The Lords of Altamont + Desana

L’Antonnoir (Besançon-25) – Jeudi 16 mai 2019

 

C’était il y a presque un mois, un jeudi soir à l’Antonnoir, lieu désormais incontournable à Besançon qui a le talent de booker des têtes d’affiches, parfois internationales, et qui très souvent, déboîtent ! Et ce concert résonne encore un peu, tellement ce fut mémorable. Retour sur cette soirée que beaucoup ont raté… tant pis pour eux !

Un jeudi soir à Besak, on se dit qu’il y aura du monde, mais le monde étudiant et festif n’était malheureusement pas vraiment au rendez-vous. L’affiche était pourtant alléchante, avec le retour à Besançon des Lords of Altamont, quasiment 1 an après leur passage au Circasismic. Les ayant découverts (et admirés!) à cette occasion, je ne voulais pas manquer cette opportunité de les revoir, de près qui plus est ! Et je n’ai pas été déçue.,,

Avant qu’ils n’apparaissent sur scène, c’est Desana qui avait la charge de faire chauffer l’ambiance. A noter qu’ils l’ont fait au pied levé, du fait que la première partie initialement prévue, les Australiens de Grinding Eyes, avait annulé sa venue au dernier moment. Qu’à cela ne tienne, le trio local est au taquet pour prendre le relais et délivrer ses coups de bottes et de décibels sans concession. Toujours un kiff de retrouver les 3 rockers et de recevoir dans les oreilles leur indie rock hyper carburé, suintant et gras à souhait, découlinant de mélancolie qui ne se laisse pas faire et rue violemment, le tout, avec classe… Je ne m’en lasse pas, je vous aime les gars !


Mais il fallait quand même laisser la place aux Californiens, ils viennent de loin quand même…Après s’être faits désirer un peu longtemps (et non, même en attendant, l’Antonnoir n’a pas rempli sa jauge, et on peut forcément et fortement se poser la question… POURQUOIIIIIIIII ??), le public présent a suffisamment hurlé pour les faire monter sur scène, enfin. Musicalement The Lords of Altamont, c’est du rock’n roll mâtiné de hard, punk, de garage, de psyché, et scéniquement, c’est quatre mecs qui n’arrêtent pas ! Basse-batterie-guitare, et un frontman (Jake « The Preacher » Cavaliere ) chanteur et organiste de talent, qui a le don de fusionner avec son instrument qui reste rarement sur ses quatre pieds. Malgré des positions improbables, devant, dessous, derrière ou sur son clavier, The Preacher délivre ses messages avec une énergie dingue qui rebondit de musicien en musicien et provoque dans le public une vraie réaction quasi instinctive. Un set incroyable, encore plus fort que ce que j’avais pu ressentir au Circa où le lieu était plus vaste. La proximité avec un tel groupe est une vraie chance et on ne peut que remercier encore l’Antonnoir et le maître des lieux pour nous offrir ces opportunités (et rappeler au public qu’il faut VENIR aux concerts live pour que ça puisse durer et recommencer). Après nous avoir gratifiés de 2 rappels, les Lords quittent enfin la scène et nous laissent un peu pantois et perdus quand le silence fut revenu…Une bien belle soirée, encore une fois, qui continuera avec l’homme aux platines, mais sans moi…car je rappelle qu’on était un jeudi, enfin déjà même un vendredi, et que la semaine de taf n’était pas finie…mais peu importe. Cette date ne pouvait pas être loupée ! Vive l’Anto !

 

« 1 de 2 »

 

 

Please follow and like us:
error