inner chaos

Je sais, je m’éloigne largement de mes compétences car ce que propose Inner Chaos est loin musicalement de ce que j’écoute. Mais justement, n’est ce pas mon rôle de vous faire découvrir autre chose que mes goûts perso ? Alors hop, au boulot !

Créé en 1997 comme un projet solo par Bertrand Drécourt, Inner Chaos en est à son 5ème album, après le remarqué « Cenote » sorti chez Brennus Music. Le bougre a su s’entourer de musiciens de qualité pour ce nouvel opus.

« 11 titres au croisement du rock, du metal et du prog, pour une durée totale de 48 minutes » me dit on dans l’oreillette ! Je dois avouer que c’est un bon résumé. Reste maintenant à décrire l’implication de chacun des styles nommés plus haut.

Pour le Rock, il est facile de l’entendre, la voix de Bertrand, calme et posée, fleure bon le Rock US, voir par moment le Rock sudiste d’un Lynyrd Skynyrd, influence qu’on peut aussi retrouver dans la musique. La structure des morceaux est elle aussi bien implanté dans le Rock, un rythmique basse/batterie qu’on retrouve dans beaucoup de groupes, qui par moment me fait penser à du Led Zeppelin ou plus récent, les Rage Against the Machine pour le groove. Bref, ce coté là, les fans de ce style ne seront pas déçus.

Si on s’attaque au Metal, c’est plus du coté des guitares et des solos qu’on va trouver les influences, un titre comme « Sweet Surrender » (instrumental), bien plus agressif que le reste de l’album, va trouver ses origines dans notre Heavy Metal britannique. L’autre instrumental de l’album « Seeds of Schizophrenia » est d’ailleurs lui aussi dans cette même veine. Par moment, il est vrai que l’ombre de Dimebag peut se voir, et ce n’est pas surprenant car Bertrand le cite dans ces influences.  Certains morceaux, qu’on peut classer comme des balades, m’ont aussi rappelés certains titres de Metallica, c’est pour dire à quel point l’influences Metal est présente dans ce CD.

Et pour le Prog me dirait vous ? Et bien je suis une vraie quiche dans ce style donc j’ai du aller rechercher, en écouter un peu. Et après cette petite étude du Metal Prog, je comprends un peu mieux les remarques et autres chroniques que j’ai pu lire des précédents albums d’Inner Chaos. Après avoir écouter « Train of Throught » de Dream Theater, j’ai pu mieux cerner la démarche musicale d’Inner Chaos et comprendre que c’est finalement la case qui lui convient le mieux.

Alors, franchement je suis agréablement surpris par cet album, que je n’aurai jamais écoute si je ne faisais pas ce boulot car à des années lumières de mes habitudes, qui contient des morceaux comme « Please » ou « Uchrony » que j’ai réécouté plusieurs fois avec un certain plaisir, sublimés par un son où chaque instrument est audible.

Bref, le Jéjé il est content !

Le site du groupe

 

Please follow and like us: