Pestifer - Expanding Oblivion
Nom du groupe

Pestifer

Album

Expanding Oblivion

Label

XenoKorp

Date de sortie

2020

LA NOTE
8.5/10

Pestifer voit le jour en 2004 du coté de Liège. Il leur a fallu deux années (2006) pour sortir leur premier projet (EP) « Pestifer ». Alliant le Death Metal Technique, Metal Progressif et le Death Metal, le combo belge flirte par moments avec le Thrash. Troisième album après « Age Of Disgrace » et « Reachning the Void », « Explanding Oblivion » promet de dépoter avec son atmosphère « Science-Fiction ».

L’album débute avec « Remedy » qui nous fait entrer dans le vif du sujet avec des blasts, de la technique et des cassures rythmiques, le tout avec un semblant Thrash Technique qui me fait penser à Atheist. Au bout de ces six premières minutes, Pestifer met tout le monde d’accord en montrant l’étendue de son panel sonore, en jonglant avec différentes ambiances sans failles.

Les mélodies sont en parfaite adéquation avec l’atmosphère science-fiction affichée, en plus d’enrichir une musique déjà profonde et dense. Pestifer réussit à construire son propre univers, malgré des influences perceptibles. La basse est bien entendu de rigueur et on l’entend bien claquer tout au long de l’album. Quand tout cela se retrouve sur de gros blasts bien rapides et des riffs techniques, on peut de suite penser à Obscura, mais Pestifer produit globalement des sonorités « old school ». La production confirme quelque peu cette impression avec un son relativement sec et des guitares assez grésillantes, loin des groupes surproduits au son aseptisé.

Le chant balance entre le growl et un chant plus hurlé, là encore bien fidèle à la tradition des anciens de la scène Death ou Thrash Technique. Si les membres de Pestifer maîtrisent bien leurs classiques notamment dans le titre « Grey Hosts », on plonge dans leur univers, un univers assez froid aux ambiances à la fois spatiales et hostiles. On arrive à ressentir le vide intersidéral tout en étant observé.

L’entame du titre « Expanding Oblivion » se fait avec un piano qui n’adoucit pas l’ambiance, mais la rend terrifiante ! Tout le morceau est limite inquiétant avec ces riffs rampants et ces mélodies et arpèges complètement dissonants et froids. On reproche souvent aux groupes techniques d’être stériles et de ne proposer que de la démonstration. Pestifer en est le contraire car il crée un univers et développe des ambiances prenantes et évocatrices, tout en vous en mettant plein la vue techniquement.

Tout aussi dense qu’il est, « Expanding Oblivion » passe relativement bien, l’association de la mélodie, de la technicité et de la brutalité est assez bien dosée pour que l’on se plonge rapidement dans cet univers froid et sombre.

Un troisième opus dans la droite lignée de ses prédécesseurs et qui montre une fois de plus l’étendue du spectre sonore que couvre ce groupe. Beaucoup disent que la scène Death Technique tourne en rond, je leur dirais bien d’aller écouter « Expanding Oblivion » ils m’en diront des nouvelles.

Tracklist d’Expanding Oblivion

01. The Remedy
02. Ominous Wanderers
03. Silent Spheres
04. Disembodied
05. Swallower of Worlds
06. Fractal Sentinels
07. Grey Hosts
08. Lone Entity
09. Omniscient
10. Ultimate Confusions
11. Expanding Oblivion

Les membres de Pestifer