Lac en Zik #11 jour 2

De retour sur le site du LeZ en ce samedi après-midi, la pluie a cette fois bel et bien décidé de s’installer et de compromettre la scène extérieure, qui sera donc abandonnée aux gouttes. Les stands pliants et le grand chapiteau permettent néanmoins de rester dehors et d’abriter la restauration et la buvette extérieure au sec. Le repli à l’intérieur de la salle était déjà anticipé, avec l’installation d’une petite scène accueillante, joliment décorée de tapis et de lights, faisant face à la grande scène à l’autre bout de la salle.

C’est parti pour les concerts dès 18h30, et c’est le groupe Pearl qui a l’objectif d’accueillir les premiers festivaliers du samedi. Haut-Saônois et déjà bien connus, ils ont rapidement du public au contact, dont de fidèles fans de leur pop rock funky et groovy. Maureen au chant et claviers charme les spectateurs par sa voix et son charisme, bien épaulée par 3 musiciens qui assurent. Un groupe en devenir, qui ne cesse de progresser à chaque prestation, et qui lance avec succès la soirée.

Pearl

« 1 de 2 »

Retournement des corps et on se rapproche de la scène B, où ont pris place les membres de Woodleaf pour un show acoustique de très belle facture, un folk rock de qualité qui captive l’audience, rassemblée en demi-cercle et très attentive à ce moment un peu suspendu dans le temps, et joliment mis en lumières dans cette salle qui commence à s’assombrir.

Woodleaf

« 1 de 2 »

Ce moment de douceur (et aussi un bon petit repas pris sur le pouce) bien digéré, et il s’agit de revenir à l’assaut de la grande scène, où trépignent les Lokataires suivants. Ce groupe n’est plus à présenter pour bon nombre de spectateurs, bien qu’ayant maintes fois changé de composition. Il est temps de remuer, de secouer son corps et de donner de la voix, et leur funk fusionnée au reggae et au ska hyper dynamique et festive est efficace pour ça ! Thom saute assez rapidement dans la foule pour entraîner ceux qui le souhaitent dans une grande ronde qui parcourt toute la salle, et la fin de leur set fait bouger le public en transversal de gauche à droite avec une bel engouement. Le concert le plus sportif et fun de ce festival, sans nul doute, avec de nombreux visages souriants ! L’énergie des quatres LoKataires est très communicative, en grande partie grâce à la générosité d’Eddy, au saxo déchaîné et incontournable !

Les Lokataires

« 1 de 2 »

Le temps de reprendre un peu son souffle et de s’abreuver (le micro-brasseur Dan’s Beer est toujours là, fidèle à sa tireuse, qui ne désemplit pas…), et il est l’heure de découvrir le set du groupe Altes, une jeune trio bisontin qui promet un « spectacle complet à base de show lights, sueurs, et émotions à l’état pur ». Leur EP s’intitulant « Broken », on osera dire que malheureusement, plusieurs soucis techniques ralentissent en effet le début de leur set, mais les gaillards ne se démontent pas et absorbent ces petits ennuis pour avancer énergiquement et pour de bon sur le reste de leurs titres, oscillant entre rock et électro, avec une belle présence et occupation de la scène. Encore un set bien accueilli par les festivaliers, encore présents en nombre.

Altes

« 1 de 2 »

Mais la soirée est cette fois bien avancée, et c’est devant un public un peu plus clairsemé que s’installe Blowing Machine. Un one-man band entouré de nombreuses machines électro, mais qui s’accompagne, très curieusement, d’une trompette. Un concept intrigant qui mérite qu’on prête attention à cette dernière prestation du week-end. Un bon équilibre entre mixing et trompetting, qui a le mérite d’apporter un peu plus de vie à ce type de show électro, parfois trop répétitif ou peu démonstratif sur une grande scène. Pari réussi pour Blowing Machine qui a su étonner et conserver un public bien intéressé jusqu’à cette heure tardive !

Un week-end bien rempli donc, grâce à cette succession de 10 formations aux styles variés, capables de contenter les goûts des nombreux participants (environ 1 500 personnes sur les 2 jours), et qui avaient en commun de présenter des sets bien maîtrisés, et entraînants et/ou captivants.

Merci à l’association Aim’Rock et à la Commune de Vaivre, co-organisateurs de cet évènement, pour leur accueil, car en tant qu’exposants, l’opportunité d’être présents sur ce festival est une vraie chance de faire connaître encore plus nos activités, et de toucher un public dense. Rendez-vous à Vaivre l’année prochaine, très probablement, mais peut-être en un autre lieu (la salle habituelle sera peut-être encore en travaux à cette période-là…), nous vous en dirons plus en temps utile !

Blowing Machine

Please follow and like us:
error