Nom du groupe
Synapse
Style
Metal prog
Label
Autoprod
Album
Singularities
Date de sortie
18 novembre 2021
Pays
France
LA NOTE
8.5/10

Synapse est présenté comme un groupe de rock progressif aux touches jazz. Quelque part, c’est même un peu plus : bon nombre d’influences inspirent Thomas Valentin (chant), Alex Sacleux (guitare), Sacha Le Roy (Basse) et Carlos Bardonnet (batterie).

Leur premier EP « Impulse » proposait déjà un rock/metal progressif très bien travaillé et créatif, et avec « Singularities », Synapse démontre d’autant plus son savoir-faire. Enregistré au studio Axone et produit par Pierre Daniel (Kadinja), ce nouvel opus propose un son puissant et très persuasif pour cette esthétique.

Les nombreuses influences (rock, prog, metal, jazz) de Synapse font aboutir leur composition à un contenu vivant et sophistiqué : échafaudages rythmiques d’une diversité épatante, harmonies guitare/basse/orchestrations riches, et parties vocales somptueusement adaptées au paysage musical sont de la partie. Certains refrains, orchestrations et transitions m’évoquent facilement Dream Teather, et on peut citer également Haken et The Ocean par moments.

Le travail de mise en relief est à la hauteur des attentes des amateurs de prog : on apprécie de belles montées en puissance comme dans Strength By Numbers, et des parties de guitare tantôt accrocheuses (riff de Roam) ou expérimentales (interlude de Lost By Design). L’équilibre général entre passage intenses et calmes est géré de façon à ce que tout s’enchaîne très naturellement. L’ensemble est parfaitement lisible, et l’expression de chaque musicien bien gérée. Une place pertinente est faite à la basse dans le couplet de The End Of The Line ou Strength By Numbers , qui ne se laissera pas non plus oublier dans It’s Only Cries (solo fretless), où Sacha Le Roy nous régale de sa 5 cordes. Ce qui marque dans le travail réalisé sur la batterie, c’est l’aisance avec laquelle sont exécutés les plans de base (polyrythmie, mesures impair et j’en passe) et de surcroît les transitions de fin de motif où le feeling est admirable.

Une trilogie est présente dans l’album, avec « Rage », « 3000 », et « Brand New Sky » mon titre préféré. Outre la qualité certaines des clips en faisant l’objet, ces musiques marquent avec force les enjeux défendus par le groupe parmi lesquels le devenir de l’être humain, nos dérives de civilisation et le désastre écologique. En ce sens, on se félicite de pouvoir consulter l’écriture avec facilité dans la description des vidéos. La dystopie futuriste évoquée dans « 3000 » vaut le coup d’œil !

Tout du long de l’album, on profite d’une belle variété de samples et synthés, d’orchestrations changeantes et bien pensées pour sublimer la prestation des musiciens. Le son est impeccable dans les moments ambient… ou non.

Sur la chaleureuse (mais mélancolique) ballade « Human Naïveté », il est possible de conclure ainsi :

Singularities amène une richesse instrumentale, vocale et textuelle très aboutie, qui se ressent également sur leur univers visuel signé Gustavo Sazes. Il y a de quoi roder cet album pendant un moment ! Un des aspects que j’aime beaucoup est cet art de proposer quelque chose d’à la fois accessible et sophistiqué (un de mes groupes phares pour illustrer cet exemple est Riverside). Un gage de qualité pour Synapse, aux musiciens dont l’expérience est facilement palpable dès les premiers instants d’écoute.

A toutes les singularités curieuses : foncez !

Tracklist

1.Lost By Design
2.Roam
3.The End Of The Line
4.Rage
5.3000
6.Brand New Sky
7.It’s Only Cries
8.Strength By Numbers
9.Human Naiveté