Nom du groupe

IgoRRr

Album

Spiritualy and Distortion

Label

metal blade

Date de sortie

mars 2020

LA NOTE
9.9/10
Il y a des coïncidences dans la vie, en ces temps de confinement et après avoir écouter les extraits, j’allais me décider à acheter le dernier Igorrr et pan, le voilà qui m’arrive via . Étrangement, j’avais découvert le groupe via le projet de Laurent et Laure , ÖxxÖ Xööx et je ne m’étais jamais trop penché sur la discographie d’Igorrr. Pas que l’univers musicale me déplaise, j’ai toujours apprécié les mélanges et avec Gautier Serre, le compositeur, pas de doute, on en a ! Mais tellement de disque, tellement de sortie, les habitudes, bla bla, … On peut se trouver toutes les excuses de la Terre mais là avec ce nouvel album, je dois avouer qu’Igorrr rentre dans mon top 3 de cette année 2020, et à la première place.
 
Tout y est, le son tout bonnement énorme ! les compos toutes aussi originales les unes que les autres mais en gardant une certaine unité. Et ce fil directeur, ce sont des sonorités orientales utilisées avec parcimonie et surtout une basse (le bassiste de Soullfy) totalement intégrée, tapant dans tous les styles de jeu, slap, tapping, … 
Il est toujours rare que sur une première écoute je ne zappe pas un titre ou 2. Là je me suis fait le cd en une fois.
 
Après un morceau into, « Nervous Walrz » débarque avec son violon et la voix de Laure, l’ambiance, les blast en font le titre le plus Black Metal de l’album même si Laurent n’intervient pas dessus.
« Very Noise », qui a eu droit à un clip tout en animation, débarque avec ses rythmiques électro, des beats totalement fous, un univers très jeu vidéo.
 
« Hollow Tree » permet encore à Laure de montrer toute l’étendu de son talent, un titre que fait ressortir le coté Metal de Igorrr, assez sombre.
 
Ah !!! « Parpaing » … le nom déjà, il évoque une certaine violence, et quoi de mieux que le hurleur le plus connu du Death Metal; Georges « Corpsegrinder » Fisher pour poser sa voix. Alors du coup on imagine bien le style mais au bout d’1min30, Igorrr montre qu’il s’est retourner le cerveau de ses auditeurs en transformant le Death Metal en 8 bit, on s’imagine alors corpse en train de démolir des vilaines bestioles dans un jeu vidéo.
 
Le retour de l’accordéon dans Igorrr est toujours un régal. Après « Cheval », il revisite un vieil air de musette à la sauce Black Metal sur « Musette Maximum ». Ils sont fous, mais putain ce que c’est bon d’être aussi barge !
« Himalaya Massive Ritual » marque une légère coupure dans l’album, une espèce d’interlude sombre, ou les voix sont mises en valeur. Définitivement l’univers Igorrr serait une bande originale idéale pour un film (barré le film alors) tant ce cd s’écoute comme une histoire.
Et le titre suivant ne fait que conforter cette impression, « Lost in introspection » aurait pu se retrouver dans Inception ou bien un film d’Emir Kusturica.
Définitivement, ce « Spiritualy and Distortion » est un album qui lorgne vraiment dans le Black Metal, tant dans les ambiances, dans les voix, les rythmes ! Bien plus extrême que les albums fadasses de Post Black de ses dernières années
« Paranoid Bulldozer Italiano », plus indus et electro que les autres revisite un air de Chopin
Déjà 13 titres, le temps passe vite, toujours pas de sensation de remplissage inutile, chaque titre est une pièce du puzzle Igorrr. Et ce n’est pas avec « Polyphonic Rust » que cela va changé, encore une fois, Laure utilise ses voix (oui oui, cette fille a plusieurs timbres).
Et sur « Kung Fu Chèvre » elle est rejointe par Pierre Lacasa et Jasmine Barra (qui était déjà sur l’album précédant, pour « Cheval » et « Vegetable Soup »).
 
Comme souvent je finis cette chronique à 6h30 du mat, (moment de calme pendant mon taf) avec le sentiment d’avoir écouter un album abouti, totalement unique, qui ne correspond à rien, tout en étant un hommage à tous les styles de Metal Extrême. Gautier Serre précise dans le communiqué de presse, « la vie n’est pas qu’une seule couleur. Ces 14 titres sont un voyage à travers différents états d’esprit que j’ai traversé ». Je ne vois pas mieux pour définir « Spiritualy and Distortion ».