Quelle reprise au Moloco ! Après 1,5 ans de fermeture, la rentrée se fait avec Holy Fallout, et Fractal Universe. Ça ne devrait pas être mal !?! Mais c’est quand même timidement qu’on fait la queue, sans trop d’effervescence, se demandant à quelle sauce on va reprendre les concerts en ces temps (un peu moins) troublés. Scan du pass sanitaire, et hop, on est tout de suite détendu.

Une fois à l’intérieur, on retrouve nos bons vieux repères : Une bonne musique d’ambiance pour patienter (tiens, je reconnais le titre Amazonia issu du dernier opus de Gojira) … On peut commander une binouse au bar (une petite bière de Sochaux pour moi, merci) … Les collègues de Metal In Franche Comté arrivent, on discute des concerts à venir… Puis les portes de la salle s’ouvrent et une grosse bouffée de fumée s’en échappe ! On a perdu les bons réflexes de réglage et la machine à fumée à cracher en un seul coup tout ce qu’elle avait ? Mais c’est surtout l’heure du 1er concert ! Alors, on s’engouffre !

Holy Fallout est déjà sur scène et entame son set. Formé en 2017, ce groupe de Besançon concocte du Rock/Métal progressif, avec de chouettes passages supportés par de la guitare acoustique. Un EP éponyme à son actif sorti en 2018, et un album prévu pour 2022 je crois.

On les avait déjà vu sur la scène du Moloco l’année dernière dans le cadre de l’évènement en ligne organisée par MIFC au coeur de la pandémie. Mais ce soir, c’est bien en public qu’ils jouent, et p… que c’est bon !

La fumée s’estompe lentement, et l’ambiance reste un peu embrumée. Un peu dommage… Au début j’ai trouvé les réglages de son un peu confus. J’avais du mal à distinguer les différents instruments, et la voix était faible. J’ai même retiré mes bouchons d’oreilles pour voir si ça venait de là, mais non. Ça a dû se régler, car par la suite, j’étais vraiment dedans et profitais pleinement. Très belle voix claire, et chouettes compos, avec des riffs qui vous restent dans la tête. Je pense notamment à « Let It Go », et à la plus mélancolique « Misunderstanding ».

Une pause, puis voilà Fractal Universe.

Originaire de Nancy, ils distillent du death métal progressif depuis 2014. Un EP « Boundaries Of Reality », un 1er album « Engram Of Decline », puis sous le label Metal Blade Records un 2ème album « Rhizomes Of Insanity » et leur dernier opus sorti en juin dernier, « The Impassable Horizon ».

Beaucoup de gens avec qui j’ai discuté de ce groupe ces derniers temps me disent tous la même chose : « C’est du lourd ! C’est le groupe qui va monter ! ». Ce soir encore, ils n’ont pas démérité.

La basse 5 cordes et les guitares 7 cordes sont de sorties ! Alchimie de moments calmes, mais aussi de rushs supportés par des blasts à la double pédale, tornades mélodiques des 2 guitares, voix claires et saturées, le tout avec une évidente recherche d’harmonie. C’est un véritable voyage ! Leur titre « A Clockwork Expectation » illustre parfaitement cela. Le public écoute religieusement, concentré, à l’image des musiciens, pour s’abreuver de toutes les subtiles nuances.

Et, mais qu’est-ce qu’on voir arriver ? Le guitariste a délaissé sa guitare pour aller jouer… du saxophone ?!? Plutôt inhabituel dans le métal, mais après l’avoir personnellement découvert dans un groupe de death technique, à savoir Rivers of Nihil (en passant je vous conseille le titre « The silent Life »), je sais que ça se marie très bien et donne un côté magique.

La balance des sons bonne, et on a un bon jeu de lumière qui accompagne merveilleusement le groupe durant tout le show.

Les gars sont très mobiles. Si vous restez dans un coin à gauche ou à droite de la salle, chacun des musiciens ira à votre rencontre. Et ce, jusque dans la fosse. En effet, à la fin de leur set, guitare et saxo sont venus planter leurs notes au cœur de la foule !

Les « Horsn Up » pointent vers le ciel. Ouais, superbe rentrée au Moloco, et superbe soirée !

Live report et crédits photo : Y.BRED