Nous y voilà enfin ! Jeudi 21 Juillet, ce jour très attendu, qui marque le début de la seconde édition du Ragnard Rock Festival. Le festival commence un Jeudi ? Vous en êtes sûr ? Oui oui, une Warm Up  était prévue, réunissant 4 groupes ayant joués l’an passé dont Nokturnal Mortum, qui avait prouvé que l’attente de sa venue en France valait le détour par ce Festival encore très jeune.

La Warm Up ne devant commencer qu’en début de soirée, nous nous dirigeons vers le nouveau site du Festival en début d’après midi, nous doutant que notre campement mettrait du temps à se mettre en place. En effet, la signalisation des guichets pour retirer son Pass presse ou son pass festivalier n’est pas très bien indiquée et fait tomber en erreur beaucoup de personnes. Certains d’entre eux auront patientés jusqu’à 4 heures de temps pour obtenir leur pass, râtant donc des concerts.

Ayant été prévoyant, nous avons attendu une demi-heure, avant de retirer nos précieux sésames.

Étant enfin armé du sésame nous laissant un accès libre aux zones Festivaliers et VIP, nous allons installer notre tente dans la zone appropriée et tentons de rendre notre campement le plus confortable possible, nous savons tous que les campings durant les festivals sont au moins 3 étoiles.

La Warm Up commence, avec une bonne heure de retard, avec le groupe Obsession. Et de manière générale, je suis très critique envers le style Thrash, mais sans aucune raison, pris dans la folie des compositions s’enchainant aussi vite que les blasts du batteur, je me retrouve face à un groupe n’ayant pas une notoriété internationale, mais qui a su prouver qu’il pouvait avoir sa place dans le Ragnarök. Un groupe de Thrash qui voit au-delà de Slayer et qui ne fait pas un copier / coller du Big Four.

Vint ensuite, Helroth. L’écoute du nom du groupe me faisait germer des jeux de mots horrible dans mon esprit tordu, que je n’étalerai pas ici. Cette formation Polonaise, qui peut sembler très « Pouet Pouet » m’a tout de même fait très bonne impression, avec des compositions solides et une bonne énergie sur scène, je ne me suis pas ennuyé, alors que habituellement j’aurai été très mauvais public pour cela, ce soir je me sentais l’âme d’un poète à recevoir ces douces compositions… Non on arrête tout de suite, ça démontait et puis c’est tout.

Ah ah ! Alors ça je ne voulais pas rater cela. Nokturnal Mortum ? Oui ça d’accord, mais avant il y a ? Qu’Est-ce qu’il y avait avant Norkturnal Mortum ? Himinbjorg. Groupe que nous attendions, nous humble reporters envoyé en terre païenne. Malgré un problème de guitare et de son, survenu durant le set, j’ai trouvé que ce groupe gagnait en présence scénique une fois la nuit tombée, donnant un aura de guerre sur ce groupe. Donc très bon concert de la part de Himinbjorg, même si des problèmes techniques ont eu lieux, cela ne m’a pas empêché de profiter !

Jusqu’à maintenant la fameuse Warm Up se passait bien. Nous attendions avec Impatience ce concert de Nokturnal Mortum, que l’on nous avait promis d’exceptionnel. Bon je ne sais pas si c’était une stratégie commerciale pour nous faire enfiler les pintes de bières, mais l’attente fût longue, avec un sample interminable. Et après 10 minutes de sample d’ambiance, le groupe arrive enfin sur scène, et là c’est le drame. Aucun son ne sort du micro chant. Horrible, pour un show censé être exceptionnel, cette entrée du groupe le plus attendu de la soirée, me déçoit. Et c’est reparti pour 5 bonnes grosses minutes d’attente, résultat des courses : une bière de mieux !

