HELLFEST 2018 by Stéphane et crédits photos Dorine

Ahhhh le Hellfest. Au-delà des qu’en dira-t-on qui vous annoncent que l’endroit est un supermarché du métal ou une fête foraine des métalleux, on revient de ces quelques jours à Clisson épuisés, mais heureux. L’affiche ne peut laisser indifférent, le site est carrément joli, la scénographie assez dingue, et que dire du public : pas une prise de tête, pas de relous, du bon-enfant, des gens déguisés, des pits monstrueux, violent mais toujours bienveillants. A peine tombé dans un CirclePit, on te relève en moins de deux (#duvécu). Bref, une ambiance sereine, de passionnés, respectables et respectueux.

JOUR – 1 :

On y arrive la veille, on s’installe, on s’envoie bière et chips (apérrrrooooooo), et on essaie de se coucher pas trop tard pour attaquer tôt le lendemain.

JOUR 1 :

11h00 : L’arrivée par l’espace PRESSE est plutôt une belle surprise, pour une première.

L’endroit est sympa, cosy, ensoleillé, la déco est tout aussi surprenante que sur le site du festival : fontaine de sang, sculptures gigantesques, bar thématisé, pelouse synthétique, une énorme cascade qui finira en mini-piscine pour beaucoup de gens sur place.

11h30 – BEYOND THE STYX :

On attaque la journée par l’interview de BEYOND THE STYX, _ à retrouver bientôt sur le site MIFC _ qui dure un peu car très sympa, on en loupera THE WALKING DEAD ORCHESTRA.

12h30 : Petit tour sur le site avant d’attaquer les concerts :

–        Deux énormes portiques qui balancent des rideaux de flotte, des inscriptions y apparaissent, ça sauvera beaucoup de public je pense, ce week-end.

–        Un vrai bar (identique aux autres faits de containers) devant les Main Stages a été installé, les pits des scènes ont été pavés : fausse bonne idée ? ça chauffe, et ça doit faire mal si l’on se rame, mais on y reviendra.

–        Il y a déjà une queue in-ter-mi-nable au Merch officiel : certains y sont déjà depuis l’ouverture (1h30/2h), et d’autres attendront 4h leur tour en plein cagnard… des fous !!

–        On va boire des canettes pour goûter les bières, quelques

Allez, on arrête le tourisme, place aux live-reports.

14h00 – CELESTE : en vrai, et en pleine gueule.

Exit les frontales rouges, on découvre Céleste « en vrai » je dirais. 40 minutes de set pour se chauffer, le live est super. Les morceaux s’enchaînent sans un mot du chanteur. Le groupe quitte la scène par des saluts de la main.. et hop c’est déjà fini.

Petit tour par la Presse, on y découvre l’expo photo, on y croise aussi le Grand Chef BEN BARBAUD, très sympa, accessible. Une vraie star qui se prêtera au jeu des serrages de main et des selfies des fans. L’espace presse est partagé avec les groupes, leur staff, et les membres du club VIP. Une bière et on file Main stage 2.

16h00 – CONVERGE : ça confirme les doutes.

Oui, connaissant les oiseaux pour les avoir déjà vus plusieurs fois, on craignait le son en voyant le groupe affiché Main Stage. Et c’est vrai, les guitares manquent de définition _ ce sera d’ailleurs le défaut plutôt général de beaucoup de scènes. On se pose en plein milieu, on y croise les copains d’Eye Of the Dead. Mais les gars déploie une belle énergie _ notamment Jacob au chant, la set-list est pleine de tubes, le batteur Ben KOLLER est comme d’habitude monstrueux. Ce groupe est définitivement meilleur en salle. Même en connaissant les morceaux par cœur, c’était quand même compliqué. On décide de rester pour être bien placés pour le concert suivant. En attendant, on écoute Joan JETT… du son à l’ancienne comme sait le faire le Hellfest.

17h00 – MESHUGGAH : Tarte#1

Et le prix de la démonstration du week-end est attribué aux « anciens » de Meshuggah (terme employé par Jens lui-même). Beaucoup de morceaux de The Violent Sleep of Reason, quelques tubes légendaires égraine tels que Rational Gaze (Nothing – 2002) ou encore Bleed (Obzen 2008). La tarte est énorme. Dommage on est en pleine journée, et le show light _ time codé à la croche près sur la zik _ est du plus bel effet. Je suis sûr que le lendemain, le public de la Rodia Besançon où Meshuggah se produit, a dû en prendre plein la tronche !! On recroisera Jens et Thomas HACKKE (#argh #groupie) en espace Presse pour les féliciter et les encourager en vue de leur voyage en terre bisontine du lendemain.

19h00 – On mange un bout, on va au Merch’ sous les synthés de THE FINAL COUNTDOWN (je vous l’offre pour la journée, c’est cadeau)… Les Tish des groupes sont à 25€ mini… argh.

20h45 – HOLLYWOOD VAMPIRES : les stars en goguette

Prenez Alice Cooper et ses zikos, une starlette de cinoche qui prend la pose, des reprises des Doors, de Motorhead et hop, vous avez une place sur la prog du HF. Sans intérêt et sans saveur, J. Depp est comme un gamin de 15 ans avec ses potes, à faire le poseur sur scène, fumer des cigarillos en faisant les 100 pas sur la scène et poser 2 accords de gratte qu’on entend même pas… 3 morceaux suffiront à nous faire fuir.

21h00 – SVINKELS : en mode câlin de retour de Main Stage

Heureusement qu’ils sont là pour nous faire du bien. Et puis ce son Svinkels, le public qui gueule les paroles, le tout enrobé d’une guitare et d’une basse, ça fait du bien. Ils sont tous là, et DJ Pone nous fera aussi l’honneur d’un beau solo de TurnTable plutôt enlevé. Le groupe entonnera notamment Céréales Killer mixé sur un Sad But True de Metallica, plutôt cool. Une grosse ambiance et une Warzone compactée de bon augure pour lancer ce Vendredi.

22h20 – Stone Sour : Du Show US à mort

Corey TAYLOR nous l’a fait à la ricaine 100%. Des sourires ultrabrite, et des « mes amis » à tour de bras. Stone sour fait le job et avec les dents blanches. Le jeu est précis, le son pas dégueu. Au point où le set passe plutôt vite. Mince, déjà fini, on file manger un bout avant ND.

00h00 – Napalm Death : de la confiture en Décibels

Le prix du son putride du week-end revient à Napalm Death. Et c’est malheureux car on les aime bien, pour les avoir vu à un concert assez légendaire à l’Allan sur une des premières éditions du festival Impetus. Franchement ça nous avait réconcilié avec le groupe, qu’on était déjà revenu voir en journée au HF 2016. Mais là, vraiment, ce n’est juste pas possible d’avoir ce son : une source ou un sondié resté chez lui ? On ne comprend rien des morceaux, le concert parait long.

01h00 – A perfect circle : la tarte du jour 2       

Bon, l’aller et la veille font mal, on reste 4 morceaux de APC pour prendre une claque qui nous achève pas mal, ou alors c’est le style qui tranche un peu trop avec ND juste avant. C’est vrai qu’il y a de quoi trouver le choc thermique fatal. Le show est très beau, et les morceaux très enlevés, beaucoup nous diront le lendemain que c’était la claque du Vendredi. Mince…

Avant de partir, on se prend une boisson à l’espace Presse. On y croisera @Dedo (Jamel Comedy Club), connu pour ses sketches sur les métalleux et la banlieue, ou encore des stars de Youtube comme Tatiana JARZABEK du @Fil de L’actu.

Demain, grosse journée en perspective, avec REDEMPTION dès 10h30 (vainqueurs du Tremplin) et surtout INCENDIARY à 11h00 jusqu’à HATEBREED à 2h00. Zou, au lit.