Nom du groupe
Corpus Diavolis
Style
Blak Metal
Label
Album
Apocatastase
Date de sortie
19 novembre 2021
Pays
France
LA NOTE
8.6/10

Le Black Metal français a toujours eu, pour moi, une place importante tant dans la scène en général que dans mon parcours de vie. Je suis né, musicalement, dans les années 90 avec des groupes comme Seth, Nehemah, Gorgon, AntaeusBlessed in Sin et j’en passe. Avec le temps, d’autres sont venus et ont apporté leur pierre à l’édifice. Impossible et inutile d’en faire la liste. J’ai souvent râlé (en mode c’était mieux avant) contre certains nouveaux venus qui avaient totalement dénaturé ce style extrême, underground, en le parant de belles images, en le rendant lisse et sans âme, mais depuis quelques temps, des formations arrivent à faire revivre cet esprit.

Et on peut dire que Corpus Diavolis en fait partie. Bien que l’entité existe depuis 2008, je les découvre avec cet album qui sort chez les Acteurs de l’Ombre (qui comme d’hab, met les petits plats dans les grands avec une édition ultra collector comprenant de quoi créer une atmosphère sensorielle pour accompagner la musique).

Après plusieurs albums et Ep plus ou moins différents, il semble que Corpus Diavolis ait accouché de l’album de la maturité. Il faut souvent du temps pour digérer les larges inspirations que propose la musique extrême. Car ici, les influences vont tout aussi bien dans le Black Metal pur et dur que dans les musiques ambiantes et incantatoires.

On peut citer dans les groupes qui ont sûrement été une source d’inspiration pour C.D. : Mayhem, Dissection, Watain (les ambiances sont assez proches) ou bien encore Behemoth, mais aussi la scène Grec avec Acherontas (la production de Apocatastase a d’ailleurs été confiée à Georges qui a produit le dernier album des Grecs).

Le groupe revendique son satanisme, tant dans les paroles que dans ses interviews. Cette philosophie se ressent musicalement, les ambiances que l’on retrouve dans un titre comme The dissolution and eternal exstasy in the embrace of satan donnent l’impression d’une cérémonie où le grand Cornu est invoqué.

Pour moi, c’est l’album de Black Metal de cette fin d’année. Une véritable surprise dans une scène qui se renouvelle tout en rendant hommage aux bases de ce style.

LINE UP
Daemonicreator (Chant / Synthétiseurs)
Analyser (Guitare)
Kosm (Guitare rythmique)
Funeral (Basse)
King Had (Batterie)