Nokturnal Mortum arrive enfin sur scène, avec le retard accumulé de la soirée et celui du problème technique. Les compositions passent, l’on retrouve l’ambiance du concert de l’année précédente, mais avec un peu de magie en moins. Ce qui compensera la magie de ce concert, est que au loins, un orage tonne sans déranger le concert, mais les éclairs frappant un tempo très lent, vient mettre un soupçon de magie à ce concert tant attendu et apprécié. Norkturnal Mortum sait toujours faire de son passage sur la scène, un moment de jeux de scène unique avec la présence de ses costumes faisant plus que jamais traditionnels mais à la fois ésotériques. Mais c’est sur la composition « Ukrainia » que s’achève ce set, de manière écourtée due au retard de la soirée. Je suis un peu déçu que cela ait dû être écourté, j’aurais voulu réentendre « White Tower » tout comme l’année dernière. Mais c’est tout de même dans une effervescence positive que nous allons boire un verre entre amis pour marquer la fin de cette première soirée à Simandre-Sur-Suran, où nous allons passer les 3 prochains jour au Ragnard Rock Festival.

Après un réveil en douceur, et des problèmes de douche, nous commençons donc notre seconde journée au Ragnard Rock Festival. Cette journée allait être très grosse, car bon nombre de groupes sont très intéressants. Nous avons essayé de voir le plus de groupes possible mais nous ne parlerons que de qui valait le détour.

Boisson Divine ! Oui nous nagions déjà dans la bière avant mais maintenant nous avions une excuse pour continuer le temps de ce groupe qui m’était totalement inconnu avant de venir. Et franchement, ça sent la Gascogne à plein nez, le foie gras et l’alcool local. Un groupe qui respire le terroir français, nous envoutant de ses mélodies fort bien sympathique. J’y trouvais non pas un goût de pomme, mais un avant goût alcoolisé, me mettant sur de bonnes dispositions pour la suite des événements.

Malepeste. Groupe de Black Metal que j’ai déjà vu pas mal de fois et qui n’aura fait que de s’améliorer au fil des ans. Les ayants déjà vu en salle, je les préfère largement en festival, où ils peuvent se déchaîner sur scène, offrant donc un Black Metal puant le malsain et l’ésotérisme. La présence d’ornement de scène comme des petites tables avec des nappes de symboles ésotériques nous immerge dans leur univers. Je pense que ce concert a été le meilleur que je n’ai jamais vu du groupe, aucun faux pli.

Restant dans le Black Metal, une formation grecque allait me surprendre, il s’agissait de Naer Mataron, que j’ai vraiment adoré. Une performance vraiment dans le Black Metal le plus brutal du festival, un batteur qui doit certainement avoir sa photo à la définition du mot « Blast Beat »et le reste de la formation débordant d’une énergie sans pareil. C’est vraiment avec ces mots que je découvre Naer Mataron.

Le groupe suivant nous a permis de nous reposer nos oreilles, puisque Stille Volk, le groupe Français de Folk, bien que j’ai trouvé ça sympathique, m’aura permis de faire passer ce vilain acouphène occupant mes oreilles. Stille Volk, montrait ce que l’on peut faire en matière de Folk en France, c’est gentil, sympa, mais il manque un côté plus agressif à la musique, quelque chose qui ferait plus accrocher l’auditeur. Je n’en  tiens pas plus rigueur que ça puisque le festival donne la part belle à tout styles durant cette édition.

Voilà ensuite nos compagnons de Belenos, fiers représentant de la scène Pagan Black Metal en France. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai vu Belenos, je n’ai pas assez de doigts ni d’orteils pour tenir les comptes, surtout après ma forte présence près du débit de boisson… Belenos impose toujours son style unique et propre, je n’aurai qu’un bémol à noter, c’est le fait d’ouvrir le concert par la composition que je préfère de ce groupe à savoir « Hollved Hirisus » qui était sur l’avant dernier album de 2010 « Yenn Sonn Gardis ».

Après Belenos, pas le temps de repasser remplir nos pintes dans notre campement de bédouins, nous nous pressons pour rejoindre la Odin Stage pour voir ce groupe que j’attendais avec impatience : Ereb Altor. Ma conjointe les ayant déjà vu, ne me laissait pas vraiment le choix que de les voir vu la qualité de leurs concerts passés. J’aurais pu faire la mule et ne pas avancer, mais ayant déjà écouter sur format CD, notamment leur dernier album qui est un hommage  à Quorthon de Bathory. Et là, en effet, quelle présence, Ereb Altor, leur énergie et l’essence de leur musique se démultiplie une fois en live. J’ai rarement vu un aussi bon concert dans le style Epic / Doom / Viking, déjà que l’alliance de Doom et Viking est très difficile à gérer, mais ils en représente l’exacte alliance.

Et là toujours pas le temps de remplir une pinte, ou ne serait-ce qu’un demi, non non… Cette fois là c’est moi qui conseille à ma conjointe d’aller voir Skyforger. Et là nous sommes toujours dans une bonne lancée, nous sommes en manque de bières ? Pas grave, car Skyforger, un des groupes que j’attendais le plus est là en face de moi à jouer leur nouveaux titres que je ne connais pas, mais aussi ceux qui sont pour moi des classiques. La soirée prend du retard dans le running order, mais je m’en moque, le temps s’est arrêté sur ce concert pour moi.

Malheureusement la faim se fait sentir, et ma gorge est aussi sèche que le sol sur lequel un soleil de plomb frappait.

Après un repas ingéré aussi rapidement que la nuit commençait de tomber, il était temps de rejoindre la Thor Stage pour assister à la performance de Belphegor. Cela faisait longtemps que je ne les avais pas vu. J’ai pu voir ce que les derniers albums ont changé au jeux de scène et à la setlist de Belphegor. Personnellement, bien que pour beaucoup ce concert n’ait été qu’un prétexte à se diriger vers les buvettes, de mon côté je savoure, non pas ce concert comme une madeleine de Proust, mais comme la bonne Kronenbourg que je bois comme une limonade de mon enfance. Évidemment la groupe a choisit des compositions très fracassante faisant du concert une véritable performance physique. Pour le coup une telle rapidité m’a bien réveillé et je n’étais pas prêt de m’endormir.

Hieronymus :

Car moi aussi j’ai passé ma journée au Ragnardrock je vais donner mon avis sur les groupes non cité par l’ami J.J (supplice pour les intimes).

J’ai choisi l’arrivée sur le site pas trop en avance, bien m’en a pris ! Personne aux entrées ! Que dire par rapport à l’année dernière. UN site bien repensé hormis les 2 scènes cote à cote qui provoque une galère lors des balances ! Les gars on peut marcher et faire 100 m si besoin !

Le stand Vegan … franchement faites revenir Bigv car là c’était vraiment pas assez pour bien se nourrir et surtout devoir payer en runes, pas pratique du tout ! J’ai donc opté pour une salade ! Le véganisme ce n’est pas un business, c’est un choix de vie éthique et non spéciste !

Et la musique, une bien belle affiche. Malgré le choix contestable de certains groupes (même si musicalement très bon) auraient pu mettre en péril le fest.

Parlons Heim Stage avec Kaunan dont j’ai loupé le début mais dont je ne loupe pas à une miette. Une vraie découverte. Malgré un nom qui devrait me faire fuir, je profite aussi de la musique festive de la Compagnie du gras Jambon qui fait danser le public du Ragnardrock ! Dernier groupe de la Heimstage, les Espagnols de Celtibeerian que j’avais rencontré l’année dernière et qui reviennent pour une version acoustique … enfin pas vraiment qui me séduit encore plus que l’année dernière ! Si Eluveitie vous saoule, il faut vous jeter sur ses Espagnols dynamique qui envoie un folk Metal sans fioriture.

Pour les autre scènes, mes coups de coeur :

Boisson Divine

Ereb Altor

Et surtout Faun ! Bordel c’est vraiment le genre de groupe qu’on voit peu en France (ou alors seulement à Paris), une ambiance de folie, un public aux anges qui en redemande, Mention spéciale pour « Tanz mit mir » qui m’a fait danser, et pourtant c’est génétiquement impossible !

Et ça c’est le Ragnardrock que j’aime, pas besoin de groupes aux passés douteux, il y a assez de musiciens qui ne mélangent pas la politique à l’art !

Please follow and like us: