Ouais car le Hellfest c’est une aventure alors je vais essayer de vous le faire vivre, ressentir (mais sans les odeurs) sans bouger de votre fauteuil … où vous ne devriez pas être d’ailleurs !

Jeudi, 2 h quelque part en Franche Comté

C’est donc un jeudi matin, sur les coups de 2 h du mat, que commence notre histoire. 3 individus sortent d’un appartement, ils ont l’air fatigué. L’un d’entre eux porte encore les stigmates des traces du canapé sur lequel il passé quelques heures de sommeil.

L’un d’entre eux n’ayant même pas dormi s’installe au volant d’un véhicule bien chargé et ravitaillé en café, élément important pour mener à bien ce périple de 767 km … Dans cette équipée sauvage, il y a Dormeur, Grincheux et Joyeux (les noms ont été remplacé pour la sécurité de l’auteur de cet article). Et c’est Joyeux qui enquille les premiers Km, relayé après par Grincheux !! Dormeur étant à son poste de … dormeur -mais au retour il prendra le relais de Joyeux –

Et voilà que Clisson s’annonce, sous les nuages pour le moment mais les dieux du Metal ont été clément et comme l’année dernière, ils ont prévu un soleil du tonnerre !

Et oh surprise, grâce à l’initiative de Joyeux de partir tôt (ggrrrrrrr dit Grincheux), nous nous garons à 500 m de l’entrée du festival !!! Quand on sait tous ce que le festivalier trimbale avec lui, cet élément est très important. Et hasard aussi, nous sommes tout proche du Leclerc de Clisson … passage obligé de tout métalleux en manque de liquide et de tout autre outil du parfait campeur ! C’est donc les bras chargés de Skoll (et de goodies !) que l’on retourne à notre carrosse pour attendre l’ouverture du Hellfest prévue à 16h. Mais c’est bien 1h plus tôt que les portes de l’Enfer s’ouvre. Et voilà, on se croirait le premier jour des soldes (les cadavres de bouteilles jonchant le sol en plus). Une fois équipé de notre bracelet, c’est la chasse à l’emplacement pour accueillir les dizaines de potes prévus, et surtout pour balancer la tente 2 secondes … enfin pour ceux qui en ont une car votre serviteur lui n’en a pas et surtout il pète sa tente en l’installant. Mais grâce aux talents de bricoleur de Joyeux, tout rentre dans l’ordre !

Et voilà qu’arrive déjà le soir, l’occasion d’aller visiter le Hellcity Square et le Metal Corner mais surtout pour moi et Dormeur, de goûter au Hellfestcult. Véritable petit nid douillet pour Metalleux en quête de musique et d’alcool quand le festival a fermé ses portes le soir. Et ce jeudi, c’est avec des reprises de Metallica qu’on se nettoie les oreilles ! The Four Horsemen nous gratifie de bonnes reprises et nous permette de se dire qu’on aura eu de Metallica au Hellfest sans payer des milliers d’Euros. Et après ce petit concert, distribution (enfin lancé serait plus exact) de goodies venant de Season of Mist, du Hellfest, d’Holy records par l’organisation du Cult mais aussi par les filles de Von Stein … que dire … à part que boire du Jager directement sur le téton d’une de ses demoiselles ou du Whisky directement à la bouteille offert par mr Alexxx, ça n’a pas de prix ! C’est donc sur ces belles images que notre équipe s’en va rejoindre sa tente …

Vendredi, 10h ouverture du festival :

C’est donc avec encore quelques grammes d’alcool, que votre dévoué reporter se rends sur le site pour assister au premier concert de la journée. Sauf que n’ayant pas encore mon petit autocollant pass photo sur moi, je ne peux venir prendre des photos de Necrowretch … c’est donc blasé que je repars à la tente presse pour l’avoir ! Une fois équipé, je peux enfin accéder à la fosse photographe, endroit très décrié car assimilé parfois à un repaire de crevard où il ne règne pas toujours une bonne ambiance, mais bon je m’y suis fait 2 ou 3 potes tout de même. Et donc pour mon premier shoot ça sera Vorkreist qui nous gratifie donc d’un bon concert Black Metal avec un public déjà bien présent. J’enchaine direct avec Bölzer et son duo maléfique qui eux officie dans un Death Metal Sombre ! une bonne découverte en live.

La vie de reporter oblige à être réactif et surtout à se bouger le cul !! Donc je file sur la mainstage pour voir pour la première fois Vulcain sur scène ! Il joue avant Motorhead et finalement on se dit que c’est pas plus mal car nous aurons au moins eu un groupe de Speed Metal. Et hop, retour à la Temple pour les belges d’Enthroned donc j’avais hâte de voir la prestation live, pas de déception surtout quand les vieux titres sont joués ! Petite pause pour tester le Hellsnack et ma fameuse carte cashless, bonne innovation, bien pratique et pas dégueu … sur une journée. Et re Temple avec Skyforger dont le Pagan Metal est plutôt bien passé auprès du public, pour ma part je préfèrerai les revoir en plus petite salle. La fatigue arrive déjà et c’est donc posé comme une bouse que j’écoute Vallenfyre de loin afin d’être prêt pour Melechesh dont le concert m’a définitivement convaincu ! Ce groupe est une tuerie tant sur cd qu’en live ! Petit tour pour voir Sodom de loin car les mainstages se remplissent (vu l’affiche du soir, pas étonnant).

Et là premier dilemme du Hellfest, Arkona ou Motorhead. Pour moi qui suis un fan de Lemmy, la question n’aurait même pas du se poser mais ces déboires de santé et les rumeurs de concert foireux m’ont poussé à aller voir la petite Masha d’Arkona (en me disant si ça me plait pas, je retourne voir Lemmy). Mais Arkona m’a plu, l’énergie de la chanteuse (son bassiste a failli manger le pied de micro au moins 2 ou 3 fois) et le Pagan Metal m’ont convaincu (je suis reparti avec le dvd live). Mais tout de même, je quitte plus tôt les russes pour aller écouter les derniers titres de Motorhead … et de loin j’entends une mauvais reprise d’Orgasmatron et me dit que finalement je ne vais pas m’approcher plus et garder le souvenir de Lemmy en pleine forme à Dijon il y a 9 ans. Je profite d’être sur les mainstage pour écouter Five Finger Death Punch qui dépote sacrément en live !

Et là, il y a comme un trou dans mon programme avec une grosse stagnation au camping qui me prive d‘Alice Cooper et de Children of Bodom dont j’entendrai seulement les dernières notes … Pour Satyricon, vu il y a quelques mois au Impetus, je préfère me rapprocher pour voir Judas Priest dont la prestation ne m’a convaincu qu’à moitié.  Mais bon j’ai jamais été un grand fan c’est surement pour ça ! Du coup hop un petit passage voir Meshuggah … grrr plein de monde donc ça sera écran géant (bien pratique ces écrans sur les temple, altar et valley). Et retour à Slipknot que je vais voir de loin, très très loin mais dont le live ne manque pas de puissance ! Cette première journée fut intense et l’idée d’aller se coucher tôt me prendre mais bon un petit passage au Klub s’impose où le concert des Ladies Ballbreaker est déjà fini, dommage !

Samedi, 10 h … avec plus de grammes que le jour d’avant !

Ce samedi marque ma première interview au Hellfest, à savoir Doctor Livingstone ! Donc il faut caler cela et être présent aussi pour voir les concerts, c’est du sport ! Et pour commencer cette journée marathon ce sont encore des français qui s’y collent ! Deep In hate avec Death Core réveille le Hellfest et les fans réagissent déjà bien ! Puis vient un groupe que j’apprécie énormément et que j’attendais impatiemment en live, Doctor Livingstone ! Et putain la grosse claque, un duo de chanteurs/Hurleurs grimés devant un pupitre déclame sa haine accompagné de musiciens de qualité, un Black/HardCore d’une violence sans faille avec en prime un titre de Sektemtum ! Bref, aucune déception ! Il est temps d’aller boire une bière au point presse pour voir à quelle heure aura lieu l’interview … et là ! Galère, pas moyen de savoir ! Stress car bien sur les téléphones ne marchent pas mais finalement tout rendre dans l’ordre, rendez vous à 14h pour rencontrer le révérend Prick. Et hop un autre groupe que j’attendais, Der Weg Einer Freiheit dont le dernier album était une tuerie, et bien même en live ça dépote tout autant. C’est sur ça reste moins Black dans l’imagerie qu’un Tsjuder ou Horna mais j’aime cette brutalité.

En écrivant ces quelques lignes, je me rends compte que j’ai peu bougé de la Temple en fait ! Hormis pour voir Airbourne galéré avec ces problèmes de son mais ils s’en sont tirés avec brio. Petit passage devant Crusher qui cette fois a un public qui le suit ! c’est tant mieux ! Le chanteur accompagné de performeuses nous gratifie d’un petit plantage d’aiguilles dans le bras, Extrême depuis plus de 20 ans !! Allez retour au Black Metal avec Craft … bof bof … puis Mutiilation ! Les Black Légions au Hellfest dur à croire non ? ça c’est ressenti dans l’Extrême market d’ailleurs, il y avait du Vlad Tepes à acheter ! Niveau musique, ça donnait bien mais sans plus pour ma part, n’ayant jamais trop aimé ce groupe (je sais je sais hérétique, au bucher, t’es pas un true). Bon j’avais dit que j’irai voir L7 car Finntroll déjà vu y a pas longtemps et bien merde,  je préfère les Trolls que les filles qui font du Rock ! Et bien m’en a pris car j’ai encore accroché à ce beau bordel qu’est Finntroll ! Le public était à fond. Cette fois je quitte le coté sombre pour aller me griller au soleil voir les papis du Rock que sont ZZ Top et pour vite voir le début de Faith No More ! Mais bon le Black Norvégien n’attends pas alors je fonce voir Mayhem, pour finalement ne pas y trouver ce que j’attends ! Mais bon ce n’est pas une surprise, Mayhem a beaucoup beaucoup changé. Juste sympa d’entendre des vieux titres et cette superbe intro de Deathcrush. Je décide de partir plus tôt (d’ailleurs le groupe a fait pareil si j’ai bien compris) pour tenter de monter dans la grande roue et faire de belles photos du feu d’artifesses, pas de chance, beaucoup ont eu la même idée et en plus mon appareil photo veut plus travailler ce soir !! Alors tant pis ça sera sur le plancher des vaches que je vais en prendre plein les yeux !! c’est sur ça sert à rien mais c’est la classe ! Et ça annonce Scorpions que je vais cette fois aller voir avec le reste de l’équipe ! Un bon moment et des tubes de légende ! Et voilà le révérend Manson qui déboule pour un concert sans plus, des moments de vide presque entre chaque morceau, pas de grande claque au niveau titre, sympa mais sans plus ! Et du coup je me dis tiens, je vais aller mater Venom mais l’heure avancée, et surtout le taux d’alcool ne me font pas réaliser que c’est déjà fini … il parait que ce fut le concert à voir … à s’en mordre une couille je vous dis … du coup ce soir, ça sera la murge ! Et c’est encore grâce au club que je vais la prendre !! Merci qui ??

Dimanche, euh aux environ de 10h …

3ème jour, il faut reconnaitre que l’organisme commence à galérer un peu, tout comme le matériel (surtout si on oublie son chargeur) donc première chose après la bière du réveil, trouver un chargeur pour mon Nikon ! Et là surprise dans la zone presse, que des mecs avec du Canon ! Après 20 bonnes minutes à fureter, je vois un mec avec du bon matos et du Nikon ! Petit essai en français, ça passe pas ! en anglais … pas mieux … bon bein à l’ancienne moi cherché ça – je lui montre la batterie – et hop il me sort le chargeur ! Je suis sauvé par un … au départ vu l’accent anglais pourri j’ai cru à un espagnol ! raté il était italien ! Et hop une petite bière pour le remercier et je repars au boulot pour arriver à la fin de Tribulation que je voulais vraiment voir … je suis blasé …

Tant pis c’est le jeu ma pauvre lucette !

On reprends donc avec les Français de The Great Old Ones dont le Post Black n’a pas beaucoup d’effet sur moi. Autant en Cd qu’en live. Après Supuration en Février, me voici devant SUP ! Une légende oui mais qui ne comptera pas dans ses plus grands fans. Bon je m’attendais à voir Carach Angren et c’est Khold qui déboule ! Tant pis on attendra car Khold me plait sur CD mais j’arrive pas à les voir en live, il manque un truc, encore plus en festival. Du coup je me sauve plus vite et tente ma chance pour shooter Dark Tranquility en mainstage ! Et miracle j’y arrive ! Mikael Stane est en grande forme, il saute partout, même sur les amplis pour aller au plus près du public !! C’est une avalanche de Death Mélodique Suédois que le Hellfest prends dans la gueule ! Ça valait le coup d’affronter le cagnard.

Retour à la temple pour voir Carach Angren et se prendre une sacrée mandale, j’avais fortement apprécié l’album mais en live c’est tout simplement magique ! Le chanteur tient la scène d’une main de maître, une présence scénique, des mimiques parfois un peu repompé sur les Dani et autre Shagrath mais ce n’est pas grave car derrière il y a quelques choses ! Si tu veux voir du bon Black Symphonique, tu as ton groupe ! Bon comme beaucoup j’ai tenté les Ramoneurs de Menhirs, comme beaucoup je me suis pété les dents ! Je me suis donc rabattu sur Grave Pleasures (c’est pas du Black mais c’est sous la temple ?) et sa guitariste … comment dire … très charmante ! Euh musicalement j’ai rien retenu … surement l’alcool !

