Iron Bastards – Cobra Cadabra

Nom du groupe

iron bastards

Album

cobra cadabra

Label

autoprod

Date de sortie

4 avril 2019

LA NOTE
9.6/10

Après un « Fast and Dangerous » que j’avais apprécié mais auquel je préférai le premier album (Boogie Woogie Violence), nos plus anglais des strasbourgeois sont de retour avec « Cobra Cadabra ».

Premier détail, le son a encore été amélioré pour arriver à un résultat digne d’un chef d’œuvre de la scène anglaise des années 70 tout en gardant la précision d’une production moderne. J’oserai un comparatif surprenant, mais ce type de son me fait penser à ceux que peuvent proposer par exemple les Red Hot.

Avec Iron Bastards, il faut environ 3 secondes pour se mettre dans le bain et actionner son pied pour taper le rythme, ce grooupe est une machine à tube !! « Day of Rage », le premier single dévoilé, en est le parfait exemple. Le refrain est un monument de Rock’n’roll, un truc à se péter les cordes vocales en le reprenant en chœur. Le groupe a su avec les années développer son fast Rock’n’roll qu’avait créé notre Dieu à tous, Motörhead. Même si l’influence est toujours palpable, que la Rickenbacker et ce chant Rockailleux (copyright sur cette expression qui exprime bien le timbre particulier de Lemmy, nourri à la clope et au Jack Daniel’s) sont une marque de fabrique lourd à porter, Iron Bastards fait honneur à notre père à tous.

Et la suite de l’album ne fait que confirmer la qualité des compos des strasbourgeois. « Speed Machine », « Cobra Cadabra », autant de titres qui vont vous faire danser sur les pistes !! Et que dire des influences maidenesques de plus en plus présentes, sur «  »With the world on your side » ou sur « Outside the nest » tant en rythmique qu’en solo. Tiens parlons en des solos, David s’est encore surpassé pour sortir des notes stratosphériques.

Et franchement, vlà que maintenant ils sortent l’harmonica pour faire du Rock aux influences country, « You only live twice » est bien marrant avec des petits « hi ha » bien texan ! La guitare et l’harmonica sur la fin du morceau se lance dans un duel de solo !! Exceptionnel en France de voir des groupes oser un tel mélange :!

Après un déluge de bon point, il faudrait trouver les choses qui ne vont pas pour placer un « mais » … mais je n’en trouve pas. Alors je finirai cette chronique en disant sans soucis, sans stress que Iron Bastards a sorti son meilleur album, mais surtout le meilleur cd de ce début d’année. Et quand je me dis qu’on les a fait jouer et que j’ai pu écouter ces nouveaux morceaux en live, je suis plus qu’affirmatif, other band play, Iron Bastards Kill !!!

Membres du groupe
David Bour : Bass & Vocals –
David Semler : Guitars –
Anthony Meyer : Drums
 
Ville d’origine
Strasbourg
Please follow and like us:
error

Journal de bord de l’orga de notre concert !

Faire un live report d’une date qu’on organise, c’est comme s’extasier devant un dessin de son gosse, ce n’est pas parfait mais on sait qu’il s’est fait plaisir en le faisant. Et bien c’est exactement ça ! Malgré le stress, les risques, la fatigue, on a fait notre premier concert ! Et comme je ne peux pas être totalement objectif sur les groupes qui ont joué, je vous propose un journal de bord de ce premier concert qui finalement a commencé fin janvier.

Mais avant tout, je commence par les remerciements, car ce concert ce n’est pas une personne, c’est bien une équipe

Nico, la personne de confiance, le gars sur qui on peut toujours compter ; Marion pour sa présence et sa confiance ; Stéphanie pour son soutien énorme !! ; Michael, Mathilde et Alexia pour leur gros coup de main ; Anton et Manu pour nous avoir fait confiance et laissé la boutique, le salon du tatouage pour la promo, les groupes pour leur patience, leur bienveillance !! Et vous le public qui êtes venu ce soir avec nous pour écouter du bon Rock !!!

J- 0

Comme d’habitude, je travaille (glandouille, diront certains) sur notre page facebook, et d’un coup une petite notification de mon ami David d’Iron Bastards qui annonce qu’il tourne avec Sticky Boys et un autre groupe que je ne connais pas encore !! Et là je me dis, putain l’affiche de tueur !! Et je ne sais pas ce qui me prends à ce moment-là, je me dis, tiens et si on les faisait jouer dans le coin ! Ni une ni 2, je propose le plateau aux orga et salles que je connais. Personne pour le faire à cette date.

J- 0

Après une nuit de réflexion, je me dis … et si on le faisait nous-mêmes ce concert ! Je sonde un peu à droite à gauche, je pose la question aux autres de l’asso. Je pense qu’ils ont juste du me prendre pour un idiot fini de vouloir faire ça, sachant qu’on a jamais fait ça avant, qu’on a un budget serré mais après avoir expliqué que cette date est une tuerie, mon bras droit (Nico) et mon bras gauche (la trésorière) me disent qu’on peut le tenter !! Manque plus que la salle, et là, après avoir écumé la région, l’Antonnoir s’impose comme un choix judicieux et Anton nous dit ok ! Les amis, c’est parti, on va organiser un concert !

J- 43

Un mois de mise en place laborieux, entre recherche de fonds, création de supports, début de communication. Car ouais, y a le concert, mais derrière il faut que tout soit au top. Pour une première, on doit être irréprochable et on va essayer de mettre les p’tits plats dans les grands ! En parlant de plat d’ailleurs, comme vous le savez, on est pour certains vegans ou végé dans l’asso, et il me semblait difficile de payer de la souffrance animale pour nourrir l’équipe et les groupes, alors on a osé le pari du catering Vegan pour cette date, les groupes, l’orga ont dit ok et c’est donc le resto Gloria Mea Fides qui nous a nourri !!

J- 17

Ce vendredi, Hellbats joue à Besançon et c’est un sacré événement à ne pas manquer, tant pour le groupe en lui-même que pour la promo de notre date, merci au Mighty Worms pour ce concert ! Distribution de flyers, beaucoup de discussions avec des acteurs de la scène locale et gros son dans les oreilles.

J- 16

Gros travail de communication avec des articles dans les médias (Le Progrès, Macommune info, Diversions + d’autres webzines et agenda en tout genre), des passages radios (La Colère du Peuple, Jamix on Air) et du tractage/collage d’affiches (gros fuck à ceux qui ont recouvert les nôtres avec leurs bouses, nous on a juste niqué celle du cirque sur l’eau – stop exploitation animale – et celle de Maitre Gims – stop à la merde)

JOUR J

On se lève en disant que ça va être une putain de journée ! Presque 40 préventes, ça s’annonce plutôt bien !! Pour se mettre en jambes, car avant d’être un passionné de musique, je suis surtout un habitant de cette planète, direction la Marche pour le Climat pour revendiquer le droit à un avenir pour nos enfants.

Et hop, direction le Salon du Tatouage pour une distribution de flyers que Nico a déjà bien attaqué le matin, plus de 500 tracts, on s’est même fait embaucher pour filer ceux du salon. Une belle vitrine pour notre concert, on espère à fond que tout ce petit monde viendra après !!

15h30 les groupes ne vont pas tarder à arriver, on file à l’Antonnoir pour installer notre bazar et préparer les loges. 16 h … où sont les groupes ??? retenus quelques minutes par les gilets jaunes plusieurs fois, ils arrivent enfin !!

C’est parti pour le grand déballage, ça en fait du matos pour 3 groupes ! Mais les gars sont rodés, c’est leur deuxième week-end ensemble.

19h30 tout est prêt !! Un repas vegan vite avalé et on file avec ma moitié aux entrées, déjà du monde devant la porte à 20h ! Il faudra patienter !! Petit à petit, le public arrive et à 21h15, on compte environ 80 personnes !

Full Throttle Baby entrent en scène et ils ont vite fait de mettre l’ambiance, Julien le chanteur descend au contact, pousse le public à bouger ! Quelques-uns le suivent mais pour le moment, c’est assez calme ! Dommage car le Rock’n’Roll des Parisiens est une machine à pogo !! Je fais un petit passage devant la scène pour montrer que l’orga est content !! et hop retour aux entrées avec l’espoir que ça arrive un peu !

Full Throttle Baby
« 1 de 3 »

Déception pour Iron Bastards ils ne sont guère plus à venir écouter le fast Rock’n’Roll de mes strasbourgeois préférés. Franchement c’est un réel plaisir de les voir encore sur scène, dans une configuration plus intimiste que lors des Sapins Barbus. Les nouveaux titres passent bien l’épreuve du live ! David nous régale de solos de plus en plus travaillés !

Iron Bastards
« 1 de 2 »

Il faut se rendre à l’évidence, on n’atteindra pas notre nombre d’entrée pour éviter de perdre de l’argent, c’est le jeu … mais quand même un goût amer car l’affiche était belle et quand les Sticky Boys montent scène, le public est encore timide !! Heureusement nos Parisiens savent mettre l’ambiance et ça fait plaisir ! Même si on sent la fatigue, ils donnent tout, et jouent avec le public !! c’est d’ailleurs eux qui font gagner le pass de la Guerre du Son, la demoiselle repartira même avec un bisou du chanteur (moi aussi j’aurai droit à un câlin d’ailleurs).

Le concert se termine en retard mais on s’en fiche le taulier a dit ok !! Rangement rapide, bilan rapide avec l’équipe et c’est déjà l’heure de partir … enfin ça c’était le programme, mais bon y a l’after !

Certains vont se coucher, je fais donc le conducteur de van puis taxi pour ramener les musiciens qui ne peuvent pas conduire. Franchement ils méritent largement que je les emmène et que je les borde, ils ont tout donné !

Et finalement j’abandonne une partie des Sticky Boys, ils rentreront au petit matin pour dormir quelques heures.

10h30 le dimanche, je retrouve les Full Throttle Baby au petit déj, certains ont une mine bien fatiguée, en effet il y a eu quelques petits soucis de répartition des lits. Le reste des zicos se lève un par un et c’est sur une dédicace sur l’affiche du concert que je quitte tout ce petit monde pour aller moi aussi me coucher, ben ouais faut aller bosser le soir … mais putain quel pied cette soirée !!!

Sticky Boys
« 1 de 2 »
Please follow and like us:
error

Focus sur Iron Bastards

On vous fait découvrir les groupes qui joueront sur notre première date le 16 mars 2019.

Aujourd’hui, découvrons (ou pas) les Iron Bastards

BILLETTERIE

Propulsé par HelloAsso

Tempos rapides, Rickenbacker et riffing énervé : Les 3 guérilleros de Strasbourg continuent leur mission entamée il y a 5 ans, écumer les salles Européennes à un rythme effréné calqué sur son Fast Rock’n’roll. Les Bastards ce sont 2 albums et plus de 230 concerts dans 11 pays dont le Hellfest Open Air 2017, et des scènes partagées avec SodomOverkillSoulflyNashville PussyMass HysteriaLe Bal des Enragés, Peter Pan Speedrock, Phil Campbell de Motörhead… Et un nouvel album début 2019 qui s’intitulera « Cobra Cabadra ».

On les avait rencontré à l'occasion du festival des Sapins Barbus en 2018
Please follow and like us:
error

Iron Bastards en live

Iron Bastards play

Lors du festival des Sapins Barbus 2018, nous avons eu l’occasion de retrouver nos copains d’Iron Bastards, leur musique ne nous quitte plus depuis leurs concerts du BarAcat et du Pinky Bar ! Alors aujourd’hui c’est une interview et un live qu’on vous propose !!

Please follow and like us:
error

Les Sapins Barbus jour 1

bord-1

Elles sont rares les fois où je commence un report le lendemain, entre fatigue et alcool ! Mais là je suis chaud ! Enfin … putain les Vosges ça pelle vindieu le soir ! C’est donc chez les Sapins Barbus que nous nous rendons ce vendredi, sous une pluie battante avec donc cette appréhension qu’on va déguster, surtout que les montagne semblent bien prises dans la brume au loin. Mais en arrivant sur le site, presque pas une goutte ! Un petit miracle.

Mais quel site !! Tout est en rondin ou palettes, du bar aux scènes ! On voit que nous sommes chez les Bucherons ! Petit plus, c’est une ancienne carrière me semble t il, donc un sol en cailloux, presque droit, idéal pour les engins et le public qui ne s’enlisent pas, moins bien pour le slammeur qui se loupe !

« 1 de 3 »

 

Mon arrivée est chronométrée, je dois foncer voir les copains de Iron Bastards pour faire une interview vidéo avant leur set tout en ne ratant pas Stone Deaf ! Voyez un peu le timing ! Mission réussi, j’assiste donc à la moitié du show des petits gars d’Epinal qui ont la lourde tache de mettre en jambe le public. On va dire que c’est en partie assurée, leur Rock/Stoner passe bien l’épreuve du live mais ça manque encore de titre accrocheur au premier riff ! Il n’est jamais facile de passer en premier et pour moi, ils ont fait du bon boulot.

 

Passage donc sur la grande scène, dont le cadre est en rondins, pour nos Strasbourgeois préférés. Iron Bastards, qu’on ne présente plus ici, joue du Rock’n’Roll ! On pourrait se contenter de ça comme présentation ! Et c’est un David (basse/chant) tout heureux d’être là (bein oui c’est son anniv, ce que le public ne va pas oublier de lui rappeler) qui ouvre les hostilités. Le public commence à se réveiller au bout de plusieurs titres mais c’est bien la reprise de Motorhead qui va mettre tout le monde au garde à vous ! Les nouveaux titres se glissent facilement dans la setlist, je les trouve bien typé Metal, à réécouter sur CD ! Je pense que le groupe se serait passé du pépin guitare mais ce fut de courte durée, l’occasion de chanter (encore) un joyeux anniversaire ! J’ai finalement moins apprécié ce concert que leur prestation au Pinky Bar, un scène trop grande pour une musique qui réclame du contact avec le public !

Ah ça y est, je ne suis plus seul (qui est vraiment seul dans un fest …) Nico me rejoint et va pouvoir nous régaler de bien belles images !!

C’est donc lui qui shoot Dog’n’Style qui ont revêtu leurs plus beaux shorts et chemises à fleurs, je m’attendais plutôt à du cuir et des strings ! Comme quoi on peut faire de la bonne musique habillé comme Magnum ! Car oui, j’ai passé un bon moment devant les gars d’Epinal (encore), leur Rock’n’Roll est vraiment taillé pour la scène, leur communication au top et le public ne s’y est pas trompé, il y avait du monde alors que Nashville se préparait pourtant à fouler les planches (ici le mot prends tout son sens). Je ne connais pas encore leur discographie mais c’est une chose que je vais vite rattraper.

Nashville Pussy, raté tellement de fois que je ne compte plus, dont une date mythique au Cylindre de Larnod … et bien voilà c’est fait j’ai enfin vu les Ricains et j’en ai pris pour mon argent (ok oui j’ai un pass press, mais bon on a compris non ?). Le duo mythique Blaine Cartwright et Ruyters Suys est toujours aussi explosif, ce petit bout de femme est une puce survoltée sur scène, entre solo et headbanging ! Elle assure le show. Son compagnon de route (dans la vie aussi) n’est pas en reste, nous gratifiant de son habituel coup de la bière dans le chapeau ! Et Coté musique, là aussi on est dans le Rock’n’Roll, oscillant entre AC DC, Motorhead et le Rock Sudiste de Lynyrd Skynyrd ! Go MotherFucker GO !! Un vrai plaisir de les avoir vu !!

« 1 de 2 »

Après un tel concert, pas facile de prendre le relais ! Mais les Franc Comtois de l’affiche vont y arriver ! 58 Shots, déjà bien connu de nos services, va donner une leçon de Rock aux Vosgiens ! Ils avaient déjà charmé notre lola lors du Mon Baby Blues 2017 et ce soir c’est moi qui tombe sous le charme de leur Rock vitaminé et surtout des capacités vocales du chanteur !! Il n’hésite pas taquiner les aigus sans fausse note ! Les titres plus rapides « You don’t mess with the lion » alternent avec des ballades qui résonnent les montagnes Vosgiennes ! Quand on voit les premières parties qu’ils sont déjà assurés, on comprends qu’ils ont de l’avenir nos Belfortains !

« 1 de 2 »

On arrive déjà sur le dernier gro◊upe, le froid commence à nous picoter un peu, il va falloir un groupe au top pour réchauffer le public (bon ok le public a surement moins froid que moi vu l’alcool et les pogos), et c’est Aqme, que l’on a vu il y a peu à la Guerre du Son. Cette fois aucune excuse, je peux écouter le set des français sans être distrait par le stand !  Première chose, Charlotte n’a pas encore repris sa place mais son remplaçant n’est pas manchot, loin de là ! En tout cas l’ambiance sur scène comme dans le public est bonne, les petits pas de danse de Vincent pendant la balance sont annonciateurs d’un groupe qui vient s’éclater. On peut dire que le chanteur ne s’économise pas tout comme le reste de l’équipe et leur Metal chanté en Français fait mouche, un titre comme « Tant d’années » enflamme le public !! Autant lors de la Guerre du Son j’étais un peu septique sur les compos du groupe, là je suis plutôt content de les avoir bien écouté !! Fin de cette première journée, demain c’est Nico qui s’y colle !

« 1 de 2 »

Publications associées :

[LIVE REPORT] Les Sapins Barbus : l’ambiance dans la clairière au milieu des petits conifères

◊ [LIVE REPORT] Sapins Barbus : deuxième journée dans la clairière

[FESTIVAL] Semaine Les Sapins Barbus : découvrons ce festival

[INTERVIEW] Semaine les Sapins Barbus : Stone Deaf

◊ [VIDEO] Iron Bastards en live

[INTERVIEW] Semaines Les Sapins Barbus : Iron Bastards

[INTERVIEW] Semaine Sapins Barbus : Dog’N’Style

 

Please follow and like us:
error

Semaines Les Sapins Barbus : Iron Bastards

Iron Bastards (7 sur 2)
Iron Bastard
crédit photo : Nicolight

Iron Bastards, nos Speed rockers à nous, groupe 100% Rock’n’Roll de Strasbourg.

Ils ont bien voulu répondre à une petite interview afin de les découvrir avant le festival des Sapins Barbus. Mais vous les retrouverez en inti vidéo après le fest

Ils sont programmés vendredi soir à 19h10 sur la scène des Sapins Barbus.

 

1/ Afin que les futurs festivaliers vous connaissent un peu plus une présentation s’impose. D’où venez-vous, comment le groupe s’est-il formé, quels sont ses membres, etc. ?

Iron Bastards ce sont trois garçons de Strasbourg, David Semler à la guitare, Anthony Meyer à la batterie et moi-même, David Bour, au chant et à la basse. Depuis 2013, année de formation du groupe, nous avons sorti deux albums :« Boogie woogie violence » en 2015, « Fast & Dangerous » en 2016, et en début d’année un album live enregistré à Londres qui s’intitule « Keep it Fast ! ». Nous avons fait plus de 200 concerts dont le Hellfest Open Air 2017, avecdes tournées au Royaume-Uni, en Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Pologne, Italie… On nous compare souvent à Motörhead mais notre seule prétention est celle de reprendre le flambeau du Rock dans sa version Hard. Durant toutes ces années, nous avons croisé la route de Phil Campbell de Motörhead, Sodom, Overkill, Soulfly, Nashville Pussy, Mass Hysteria, Le Bal des Enragés ou encore Peter Pan Speedrock.
Nous faisons donc notre petit bout de chemin qui nous apporte à venir prêcher le rock’n’roll aux Sapins Barbus ce vendredi !

2/ C’est la cinquième édition des « Sapins Barbus », un festival qui prend de l’ampleur chaque année. Comment vous êtes-vous retrouvés à l’affiche de ce festival ? Un petit mot aux organisateurs ?
Un groupe ayant annulé, j’ai été contacté par les organisateurs qui cherchaient un groupe et avaient entendu parler de nous. Si j’ai bien compris, ils étaient intéressés pour nous proposer l’édition 2019, mais un slot s’étant libéré cette année nous nous y sommes greffés. Pour mon plus grand plaisir, puis le 17 août sera le jour de mes 28 ans. Et c’est donc mon mot aux organisateurs, je suis ravi de fêter mon anniversaire en votre compagnie. Il va y avoir du sport.

3/ Quand vous serez dans la foule des festivaliers, quel(s) groupe(s) allez-vous regarder ?
Nous avons pour habitude de jeter une oreille sur chaque groupe. Mais compte tenu de mes goûts et parce-que je connais de ces groupes, je serai particulièrement attentif aux sets de Dog’n’style et Nashville Pussy.

4/ Quelle est votre actualité du moment et pour les mois à venir (CD, live, …) ?
Je te le disais plus haut, en février dernier nous avons sorti un album live intitulé « Keep it Fast ! Live in London ». 8 titres enregistrés en novembre 2017 au Unicorn, une salle du quartier de Camden à Londres. Et actuellement nous terminons la composition de notre 3ème album qui comportera 11 titres. Nous rentrons en studio le 25 août et l’enregistrement devrait s’étaler sur une semaine ou deux. Je ne t’en dis pas plus pour l’instant, mais nous tenons les meilleures chansons que nous ayons composé depuis nos débuts.

 

5/ Si vous deviez citer …
une influence musicale : une seule ?! Bon, Motörhead, pas le choix.
un film : « Le bon, la brute et le truand ». Si tu l’as vu, je n’ai pas besoin d’expliquer pourquoi.
un artiste : Bernard Tapie. Un mec qui a été dans sa vie PDG d’Adidas, Président de l’OM, Député, chanteur, Ministre, patron de presse, acteur ou encore animateur à la télévision, pour moi, c’est un artiste.
une bière : La Köstritzer noire, une bière Allemand qui enterre la Guinness.

 

Iron Bastards en live

6/ Les festivaliers pourront-ils retrouver vos albums, tee-shirt, ou tout autres produits vous conservant sur place ? Le cas échéant quel sera le contenu disponible ? Ou pouvez vous nous communiquer un autre moyen de les acquérir afin que nos lecteurs qui ne peuvent se déplacer puissent vous les acheter ? Nous aurons nos deux albums, en CD les deux et également en vinyl pour le second, notre album live et des tshirts. Et pour ceux qui souhaiteraient acheter ça en ligne : www.ironbastards.com. A vendredi !

Les membres du groupe : David Semler à la guitare, Anthony Meyer à la batterie et moi-même, David Bour, au chant et à la basse.

Booking:
booking@ironbastards.com

Label  : http://hellprod.com

Please follow and like us:
error