Samedi dernier, le 15 juin, se tenait la toute première soirée organisée par la nouvelle association franc-comtoise Iron Crew. Cette soirée, orientée Metal technique, Core et Djent, s’offrait une affiche de groupes français mêlant couleurs locales (Assigned Fate), étoiles montantes (Your Pride) et pointures (inter)nationales (Kadinja).

Dès l’entrée, on sent que Iron Crew a le souci de faire les choses bien. En effet, après une erreur dans les préventes, chaque personne s’est vu rembourser immédiatement à l’entrée le surplus payé au moment de la réservation. Les bons comptes font les bons amis !

Après un peu d’attente, les concerts démarrent enfin avec les Pontissaliens de Assigned Fate, malheureusement amputés d’un guitariste ce soir-là, sommairement remplacé par des samples, mais le groupe aura l’honnêteté d’en informer le public. Par ailleurs, les musiciens ne se laisseront pas avoir par les aléas du numérique et prouveront encore une fois que leur set est solidement en place (malgré peut-être quelques imprécisions niveau double pédale, sauvées par un groove toujours présent). En plus de la qualité de son et de jeu, Assigned Fate s’éclate toujours autant sur scène et il n’est pas rare de voir l’un des chanteurs s’approprier le décor (enfin, le comptoir) et la fosse, un excellent moyen de communiquer leur énergie. Mention spéciale également au bassiste qui a envoyé du lourd.

 

Vient ensuite le groupe Your Pride, composé d’un chanteur, un batteur et un bassiste, et de pas moins de trois guitaristes. Le groupe a tôt fait de reprendre là où Assigned Fate s’était arrêté et continue de faire monter la température de la salle et l’énergie du public. Malheureusement, le son était plutôt moyen, ce qui empêchait d’identifier le rôle des guitares et rendait le tout assez confus. Le tout était cependant bien dosé, et les riffs tapaient là où il fallait. Même si je reste sur un avis mitigé, il faut reconnaître que le tout était plutôt efficace.

 

Kadinja arrive enfin, après avoir rapidement comblé son retard (visiblement les musiciens avaient été retardés sur la route) par un rapide line check (qui aura suffit à pallier le manque de temps). Je suis d’ordinaire assez réfractaire quant au chant clair dans ce genre de Metal, mais force est de constater que Philippe Charny est excellent et maîtrise autant chant clair que growl, sans fausse note et avec brio, tout en communiquant bien avec le public, et toujours avec cet air humble qui semble l’habiter constamment. Côté rythmique, Pierre Danel, Quentin Godet (guitares) et Steve Tréguier (basse) sont d’une précision chirurgicale, d’une technicité fulgurante et d’une excellente maîtrise en général. Danel n’hésite pas à sauter dans la fosse et à jouer les Moïse avant le wall of death. Les riffs sont excellents, variés tant dans l’exécution que dans l’ambiance, les soli aussi. Le tout est brillamment porté par le monstre qu’est Morgan Berthet (batterie), une légende de la batterie en France, aux breaks toujours inattendus mais ravageurs et aux patterns inimitables. Un très bon concert de la part de Kadinja qui mérite amplement de poursuivre son ascension (notamment au Royaume-Uni où ils tournent actuellement).

 

Bilan de la soirée : du très lourd, tant au niveau atmosphérique que musical. La soirée, même si les concerts ont commencé avec un peu de retard, s’est déroulée sans un seul accro et les groupes se sont enchaînés sans perdre de temps, l’énergie n’est donc jamais retombée et a continué d’accroître jusqu’à la fin. Un lancement réussi pour Iron Crew qui aurait mérité un peu plus de spectateurs (tout de même une bonne centaine au compteur, pas mal pour un début) que l’on souhaite désormais voir organiser un maximum de concerts.

Please follow and like us: