Couverture Iron Flesh - Forged Faith Bleeding
Nom du groupe

Iron Flesh

Album

Forged Faith Bleeding

Label

Epictural Productions

Date de sortie

2019

LA NOTE
7.5/10

Iron Flesh, projet solo de Julien Helwin voit le jour en 2017. Helwin, qui s’essaie dans cet album au chant et à la guitare, est loin d’être un novice si on se base sur ses différentes collaborations déjà bien fournies (Malevolentia, Otargos, Dawn Chaos, Mithras, Withdrawn, etc.).

Pour les concerts, il a été rejoint depuis par Sébastien, Sylver et Guilhem qui sont des musiciens talentueux et passés entre autres par The Great Old Ones, Fate of Fallacy, Black Storm ou Heboïdophrenie. Il n’en reste pas moins que Julien reste celui qui « gère tout » dans le groupe, à savoir la composition et les textes. Après la sortie de « Worship The Necrogod – 2017 » et « Scourge of Demonic Incantations – 2018 », le leader d’Iron Flesh continue ses créations à un rythme très soutenu, puisque son premier album Forged Faith Bleeding sort durant le mois de mai 2019.

Neuf morceaux sont au menu de ce nouvel opus, dans un style Death Old School avec une production assez crue qui laisse entrevoir tous les instruments en les laissant s’exprimer librement.

Dès l’ouverture, une entrée en matière assez qualitative avec les effrénés « Invade, Conquer & Dominate » et « Ripping The Sacral » qui enchaînent les punchs à bout portant, avec un jeu rapide et en continu. Cette « violence » est ralentie par de cours passages synonymes d’accalmie avant une nouvelle tempête qui nous arrive de front et qui nous déboussole. Le ton général de l’album est donné avec du bon Death !

Iron Flesh n’a pas l’intention de lever le pied après ce premier titre. Rapidité, explosivité seront de mise la plupart du temps, mais pas uniquement ! En effet, histoire de ne pas sombrer dans une certaine monotonie qui aurait été préjudiciable, le bordelais a accentué la lourdeur ainsi que la lenteur sur certains morceaux, dont le premier exemple est le sombre et morbide « Malignant Kingdom ». Ce titre est empreint d’atmosphères qui frôlent le Doom avec un tempo bridé durant quasiment toute sa durée, le tout renforcé par une noirceur encore plus exacerbée et suffocante avec quelques explosions à la fin qui viennent rappeler que le combo mise principalement sur le matraquage intensif. Il faut noter que ce titre maîtrise très bien les deux extrémités.

La structure de la galette est assez intéressante car on arrive à ressentir une certaine homogénéité de bout en bout, à l’instar de « Harbringer Of Desolation » qui a repris le même schéma, tout en y ajoutant quelques subtilités. Un départ avec quelques riffs à la fois angéliques et obscurs, et une suite où il n’y aura pas d’accélération, sans forcément tomber dans la redondance. Mis à part la batterie qui arrive à injecter un réel dynamisme, il faudra saluer le travail fait sur les guitares qui ont créé une harmonie.

Vous l’aurez compris, Julien prend le risque plutôt payant de combiner la rapidité et la rugosité de son Death avec de nombreuses baisses de rythme. Les lignes directives sont gardées, car Iron Flesh sait envoyer la purée au bon moment, à l’instar de « To The Land Of Darkness » et « Deep Shadow » aux débuts surprenants.

Tout en voulant se diversifier, le multi-instrumentiste n’en n’oublie pas ses fondamentaux et a l’audace d’oser de nouvelles expérimentations et de sortir de son terrain de jeu favori, plutôt que de miser sur la redondance et la linéarité.

Sous ses différents aspects cet album est plus subtil et appliqué qu’il n’y paraît, Helwin frappe un très grand coup en réussissant brillamment son pari osé ! Les titres, la pochette qui au passage est superbe, sont bel et bien à la hauteur de l’expérience et du vécu musical de Julien Helwin.

Tracklist de Forged Faith Bleeding 

01. Invade, Conquer & Dominate
02. Malignant Kingdom
03. Ripping The Sacral
04. Harbringer Of Desolation
05. Celestial Disciple’s Incarnation
06. Stench Of Morbid Perversion
07. Red Sky Aeon
08. To The Land Of Darkness & Deep Shadow
09. Where Universe Collide

Les membres d'Iron Flesh
Please follow and like us: