Live Report Mon Baby Blues Festival 2022-Montbéliard

Nous voilà donc partis pour la 7ème édition de Mon Baby Blues Festival, festival incontournable de la musique blues et du rock dans le Pays de Montbéliard. Créé en 2015 à l’initiative de l’APCRPM (Association pour la promotion de la culture rock du Pays de Montbéliard), ce festival a toujours mis une priorité à la découverte de jeunes groupes, de jeunes talents, qui pour la plupart tournent toujours à ce jour (Laura Cox, 58 Shots……)

Cette nouvelle édition n’allait pas déroger à la règle avec, à l’affiche, Will Barber le jeudi 1er septembre, découvert à The Voice et invité de Manu Lanvin lors de son dernier set aux Môles de Montbéliard en septembre 2019. Le vendredi 2 septembre, Barn Hooker et Dirty Deep et le samedi Belly Hole Freak, Bywater Call & Kim Melville.

Will Barber

Pour cette 7ème édition, une nouvelle fois le festival s’invite hors des murs de LA Salle mythique dans laquelle le Baby Blues fut lancé, l’Atelier des Môles. Ce jeudi, Will Barber jouera au sein de l’Accent, petite salle de Montbéliard aussi bien dédiée au théâtre, à la musique mais surtout à l’art de proximité.

Initialement prévu en solo, Will, à notre grande surprise, sera accompagné à la basse et à la batterie pour un set d’une heure environ.

Will Barber, c’est déjà une gueule, un style Old School, une voix rauque comme on en connaît au fin fond des bayous de Louisiane. Un adepte de la guitare Lap Steel (jouée sur les genoux) et autres guitares improbables comme notre luthier local Laurent Girardclos de Cigare Broc Guitare sait en faire, d’ailleurs deux de ses instruments accompagneront Will sur la scène dont une très jolie Lap Steel habillée de son étui de violon.

The Voice Saison 6 sera le début de tout, comme il me l’a si bien dit, son interprétation d’Another Brick in the Wall charmera Zazie qui l’intégrera dans son équipe. Force tranquille sur scène, il nous emmène dans son monde teinté de diverses influences comme Led Zep, les Stones, le Floyd, et autres bluesmen et folkmen bien connus.

Limitée à un auditoire de 50 personnes, c’est avec émotion que nous partageons un très agréable moment avec notre hôte. Attachant et disponible, je repartirai avec son album « Alone » et en vinyle s’il vous plaît…   

Barn Hooker

Nous sommes de retour à l’Atelier des Môles et c’est Barn Hooker qui va lancer les hostilités ce vendredi soir.

Combo lyonnais fondé en 2019 par Joey à la voix et Jimbo à la guitare en 2019, parti de 2 ils finiront à 4 avec Oleg à la batterie et Thibaud à la basse (le compagnon dans la vie de Joey.)

Avec Barn Hooker, on rentre dans du Dark Blues, l’underground, avec une Joey au charisme et à la présence scénique impressionnante, à la voix proche de celle de Lady Gaga…. Ma foi, c’est ce qui est dit dans tous les articles sur Barn Hooker…. En tout cas sa voix colle à la perfection à la férocité de son jeu de scène et à l’univers troublant de leur musique, c’est addictif, excitant…. J’adore….

Avec leur EP « Dead Ugly », et les chansons « Ferocity » et « John Wayne », ces titres phares du groupe viennent se greffer à une série de 9 titres qui nous emmènent dans leur univers bouillonnant. Joey à l’image de Vanja Sky, l’année dernière et Laura Cox en 2017, nous montre l’énergie musicale que ces jeunes femmes arrivent à nous transmettre, sans chichi, faisant preuve d’une autorité sur scène incontestable. Merci encore pour cette découverte, qui à mon avis, n’en sera plus une au fil du temps…

Dirty Deep

De Lyon, nous allons à Strasbourg, ville d’origine de Dirty Deep, combo créé en 2010 par Victor comme un one man band, un peu comme notre Will Barber, et rejoint par la suite par Geoffroy à la batterie et Adam à la basse.

On entre avec eux dans un univers Heavy blues et Garage Blues. Victor à la barbe à la Duane Allman démarre le show assis sur sa caisse en bois estampillée Jameson Wiskhey , j’adore ce look vieux bluesman, son jeu à l’harmonica, ses guitares old style, un univers très Blues Delta avec une pointe grunge.

La disposition sur scène du groupe nous change des dispositions habituelles où le placement du batteur dans le fond de la scène laisse très peu de chance à des photos de qualités, là on peut profiter du trio dans un jeu de lumières idéal.

Dirty Deep, c’est déjà 5 albums depuis 2012 jusqu’en 2020 avec « Foreshots » (album acoustique) et des tournées en pagaille avec des dates marquantes comme ce 7 juillet 2016 où ils feront la première partie de Johnny Halliday à Haguenau ou le 3 août 2018 en première partie de Santana à la foire aux Vins de Colmar. Ce groupe est devenu en une dizaine d’années un fer de lance de la scène française en marquant leur auditoire à chaque passage, avec une musique riche d’influences diverses qui rend le blues si universel. Chapeau bas Messieurs…

Le Festival sera cette année clôturé par 2 groupes conduits par des jeunes femmes.

Kim Melville

Kim Melville, venue de Paris, ouvre la soirée. En backstage, le trac monte très fort pour elle : A l’Atelier des Môles, ce soir, ce sera sa toute première scène ! J’entends les musiciens rassurer la jeune fille… et hop il est l’heure de monter sur scène !

Un look, du rythme, un sourire, une belle voix, une présence sur scène digne des « grands » : Kim et ses musiciens s’en sortent à merveille. Le plaisir d’être là est palpable. Chanteuse, guitariste, compositrice et auteure, elle met très vite le feu, au son de ses notes aux influences blues, rock, voire glam et country.

Bywater Call

Bywater Call clôturera la soirée. Dans la petite salle, on espère retrouver l’ambiance de la veille au soir. Kim a fait le nécessaire pour ça.

Sur scène, ils sont 7 : un claviériste, un bassiste, un guitariste, un batteur, un trompettiste, un saxophoniste et Meghan à la voix. Avec un CV dans le monde de la musique Blues long comme le bras, des performances saluées dans différents médias, une notoriété qui a traversé les océans, on espérait un final en apothéose pour ce Baby Blues Festival. Mais la mayonnaise n’est pas vraiment montée…Dommage.

  • Laurence Amielh et Franck Lamberthod pour Metal In Franche Comte