Membrane – Burn Your Bridges

Nom du groupe

membrane

Album

burn your bridges

Label

blind prod

Date de sortie

11 février 2019

LA NOTE
8.5/10

Voici le retour tant attendu de Membrane, le fer de lance Vésulien du noise à tendance post metal, et même l’un des acteurs principaux du mouvement en France n’ayons pas peur des mots.

Une carrière qui a vraiment fière allure, aucune fausse note parmi toutes les sorties du groupe. Une première démo locale en 2001, puis stage box, premier EP en 2003. En 2005 Membrane remet le couvert avec Utility Of Useless Things. Deux ans plus tard sortira À Story Of Blood And Violence, et en 2010 nouvel effort avec Disaster. A peine un an après et Membrane sort un split vinyle avec les excellents Sofy Major. 2015 et nouvel album : Reflect Your Pain. En 2016 c’est un nouveau split, cette fois-ci avec Revok.

2017 et le groupe nous offre Erase. Un peu plus tard la même année, le groupe enregistre un live à Echo System à Scey Sur Saône et donc voici ce Burn Your Bridges.

Premier morceau, Stand In The Rain, première claque. Un début à la guitare, lent, enivrant, puis vient les voix des deux Nicolas, planant, aérien, avant la déferlante. Après une minute trente la machine est lancée. Nicolas Frère hurle ses mots et maltraite sa guitare pendant que Nicolas Cagnoni en fait de même avec sa basse, la batterie de Maxime Weingand claque et il use de ses cymbales sur ce début de morceau. Puis la suite du morceau se calme un peu, se met en place. Cette fois-ci se sont les tomes de la batterie de Maxime qui prédomine, le dernier riff de guitare est lancinant, une belle entrée en matière de 8 minutes 30. Chilhood Innocence est plus direct, plus brut et ultra efficace. Je n’en ai pas encore parlé mais la prod est excellente, le son est très bon. Pour cet album, Membrane c’est entouré de deux featuring qui font leurs apparitions sur plusieurs morceaux, Fred Boudot de Generic apparaît sur Windblown, Fragile Things et At Long Last. Et Ona Chrysis de Moon apparaît sur Stand In The Rain, Battlefield et Burn Your Bridges. Parlons d’ailleurs de Burn Your Bridges, quatrième morceau de l’album et véritable curiosité tant il est différent du reste de l’album. Comme une sorte d’interlude mais pourtant véritable bon morceau. Proche du country rock, frôlant le blues, avec la voix de Nico en mode suave, ce morceau planant, léger, avec la jolie voix de Ona Chrysis en featuring est bien choisie, la prise de risque au niveau de l’originalité est à saluer et c’est une belle réussie. Car pour le reste de l’album le groupe oscille entre deux styles parfaitement maîtrisés, le noise rock et le post metal. Deux styles qui sciait parfaitement aux qualités du groupe, les changements de rythmes, les ambiances, la voix de Nico, autant d’atouts qui ne sont pas donnés à tout le monde et dont le groupe nous le démontre sur ce très bon nouvel album. La conclusion de cet album, At Long Least, en est d’ailleurs la parfaite représentation, un morceau de presque 8 minutes de toute beauté. Ce Burn Your Bridges est à ranger tout en haut de la pile des albums de Membrane, un excellent album qui nous fait vibrer, sauté dans tous les sens, nous déchaîner, nous fait planer, nous fait nous sentir bien. Merci et à bientôt.

Membres du groupe

Nicolas Frère : Guitars and Vocals

Nicolas Cagnoni : Bass and Backing Vocals

Maxime Weingand : Drums

Ville d’origine

Vesoul

Please follow and like us:
error