Heimsgard – Following the Starlight

Après un premier album en 2015 plutôt prometteur, Heimsgard est de retour avec « Following the Starlight ». Et sans aucun doute, Raido a placé la barre très haut avec ce nouvel opus. Un son puissant, des compos plus personnels, une technique plus affirmée, toutes les caractéristiques d’un cd qui va passer en boucle.

Je sais, j’ai l’air d’en rajouter des tonnes mais rares sont les albums qui arrivent à me faire secouer, chanter dès le 1er titre (je compte pas l’intro bien entendu). Alors là je dois me fendre d’un titre par titre histoire que vous ne manquiez rien !

The Price To Asgard : Un départ brutal, typé Black Metal mélodique qui très rapidement va laissé sa place à des Chœurs d’une intensité rarement vu dans les groupes Français (Belenos peut être), on en vient à croire que Heimsgard a été cherché une horde Viking, et bien non seulement Raido et la chanteuse qui l’accompagne sur cet album. Comme entrée en matière, ce titre montre la progression depuis le premier album.

I Was Born Under a Wandering Star : Ce titre, avec cette flute en retrait, me plonge directement dans une scène autant adorée que détestée, celle des pays de l’Est. Il me rappelle à nouveau ce que Temnozor avait proposé sur l’album « Horizon »

The Seven Seas Odyssey : Heimsgard s’apparente largement à ce que les Vikings ont pu faire à travers les siècles, c’est à dire voyager. Ce morceau fait ressortir de nouvelles influences, un nouveau pays aussi. Les orchestrations sont franchement une réussite, l’intermède avant la tempête m’a vraiment fait voyagé sans bouger du bureau. Et de nouveaux ses chœurs enivrants et même un premier solo de guitare qui montre la technique de Raido !

Perpertual Moonlight : Malgré un début très folk, guitare sèche et flute, somme toute assez basique, ce morceau m’a fait penser fortement à un album assez précis, celui de Therion consacré aux runes. Pas toujours fan du groupe de Christofer Johnsson, cet album m’a néanmoins scotché à l’époque. Et Raido s’en est approché avec un titre très heavy, tout en mid tempo et en solo.

Still Sailing : Avec son rythme presque sautillant, c’est un titre qui en live ferait son petit effet, sans aucun doute comme pourrait en proposer des groupes comme Heidevolk ou Ensiferum !! Et encore une fois, Raido nous sort un solo digne d’un guitare hero !

Nocturnal Alleviation : L’air de ce titre ne m’a pas conquis, je l’ai trouvé moins original, moins réussi que le reste de l’album. Surement du à la flute, trop agressive.

In the Name of the King : Avec un démarrage comme « The Price to Asgard » j’avais peur d’une redite du premier titre, mais l’apparition plus prononcée que sur le reste de l’album de la guimbarde change la donne ! Et surtout on a droit du riff typé Black Metal Mélodique et épique, bien dans la ligné d’un Falkenbach !

The Horseman Inn : Les influences celtiques ressortent dés le début de ce morceau, assez pour oser une comparaison avec Cruachan, surtout avec les chants incluant la voix féminine. Une nouvelle fois aussi des sonorités venant de l’album « Secret of the runes » font leur apparition. Vite estompé par un riff typiquement Black Metal.

Whisper for the Sky : Là on touche au sublime avec un titre acoustique accompagné du chant ensorcelant de la chanteuse qui seconde Raido sur cet album, Justine (demoiselle qui gagna à être connue si ce n’est pas déjà le cas). Un morceau qui permet de souffler un peu avant de reprendre le combat.

The Glowing Guide : Encore une fois, Raido montre la puissance d’Heimsgard avec un hymne guerrier, très Black Metal (du blast, du blast) sans pour autant oublier ce qui guide cet album depuis le début, le folk. Manque un refrain un peu plus accrocheur

Following the Starlight : Petit malin, il a gardé le titre éponyme pour la fin ! Encore un titre assez Black Metal mais qui arrive à se montrer plus aérien (bizarre comme image), grâce notamment aux nappes de claviers, majestueuses, presque symphoniques qui montrent le progrès réalisés dans les orchestrations. L’influence Alghazanth est largement présente.

Aurora : Après une chronique qui s’apparente à un choc contre un mur de bouclier, finir avec un morceau acoustique me permet de souffler et de profiter encore une fois de la voix de Justine accompagnée seulement du clavier cette fois. Elle m’a d’ailleurs fortement rappelé le chant d’Andrea Haugen de Hagalaz Runedance.

C’est bien la première fois que je passe 1 heure sur une chronique, car oui l’album fait 1 heure et j’avoue ne pas l’avoir vu passée, à aucun moment l’envie de zapper ne m’est venue comme cela m’arrive parfois. Quand je me dis que cet album sort sur un label Franc Comtois je suis fier, mais j’aurai aimé qu’ils soient disponible à plus grande échelle !

Et finalement vu comment le public Metal consomme souvent la musique comme du PQ, je me dis qu’il vaut mieux que Heimsgard soit connu de ceux qui savent apprécier la qualité et le travail fourni. Encore une fois c’est un avis personnel !

Résumons, des titres accrocheurs, des refrains à chanter lors des soirées entre potes, une musique qui s’apprécie aussi seul, en pleine nature, des orchestrations de qualités et des riffs Heavy ! Sans compter une voix féminine qui vous fait dresser les poils … Hormis 2 titres un peu en dessous cet album est une pépite !

Fan d’Alghazanth, Moonsorrow, Falkenbach, Cruachan Therion et tout simplement de Pagan Black, « Following the Starlight » est fait pour vous.

https://www.facebook.com/heimsgard

Pour en savoir plus sur Heimsgard, un petit tour sur l’interview réalisée pour la sortie de l’album

Please follow and like us: