Nom du groupe

Burnt Umber

Album

Petroleum

Label

autoprod

Date de sortie

mars 2021

LA NOTE
8.6/10

Quand j’ai lu « premier album » dans la bio fournie par Elo de Ellie Promotion, j’ai cru à une erreur… car après une seule écoute on comprend vite qu’on a affaire à un album carré, musicalement et professionnellement parlant. Alors oui, J War (batteur et compositeur) a déjà une bonne expérience (The way I am), mais il a su en plus s’entourer de musiciens de qualité, dont bien sur Abby, la chanteuse.

Eh oui ! Un groupe à chanteuse, et du genre avec un coffre qui va te coller au mur. Un style qui ne plait pas toujours mais qui a largement fait ses preuves. ET surtout, chanteuse à coffre mais pas que ! Elle peut aussi se faire douce quand le morceau s’y prête ! Elle me rappelle une chanteuse d’un groupe local qu’on entend plus trop en ce moment et c’est bien dommage (Lybellula).

Bref et sinon, musicalement ? Eh bien là encore les influences sont nombreuses, très !! Pas facile de marier le pop rock (couplet/refrain/pont/refrain) à un Metal plus extrême, à la Strapping Young Lad, tout en lorgnant sur l’univers de Evanescence. Je vous ai perdus ?  

Comment est-ce possible ? La faute à un batteur (et son bassiste, car oui : l’un ne va pas sans l’autre) capables d’allier des blast beat ou des breaks bien lourds (à la Gojira par exemple), avec des rythmes plus prog, à la Dream Theater. Rajoutons à cela un peu d’orchestrations et on obtient une œuvre aboutie.

C’est ce genre de groupe qui me permet d’avouer ma passion cachée pour les chanteuses à voix (ok toujours avec du Metal derrière, je ne vais pas dire non plus que j’écoute du Céline Dion en cachette – And my heart will go onnnnnnnn …).

Alors au milieu de toutes ces sorties plus typées Metal Extrême, ce « Pretoleum » est une bouffée d’air frais, entre Rock et Metal, mon cœur balance …