Lac en Zik 2016

Lac en Zik. Honneur à ma nouvelle patrie, la Haute Saône et à une association, Aim Rock, qui se bouge depuis déjà un paquet d’année (2007 si je ne m’abuse ?). Et je suis accueilli par la Floche (membre du Duo de la Bite et le Couteau, mais aussi du magazine le Ténia).

Rapide installation d’un stand Metal in Franche Comté afin de montrer que maintenant, nous sommes dans la place. Et voilà que commence déjà le premier groupe.

Breaking the Bank, groupe du crew Aim Rock, que j’avais déjà eu l’occasion d’écouter au Crazyfest. Et je dois dire que l’évolution me plait, plus carré, plus technique, plus Heavy Metal surtout. « Just Don’t Do It On My Bed » est un petit bijou, très Maidenesque au début mais avec une voix plus proche d’un Faith No More (par moment même des intonations à la la Jello Biafra) et qui vire rapidement sur le Punk. Quand ils disent sur leur page « Large Heavy Rock » ça doit être ça ! A suivre de près !

La suite, R.O.S.H (Rilenté & the Original Sound Hound), dont le style Rock Pop va plaire énormément au public (car ce sont eux qui gagne haut la main le tremplin), ne m’a pas trop plu. On ne peut pas plaire à tout le monde mais en tout cas, c’était propre et les gens se sont amusés, c’est le plus important.

Allez, on retourne au Metal avec les Bisontins de Khynn. Deuxième fois que j’ai la chance de les voir sur scène, la première étant lors de leur première partie de Fear Factory.

Et bien c’est devant un public un peu plus clairsemé que le show commence, et malgré cela, ils donnent tout, enchainant les titres de leur dernier album « Supersymmetry » tout en piochant dans le reste de leurs discographie déjà bien remplie. Encore une fois, le son est au top (j’avais déjà fait la remarque l’année dernière et le gars en question m’avait contacté pour m’en remercier, je réitère encore mes félicitations). J’attends de revoir Khynn sur une affiche plus Metal afin d’avoir un public encore plus chaud.

La fin de soirée étant très Electro, je conclurai en parlant rapidement de Vyryl qui a indéniablement à un son à lui mais auquel je n’accroche pas. Après avoir fait mes adieux à mon compagnon de stand, Le Floche, et avoir calé une interview de Khynn, retour à la maison en me disant que la Haute Saône possède des passionnées de Hard Rock et qu’ils ne sont pas prêt de s’arrêter !