
Hard Rock
Membres du groupe :

Guitare/Clavier : Fred –

Guitare : Olivier –

Batterie : Pierrot –

Bass : Isa –

Chant : Patricia

Ville d'origine :
Montbéliard Vesoul

Biographie

Dark Elder, c’est la rencontre de 5 passionnés de musique et de métal.
La rencontre se fait début 2019 via annonces et rencontres en soirée boeuf.
Le set se dessine avec les influences de chacun(e), et le 31 octobre, Dark Elder se produit pour la 1ère fois en public au Beer Metal Fest au Pinky Bar à Nommay.
S’en suivent 2 autres dates dont la 1ère partie de Syndrom.
La fête devait continuer pour les fêtes de la musique à Etueffont et Montbéiard, mais les circonstances en ont décidé autrement.
Un live sur facebook pour la Ville de Montbéiard a tout de même été réalisé ce dimanche 21 juin, en attendant de concrétiser l’année prochaine.
De Blue Oyster Cult a Iron Maiden, en passant par Judas Priest ou AC/DC, ils vous embarquent dans le hard rock des années 70 à nos jours. Un set vibrant et percutant qui vous laissera l’envie de rocker jusqu’au bout de la nuit !

Discographie

pas encore !

Clip

Albums Photos

Please follow and like us:

TOP 10 de Lola : du Rock 'n Roll, du Hard Rock, du Heavy Metal et une touche de Punk !

Ma playlist de confinement peut être très variée. Ici, j’ai rassemblé quelques titres illustrant les courants musicaux Rock qui m’ont marquée depuis 4 décennies déjà. 

J’ai eu la chance de voir en concert (plusieurs fois pour certains) tous les groupes que j’ai sélectionnés ici… Sauf les Gun’s hélas…

GUNS N ROSES - Knocking On Heavens Door (Live 1992)

Commençons par un grand classique tout droit issu de mes très vieux souvenirs… Si AC/DC, Van Halen et autres Trust faisaient partie de ma discothèque d’adolescente, Gun’s & Roses est arrivé plus tard mais cette chanson reste parmi mes préférées, tout confondu.

AIRBOURNE - Ready to Rock

Quand le hard rock d’AC/DC se réincarne au travers d’autres Australiens, ça donne Airbourne. Vus déjà 3 fois en concert, ils ont, et plus particulièrement le chanteur Joel O’Keeffe, une hargne et un contact avec le public absolument fabuleux.

STICKY BOYS - Better Days

On appellera ça comme on voudra, Rock’n Roll ou autre… Du BMS Garage au Baracat en passant par la Mainstage du Hellfest en 2015, ils restent les mêmes : Sympathiques et souriants. La scène, ils aiment ça et ça se voit, ca se sent !

SHAKA PONK - Palabra Mi Amor (feat. Bertrand Cantat)

Palabra Mi Amor, c’est une chanson qui me fait vibrer au plus au point. Mais quand Shaka Ponk associe son énergie hors du commun à la voie mythique de Noir Desir, alias B. Cantat, les frissons sont à leur apogée.

Les puristes diront que ce n’est pas du Heavy ni du Hard Rock, cependant, ce groupe de rock alternatif français utilise bien les codes musicaux du heavy metal mais aussi de l’électro.

NO ONE IS INNOCENT - Silencio

On reste dans la chanson Française, mais on passe à la rubrique Rock alternatif et Heavy Metal, à la limite du Punk. Avec des chansons à texte, des revendications marquées et un jeu de scène enragé, No One fait partie de ces groupes français qui font leur place, dans la lignée des Tagada Jones, Lofofora, et autres Bal des Enragés.

MICHAEL SCHENKER - Doctor Doctor

Dans son dernier Live Report sur MIFC, Franck a parlé d’Uli Jonh Roth, ex membre de Scorpions. Ici, mon 6e choix se tourne aussi sur un ex membre du groupe, durant les années 70 : Michael Schenker.  Le  guitariste de légende a fondé Michael Schenker Group dès 1978. J’ai eu la chance de le voir, et surtout l’entendre, à La Rodia de Besançon : sourire  et dextérité sont les 2 mots qui le définissent le mieux je crois.

FALLEN LILLIES - Wake-up call

Dans cette playlist, j’ai choisi d’inscrire également mon coup de cœur local… qui monte, qui monte ! Les 4 filles de Fallen Lillies, élevées aux décibels de l’Atelier des Môles, ont quand même décroché l’accès à la Mainstage du Hellfest 2019 en gagnant le tremplin Voice of Hell : ce n’est pas donné à tout le monde ! En plus d’être jolies, sympa et intelligentes, elles ont du talent. il ne faut pas s’en priver !

MOTÖRHEAD - Ace Of Spades

Une playlist Heavy sans un morceau de Motörhead serait sans doute une faute de gout. Celui qui veille sur le domaine de Clisson depuis 2016 est, et restera, une légende du Heavy Metal. Le groupe s’est éteint avec Lemmy fin 2015… J’avais eu la chance de les voir sur scène quelques mois avant seulement…

ULTRA VOMIT - Évier Metal

Une pointe d’humour dans ce monde de brutes !! Quand le Heavy Metal devient humoristique et parodique… De Rammstein à AC/DC  en passant par Gojira ou Calogero on ne sait plus bien, les 4 Nantais d’Ultra Vomit sont capables de tout, y compris de retourner un public gonflé à bloc.

IRON MAIDEN - Fear of the Dark

Last but not Least… Iron Maiden. J’ai choisi de garder le meilleur pour la fin… Je reconnais que ce groupe me fait vibrer plus que tous les précédents, et je me permets ici de remercier mon beau-frère de les avoir mis sur mon chemin il y a une petite vingtaine d’années maintenant. La voix, les rifs, les mélodies, tout y est. Et cerise sur le gâteau, les concerts sont époustouflants scéniquement.

Please follow and like us:

AlCHEMIC DREAMS

Style :
Hard 'n' blues
Membres du groupe :

Batterie: Raphael Jeudy

Basse: Joel Blaise

Guitare/Chant : Lionel Sarazin

Ville d'origine :
Miserey Salines

Biographie

Alchemic Dream est un power trio formé en 2013 par Lionel (guitare/chant) et Joel (basse), distillant ses compositions hard n’ blues et ses reprises survitaminées durant les concerts qu’il donne en écumant la région Bisontine.

le 10/11/2018 leur 1er album à pointé le bout de son nez, un second en cours d’écriture, l’aventure ne fait que commencer!

Discographie

alchemic
Album 2018

Clip

Albums Photos

Articles

Please follow and like us:

Fallen Lillies
Out There
Sortie : avril 2018

La note
82%

Les Fallen Lillies et nous, si je dis pas de bêtises c’est depuis le début de MIFC. C’est après un concert d’un autre groupe de Laura, Tchernobyl Wave, que j’ai découvert ces 4 filles dans le vent.

Après un premier EP et plus d’une cinquantaine de dates (dont une tournée en Angleterre), les voilà de retour avec un EP 3 titres. On pourrait râler et dire qu’on veut un album mais après tout, on ne va pas les blâmer de prendre leur temps pour affiner leur style ! Et quel style !

Parlons du son déjà, grosse progression par rapport au premier EP, la voix de Hélène est mise en avant dans le mix, et c’est tant mieux ! Ses capacités vocales se sont encore améliorées, oscillant entre voix claire et plus rocailleuse !

Pour la suite, faisons un titre par titre :

Cold Rain : Après un départ plutôt calme, très « The Runaways » dans l’âme, la suite du morceau se montre plus agressive, presque Heavy ! L’extrait de film me parait dispensable, cela coupe un peu trop le morceau. Malgré tout, le rythme reprends avec ce riff qui reste bien dans  la tête !

M.I.A : Avec ce morceau cette fois, on rentre direct dans le frontal ! Plus heavy encore, avec parfois des relents Psychobilly, les Fallen Lillies montrent leurs nombreuses influences, passant par le Heavy Metal et le Rock’n’Roll à l’ancienne.

Truth be Told : Ce dernier titre (et oui c’est un ep) résume à lui tout seul ce que propose les Lillies, un Rock’n’Roll survitaminé, avec des refrains qui se retiennent facilement, une chanteuse élevée aux Runaways et des musiciennes biberonnées au Heavy Metal !

Let’s punch the Lilly inside you! Get out b****es!

Chant/guitare: Hélène
Batterie: Marine
Guitare Lead: Laura
Basse: Ludivine

Please follow and like us:

Palace Of The King –  Bar de l’U –

Presque deux ans plus tard, les Australiens de Palace Of The King étaient de retour à Besançon ce jeudi 12 avril. Lorsqu’ils étaient venus le 9 décembre 2016, Palace of the King avait tout juste sorti l’album Valles Marineris et comportait six musiciens. Mais cette année, le groupe de Hard Rock aux sonorités parfois 70s ou psychédéliques venait nous présenter son tout dernier album, Get Right With Your Maker. Cependant, les Palace Of The King ne sont désormais plus que quatre, suite aux départs de leurs deux guitaristes, l’un pour raisons familiales, l’autre car il a rejoint Airbourne. « Mais alors », me direz-vous, « comment font-ils sans leurs guitaristes ? ».

Nous avons donc Tim Henwood, toujours au chant, mais désormais également à la guitare, Sean Johnston, toujours aux synthés, mais qui lui aussi a dû prendre la guitare, Travis Dragani à la batterie et Anthony Licciardi à la basse et aux chœurs.

La setlist de cette soirée était très variée puisqu’elle regroupait l’ensemble de la discographie de Palace Of The King (deux EP et 3 albums), sans oublier bien évidemment de mettre en avant leur tout dernier opus. L’on entend très rapidement que, bien que les ambiances aient pu varier d’un album à un autre, la setlist n’en est que plus solide. C’est bien taillé, tous les morceaux s’enchaînent parfaitement et l’on nous plonge rapidement dans une vague déferlante de Rock que l’on ne veut plus quitter. Le groupe nous fera même en ouverture du dernier morceau, « Free », un hommage à des classiques que sont « TNT » ou encore « Whole Lotta Love ». Un clin d’œil bienvenu !

Palace Of The King à quatre marche même mieux qu’à six, la complicité et le plaisir des musiciens à nous offrir leur musique étaient constamment palpables. Sean Johnston est toujours aussi électrique et impressionnant dans son jeu au synthé qui rendrait fier Jon Lord, et, bien que la guitare ne soit pas son instrument de prédilection, il parvient, lors de ses soli, à être plutôt inventif ce qui donne des soli plutôt originaux et agréablement surprenants. Tim Henwood est quant à lui très bon guitariste et les riffs ravageurs et les soli résolument Hard Rock s’enchaînent avec une efficacité remarquable. Anthony Licciardi quant à lui assure la rythmique avec brio, les lignes de basse de Palace Of The King étant vraiment accrocheuses, et se donne l’occasion de briller avec un solo de folie debout sur une enceinte, de quoi mettre encore plus en joie le public du Bar de l’U. Travis Dragani aura également droit à son solo de batterie, et, il faut l’admettre, ce batteur est une machine à groove, et ce en utilisant un kit de batterie plutôt réduit. Franchement, les quatre musiciens ont été excellents ce soir-là.

La soirée s’est terminée pour moi très tard (à 2 exactement, encore merci à Pierre-Yves) en compagnie des musiciens qui, en plus d’être talentueux, sont des personnes formidables, avec qui l’on peut discuter et déconner sans problème et avec humour. Puis, en repartant sur mon vélo avec mon vinyle sous le bras, je me suis encore fait la réflexion que, bien qu’ils ne soient plus que quatre, Palace Of The King a réussi à faire encore mieux qu’avant et nous a offert une soirée exceptionnelle. L’on ne peut qu’attendre avec impatience leur retour dans à Besançon, et à ce sujet je tiens à remercier leur tourman Max (un Bisontin qui plus est !) pour avoir rendu cela possible.

C’était il y a déjà presque une semaine à l’heure où j’écris ceci, mais, pour sûr, j’en garderai des souvenirs toute ma vie. Merci Palace Of The King, merci Max, et merci au Bar de l’U.

https://www.facebook.com/lebardelu/

 

https://www.facebook.com/palaceofthekingmusic/

Please follow and like us: