Nom du groupe
Korsakov
Style
Post black metal
Label
Source Atone Records
Album
погружать
Date de sortie
26/11/2021
Pays
France
LA NOTE
8.6/10

« Korsakov » est un projet Lillois imaginé par A. en 2019, dont le nom provient d’un trouble neurologique sévère provoquant une perte irrémédiable de la mémoire et une forte tendance à l’affabulation. Initialement conçu comme un projet solo, Korsakov est rejoint par E. qui vient poser sa voix sur ses pensées musicales chimériques. Le style, principalement post-black metal, est agrémenté d’ambient et de musique electro pour nous raconter une histoire intense et riche en relief. Korsakov est bien plus qu’un projet musical, Korsakov est un travail de recherche sur la mémoire de ses deux membres. Se souvenir d’un passé qui n’a jamais existé, oublier le présent, guidé par une main invisible qui nous manipule à sa guise dans l’imagination d’une vie quasiment factice.

« погружать » (“pogruzhat”) est un album de 6 titres dont la sortie est annoncée le 26 Novembre chez Source Atone Records. Nommés respectivement de « I » à « VI », ces moments musicaux véhiculent quelque chose de lancinant, lourd et chargé d’émotion, comme ce qui impacte la personne atteinte de ce trouble et son entourage. Difficilement exprimables par de simples mots, le chant de Korsakov est sans paroles, restant dans l’indisable pour laisser jaillir ses tourments, ses entraves et ses douleurs.

« I », dont le clip est sorti le 02 novembre 2021, officie l’opus en proposant un black metal efficace et soigné. Le rendu voix de E. est parfaitement taillé pour coller à l’image tourmentée du concept, les plans de guitares n’ont rien à envier aux classiques du genre (qui ne se privent pas d’éléments mélodiques : bon riff de fin), tout comme la batterie qui meule comme il se doit. Une somptueuse présentation.

« II » : la facette ambient de Korsakov nous est révélée. Des nappes synthétiques nous bercent dans cet interlude des plus immersifs. Presque cinématographique, ce passage m’est vécu comme le calme avant la tempête… si bref.

« III » remet le couvert sans lésiner. Je suis particulièrement séduit par cette esthétique de chant spontané sans paroles, qui renvoie à quelque chose d’inconscient, de plus brut. Le trouble neurologique « Korsakov » mène la personne souffrante à ne plus pouvoir saisir quoi que ce soit, jusqu’aux mots. Les autres influences apparaissent également sur ce titre, avec un instant shoegaze transitoire fascinant, sans parler de l’évolution mélodique de fin qui fonctionne on ne peut mieux.

« IV » : mélodie de synthé au son légèrement étouffé, impression nostalgique, que des cris lointains et un beat électro viennent accompagner. Tout respire une douce mélancolie, si l’on fait abstraction des voix pouvant symboliser le fait que les difficultés ne sont jamais loin.

« V » repart de plus belle avec une composition riche en nappes, menée par un blast beat destructeur. La structure est conforme à un titre post black, avec des variations rythmiques et harmoniques cohérentes.

« VI » conclut l’album avec virtuosité : intro apocalyptique, des teintes de black aussi trempées que les précédentes, et cette géniale outro mélancolique et immersive où un homme parle sur le fond musical. J’aime énormément ce parti pris à la « Hypno5e », où le terme cinématographique peut s’employer aisément, où l’imaginaire peut vaquer à ses représentations.

En définitive, « погружать » propose une expérience exceptionnelle tant par son rendu sonore que son histoire. Les compositions sont intenses, mises en relief par les interludes réussis : ces respirations permettent de garder l’attention aisément du début à la fin. Le travail d’ambiance m’a également convaincu. 

Le sujet de la psychologie a inspiré de nombreux groupes comme « Benighted » (Julien Truchan travaillant dans le milieu psychiatrique), et dans le cas de Korsakov, le message est criant d’authenticité. Vu le schéma de nommage des morceaux et le parti pris du chant, il y a quelque chose d’impersonnel et qui renvoie à la notion de perte d’identité. La personne souffrant du trouble évolue ainsi dans le vague de manière perpétuelle. De plus, les titres de « погружать » ont été composés et enregistrés dans un laps de temps très court, comme pour coller à l’urgence de ces sensations : on se dépêche de fixer l’information avant de l’oublier.

Avec cet album ralliant autant de qualité conceptuelle et musicale, Korsakov n’a pas fini de convaincre les amateurs du genre, et il ne fait aucun doute que leur savoir faire sur les différentes esthétiques présentées leur ouvrira bien des portes.

Musiciens :

Instrumental : A.

Voix : E.