Après une première édition très réussie malgré le manque évident d’affluence l’année dernière, c’est avec une version réduite que le Outch! remet le couvert cette année. Ça se passait les 24 et 25 mai, à la Niche du Chien à Plumes, près de Langres.

Pour ouvrir le festival, des californiens qui jouent pour la première fois en Europe, Sangre. Officiant dans un thrash mélo qui donne envie de remuer du cul, avec des compos sont vraiment sympa et accrocheuse. De nombreuses influences, avec des riffs et solos mélodiques bien construits et quelques breaks bien lourds et violents. On aura même du chant clair en espagnol, et les textes sont engagés. Le public montre qu’il est déjà bien motivé avec des pogos animés et une bonne réponse aux chants. Ce qui est génial avec le Outch!, c’est que chaque groupe est une grosse claque, surtout les premiers qui sont moins connus. Sangre représente bien cette idée, le set est vraiment bon jusqu’à la fin.

« 1 de 2 »

On enchaine avec Aggression, vétérans canadiens du thrash metal. Ici, pas de concession, on est du côté old-school de la force, celui où la puissance du touka-touka te donne envie de maraver ton voisin. Ça déboite tout du long, les morceaux durent longtemps et l’on peut profiter des riffs dans un pit déjà bien violent. Le chanteur est charismatique, les musiciens à fond, pas besoin d’en rajouter.

 

On reste dans le même esprit old-school avec Venomous Concept, un groupe de hardcore à l’ancienne, avec entre autres le guitariste live et le bassiste de Napalm Death. Le set est varié, on oscille entre d-beat et punk hardcore avec des refrains accrocheurs et un peu de crust qui déboite. Le tout est très groovy et le pit est déchainé. Le chanteur avec une dégaine de cowboy moderne (chapeau cowboy, lunettes de soleil et t-shirt Johnny Cash) et il est bien remonté : il donne des coups dans le vent, tend son micro au guitariste… Les musiciens ont un sacré niveau et l’ambiance générale est bien agréable.

« 1 de 2 »

Avec leur death-grind aux influences hardcore, Brujeria arrive à point pour un public déjà chauffé à blanc. Les morceaux sont simples et rentre-dedans, le tout dans un esprit de gang de Chicanos plutôt drôle. Les deux chanteurs ont une bonne présence scénique avec leurs petites danses et de nombreuses interactions avec le public. Outre les « Fuck Donald Trump ! » redondants, les discours du type « solo puro marijuana ! » reviennent souvent, allant jusqu’à réclamer un joint pour ensuite le jeter de dégout (puto tobacco). Pour Consejos Narcos, une fille du public est montée sur scène et a tenu une pancarte pour le refrain (si/no), pour que tout le monde scande bien les paroles. Ensuite, ils invitent « las chicas » à venir sur scène et c’est un bel échec, personne ne vient. Le concert se termine avec leur fameuse parodie de la Macarena, puis Matando Huego réclamé par le public, durant lequel les chanteurs brandissent des machettes. Bilan mitigé pour ma part, le côté extrémiste dans l’attitude est marrant mais ça peut vite devenir lassant et le son n’était pas super.

 

« 1 de 2 »

Pour finir la soirée, le DJ B-side of putrefaction, présent à l’extérieur pour le temps entre les concerts, s’installe sur scène, mais il n’aura pas eu beaucoup de succès. La plupart sont déjà partis ou restent dehors. On alternera morceaux métal extrême et musiques à la con, histoire de se marrer un peu. Je me suis cassé en entendant je t’aime à l’italienne pour voir du monde sur le camping, ou un joli feu nous attendait.

 

« 1 de 3 »

 

Please follow and like us:
error