Hell(fest) is beautiful !

Outre une affiche de folie et une fréquentation gigantesque, le Hellfest doit aussi sa réputation à son ambiance, et à sa scénographie et son visuel babylonien. Alors pour vous faire patienter encore un petit peu avant le Jour J, on vous propose de re-jeter un œil à leurs décors des années passée en faisant un petit tour de ce musée à ciel ouvert !

Au rondpoint près de l’entrée, c’est une Gibson Les Paul géante qui sera la première œuvre à capter votre regard. Et cette année, une petite sœur, a été installée un « peu » plus loin…à savoir à l’aéroport de Nantes. Premier clin d’œil à 10 000 festivaliers prévus d’arriver par avion.

Pour la pose de bracelets, vous passez sous une grande arche dont le visuel évolue au fil des années. Oui, c’est une autre force du Hellfest. Certaines œuvres sont emblématiques et immuables, mais d’autres changent de place d’une saison à l’autre, où sont tout bonnement remplacées par de nouvelles œuvres.

Une fois équipé de votre bracelet, vous rentrerez dans l’emblématique Hell City Square, où vous serez alors totalement transporté dans l’ambiance, à errer dans cette mini-ville aux accents futuristes, et dont l’atmosphère de nuit n’est pas sans me rappeler Blade Runner.

Vous y trouverez X boutiques éphémères de disques, bagues, Dr. Marteens, Harley, PC-Gaming, guitares, tatouages …

Ce n’est qu’ensuite que vous verrez la façade de la cathédrale.

Et là, enfin vous êtes dans le parc, avec là encore X visuels dispersés un peu partout, de la Warzone et ses containers antennes, au carré-régie des Main stages avec sa boule de feu, en passant par le Kingdom of Muscadet et ses gardiens vikings. Ouais, il va vous falloir laisser trainer vos yeux. Du plus « petit » (la poubelle en forme de tête de mort), au plus grand, comme la terrible coccinelle scorpion, ou la statue de Lemmy (70 Tonnes, 13 personnes pour sa création durant 6 mois)… Tout vous enchantera de jour, comme de nuit !

Point fort également, le Hellfest s’appuie beaucoup sur des artistes/concepteurs/collectifs/entreprises locaux. Ainsi, vous pourrez trouver les œuvres et réalisations de Monic La Mouche, ou encore de Jimmix (concepteur de la statue de Lemmy), Le Clack (en collaboration avec Mush, le graphiste du Hellfest), …

Réalisation fortement remarquée et appréciée, mise en place en 2018 : Le mur d’eau. Outre le bénéfice fraîcheur apportée aux festivaliers en journée, il est le soir source d’animations visuelles.

Les oeuvres « cachées » : On les trouve dans la zone VIP/Presse. Mais si vous ne pouvez pas les voir une année, vous aurez de fortes chances de les voir une autre saison car l’orga les fait tourner.

Vous aussi vous êtres pressés de vous en remettre plein les yeux ?! Le jour J approche camarades ! Et pas de mauvaises nouvelles en vue (rapport au Covid-19) de nature à faire annuler les grands festivals de l’été. Le long chemin de croix semble s’achever. Raise your horns, and see you in Hell !

Article et crédits photo : Y.BRED