Nom du groupe

pensées nocturnes

Album

grand guignol orchestra

Label

les acteurs de l’ombre

Date de sortie

2019

LA NOTE
9.3/10

Déjà 6 albums pour le plus déglingué des groupes de Black Metal Français, et là l’adjectif est tout à fait justifié. Qui aurait cru qu’un tel délire pourrait durer sur la longueur, soyons francs, on a tous pensé à un one shot, la folie passagère d’un homme.

Et c’est donc en février 2019 que va sortir ce nouvel album, « Grand Guignol Grotesque ». Et le chemin parcouru depuis « Vacuum » est assez impressionnant. Vaerohn a digéré je pense toute sorte d’influence musicale pour composer la bande originale d’un film d’horreur particulièrement réussie.

Il est difficile par contre se savoir par où commencer. Premier point, le son s’est encore amélioré par rapport à l’album précédent, un bonheur car cela permet d’entendre tous les instruments, et ils sont nombreux les batards ! De l’accordéon en passant par la clarinette aux cuivres en tout genre, un orchestre sur scène mais un seul compositeur, qui a presque tout enregistré lui-même.

Et cette folie circassienne prend souvent la forme d’un Black Metal déstructuré où viennent se greffer des musiques typiques des chapiteaux, des samples (j’ai cru entendre Coluche), des parties totalement barrées comme sur « Poil de lune ». Entre musique des Balkans et Metal Extrême, j’ai parfois l’impression d’écouter un album qu’Emir Kusturitsa aurait pu créer, époque « chat noir, chat blanc ».

Par moment, on ressent aussi les musiques qui accompagnaient les films de Chaplin.

Dans tout ça, j’ai ma petite préférence, qui porte le doux nom de « les valseuses », pas le titre le plus dérangé mais en tout cas le plus brutal qui me rappelle un peu Anaal Nathrakh.

Et la (les) voix, totalement barge et en français, qui rappellent les intonations d’un autre groupe français, Peste Noire. D’ailleurs sans faire de parallèle, ce groupe a quelques similitudes dans la démarche musicale de se foutre royalement des styles.

Le coté orchestral me fait penser à un vieux groupe, Angizia, dont les albums avaient un coté baroque bienvenu !

Bref, comme je disais cet album m’évoque beaucoup de choses, on navigue dans les époques, les styles, il n’hésite pas à faire un hommage à notre musique traditionnel, ce grand guignol est un sacré coup de poker dans une scène Black Metal toujours en mouvement, toujours en recherche d’innovation sans jamais renier l’idée de départ, celle qui est de rebuter le pécore moyen !

LINE-UP : Solo project by Vaerohn.

Please follow and like us:
error