Primordial, Swallow The Sun et Rome, au Grillen, le 12 avril 2022

Voyage chez nos voisins Alsaciens en ce mois d’avril, où la scène rock et métal est des plus actives. Ce soir au Grillen, c’est Primordial, Swallow The Sun et Rome qui sont à l’affiche ! Rien que ça ! On espère beaucoup de cet « Heathen Crusade To Doomsday ».  Chapeau en passant au collectif Headbang et son équipe 100% bénévole qui a rendu cela possible !

 Les portes vont ouvrir avec du retard, mais le beau temps est en rendez-vous, alors on attend patiemment en cette fin de journée ensoleillée. On doit être une bonne centaine, venant d’un peu partout (j’entends du Suisse et de l’Allemand).

A peine rentré que le 1er groupe entame son set. C’est ROME qui ouvre le bal. C’est un groupe de neo folk luxembourgeois. 2 musiciens sur scène. Le guitarise/chanteur/frontman Jérôme Reuter, et son acolyte, debout aux percussions, avec une batterie des plus minimalistes : 1 caisse claire, 1 tom, 2 cymbales, des chimes, maracas et 1 shaker. Bon. Ils s’accompagnent quand même d’une piste enregistrée. Le style est très calme et posé, tout comme le public qui doit faire de même pour s’immerger, mais qui ne manque pas d’applaudir chaleureusement entre chaque morceau. Le set est plutôt cours (environ 30 min.). Ce n’était peut-être pas un mal, dans le sens où on sent le public très respectueux, mais en appétence de quelque chose un peu plus… « grave » dirons-nous.

Peu de matos à enlever, donc du coup l’entracte est très rapide. Juste le temps de tailler une petite bavette avec une adhérente alsacienne de Metal In Franche-Comté rencontrée par hasard, et Swallow The Sun entre en scène. C’est reparti pour un peu plus d’une heure de show !

Formé en 2000, ce groupe finlandais de Doom a 8 albums à son actif. Leur dernier, « Moonflowers » est paru le19 Novembre 2021, tout aussi douloureux et mélancolique que leur précédent. La machine à fumée a fait son office et a bien empli toute la salle. Les lumières baissent significativement en intensité par rapport au précédent groupe. C’est dans cette ambiance sombre et grave que les musiciens encapuchonnés lancent les premières notes de leur titre « Enemy », (et qui n’est pas sans m’évoquer un esprit Paradise Lost)

Le chant varié (à prédominance claire) du chanteur Mikko Kotamäki est impeccable, et colle tout au long du set à l’ambiance généralement triste et sinistre. Mention spéciale au titre « The Void ». Guitariste et bassiste s’autorisent quelques écarts d’énergie à des moments bien choisis avec quelques postures originales. Ça ne dénote pas trop, et ça égaye un peu. Un très bon moment de Doom.

Préparatif de Primordial : Balances et accordages faites avec les musiciens. Un doudou posé sur un retour de son. Serviettes, bouteilles d’eau, mais aussi une bouteille de merlot (Les Ormes De Cambras 2020 pour être exact) sont prédisposés à des endroits stratégiques de la scène.

Allez, on attaque ! Changement de style avec un black métal racé. Ambiance encore très sombre, mais moins embrumé que pour le groupe précédent. Les riffs sont plus entraînants, et donc le public rentre plus dedans. Mais surtout, beaucoup plus d’échanges avec le public, ce qui n’est pas pour déplaire. En effet, rares sont les groupes qui peuvent se targuer d’un chanteur aussi charismatique et captivant que Alan Averill Nemtheanga. Pendant tout le show (1H30 ce soir), on a d’yeux que pour lui ! La musique n’est pas en reste. Primordial officie depuis 1991 et ont 9 albums studio à leur actif. Leur dernier, « Exile Amongst the Ruins », est sorti en mars 2018. Les gars ont clairement de la matière et du bagage. Des titres comme « To Hell or The Hangman » ou « Wield Lightning to Split the Sun » en sont des preuves évidentes. Pourtant, c’est encore et toujours le chanteur qui captive, pas ses postures, sa passion, ses façons d’invectiver le public, les émotions qu’il arrive à faire passer à travers ses expressions de visages ou autres positions de mains… D’autre part, c’est le seul qui est grimé. Quelle présence sur « Nail Their Tongues », ou « As Rome Burns ». L’audience de ce soir est conquise. Le set a visiblement tenu toutes ses promesses. Le groupe clôturera avec « Empire Falls ». S’en suivra un feu nourri d’applaudissements.

Une soirée qui s’est faite de bout en bout de montée en puissance ! Un super cru qu’était la programmation de ce soir qui n’aura certainement pas ravi que moi ! Encore merci aux groupes présents ce soir, au public, au Grillen et à l’association Headbang !

Live report et crédits photo : Y.BRED