Azziard – Metempsychose

Comme beaucoup, quand j’entends parler d’Azziard, je pense à des Black Metalleux en chemise avec des médailles militaires. Mais ce groupe a beaucoup évolué depuis l’album « 1916 ». Cela s’expliquerait facilement par de nombreux changements de personnels et une évolution logique dans une carrière commencée en 2001

Ce nouvel opus sort donc fin d’année 2017 sur Malpermesita Rec avec un son tout droit sorti du Vamacara Studio (plus besoin de présenter le studio qui rivalise avec les plus gros du genre en Europe). Un son qui permet d’apprécier la musique des groupes a sa juste valeur. J’en ai fini avec les cirages de pompes (sincères car je n’ai rien à y gagner).

On parlait d’évolution tout à l’heure. Elle est déjà musicale. La brutalité de « Vesanie » est toujours présente mais on note de plus en plus de passages mélodiques. Le groupe n’hésite pas à poser quelques solos comme sur « Archetype » – morceau où Julien Truchan apporte sa voix si particulière.

Musicalement on est souvent dans le Black Metal mais la richesse des influences du groupe est assez énorme. On peut y trouver du Death, du Thrash avec quelques pointes de Doom !

Cela donne un savant mélange brutal, torturé et qui plus est, hurlé dans un Français compréhensible. Finalement Azziard a su continuer ce que faisait Seth à l’époque de « The Excellence » tout en y rajoutant la folie d’un Shinning.

En fait je me suis très souvent fait la remarque que « Metempsychose » est un album très proche de ce que peut faire Behemoth.

Pour ce qui est du concept, là aussi, le groupe a affiné ses propos. Déjà sur « Vesanie », la réflexion s’articulait sur la psychologie, les maladies mentales, Azziard traitait du retour d’un soldat de la première guerre dans la vie de tous les jours, rongé par ce qu’il avait vécu. C’est surement après avoir passé du temps à travailler sur les psychoses que A.S.A  a choisi d’utiliser l’œuvre de Carl Gustav Jung pour ce nouvel album. Pas surprenant aussi de retrouver Julien Truchan sur un album aussi thématique, le chanteur de Benighted étant plutôt calé sur le sujet.

Conclusion toute simple, mon désespoir sur la scène Black Metal Française vient définitivement de prendre fin ! Après une période où je trouvais tout ce qui sortait mou du genou et surtout sans aucune âme, Azziard me confirme le retour de la Scène Française !

1. Premier Jour
2. L’Enfer
3. L’Anachorète, Dies
4. Ascension
5. Le Meurtre du Héros
6. Second Jour
7. Archétype
8. Unus Mundus
9. Psyché
10. Le Sacrifice
Total running time: 52:03 (CD)

https://www.facebook.com/azziard

www.malpermesita.com