1/ Tous les festivaliers ne vous connaissent peut être pas, pouvez-vous svp
présenter le groupe ? D’où venez-vous, les origines du groupe, ses membres,
etc. ?
Salut les guerriers ! On est Deadly Shakes, un trio de Wild Garage Rock. Alors, si ça
ne parle pas, il faut juste se dire que c’est du rock bien chevelu et si ça ne dit
toujours rien le plus simple c’est de venir se faire une idée en live à la Guerre du
Son!
On vient tout droit de Mulhouse. On est un groupe démarré en 2019 dont le Covid et
les changements de lineup n’ont pas su avoir raison car l’on est décidé à ne pas
simplement rester dans le paysage mais bien plutôt à se tenir sur scène, c’est à dire
l’endroit où l’on se sent le plus vivant.
Actuellement nous évoluons sous la forme d’un trio basse/chant, guitare et
batterie/chant et, bien que cette configuration nous plaise beaucoup, on reste ouverts
à l’idée d’être rejoints par autre guitariste voire un clavier amateur de John Lord !

2/ Comment définiriez-vous votre musique et/ou quelles sont vos influences majeures ? 

C’est assez compliqué de définir notre musique et en même temps pour nous c’est une évidence. Pour faire simple, on dira qu’on fait du rock bien nerveux. Dans nos compos, on ne s’impose pas de réelles limites mais on sait ce qui colle à notre esthétique et ce qui parfois est selon nous hors-cadre. Par exemple : on a certains morceaux qui sont vraiment assez mordants et qui poussent le public à ne pas se faire de politesses entre voisins dans la fosse lorsqu’on lâche les chevaux et d’un autre côté on a des morceaux avec des bribes de funk fusion mélangés à des riffs à la Black Sabbath. Tout ce que l’on sait c’est que l’on ne veut pas refaire deux fois  la même chanson et que l’on ne cherche pas à réinventer le rock pour autant.  

Au niveau de nos influences on touche vraiment à différents domaines dont le dénominateur commun reste le rock de Deep Purple, Black Sabbath, Queen, Led Zeppelin, The Who, Santana, SRV, Hendrix, pour ce qui est de la branche plutôt « classic rock » à Rival Sons, Wolfmother, BRMC, Royal Blood, les premiers Kings of Leon ou Black Keys ou encore Muse, QoTSA, Foo Fighters, Ayron Jones, Tyler Bryant, Clutch, Slift, The Vines, Eagles of Death Metal et on en passe pour ce qui est du côté plus «actuel».  En définitive, ce que l’on essaye de trouver avec Deadly Shakes c’est une synergie de toutes ces influences sans pour autant tomber dans le plagiat ou le caricatural.

3/ Quand vous serez dans la foule des festivaliers, quel(s) groupe(s) allez-vous regarder ?

Tristan : Je pense que l’on ira voir un peu tous les groupes de cette édition car franchement il n’y a rien à rater ! Ce dont j’ai peur c’est que Tony perde un bras sur Skindred (car on jouera le lendemain !) et moi sur Lofofora ou les Smash Hit mais ça ce n’est pas très grave vu que l’on jouera avant eux…

Tony : Skindred évidemment ! Et puis tous les autres groupes ! Mais surtout Skindred.

4/ Racontez nous une ne anecdote avec le groupe lors d’un concert, festival, enregistrement studio ou autre ?

Tristan : Des anecdotes on en a à la pelle mais ma préférée restera celle où Doudou, afin de ne pas renverser sa bière et alors qu’il était en discussion avec une charmante jeune fille, a laissé les clefs du camion… dans le camion qui se referme automatiquement alors que l’on devait recharger le matos sous une pluie battante. Une belle expérience humaine !

Sinon il parait que je me suis découvert une passion en live pour marcher sur les jacks et déconnecter le setup de notre guitariste alors qu’il est en plein solo. Grosse galère pour le rebrancher, ce qui donne ce genre d’instant qui dans ta tête dure deux minutes alors que c’était au final moins de 5 secondes (comme beaucoup d’autres choses dans la vie !). Manque de bol pour moi, une personne a filmé toute la scène et Doudou l’a passé sur les réseaux…

Tony : Pour rester sur le thème du camion, on est partis jouer à Yverdon en Suisse et c’est là à l’entrée d’un bon tunnel de 7km que le voyant de pression d’huile se met en marche et le moteur en défaut… Meilleur film de suspense de l’année !

5/ Quelle est votre actualité du moment et/ou vos projets des mois à venir (CD, clip, concert, etc.) ?

A partir de Septembre on va pas mal tourner pour rattraper ces deux années de misère. Recharger les batteries en donnant tout en concert, essayer nos nouveaux morceaux en live avant de nous concentrer sur l’enregistrement du prochain opus. 

On aussi un très beau projet que l’on essaye de monter pour début Novembre et si l’on y parvient ce serait une bonne façon de mettre la musique au service d’une bonne cause.

6/ Un petit mot pour les festivaliers et/ou les organisateurs ?

Pour les festivaliers on veut : pas de grêle, pas de vent, pas de pluie. Du fuzz, du soleil et de la bière svp !

Enfin pour les orgas un très grand MERCI. D’abord de nous permettre de rejoindre un si beau lineup et ensuite pour tout le travail que la réalisation de ce type d’évènement peut demander. On veut vraiment les féliciter pour la passion qu’ils mettent dedans.

7/ Si vous deviez citer ?

  1. A) Un concert marquant :

Tristan : Rival Sons en première partie de Deep Purple. Je crois que jamais je n’ai pris de plus grande baffe dans la tronche.

Tony : Delgres au Noumatrouff. Entendre du créole sur une instru à décoller là rétine c’est juste magnifique! 

  1. B) Une belle rencontre artistique :

Tristan : C’est difficile de n’en citer qu’une tellement l’on a déjà eu de belles rencontres. Là il me vient un nom, c’est Ryan McGarvey, un bluesman d’Albuquerque. Une vraie une crème. Ça doit être le meilleur guitariste que j’ai entendu en live mais qui a malheureusement des soucis de santé et qui manquera cruellement au blues rock jusqu’à son retour.

Tony : Personnellement, c’est le bassiste de Ryan qui m’a scotché, le batteur aussi d’ailleurs mais mon égo n’a pas encore digéré.

  1. C) Une pochette d’album :

Tristan: Darkside of the Moon ou Deep Purple In Rock

Tony : Muse Drones

  1. D) Le/les morceaux que vous écoutez en boucle :

Tristan: Electric Man, Do Your Worst (Rival Sons) – Fat Bottomed Girls, Bohemian Rhapsody (Queen) – White Unicorn, Joker and the Thief (Wolfmother) –

Tony : Ti chérie de Tam Tam 2000 (merci papa) – Avon des Queens of the Stone Age –  Resistance de muse – la danse des canards …

  1. E) votre première idole musicale : 

Tristan : Deep Purple

Tony : Mon papa 

8/ Quel sera votre merch disponible sur place (t-shirt, CD, etc) ? Et pouvez-vous nous communiquer un autre moyen d’acquérir votre merch pour nos lecteurs qui ne seront pas présent au festival ?


Oui il doit nous rester quelques t-shirt et aussi des CD de notre dernier EP. Et puis si vous nous écrivez directement sur les réseaux on s’arrange pour vous envoyer un CD et suffisamment d’autocollants pour maintenir un pare-choc arrière en place.