tumblr_mz5jip2zUq1sdz118o5_500

Si on m’avait dit que je rencontrerai Skálmöld, je pense que j’aurai dit un truc du genre « tu me prends pour un con ? » et si après on m’avait dit tu feras une interview d’eux, je pense que j’aurai dit « QUOI ???? TU DECONNES ? ». En réalité, j’ai dit « PUTAINNNNNNN ! » Donc voici une interview de mes Islandais préférés réalisé avec l’aide de Clément, et encore une fois, pas préparé donc question simple ! Rencontre avec de sympathiques gaillards qui auront le sourire du début à la fin !

Pouvez vous nous présenter le groupe ?

Skalmöld existe depuis 6 ans, on se connait depuis longtemps, et quand on était ado on s’est dit avant d’être trop vieux il faut qu’on sorte un album de Metal. On a commencé comme un hobbie puis ça a pris forme et de façon inattendu on a eu de plus en plus de succès. Du coup on a continué à faire des concerts, à enchainer les tournées.

skalmold3

Vous venez de loin pour un festival qui débute, pourquoi un tel risque ?

On a choisi de venir au Ragnardrock car autant on vient souvent en Europe pour les fest mais peu en France alors qu’on adore le public français qui a une certaine énergie. Là on nous a demandé et on a accepté de suite malgré les 16 h de routes.

Parlez nous du dernier album, ces influences, son enregistrement ?

Le dernier album « Með vættum  » est sorti en novembre 2014. Par rapport aux autres albums il est basé sur le folklore islandais plus que sur la mythologie. Pour la production, on a choisi un son plus direct, plus brut limite punk, et on est assez content du résultat. (NDLR: Nous aussi)

Et le prochain ?

Pour le moment on ne sait pas encore dans quel direction on va aller, on compose souvent en répét et c’est là que se construit un album.

Influencé par la beauté des paysages ?

Comme on y habite on ne s’en rends pas compte, mais oui cela rentre dans le processus de création. Les médias disent souvent d’ailleurs qu’il y a chez nous, comme une marque de fabrique, un son très islandais.

La scène est elle développée ? beaucoup de groupes ? En sont ils les moteurs ?

La scène est très développée, on trouve au moins 40 groupes. On a un gros festival le Eistnaflug Festival. Le Metal explose en Islande, c’est le bon moment pour être un groupe Metal. Il suffit de voir le succès de Solstafir ! On a même une Metal Battle pour le Wacken Open Air .

skalmold2

Votre actualité ?

On va faire un festival en république tchèque, le Brutal Assault, puis un autre en Norvège. On a aussi un projet de tournée avec Eluveitie (NDLR: Info exclusive car c’est pas encore signé).

Et le Hellfest ?

Et bien non pas encore, donc Ben Barbaud ! Tu sais ce qu’il reste à faire !!

Un mot en français pour conclure cette inti

Merci !

Et l’un des membres m’a quand même sorti « Cantona », comme quoi le foot rapproche les peuples !

http://www.skalmold.is/

skalmold

Please follow and like us:

logoo

C’est avec un certain plaisir que j’ai rencontré la fine équipe de Celtibeerian, tout juste sorti de leur concert qui fut une véritable folie ! Et pour moi la première claque du festival ! Bon bien sur l’interview n’étant pas prévu et nos chers Espagnols maitrisant l’anglais autant que moi, c’est grâce à Clément (notre traducteur attitré qui je l’espère aura un nouveau poste à la mesure de ses compétences l’année prochaine) que j’ai pu poser quelques questions pour vous découvrir leur univers ! Lets’ goooo !

Pouvez vous nous présenter Celtibeerian ?

Oh que oui, Celtibeerian est un groupe Espagnol créé en 2010 qui mélange le folk traditionnel celte avec un Metal récent, en gros nous sommes 100 % folk, 100 % Rock ‘n’ Roll (Rire général) !

Combien avez vous sorti d’albums ? Quels sont il ?

On a sorti 2 albums, le premier en 2011 “Tirikantam” puis « Keltorevolution » en 2014.

Quels sont vos influences ?

On mélange la musique traditionnel qu’on peut entendre sur des An Dro tout en écoutant des groupes Korpiklaani, Motorhead, … Un groupe Espagnol, Sauron,  les a beaucoup influencé (NDLR : inconnu au bataillon)

ON adore aussi Alestorm, on est pote et on se pique souvent des idées !

celtibeerian

C’est la première fois que vous venez jouer en France ?

Non, on est déjà venu en France, la première c’était à Limoges avec Eluveitie et un super groupe, Stille Volk (qu’ils adorent tout comme moi).

Il y a des groupes français que vous aimez bien ?

Ils répondent presque en chœur : GOJIRA (un groupe qui revient souvent chez les musiciens étrangers)

Quels sont vos projets, votre actualité ?

On va participer à un festival, le Leyendas del Rock à Alicante avec 66 groupes dont Doro, Finntroll, Alestorm, le Big 4 Teutons et bien d’autres, ça va être un sacrée événement pour nous. Puis après on va sortir un album acoustique, avec nos chansons les plus connus et ainsi des inédites. Et par la suite on attaquera  un nouvel album.

Pour le moment on n’a pas de label car on veut garder un certain contrôle sur notre musique.

Un dernier mot en français ?

Voulez vous coucher avec moi et au revoir ! (NDLR: Euh je me contenterai du Au revoir !!!)

De Nada !

http://www.celtibeerian.com

Please follow and like us:

logoevohe

Evohé, premier groupe à m’avoir envoyé une démo CDR pour mon fanzine (2002), pour l’époque c’était surprenant ! Premier groupe à jouer au RagnardRock fest normalement, sauf que pas de chance ils étaient sur la scène dont le groupe électrogène à sauter. Ils ont donc jouer en fin d’après midi et rapidement ! Malgré tout, ils ont répondu à mes questions (façon c’était mieux avant) …

Pouvez-vous nous présenter le groupe ?
Evohé existe depuis 2001 avec Furthass, Dalrgïn et Abyssd. Une première démo « Non serviam » est sortie en 2001. Puis ce fut notre premier premier album en 2005, « Tellus Mater » chez Adipocere/Oaken shield enregistré avec Oldar, un album plutôt Black Metal mais déjà avec des racines Pagan. On a fait un break pendant quelques années et en 2011, on a sorti notre 2ème album chez Unlignt Production (sans Oldar). Et depuis Oldar est de retour.
Actuellement on prépare le nouvel album qui est déjà en grande partie enregistré, la batterie et certaines guitares, en gros 95 % du boulot est fait. On espère le sortir avant la fin de l’année.

evohealbum
Annwvyn (2011)

Déjà à l’époque de Non Serviam, j’avais été surpris par la qualité des compos et du son. Quels sont les groupes qui vous inspirent dans la création des titres d’Evohé ?
Comme beaucoup, ça va du Metal en général à la scène Black Norvégienne, en fait on fait la musique qui nous plait le plus.
Sur le nouvel album c’est plutôt une recherche de sonorités qui nous plaisent, on travaille avec une approche différente de ce qu’on a fait avant. Pour la batterie par exemple, il y a pas mal d’autres influences non metal, comme du Rock.

Si justement les premiers albums étaient plus dans une veine Black Death, je trouve que Annwvyn est lui plus proche d’un Pagan Black Metal, il m’a d’ailleurs fait penser par moment au travail d’Himinbjorg ? D’accord avec ça ?
Oui Annwvyn se voulait plus pagan, alors que le nouvel sera encore un peu différent, il y aura moins de voix claires que sur annwvyn, en somme un pagan plus cru au niveau du son.

Evohe (Ragnardrock Fest 2015)
Evohe (Ragnardrock Fest 2015)

Quel est votre avis sur la scène Black Metal actuel ? Pas de nostalgie de l’époque des fanzines papiers (époque où j’avais reçu un pack promo pour Non serviam) ?
Carrément nostalgique, on ne suit la scène Black Metal actuelle que de très loin. On n’est pas vraiment adepte de ce qui fait le buzz.

Votre avis sur le Ragnard ?
Pour un premier fest, c’est vachement bien ! Les gens se bougent le cul, ça fait plaisir et en plus ça nous fait un festival à domicile. Finalement on trouve ça plus intéressant que d’autres gros fest.
On en profite aussi pour remercier Christian car c’est grâce à lui qu’on est là (NDLR : Moi aussi) ! Et quand tu parlais de nostalgie, là on est de ton avis. L’époque Adipocere (NLDR : Son catalogue papier, son serveur pour écouter les nouveautés – en 1998 –) fut vraiment géniale.

Evohe (Ragnardrock Fest 2015)
Evohe (Ragnardrock Fest 2015)

L’avenir ?
Pas de concerts de prévu mais on est ouvert à toute proposition et surtout on va défendre le nouvel album et montrer qu’on est de retour !

Si je vous dis Franche Comté ça vous fait penser à quoi ?
En chœur … Cancoillotte mais aussi la Horde Séquane !

Bandcamp

Facebook

Please follow and like us:

Je ne vais pas vous le cacher, j’apprécie énormément Doctor Livingstone et avoir la chance de pouvoir poser quelques questions au Reverend Prick fut un sacré bon moment même si très court. En effet, il devait aussi assurer la basse dans Mutiilation juste après notre entretien. Entrons ensemble dans l’univers du Monde Nouveau.doctorlivingstone_metalinfranchecomte_gally_001

On y coupera pas, une petite présentation du groupe s’impose car je le sais, beaucoup de nos lecteurs ne vous connaissent pas.

Doctor Livingstone, c’est un groupe de Hardcore crée en 1998, 3 albums sont sortis, le dernier comporte une grosse part de Black Metal. Il y a nouveau line up avec Six (Arkhon Infaustus, Sektemtum), PLCD qui compose la plus part des musiques et qui est là depuis le début ainsi que  moi même (Reverend Prick). J’ai produit l’album précédent et j’ai participé au dernier, sorti en février 2014. On prépare un nouvel album pour 2016.

Et j’avoue que jusqu’à l’année dernière je ne connaissais pas vraiment Doctor Livingstone, c’est l’album de Sektemtum qui m’a orienté sur votre groupe. Et aujourd’hui vous jouez un titre, c’était prévu ?

Oui car on a le même line up, on voulait faire plaisir aux gens présents et faire un morceau de Sektemtum,  Aut caesar Aut Nihil, qui fonctionne bien et qui plait bien.

L’album est donc paru en février 2014, quel bilan en tirez vous ? a t il trouvé son public ?

1525485_463346677111110_582711599_n

C’est difficile de savoir car on a pas vraiment de retour et surtout on ne regarde pas les réseaux sociaux. Les concerts sont pleins, les gens sont là, l’album a fait son chemin. Le public est assez mélangé, il y a autant de fan de Hardcore, de Black Metal. On a un public assez éclectique, tout comme notre musique

Car il faut reconnaitre que D L navigue sur divers courants musicaux, du Hardcore au Black Metal, et je vais être franc mais pour moi le Hardcore ne ressort pas tant que ça, je ressent la violence et la froideur du Black Metal, même si certains rythmes n’en viennent pas ? Quelles sont finalement les influences musicales de DL ?

On est influencé par ce qu’on écoute depuis des années, que ça soit des groupes de Black Metal de Hardcore ou même de Metal en général. Quand on compose, on se pose pas de questions, on fait ça par spontanéité, si ça fonctionne on laisse en l’état.

doctorlivingstone_metalinfranchecomte_gally_021

PLCD compose apparemment toutes les musiques, comment se fait le choix entre ce qui pourrait être du Sektemtum et du DL ? car même si les styles sont différents, on y trouve des similarités, comme la voix.

Ce sont vraiment 2 musiques radicalement différentes, PLCD compose puis on intervient sur la direction artistique, les rythmiques, à la fin il en ressort un morceau qui a été fait par tout le monde. On distingue bien Doctor Livingstone et Sektemtum. Pour nous ça n’a rien à voir.

Pour la voix, sur l’album de Sektemtum c’est Meyhna’ch et sur Doctor c’est PLCD et moi meme mais aussi Meyhna’ch.  Il y a un ouveau chanteur dans Sektemtum, Msgr V qui est dans Mordagor et un ancien Bethelem.

Votre passé dans le microcosme du Black Metal Français, intransigeant et étriqué, a laissé des traces … il vous a fallu les bousculer avec le clip de Sektemtum, les énerver avec le trailer de l’album (et sa destruction de symbole), qu’elle sera la prochaine étape ?

doctorlivingstone_metalinfranchecomte_gally_018

C’est pareil, comme pour la musique, pas de réflexion, on travaille de façon spontané. On  fait les choses comme on les ressent. Là où d’autres se griment, nous on suit notre instinct, seulement c’est pas le même que les autres, du coup ça provoque des polémiques, mais on s’en fout complètement.

Il y a 2 clips pour le dernier album, Le et Comtemtpus Saeculi.

En parlant d’étape, quel est la suite des événements, un nouvel album, une tournée ?

Que se soit DL ou Sektemtum, les prochains albums sortiront chez Osmose Prod car Hervé est un ami et on s’entend bien, il fait du bon boulot. La musique ne sera pas radicalement différente car ce sont les même musiciens, la même façon de travailler. On va la faire évoluer mais sans réfléchir encore une fois.

La mise en scène lors de votre show fut vraiment remarquable

C’est comme ça que Doctor Livingstone joue, avec les tenues, ce concept, cette symbolique, c’est un des vecteurs du groupe.

doctorlivingstone_metalinfranchecomte_gally_004

Parlons un coup Hellfest, une vraie envie de jouer dans ce festival ou juste l’occasion de gagner un peu de tune ?

Non car pas de pognon, on est venu nous chercher, on s’en fout si ça plait pas au Black Metalleux, rien à branler si on passe pour des traitres, pas notre problème si ça les emmerde.On prends plaisir à être là mais je ne serai jamais venu en tant que festivalier.

http://www.metal-archives.com/bands/Doctor_Livingstone/3540377955

Please follow and like us:

ragnardrockdefJ’en rêvais, Ragnard Rock l’a fait ! UN festival tourné vers la culture Scandinave avec des groupes pour beaucoup influencés par nos ancêtres païens !
Mais qui sont ces gens qui ont eu cette idée folle ? Et pourquoi le choix de ce thème ?

Mag : Nous aussi on en rêvait ! Comme on dit, on n’est jamais mieux servi que par soi-même, et la promotion de la culture Scandinave était pour nous une évidence. Mais pour réussir ce genre d’évènement il faut des gens assez fous pour croire au projet, et surtout des personnes qui ont suffisamment d’expérience pour mener à bien un tel projet.

Andrea : Salut à toi ! Heureux que nous puissions rendre ton rêve réalité ! L’équipe du Ragnard Rock Fest est une coalition d’une dizaine de personnes de milieu divers et variés dont le fil conducteur qui la relie est une passion commune pour la musique ainsi qu’un profond attachement aux origines païennes de l’Europe.

Pour avoir envie de lancer un tel festival, il faut avoir quand même une certaine expérience dans l’organisation de concerts, quelles sont vos faits d’armes dans ce domaine ?

Mag : Dans le comité d’organisation, tu trouveras des personnes qui organisent des concerts depuis de nombreuses années, d’autres qui organisent des fêtes médiévales, d’autres qui sont experts en sécurité, en graphisme… Le comité réunit des passionnés qui ont chacun leur domaine de compétence.

La force de ce fest repose pour moi dans l’envie de montrer la culture Viking, tant aux festivaliers qu’aux habitants avec l’ouverture du village au public, pourquoi un tel choix ?

Mag : C’est vrai. Nous avons fait le choix de mettre en avant le côté reconstitution avec les activités, les spécialités culinaires et les breuvages, les démonstrations, les animations et tous les artisans qui seront présents. Ce n’est pas qu’une fête viking, ce n’est pas qu’un festival, ce sont 7 hectares hors du temps !
Moi je voulais un évènement Rome antique mais on m’a refusé les lions pour les jeux du cirque alors j’ai dit ok aux barbus vikings ^^

Andrea : Tu as tout à fait bien résumé l’état d’esprit dans lequel nous avons voulu monter ce grand projet, dès sa genèse nous tenions à ouvrir à tous l’occasion de découvrir et de renouer avec l’histoire de nos ancêtres.

La programmation est juste magnifique ! Pour une première édition, vous avez placé la barre très très haut ! Si une suite (et je l’espère qu’elle aura lieu) a lieu il sera très dur d’accrocher autant de tête d’affiche de cette qualité ? Qu’en pensez vous ?

Mag : Pour cette première année, nous avons eu la chance d’avoir des groupes et des têtes d’affiche qui ont complètement adhérés au concept, et qui ont dit oui tout de suite. D’ailleurs je tiens vraiment à TOUS les remercier parce qu’ils sont aussi impatients que nous d’être en juillet !
Pour la suite, nous avons déjà 2 têtes d’affiche car ces 2 groupes n’ont pas pu se libérer pour cette année.

Andrea : Merci beaucoup ! Nous sommes très fiers de cette affiche, qui à mon sens reflète exactement la vision originelle de ce que nous voulions proposer. Il est clair que nous n’allons pas nous arrêter en si bon chemin et nous travaillons assidument à pérenniser le festival dans le temps.

Je pense que la scène pagan/viking actuelle, en pleine effervescence recèle un nombre ahurissant de groupes à la fois de haute notoriété mais également de qualité. Nous avons également à cœur de proposer des groupes qui ne sont pas forcément aussi connu que les grosses têtes d’affiches mais dont la valeur n’en est pas moindre. Je pense notamment à la scène de l’est de l’Europe qui contient de véritables perles qui ne demandent qu’à venir défendre leurs musiques et leurs cultures chez nous. Nous avons des groupes de Pologne, Hongrie, Roumanie, Ukraine, Russie, et nous travailleront à l’avenir également dans ce sens, afin de proposer une affiche de qualité, mais également alternative.

Justement l’affiche, Nokturnal Mortum le groupe qui je pense fera coulé de l’encre (pour rien) mais dont la présence est fortement justifiée, Wardruna qui a lui seul résume le festival ! Primordial (que j’ai méchamment loupé au Hellfest 2 fois) qui sera heureux de jouer en France (s’il rate pas l’avion), qu’elles sont vos chouchous dans cette affiche ?

Mag : La question est difficile. Musicalement il y a bien sûr les têtes d’affiche, mais nous voulions aussi faire découvrir des groupes qui n’ont jamais joués en France comme Helroth ou Virgin Snatch. Et il était important de varier un peu avec du thrash, du death ou du black metal car les styles sont issus des mêmes origines.
Pour Nokturnal Mortum, si tu savais l’énorme surprise qu’ils sont en train de vous préparer…

Andrea : Tous ! (rire)
Plus sérieusement, il est difficile de choisir tant l’affiche comme je le disais plus haut reflète avant tout nos goûts personnels. Si je devais en ressortir du lot, évidement Wardruna, qui a mon sens est l’un des plus dignes représentant de la culture historique Scandinave. Également Arkona/Enslaved dont je ne rate jamais un seul passage en France !

Faites nous un petit aperçu en quelques lignes de ce qui nous attends pendant ces 3 jours ? Qu’est ce qu’on va manger ? Y aura t il assez des chiottes (ou d’arbres) ? Les groupes ? Le merch ?

Mag : On va essayer de résumer. Le but est que le public puisse déconnecter pendant 3 jours. Le site avec la rivière et les collines à proximité invitent à s’évader. Il y aura des toilettes, des douches, un camping, des parkings…. assez, normalement, oui ! Si le 20 juillet on nous dit le contraire et bien on fera mieux la prochaine fois. C’est assez difficile d’anticiper pour une première. Les stands d’artisans, d’alimentation (classiques, typiques, végétariens) et de merch seront aussi présents.5067866
Donc pendant 3 jours vous pourrez flâner dans le village, vous asseoir à la taverne, déguster et vous abreuver de quelques spécialités ( ou non, pour les plus classiques), assister à des concerts, avec 2 scènes qui s’alterneront, et des pauses pour les animations du village. 3 jours pour se détendre et profiter de tout.

Que diriez vous aux Metalleux pour les faire venir ? La réponse de la bière ne compte pas !

Mag : Metalleux ou pas, tu es le bienvenu, seul, avec tes potes ou en famille.
Personnellement, j’ai arpenté plusieurs fest en Europe et j’en avais marre de devoir tout le temps courir pour voir tel groupe à l’autre bout du site (alors que celui d’après était encore à perpet…), mais en même temps c’est aussi le moment où mon verre vide je cherchais une buvette pas trop blindée (jamais gagné ça), etc… au final soit t’as rempli ton verre, et t’as vu que la fin du concert, soit ni l’un ni l’autre (parce que ras le bol t’es parti au camping à 12 km) ^^
Bref, t’es pas à l’usine ! T’es en week end !! Et la bière ça compte un peu quand même !! Si si je t’assure, t’as le droit, t’es en week end ! Et si t’as bu une bière, ou un verre d’hydromel de trop, le camping est gratuit pour TOUS LES FESTIVALIERS qu’ils viennent 3 jours ou 1 jour.

Andrea : Hydromel !

Je leurs dirais que ce festival est le fruit de l’artisanat de passionnés, pour des passionnés. Nous avons monté cet événement dans la volonté de proposer quelque chose que nous voulions voir dans le paysage du festival européen.

Le RRF n’est pas simplement une festival, c’est nous, notre passion, et notre cœur que nous vous proposons.

Je vais vous faire une confidence, j’attends plus votre festival que le Hellfest, les raisons ? Un fest à moins de 200 bornes de chez moi (à seulement 20 km de l’autoroute), un concept bien loin des standards habituels (à part le Cernunnos Pagan fest) et un endroit paradisiaque ! Alors vivement juillet !

Andrea : N’oublie pas ta hache ! Nous attendons ta venue avec grand appétit !

Pour tout savoir sur le festival http://ragnard-rock.com/

Please follow and like us:

Corosteler nous ouvre les portes de son univers, entretien avec Romain et Silvère

corosteler

Corosteler, un nom assez énigmatique qui laisse penser plusieurs significations, peux-tu nous l’expliquer ?

S = COROSTELER, c’est le nom « francisé» du grand père de Romain qui est d’origine russe. Personnellement ce nom m’a tout de suite parlé car j’y voyais le mélange entre la Corrosion et la notion de Stellaire.

R = Pour la petite histoire, ma grand mère me parlait souvent de son père russe qui est venu pendant la guerre et ne pouvait rentrer chez lui de peur de se faire tuer car il était traité de collabo en Russie. IL a fondé une famille en France, il voulait des garçons pour perpétuer son nom … hélas il n’a eu que des filles ! Du coup , pour laisser une trace de lui, je lui ai pris son nom qui a été francisé : il s’appelait « Semione Corosteler ». Son histoire est racontée dans la chanson C.F.K qui est son vrai nom russe Cemion Fiodorovitch Korosteliov

Première chose qui m’a marqué avec Corosteler, c’est l’univers graphique qui entoure le groupe, très recherché et unique ! Qui s’occupe de tout ça ? Quelles sont ces influences ?

lampe corostelerS = L’univers graphique est le fruit d’un travail en commun avec Romain, chacun y apporte sa touche de façon complémentaire.
Romain est un artiste bien plus doué et complet que moi (peinture , sculpture, soudure, photo…) tu peux d’ailleurs voir son travail sur http://niotteprod.wix.com/niotteprod . J’ai plusieurs oeuvres de Romain chez moi et je peux te garantir qu’à chaque fois, mes invités ne restent pas de marbre. Dans le cadre de COROSTELER il a réalisé des « sculptures » en acier (Pied de micro, Totem…). Le Totem sur la pochette de l’album vestiges est une oeuvre de Romain.
Mon apport est plutôt « scientifique » et « ésotérique » sur la partie graphique. Je peux passer des heures la nuit à me prendre la tête sur un petit détail et je m’occupe principalement de la partie numérique : j’ai réalisé le symbole associé au groupe, son logo, des images , des photos …

R = On se complète très bien avec silvère, lui c’est toutes les parties machines (ordi, son, retouches numérique..) et comme il dit les petits détails. Moi, c’est mécanique (souder, diapo, flambeau…) je rentre pas dans les détails. Sur le fond on a le même état d esprit, c’est pour cela que nous sommes deux, on se complète parfaitement et en plus c’est mon meilleur pote tu peux pas rêver mieux. Une autre personne pour les compositions ou autre ferait calencher cet équilibre, à part peut être un ingé son pour le live car on doit avoir encore plus de matos que slipknot entre la zic et les décors !

Entrons dans la partie musicale, qui s’annonce très large ! Car je ne saurais même pas donner le style qui prédomine dans vos compos, j’y ressens énormément de parties atmosphériques, acoustiques mais aussi des parties purement Indus Metal, violentes et crades à la NIN ! Alors comment définir Corosteler, sans de toute façon le rentrer dans une boite ? Qu’est ce qui aide à la création de vos morceaux ?

S = Nous sommes tous les deux issus de la scène metal mais avec chacun de courants très différents, voir même antinomiques. Au départ la formation était clairement métal, mais les départs du batteur puis du guitariste nous ont contraints à adopter de nouveaux outils (sampler) et à redéfinir notre approche des compositions. Le style a donc évolué pour construire notre propre univers où les samples ont pris une place plus importante. Si aujourd’hui on devait se mettre dans une boite ou une case alors on pourrait dire « Indus Post Metal ».
Au niveau de la composition des morceaux,ça se passe relativement rapidement car cela fait plus de 10 ans que je bosse avec romain. Nous échangeons régulièrement des riffs & idées par le net, et chacun apporte ensuite de son coté une pierre à l’édifice, au final on se retrouve en répétition et on confronte nos idées pour construire les morceaux. Quand on reste bloqué sur un passage, on sait tout de suite que l’on fait fausse route…alors on repart rapidement dans une autre direction. Je pense que c’est ce qui explique pourquoi nos morceaux ne sont figés totalement dans un style bien défini, c’est comme une partie d’échec permanente ou chacun avance ses pions. Tu évoques NIN , c’est un groupe que j’apprécie beaucoup et je pense que cela doit finalement influencer la façon que j’ai de définir le son.

R = Je n’ai jamais aimé m’enterrer dans un style : c’est comme dans la vie, ce n’est jamais tout blanc ou tout noir. J’aime aller creuser dans la zic, prendre un thème ou une expérience de la vie. Chaque composition a toujours commencé comme cela, une fois que j’ai le fond, les accords viennent tous seuls. Ça peut être de la guitare sèche, électrique, du piano,des canettes en verre. J’ai un micro et j’enregistre souvent les bruits qui m’entourent. Les pleurs de mon enfant ont donné naissance à Vestige. Le chien mangeant des croquettes c’est Nesral…Pour définir le style, c’est pas évident… Je comprends plus rien à tous ces noms qui changent à chaque fois; s’il fallait mettre une étiquette, je dirais du « black indus theatre metal expérimental » lol. J’ ai une grosse base post rock hardcore et Silvère indus black , le mix de tout cela donne COROSTELER.

Cette symbiose entre vous permet je pense de créer un style qui vous appartient, et sur ce point Romain a raison, pas besoin de vous classer. Et en live, à quel genre d’expérience l’auditeur doit t il s’attendre ? Décors particuliers ? Performances d’artistes ? Doit on s’attendre à vous voir en concert plus souvent ? Un groupe avec qui vous aimeriez partager une date ?

R – Pour le live c’est une autre expérience qui s’ouvre à nous car nous avons composé et enregistré en même temps. Maintenant, on travaille le set live et on y associe des projections video, certaines corosteler liveque nous avons réalisées et d’autres qui sont issues de la collaboration avec le cinéaste Lyonnais Stephane MILLER. C’est une personne que nous n’avons jamais vue mais que nous avons rencontrée sur le net. J’aime l’idée de partage comme cela ! Ses videos sont tournées à l’ancienne en super 8 et j’ai tout de suite été fan de ce qu’il faisait.
Sur scène, il y a un décor qui évoluera au fils du temps, en fonction de mes créations : Le totem qui est sur la pochette de vestiges, c’est un embrayage orné d’une corne de vache, ce totem évoque le contraste entre la mécanique et la nature. Des lampes faites maison, des mannequins habillés avec du barbelé…
J’ai pas mal d autres idées comme par exemple des chorégraphies ou autres mais il faut du monde ! Apres, c’est en faisant des concerts que l’on rencontre du monde! On est bien sûr motivé pour jouer, mais on va privilégier les endroits en accord avec notre concept et notre son et dans lequel le décor peut s’adapter. Peu importe les groupes avec qui on va jouer ce sera toujours un plaisir, que ce soit un groupe énormément connu ou un groupe débutant.

S – La sortie de notre album nous pousse désormais à nous produire en live et suite à un gros travail pour maitriser le son, les machines, les ambiances, les videos, nous sommes maintenant opérationnels pour cet exercice. Nous avons d’ailleurs testé une partie de notre set en condition live lors de la release party de l’album, tout s’est passé sans problème.
De mon point de vue, nous avons construit un set qui sera comme un voyage introspectif dans l’univers de Corosteler. Nous allons avoir des morceaux très puissants et intenses et d’autre plus ambiant. Pour citer un groupe avec qui j’aimerai partager la scène, pourquoi pas Blut Aus Nord mais c’est une utopie car ils ne font jamais de live.
J’en profite pour donner rendez vous à tous ceux qui ont envie de nous découvrir le 15 mai 2015 pendant le festival Lac en Zik à Vaivre (70) c’est un festival gratuit sur 2 jours où nous partagerons la scène avec 7 autres groupes de la région.

Votre premier album, Vestiges, vient de sortir. Pouvez nous en parler un peu, sa création, son concept, … et le choix de Gaulhammer, label Franc Comtois ?

pochette corostelerR – Pour le titre je voulais un mot « fort » en rapport avec le concept et le son. Vestiges a plusieurs significations qui collaient parfaitement. Si tu prends la définition première,c est « une marque laissée par quelque chose qui a été détruit ». Cet album est en quelque sorte le vestige de mon arrière grand père. Au niveau plus littéraire,les vestiges de l’âme, les souvenirs sont un thème présent dans mes textes et ça honore aussi la famille Corosteler.
Pour Gaulhammer,c’est un pote, Zonbi, qui gère ça et pour ma part j’ai jamais vu un mec qui se bougeait autant le cul et qui s investissait autant dans sa musique !…donc,on a décidé de collaborer, c’est de l’entraide mais c’est avant tout un mec super.
S- La création de l’album s’est finalement faite rapidement. Quand nous nous sommes retrouvés en duo, nous avons composé / enregistré des morceaux et, sans s’en rendre compte, on s’est vite retrouvé à être hyper productifs, avec au final un tas de morceaux à sélectionner pour mettre sur cet album ! A un moment, on s’est même demandé si on n’allait pas faire un double CD ! Notre album était tellement personnel qu’on a voulu garder un contrôle total sur l’ensemble, enregistrement, mix, master, design graphique, production; on a travaillé et on s’est enfermé dans notre monde en écoutant, réécoutant, réajustant, modifiant. Le titre de l’album a évolué, car au départ, c’était« taetra universe » (Taetra étant un mot latin qui signifie « qui suscite la répulsion »)
Au final, le nom « vestiges » s’est imposé, dans un premier temps en russe puis en français. Ce titre complète bien plusieurs textes qui évoquent la vision d’un futur ou l’âme sombre de quelques élites avides de pouvoir auront mené le monde à sa perte.
On a également fait appel à quelques amis qui nous ont prêté main forte, Sharp chanteur de Madjive sur le titre Reborn in Chaos, le titre et les paroles évoqueront sans doute des souvenirs pour ceux qui nous connaissant dans un de nos anciens groupes, Toto des Wild Bifflers, qui à réussit de pari de chanter sur un morceau indus métal avec un chant proche de la chanson française, je trouve le mélange est incroyable. Il y a également une touche féminine sur deux morceaux G sur le morceau Au plus profond et Elo sur contrôle.
Gaulhammer est simplement le meilleur label de metal extreme underground de la région !!! Quand tu vois les productions dessus ( the 135, Goatvermin, Saint Freness, Einsicht…) et les concerts organisés par zonbi et ça depuis maintenant plus de 10 ans ça impose simplement le respect. Quand il a été question de collaboration entre Gaulhammer et Corosteler la réponse a été évidente !

Pour terminer, j’aime bien avoir l’avis des musiciens sur la scène qui les entoure, des groupes à nous faire découvrir ?

R- Moi,en musique, ça a commencé au collège avec les classiques : Sepultura, Pantera, Slayer et compagnie puis après death, grind , post rock, blues pas mal de choses en fait, mais j’ai une préférence pour le hardcore.Mes groupes phares sont Converge, Isis, Gantz, Woven Hand, Breach, Cult of luna, Knut, Kruger, Kylesa et les derniers groupes écoutés Code Orange, Kids narrows, solstafir, kilimanjarro, darkjazz ensemble, Thou, Yob, Pg lost, At the gates, Bile, Amebix et corosteler.

S- A l’heure actuelle, il y a tellement de bons groupes un peu partout que c’est facile de dénicher des petits groupes qui sont vraiment géniaux. La scène underground me semble vraiment bien développée en France et ce malgré les media mainstream qui tentent de diaboliser le métal.
La scène qui nous entoure est avant tout celle de notre région et j’ai à l’esprit plusieurs groupes qui méritent une oreille : Imperivm , Goatvermin, Je, Au dela , Defraktor , Desybes , Dust of silence , Madjive, Howl in a cave, Abyssal ascendant, Malevolentia, Recueil Morbide , Carcariass, Broken Edge , Membrane , la bite et le couteau et pour finir asidefromaday ! Il doit y en avoir beaucoup d’autres également…
Pour les découvertes musicales, je suis un adepte du CD et du 33T et j’écoute de la zik pratiquement tout le temps… Donc je pourrais te faire une liste interminable, dont voici quelques noms : Godflesh, A world only by fire, un album impressionnant , pour moi,l ’album de 2014. Ótta de Solstafir un putain d’album, 100% white puzzle de HINT, OM, Plan 911, Toxic Holocaust avec l’album An overdose of Death (la puissance du thrash à l’état pur), Peste noire « ballade Cuntre Lo Anemi Francor » , Blut Aus Nord avec la trilogie 777, Primordial, Revocation , Kaos Dei ,et pleins d’autres…

Merci à vous 2 pour cet entretien

R – Merci à toi pour cette interview ! Ce fut un réel plaisir de parler de l’histoire de corosteler qui a déjà un passé mais qui est très motivé pour le futur !
S – Merci, et encore bravo pour ton site! Metaaaaaaal !!!

lien bandcamp https://corosteler.bandcamp.com
lien Gaulhammer – http://gaulhammer.weebly.com

Please follow and like us: