Après la chronique de l’album de Lundi dernier, on est allé, vendredi, se faire souffler dans les bronches par ces vents enjoués.

Bon, bah, le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est chouette d’arriver à la Poudrière, et d’avoir la vision de grappes de gens devant l’entrée, avec bières, clopes, t-shirts de rockeurs. On y recroise avec un petit plaisir un microcosme local habitué des scènes rock. Et ça fait plaisir ! On est à l’heure, on va dire bonjour à tout le monde, pas le temps de choper un bière, Wootz envoie déjà…

C’est Wootz qui ouvre les hostilités avec son southern rock, aux forts accents blues et stoner. Ce tout nouveau groupe compte le fameux Fat Jeff  parmi ses membres, ainsi que des anciens des The Free Bastards.

Wootz vient inaugurer son nouvel EP sur la scène de La Poudrière à l’invitation de Eye Of The Dead. Le set démarre et ça envoie déjà du gros rock qui tâche, avec un basse batterie méchant, tout ça dans un down tempo général parsemé de passage plus rock-métal. Un bel esprit sur un set d’environ 40 minutes. Des solos d’enfer de Jeff.

Certains morceaux sentent clairement le blues-rock, d’autres sont plus southern-metal ou encore stoner. Les morceaux les plus méchants me feraient penser à du Red Fang. C’est la 1ère date du groupe. Cela se sent à peine. Une très belle prestation d’ensemble, ça roule très bien.

Membrane embraye environ 15 minutes après. C’est un groupe qu’on ne présente plus dans le coin. Plus de 20 à écumer les scènes de l’Est, de France et de l’international.

En bons coureurs de fonds qu’ils sont, Membrane vient de sortir début Mars son nouvel album chez Source Atone Records. BEYOND YOUR BELIEFS nous sera donc présenté ce soir (vous retrouverez sa chronique toute fraîche par Silvere).

On met de côté l’actu du groupe, pour se concentrer sur le live : une belle scéno, un écran qui passe des images, toute différentes, Membrane pose l’ambiance dès le 1er morceau.

Une éternité que je les avais pas vu en live : c’est maîtrisé. Peu de morceaux dans le set, mais leur longueur permet à Membrane de délivrer son post-rock hypnotique. Les morceaux s’enchaînent, plus lents en général qu’on aurait pu attendre. Max passe ensuite au casque pour des morceaux extrêmement down-tempo. C’est super propre, grande classe. Desfois, j’entends du Kyuss ou du Drug Church… Une presta très pro. On est du coup bien chauds pour attendre les JATBF.

Quelques dizaines de minutes plus tard, on retour les JATBF sur scène.

Après avoir fait un carton la veille à la Rodia, où se sont retrouvées près de 700 personnes, les bisontins font passer leur tournée par Belfort. Une grosse centaine de personnes ont investis la soirée pour tout ou partie du plateau de ce soir.

« Les Jack » vont nous offrir des morceaux très bien exécutés, sans quasi fausse note. Une belle lumière, tout dans la sobriété. Ça envoie les titres sans fioriture, c’est carré, ça rigole, Briou fracasse toutes ses baguettes.

Le set oscille entre titres de l’album mais aussi retours sur certains plus anciens qui ont fait la réputation du groupe comme « Minor Noise », « Program », ou encore l’incroyable « Scenario ».

On aura donc le plaisir de découvrir la quasi totalité du nouvel album. Comme à leur habitude, les JATBF vont faire un set bien équilibré, du coup, ça passe vite, jusqu’à ce que « Circles and Dots » clôture le set. Heureusement, on a droit à un double rappel avec « Silent Film » et un bon vieux « Places to Hide » (instru) pour achever leur oeuvre.

Bon, il va falloir trouver des défauts dans ce set :

– le nouvel album en contenant beaucoup, et comme cela fait un peu les morceaux, les backing vocals pourraient avoir plus leur place aussi en live

– le taping d’Hervé était trop lointain pour prendre sa vraie place dans PlacesToHide

Mais bon, vraiment, on pinaille.

C’etait un super concert, limite regretté de n’avoir pas fait le live de la Rodia. Bonne route à ces groupes pour la suite. On a eu ce soir une belle brochette de dignes représentants du rock local.