HELLFEST JOUR 1 : Journée (re-)découverte(s)

Knotfest passé, c’est avec plein d’enthousiasme que nous attaquons notre 2ème journée à Clisson mais première journée d’Hellfest.

Un petit tour du site d’abord. On croise du monde qui parle espagnol, anglais, allemand, hollandais, pays de l’Est.. c’est moi ou y’a plus d’internationaux cette année ? Côté festival, quelques changements notables : 

  • Les pits, pavés l’an dernier, sont peints (ou alors je l’avais pas remarqué)
  • La “petite forêt” entre la WarZone et le reste du site a été aménagée (bêtonnage des allées, paillage des coins pour squatter, beaucoup de festivaliers se soulageaient le long des palissades ⇒ des pissotières ont été installées)
  • Côté restauration, des dizaines de tables de pique-nique en dur, une fontaine ombragée, des allées. 
  • Une énorme horloge sculptée a été installée en complément des autres oeuvres qu’on trouve sur le site. 

Franchement, le Hellfest investit chaque année dans le confort des festivaliers et dans la scénographie du site, c’est vraiment chouette. 

Nous attaquons fièrement avec nos Franc-Comtoises, vainqueurs du Voice of Hell, les Fallen Lillies sur la Mainstage 2.

C’est avec brio qu’elles ont démontré que notre belle région avait des groupes de talent. Elles ont “fait le job” !

Le reste de la journée sur cette Mainstage 2 était 100% française : Klone, Blackrain, Lofofora, No One Is Innocent, Dagoba, Ultra Vomit, Mass Hysteria et Gojira. Mais pour ma part, c’est sur les scènes secondaires que j’ai porté mon dévolu, à la recherche de nouvelles découvertes.

Ainsi, on commence avec Cult Leader et son crust/grindcore efficace. Cela fait penser à du Converge avec une voix plus grave. Le batteur distribue les torgnoles. Malheureusement, comme souvent, le son est dégueulasse, il n’y a pas de basse ni de kick, tout est très médium-aigu. C’était bien, mais ça nous a arraché la tronche. 

Ensuite, c’est Daughters qui a attiré mon attention. Du « mathcore » (si j’en crois le programme du Hellfest) ? Je ne suis pas un pro des étiquettes… J’aurais plutôt dit du “Chaotic New Wave Rock” malsain. Mais c’est le côté punk qui s’en détache qui me fait vibrer. Le chanteur, dandy moustachu, est très charismatique. Il commence en costard cravate, puis s’adonne à un strip-tease tout du long du set, en prenant soin de frapper sa poitrine tatouée, manquera d’avaler son micro, ira plusieurs fois chanter en surfant sur le public, et finira debout, torse-nu sur une enceinte, en se flagellant avec sa propre ceinture. La musique n’était bien sûr pas en reste, et vous entraînait dans ce délirium ! Il était 15H ce vendredi, et je venais de prendre ma claque !

Je poursuis avec une redescente en douceur avec Trollfest. Palme du groupe le plus « délirant ». Sans doute peu étonnant pour un groupe de pagan metal, qui sait mettre un point d’honneur à transmettre de la bonne humeur et du festif. Mais passé cette surprise visuelle, rien de bien nouveau ou particulièrement entraînant côté musical… Je reste donc sur ma faim.

On ira faire un tour aussi voir d’autres groupes comme FUN AT ALL _ punk rock legends _ avec un pit blindé, des gens à fond et un concert très attendu, ou encore MY SLEEPING KARMA _ très attendus eux aussi _ et son post rock instru à qui on donnera la palme du son nickel dès le premier morceau. 

La palme du public reviendra à POWERTRIP qui nous ramène à nos premiers amours du metal en distillant un “bon vieux trash metal à l’ancienne avec des pointes de hardcore”.  Une grosse presta sous une ALTAR ras la gueule, et un public qui headbang jusqu’au fond. A réécouter chez soi.

Les 2 groupes suivants ne vont pas beaucoup m’inspirer. Pestilence et Impaled Nazarene. Ce dernier a d’ailleurs fait les choses à moitié… En effet, pour un groupe aux racines black, ils auraient pu faire les choses plus « proprement ». Soit pas d’artifice du tout, ou alors un apparat propre avec de belles peintures sur les visages… Mais juste une croix à l’envers et un 666 réalisé à l’aide d’un bouchon de liège noirci… Dommage, car dans un show, et qui plus est à un tel festival, je trouve la prestation scénique presque aussi importante que la prestation purement musicale.

HEADLINER du Vendredi : GOJIRA

Tête d’affiche du vendredi, GOJIRA va vraiment assurer son statut de groupe référence du metal français. Profitant à fond du serpent de 300 mètres d’écrans-géants qui serpente tout le long des Mainstages 1 et 2, Gojira nous offrira un set très atmosphérique. Avec moins de morceaux violents comme lors de leur dernier passage au Hellfest en pleine après-midi, le groupe nous emmènera complètement, on ne déscotchera pas du set. C’est puissant, posé, maîtrisé, mature, technique, implacable, bref… c’est GOJIRA. 

Entre côtillons, flammes, feux d’artifices, explosions, strobs’, tout y passe.. Quelle tarte, vraiment. J’avoue m’être dit qu’après avoir joué 3 fois avec eux en 2005, les avoir vus au moins 6 fois en live, je partais un peu grisé d’avance. Mais non, encore une fois, y’a eu du gros taf, de la créativité, le groupe a su s’élever pour proposer un gros show de Headliner et c’est vraiment réussi. Ils sont franchement très forts !! #modegroupieOFF. Pour ma part (Stéphane), c’est l’une des deux tartes du week-end. 

On quitte le site et cette première journée  en passant voir King Diamond qui a su créer une ambiance sombre en mode hôpital psychiatrique plutôt très sympa pour finir. 

Crédits Photos :

Dorine MAILLOT : Site Internet

Yannick BREDENT

Please follow and like us:
error