Je tiens dans un premier temps à remercier Michelle de La Griffe du Lion pour m’avoir délivré l’accred’ Photo pour ce concert dont j’ai eu connaissance au tout dernier moment. Ayant déjà vu en concert 2 des 3 artistes de ce vendredi soir, je me suis dit que l’ambiance allait être électrique, un amoureux de la guitare tel que moi n’aurait raté ça sous aucun prétexte.

3 Pat for a Guitar Night, c’est l’histoire de 3 fines gâchettes de la 6 cordes qui ont eu la riche idée de se réunir pour une tournée qui allait débuter ce vendredi 11 octobre aux Môles de Montbéliard. Il s’agit de Pat Mac Manus (déjà vu aux Môles et bar /restaurant le Saint Mô à Saint-Maurice Colombier), de Pat O’May et de Patrick RONDAT que j’avais eu la chance de voir aux Monsters Of Rock de Paris-Vincennes en 1991 pour la sortie de son album « Rape of the Earth ». Patrick assurait la première partie des têtes d’affiche, qui étaient cette année-là, excusez du peu, Metallica et le Band des frères YOUNG…

Petit travail de mémoire rapide pour resituer nos 3 hôtes de ce soir…

Pat Mac Manus, le nord irlandais, c’est l’ex Horselips, puis l’ex Pulse et surtout l’ex Mama’s Boys. Le Groupe avec lequel il va conquérir l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie, jusqu’à rentrer dans le Top 100 du Bilboard aux USA. Le Groupe bougera énormément, changera même de nom…. CELTUS, Pat reviendra en Irlande retrouver ses racines culturelles et musicales et entamer une carrière solo, quelques années plus tard. Il s’agit là d’un musicien aux talents multiples, outre ses talents de guitariste, Pat est un as du Violon qu’il a appris dès l’âge de 5 ans, il affectionne particulièrement ses mélanges savants de Blues-Rock combinés à la musique irlandaise de ses origines.

Patrick Rondat, c’est notre virtuose national né, à l’instar des Joe Satriani, Steve Vaï et autre John Petrucci ou Yngwie Malmsteen, comme lui, adepte de reprises de classiques de la musique classique mixés à la sauce Guitare électrique. Patrick, c’est la guitare dans tous ses états, des techniques guitaristiques, comme le Sweeping, qui donnent le tournis rien qu’à les regarder sur un manche. Son talent et sa technique l’amèneront à collaborer avec bon nombre de pointure musicale, comme Jean-Michel Jarre entre autres, qu’il accompagnera aux quatre coins du monde, avec lequel il jouera sa version électrique de l’été d’Antonio Vivaldi lors du concert au pied de la Tour Eiffel, Didier Lockwood, Michel Petrucciani, Steve Lukather, Garry Moore…. 30 ans de carrière au compteur, Patrick travaille actuellement sur son prochain album solo.

Pat O’May, c’est encore une fois, un fleuron national de la guitare. Né à Rouen, il devient rapidement fan de Deep Purple, qui lui donne envie de devenir guitariste de Hard Rock. Il deviendra la seconde guitare du groupe Rouennais MARIENTHAL qu’il quittera en 1986. Après cela, il s’installera en Bretagne et ce sera une succession d’aventure musicale et de rencontres riches, qui feront de lui un musicien accompli, adepte des mélanges Métalo-celtiques, d’énergie rock et autres musiques traditionnelles, et un digne représentant de la scène rock bretonne. Il travaillera à travers le monde sur des projets divers tels que l’écriture de musique de spectacles, collaborera avec de grandes marques de guitare comme GODIN et LAG en créant son modèle Lag Signature. Il participera aux principaux festivals nationaux tels que les Vieilles charrues, Festival interceltique de Lorient….côtoiera d’autres grands noms de la 6 cordes….. Jeff Beck, Joe Satriani, Steve Vaï, Uli Jon Roth (le prochain sur la liste de mes reports live…..) et travaillera même avec le magazine de la mer THALASSA, sur l’écriture de musique de reportage.

Mais ce soir, c’est Patrick Rondat qui ouvre le bal. Et là, on en prend plein les yeux et plein les oreilles. Car assister à un set de Patrick Rondat, ce n’est pas que sonore, c’est visuel aussi…. En fait on assiste à un contraste extrême dans le jeu de scène, à savoir, un artiste, très calme, réservé, très peu démonstratif mais injectant une énergie dans ses mains et sur l’instrument qui nous laisse sans voix. Ses mains volent sur la guitare, son jeu est tellement rapide qu’il en devient presque invisible. Les notes montent, descendent à la vitesse de l’éclair, la fluidité mélodique de son jeu me scotche littéralement. Patrick reprendra bon nombre de morceaux de son album majeur « Rape of the Earth », toujours d’actualité, quasi 30 ans après sa sortie, inspiré par l’engagement écologique de l’artiste. Les morceaux Nuages (reprise de Django Reinhardt), Ultimate dreams sont vraiment de toute beauté et en guise de passage de flambeau à Pat O’May, Mindscape, repris avec notre Rouennais de la soirée. Entre temps, nous aurons droit à un bref passage des 4 saisons de Vivaldy et plus précisément l’été……..comme c’est beau…..

Pat O’May assure donc le set suivant. Ce sont des racines musicales (métal), génétiques (Irlande, hé oui, il est d’origine irlandaise) et affectives (Bretagne)….. C’est tout ça Pat O’May, et dans sa musique, on a du Rock et du Métal mais tout à la sauce celtique et ça fonctionne bien. Techniquement, c’est du haut niveau également. On n’est pas sur le niveau de technicité du précédent Pat, mais ça crayonne grave quand même, et on est plus sur un environnement musical classique, fait de base Blues Rock Hard, à l’image d’un Gary Moore, autre irlandais de renom, qui nous manque tellement…

Vous l’aurez compris, la guitare est reine ce soir, aux Môles de Montbéliard. Je prends un vrai plaisir à immortaliser ces artistes sur mon capteur numérique. L’énergie, l’émotion qui se dégagent dans le jeu de ses artistes, dans leur visage, sont un vrai plaisir pour l’objectif. Et qui de mieux pour enchaîner que celui que je considère comme l’un des plus expressifs des guitaristes, qui sait faire partager ses émotions au public, celui dont les « mimisc » à la moindre poussée de corde nous laisse entrevoir des grimaces, des rictus, presque des orgasmes……. Monsieur Pat Mac Manus

Pour ce set raccourci, Pat Mc Manus nous gratifie de quelques classiques comme Belfast Boy, avec toujours la même énergie et la même passion, sa musique se vit sur son visage… (je vous renvoie aux photos…..) Il nous fait l’honneur d’une magnifique reprise du Thème de Game of Thrones, joué sur son violon électrique. Un bel hommage à Gary Moore avec la reprise de Still Got The Blues. J’adore cet artiste, même après l’avoir vu pour la 3ème fois, c’est toujours un plaisir que d’aller à sa rencontre de ce type, qui apporte avec lui sot lot d’énergie et de générosité, de joie et de sourire à partager sans modération avec son public.

Nos 3 Pat se retrouveront pour un set final avec entre autres la reprise de « Smoke On The Water » de qui vous savez…

Ils sont beaux nos 3 gratteux, les regards se croisent sur scène, ça s’embrasse, ça s’étreint. On sent le plaisir partagé d’avoir passé une excellente soirée avec Monsieur Rock et Madame Guitare.

Merci les gars.

Franck LAMBERTHOD pour Metal In Franche-Comté.

« 1 de 2 »
Please follow and like us:
error