Live Report 58 Shots/Fat Jeff – La Poudrière  Belfort – Le 10 janvier 2020

 

Cette soirée s’annonçait sous les meilleurs hospices car j’allais retrouver ce que je considère comme ce qui se fait de meilleur actuellement sur la scène Rock régionale, voir nationale….., oui, j’ose le dire…..

Déjà croisé sur la scène des Môles à Montbéliard, le Pinky Bar de Vieux-Charmont, le Bocksons à Valentigney en 2019, le quatuor des 58 Shots nous gratifiait cette fois-ci d’un nouveau set au sein de cette salle mythique de Belfort, La Poudrière. Cette salle que j’ai foulé pour la première fois il y a déjà un certain nombre d’années pour la venue des Big Soul….. vous savez ? le groupe avec la grande blonde qui disait…….. « Branchez les guitares……… »

Ce soir, c’est 58 Shots avec comme invité notre One man band local, j’ai nommé Fat Jeff, déjà croisé au Baby Blues Festival de Montbéliard à la Clé de Sol, chez notre ami Florian.

Fat Jeff, c’est un chanteur/compositeur/interprète local, accompagné de sa guitare, de sa mini caisse grave au pied et autres instruments improbables mais bien connus par les connaisseurs, les fameuses Cigar Box. Ces semblant de guitares à 3 ou 4 cordes, auparavant utilisées par les ouvriers dans les champs de coton, qui vous fabriquait une guitare avec trois fois rien, comme le modèle exposé par Jeff, monté à partir d’une pelle….. J’adore ces musiciens qui sortent de l’ordinaire, et qui à eux tout seul, vous remue une salle en moins de deux…..Et ces guitares, Fat en a fait un son, son son….. Un blues bien gras, bien rauque qui vous affole les tympans, avec un jeu au slide qui fait glisser les notes tout le long du manche et vous sort des sonorités trop peu entendues dans nos contrées franc-comtoises.

« 1 de 2 »

¾ d’heures de jeu pour Fat Jeff, le temps de préparer la scène pour les 58 Shots, et voici arrivés Arthur, William, Théo et Tony pour la promotion de leur 2ème album « French Rock Revolution », album qui sent la poudre, aux riffs francs et directs, sorti au bout de 5 ans d’un travail acharné.

French Rock Révolution annonce la couleur, ça démarre fort, ça monte en température dès les premiers riffs, la salle comble reprend en chœur ce magnifique refrain, avant d’enchaîner sur un des titres majeurs de l’album, « Zeppelin Song » très inspiré par celui qu’Arthur, le maître de cérémonie, considère à juste titre comme le meilleur groupe du monde, Led Zeppelin. Le début de la chanson rappelle le début de Heartbreaker, et rend hommage à ce groupe légendaire, pour lequel les 58 Shots reprennent les noms et prénoms au cœur de leur chanson. Pour moi, c’est LE morceau de l’album… et on ne peut que saluer la qualité de cette composition.

Les morceaux de l’album s’enchaînent jusqu’à ce qu’on voie pour la première fois sur scène notre Arthur s’accompagner d’une magnifique guitare acoustique de luthier pour les titres « For the old ones » et « Like the son ». Ce titre nous laisse entrevoir l’étendue de la palette musicale des 58 Shots….. Moi je vous le dis, ils vont aller loin nos jeun’s……

Viennent le tour de « Resurection » et « Certified Thief » avant l’autre titre phare de l’album « Unstoppable man » sur lequel William, le Lead Guitare du groupe nous montre toute l’étendue de son talent, ça tricote à mort et William n’hésitera pas à se joindre à l’assistance pour un pur moment de partage musical.

Comme je l’avais évoqué dans mes précédents report-live, on sent une vraie maturité monter dans ce groupe et on ne peut qu’être fier qu’il soit du cru.

Bonne tournée les gars et à très vite sur vos terres.

Franck LAMBERTHOD pour Metal In Franche-Comté.

 

 

« 1 de 5 »