Les 29 février sont rares, contrairement aux programmations étonnantes concoctées par Pat, à la tête du Café Français, à Vesoul, l’un des seuls caf’conc’ régulier de la préfecture haut-saônoise. Ce fut encore le cas, avec deux belles découvertes en ce samedi 29/02 au soir : JUMENT précédé de Goal Volant. Deux noms surprenants, qui méritaient du public de curieux, et bingo ! Avec une forte affluence de mélomanes issus de Besançon et du Doubs présents dès le début de soirée, renforcée par les habitués vésuliens, cela n’augurait que du bon…

Mais avant d’évoquer le set du duo JUMENT, intéressons-nous à l’autre duo programmé, le très mystérieux « Goal Volant »…Après avoir découvert (et aimé !) « Equipe de Foot » en fin d’année dernière, je me disais que ce nouveau sportif à ballon dans le monde musical pouvait aussi être une belle surprise, et ça le fut ! Même si les installations techniques, à jardin de la cave, à base de machines, de câbles, de boutons, et de potentiomètres en tout genre, sont bien éloignées des instruments rock dont je suis plutôt friande, les basses et micros aperçus dans la pénombre m’ont un peu rassurées… Car Goal Volant aime la sombritude, quasi aucun light, une lampe frontale visée sur chaque front, et les 2 membres du duo lancent leur set. Un tout premier set en public, d’ailleurs, du moins sous ce projet, mais qui, tout en étant évidemment perfectible, a bien envoyé et a fait dansé le public remplissant la cave.  Un duo étonnant, qui s’ébroue dans la pénombre, s’échangeant basse et micro-voix (deux voix radicalement différentes, d’ailleurs, donnant des couleurs variées aux titres) au gré des différentes compos, envoyant un post indie aux forts accents de dark wave électro très prometteur. Un groupe à suivre, qui risque de faire parler de lui dans la région, et plus loin encore j’espère, après cette première.

Je vous invite à parcourir leur bandcamp par ici :  https://goalvolant.bandcamp.com/releases

ou à découvrir un extrait par ici :

https://www.facebook.com/StephV70/videos/pcb.3346192055410271/3346125955416881/?type=3&theater

Place ensuite au second duo, fortement attendu par l’audience du soir, JUMENT, installé à cour de la cave, de l’autre côté de ce (fichu) poteau du CF. On retrouve là une batterie et des guitares, augurant que du rock nerveux nous attend. JUMENT, basé à Lyon, distille du rock alternatif et instrumental, se définissant lui-même comme « aux frontières du Stoner, du Post Métal et du Post Rock ». Leur face-à-face quasi-permanent symbolise leur complémentarité, dans un set très changeant, rythmé et méga riche dans sa construction, hyper carré et captivant. Avec un intermède acoustique, où ils jouent en tandem, étrangement alignés chacun avec une guitare, on a le temps de respirer et d’apprécier ce calme au milieu de la tempête, qui ne tarde pas à reprendre. Cet animal respire et transpire le rock, et après avoir fait forte impression à Vesoul, il est reparti galoper vers  d’autres scènes. Ne les loupez pas si vous les croisez sur votre route !

« 2 de 2 »
Please follow and like us: