Nom du groupe
PANOPTYCON
Style
Black Metal
Label
Autoproduction
Album
Among The Black Steams
Date de sortie
12/06/2022
Pays
France
LA NOTE
9/10

La scène black Metal de notre région est principalement originaire de l’aire urbaine de Belfort-Montbéliard. Le vent glacial du ballon confère à cette partie du territoire un climat de Norvège en hiver. Dans la capitale comtoise où le climat est moins rude, les groupes adeptes de la bienséance se comptent sur les doigts d’une main :  JE et son Black Shoegaze (vous souvenez-vous du clip Cendres de Rêves ?) ou  Sombres Espoirs et sa musique crue tout droit sortie d’une demo sur cassette des années 90. Cependant, depuis quelques mois, Besac’  compte un nouveau groupe qui commence sérieusement à faire parler de lui : Panoptycon. Derrière un nom qui pourrait faire penser à un démon primordial ou à tout autre rituel sataniste, se cache en réalité un concept architectural carcéral ! Imaginez une prison où un seul gardien serait capable de surveiller l’ensemble des détenus depuis une tour centrale, voilà le concept !!! Si j’ai bien compris le double sens , cela permet également au groupe de critiquer la société moderne. A noter que ce n’est que mon interprétation par rapport aux titres des morceaux car je n’ai pas eu les textes entre les mains. 

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, pour un groupe qui arrive de nulle part, sortir un premier album avec un tel niveau de production est de bonne augure pour la suite.

L’exploit est total; je m’explique,  c’est un enregistrement réalisé en autonomie par le groupe au studio 111!  Je n’ai pas réussi à trouver d’informations sur ce studio en dehors de deux photos sur la page du groupe où on y voit un tas de matériel entassé dans une belle cave voutée. 

Le mixage et mastering a été réalisé au Sun Eater Studio par Sohail Alhajaj,  une figure emblématique de la scène metal de Besançon. Il a accompli un travail de toute beauté sur la clarté et la couleur sonore qui respirent à l’écoute de cet album. C’est propre, clair et puissant.

Sans transition, intéressons-nous aux 7 morceaux qui composent Among the Black Steams. Pour les décrire, quoi de mieux que de citer le groupe, qui définit sa musique ainsi :  « alliance of the Black Metal’s violence and the Chaotic Hardcore’s heaviness ». Cette citation est parfaite, même si de mon point de vue nous sommes quand même plus proche du black metal. 

Lors de mes écoutes, j’ai trouvé des liens avec Behemoth, comme sur la fin du morceau Black Mirror. J’ai noté également  un coté Black & Roll qui rappelle Satyrycon, en particulier sur les morceaux Heureux les ignorants et  Let him burn, avec des riffs guitare d’une efficacité absolue. Mais là où la magie opère, c’est lorsque que le groupe bascule vers une approche plus Post Black metal comme sur Humanity’s blindness. Sur ces morceaux, j’ai l’impression de sentir l’influence de la scène bisontine (historiquement proche du hardcore) transpirer dans un groupe de black metal pur et dur. 

L’album réussit l’exploit de créer une osmose entre ces deux univers sans reprendre les clichés habituels. 

Voilà, pour résumer, cet album est une vraie pépite made in Franche Comté, je ne peux vous conseiller qu’une chose : rendez vous sur le bandcamp du groupe , allez les voir en live et récupérez leur album, c’est certain, vous ne serez pas déçu !  

Guitar : Bastian
Bass : Raph
Drum : Tamok
Vocal & Guitar : Ben