Nom du groupe
Phonopaths
Style
Crazy Food Core
Label
indépendant
Album
OdoMolKit (Part I)
Date de sortie
17 juin 2021
Pays
France
LA NOTE
8/10

Tant d’information auditive en quinze minutes qu’il est difficile de savoir par où commencer. Et commencer implique d’abord de reprendre ses esprits, après ce flot improbable de festivités sonores honorant la vaste sphère de la Nourriture.  Oui, avec un grand N. Car dieu sait que pour Phonopaths, ça compte.

Commençons donc par le début ! Phonopaths est une formation française, et pour reprendre leurs propres mots, un « consortium amical né de la fusion bicéphale de deux fumeurs de qwark dont les machinations bienfaisantes vous feront déambuler dans un labyrinthe musical rempli de personnages délicieusement psychotiques ». Plutôt éloquent et très clair.

Après l’album « Sandwich, Ducks and Dishwasher : The Chronicles of Supertaste« , L’EP de Phonopaths  « OdoMolKit – Part I » (diminutif de « Odyssey Of the Molecular Kitchen ») est sorti le 17 juin 2021. Il décrit la mort qui tue d’un mortel Unique’vers (« The deadly Death of a dead Uniq’verse »), et utilise pour ce faire tout l’imaginaire de dingo qu’on puisse rêver pour pareille entreprise. Pas besoin de LSD pour se joindre à la fête : un simple carré de chocolat en contemplation de la pochette colorée, et on appuie sur lecture pour démarrer le grand saut.

Formule « The End Of Hazel Weasel », ou « La Fin de la Belette Noisette »

(vous l’aurez deviné, l’aspect dramatique de ce premier titre annonce grand).

  • Entrée : Intro déstructurée et transition croustillante sur le super gimmick rythmique qui semble être une alternance de mesures 7 ; 7 ; 6 temps (tout va bien). Sur celui ci est servie la voix claire pitchée sauce cartoon de Bastien essentielle à l’ambiance déjantée de l’ensemble.
  •  Plat : les screams délicieusement incisifs et choeurs apocalyptiques régalent sur un fond sonore ultra dynamique. Alternances rythmiques et mélodiques, orchestrations modernes rondement menées, la batterie de Matthieu est entrainante, les parties de guitares (Aïki, Boris) et basses (Nabil) sont carrées. Headbang de béchamel soutenu donc, sur cette ode au phare éclairant un torrent de vin magique.
  • Dessert : chant crié impérieux qui met tout le monde d’accord à propos de l’apocalypse des mondes dévorés à l’infini.
 

Formule « Aubergiptian Jabs »

  • Entrée : Rythmique orientale gratinée djent, agrémentée de chants divers et passionnés. Assaisonnement ternaire épique.
  •  Plat : Pêches dans les dents aux screams sur sa dégringolade d’impacts de caisse claire, suivies de l’envoutant pont slap bass et son chant à la fausseté savament étudiée pour nous baigner d’encore plus de folie. On rempile sur le refrain très revendicateur « We’re Aubergyptian Jabs » et d’autres alternantes joyeusetés.
  •  Dessert : Poursuite de l’avalanche orientale qui enfonce le clou jusqu’au bout.

Formule « Zesty Zucchi Zombie »

  •  Entrée : Wololooo.
  •  Fromage : Début de la passionnante histoire du zombie piquant courgette, supplément wololooo. Départ en vrille sauce ketchup, instrumentation au glaçage punk galopant saupoudré de cuivres azimutés.
  •  Plat : Sortie du four de courgette épicée sous toutes ses formes, répétition de phrases entêtées, du prog, des plans alambiqués, et une nouvelle couche de chant si justement faux. Une débâcle savante et millimetrée dont on ne laisse aucune miette.
  •  Re-fromage, entrée dessert, apéritif, peu importe : Explosion incontrôlée du zombie que votre imagination aura tout loisir à conceptualiser.

En définitive, ces trois formules ont de quoi vous occuper un moment au vu de la versatilité de la composition, la richesse instrumentale, des voix ô combien expressives sans parler des textes à déboiter le crâne. Un peu plus de clarté sur ces derniers aurait été cepedant appréciable : même avec les écrits sous les yeux ils est parfois difficile de suivre les phrasés.

Messie de la « Crazy Food Core », Phonopaths propose donc un contenu musical très vivant, coloré et grisant. Que rêver de mieux pour accompagner toute forme d’activité sportive, provoquer l’épanouissement social en soirée mondaine, ou qui sait, un agréable moment en cuisine ?

Aïki – Guitares

Bastien – Voix

Boris – Guitares, Synthé

Matthieu – Batterie, Choeurs

Nabil – Basse