ALEISTER : « No Way Out »

ALEISTER revient en force sur cette fin 2019. Groupe majeur de la scène Metal des 90ties, les belfortains avaient cessé l’activité du groupe en 1997, et oui quand même! Beaucoup d’entre vous étaient encore en couche – culottes! lol. L’intemporalité de l’œuvre artistique nous donne cette chance….de recommencer l’histoire. C’est le cas d’ALEISTER : « No Way Out » nous replonge dans cette fameuse période « Thrash US » la ou les TESTAMENT, OVERKILL, EXODUS, METALLICA (première époque), SLAYER, MEGADETH, DEATH ANGEL, VIO – LENCE ANTHRAX…. inondaient nos platines. 7 titres pour ce nouvel album qui a surpris tout le monde, moi le premier. En trio ALEISTER l’a toujours été il me semble? Une section basse batterie rodée (Neon et Didier s’en chargent) épaulé par la présence charismatique de David Roustany (Guitare / Vocals) apportant puissance et engagement vocal. « I grow » démarre sur les chapeaux de roue (l’on note de suite un excellent son) et nous envoie un Thrash sans rides, nous sentons que les gaillards ont retrouvé la niaque et ont envie d’en découdre. « Slave » superbe morceau, au chant façon « Chuck Billy » avec rythmiques tapageuses et mélodiques. « Primary » sent bon la fureur et la haine d’un système humain défaillant. « Straighten up » avec son intro ultra dynamique, Neon nous gratifie de plans batterie de tout premier ordre, mélodie et chant puissant sont toujours au rendez vous. ALEISTER axe sa musique exclusivement sur le travail rythmique, ne cherchez pas de soli multi notes, vous n’en trouverez pas. « Bastard 2.0 » percute nos neurones avec un chant « punkisé » toujours interprété musicalement avec une grande justesse : Thrash Or Die nous ont ils dit! « I feel myself » poursuit l’embuscade, riffs cisaillants, tout semble rouler du mieux pour ces nouvelles compos. Pour clôturer « Gods don’t bless you » axé sur un chant plaintif aux accélérations revendicatrices, harmoniquement calé comme une horloge suisse à la précision chirurgicale. Retour gagnant pour les franc comtois. Bien bel album de retrouvailles, clair, net et précis dans l’impact.

ITW EXPRESS OBJECTIF METAL www.facebook.com/ObjectifMetal avec Neon (drums) du groupe ALEISTER

1- Alors cher ami, votre date de formation et votre style de prédilection ?
Notre année de formation 1987 jusqu’en 1997 et notre style musical le Thrash US.
2- Quels sont les membres actuels d’ALEISTER et les membres passés ?
Membres actuels :
David Roustany : Guitars / Vocals
Didier Renaud : Bass
Néon : Drums
3- Quelles sont vos influences musicales les plus représentatives ?
Nos influences représentatives sont principalement axées sur le Thrash US.
4- Peux tu nous dire quelles sont vos productions à l’heure actuelle (démos, CD’s, DVD Live) ?
Nous venons de produire notre album « No Way Out » en CD et Vynil sous le label M/O Music distribué par Season Of Mist.
5- Mettez vous en avant les prestations scéniques et à combien se dénombrent t’elles ?
Lors de nos débuts nous avons effectué environ 200 concerts. Depuis notre reformation seulement trois dates à notre actif pour se concentrer sur les compos de l’album.
6- D’où venez vous exactement et quels sont les groupes Metal de votre scène régionale ?
Nous sommes du Territoire de Belfort. La scène régionale est très florissante et avec la nouvelle génération la relève est assurée.
7- Que penses tu de la scène Metal Française en bien et en mal ?
La scène Metal française a su s’exporter et ne s’est jamais aussi bien portée ces dernières années. Il n’y a qu’à se rendre compte de la place qu’elle se voit offrir au Hellfest et ça cartonne.
8- Qu’espères tu pour le futur de vos projets et pour leurs développements hors de nos frontières ?
Grâce à Season Of Mist nous espérons pouvoir nous exporter plus facilement hors de nos frontières et de ce fait s’y produire. Par le passé nous avons enregistré notre album « Tribal Tech » en Allemagne qui n’a jamais été distribué en France. Ce qui ne sera pas le cas de « No Way Out ».
9- Allez, ton coup de gueule ?
Concernant le coup de gueule, je déteste les réflexions du genre « à ta place j’aurais pas fait comme ça ».
10- Et la dernière question pour toi Néon : Ton amour du Metal note de 1 à 10. Et pourquoi ?
Je dirais plus ma passion et non pas mon amour, ce qui est complètement diffèrent. Pourquoi ? Parce que le Metal c’est ma vie !

 

Formé en 1987 le trio Belfortain a écumé les salles de concert et partagé la scène avec de nombreux groupes, LOUDBLAST / MASSACRA / AGRESSOR / MERCYLESS / CRUSHER / TREPONEM PAL / PRO PAIN …

Durant cette période ALEISTER fera partie de la première compilation française de Métal TOTAL VIRULENCE avec le titre SCHIZOPHRENIA.
 
En 1992, le groupe entre au Delta studio à Hambourg pour l’enregistrement de l’album TRIBAL TECH avec le label Crypta Records. 10 titres aux sonorités et aux couleurs techno thrash qui traduisent l’esprit du groupe à cette période.
Le groupe enchaîne concerts et festivals, ALEISTER se retrouve en ouverture des EUROCKEENNES DE BELFORT aux côtés de BODY COUNT et PARADISE LOST PAGE ET PLANT, la même année, il participe à la compilation BRUTALE GENERATION avec le titre BASTARD.
 
2018, ALEISTER revient après une longue pause de 2 décennies avec au menu les morceaux qui ont forgés le groupe et de nouvelles compos aux riffs affûtés, aux rythmiques brutales et bien THRASHY comme le trio sait le faire , alors musclés vos cervicales et ouvrez grand vos oreilles ça va THRASHER !

Samedi 22 septembre 2018, 20h30

Dans une semaine, le groupe Thrash Aleister se reforme et attaque direct par un live au caveau à Delle (90) sous l’égide de l’Association Kidul. Soirée spéciale Enjoy The Violence, livre co-écrit par Sam et Jérémie Grima qui revient en long en large sur les origines de la scène Thrash/Death française. Les PrisonLife​ seront là pour les accompagner. Hardcore et Thrash Metal donc mais surtout littérature avec la présentation du book par ses deux auteurs à l’occasion du troisième tirage.