Je patiente devant Morgoth sans trop écouter (encore l’alcool … où juste le groupe) et attendant le groupe du jour (et je suis pas le seul), Alestorm ! Et putain quelle ambiance, tant sur scène que dans le public, l’avalanche de Slam, de requins aussi (libérer le requin scande le public), les pirates écossais ont tout dévasté avec leur Metal festif ! Et on enchaine avec une grosse pointure (vu et revu mais c’est pas grave), Cannibal Corpse. Je vais pas décrire la musique ? Par contre c’est avec plaisir que je découvre Samaël en live. La fin de ce Hellfest me parait longue et j’éprouve le besoin de me poser un coup avant d’aller affronter la mainstage et Nightwish. Je vois donc les prestations de Arch Enemy et Anselmo sur grand écran. Et voilà il est 00h30, Nightwish débarque pour un très petit set très axé sur les derniers albums, dommage mais bon ils ont joué « Ghost love score » donc je suis heureux et confiant pour l’avenir du groupe car Floor Jansen est la chanteuse qu’il fallait ! Quelle présence, quelle femme ! Je me dis que d’aller à Berçy les voir serait une bonne idée !! Et voilà, dernier concert de cette dixième édition du Hellfest qui, malgré quelques couacs au niveau son, une déco un peu trop flashy sur les mainstages et encore trop de monde par endroit, est une vraie réussite !! MERCI !! Et qui dit fin de journée dit passage au Klub pour prendre une claque devant Display of Power qui reprends avec une pèche du Pantera !! Un concert d’anthologie avec une Miss Von Stein très très en forme … qui s’amuse souvent avec des animaux gonflables ! Un grand moment encore !

Lundi, quand on a réussi à émerger !

Car il fallait bien que je termine cette palpitante histoire, notre trio, après avoir survécu à un déchainement de violence, supporté les assauts de l’alcool, dormi souvent quelques heures par nuit, a décidé de retourner dans sa Franche Comté (pays d’adoption). Ils ont assisté à un triste spectacle, l’abandon du camping par les festivaliers. Et c’est après avoir vu une tornade de déchets (véridique) et une bande de suédois détruire des tentes abandonnées que Dormeur, Grincheux et Joyeux sont remontés dans la Morteau Mobile ! Dormeur a décidé d’échanger sa place avec Joyeux qui était en mode « grosse fatigue », c’est donc un Dormeur Joyeux qui a accompagné Grincheux sur les premiers Km du chemin du retour ! Et il y a mis tout son petit cœur, aidé par de la bonnes musiques et un marteau Skoll pour taper celui qui oserait s’endormir. Et voilà nos vertes contrées qui pointent à l’horizon … tout comme la pluie et le vent d’ailleurs …

Et comme tout histoire à une morale, la mienne sera :

Il ne faut jamais dire jamais … je ne reviendrai au Hellfest

Please follow and like us:
error

3ème jour, il faut reconnaitre que l’organisme commence à galérer un peu, tout comme le matériel (surtout si on oublie son chargeur) donc première chose après la bière du réveil, trouver un chargeur pour mon Nikon ! Et là surprise dans la zone presse, que des mecs avec du Canon ! Après 20 bonnes minutes à fureter, je vois un mec avec du bon matos et du Nikon ! Petit essai en français, ça passe pas ! en anglais … pas mieux … bon bein à l’ancienne moi cherché ça – je lui montre la batterie – et hop il me sort le chargeur ! Je suis sauvé par un … au départ vu l’accent anglais pourri j’ai cru à un espagnol ! raté il était italien ! Et hop une petite bière pour le remercier et je repars au boulot pour arriver à la fin de Tribulation que je voulais vraiment voir … je suis blasé …

Tant pis c’est le jeu ma pauvre lucette !

On reprends donc avec les Français de The Great Old Ones dont le Post Black n’a pas beaucoup d’effet sur moi. Autant en Cd qu’en live. Après Supuration en Février, me voici devant SUP ! Une légende oui mais qui ne comptera pas dans ses plus grands fans. Bon je m’attendais à voir Carach Angren et c’est Khold qui déboule ! Tant pis on attendra car Khold me plait sur CD mais j’arrive pas à les voir en live, il manque un truc, encore plus en festival. Du coup je me sauve plus vite et tente ma chance pour shooter Dark Tranquility en mainstage ! Et miracle j’y arrive ! Mikael Stane est en grande forme, il saute partout, même sur les amplis pour aller au plus près du public !! C’est une avalanche de Death Mélodique Suédois que le Hellfest prends dans la gueule ! Ça valait le coup d’affronter le cagnard.

Retour à la temple pour voir Carach Angren et se prendre une sacrée mandale, j’avais fortement apprécié l’album mais en live c’est tout simplement magique ! Le chanteur tient la scène d’une main de maître, une présence scénique, des mimiques parfois un peu repompé sur les Dani et autre Shagrath mais ce n’est pas grave car derrière il y a quelques choses ! Si tu veux voir du bon Black Symphonique, tu as ton groupe ! Bon comme beaucoup j’ai tenté les Ramoneurs de Menhirs, comme beaucoup je me suis pété les dents ! Je me suis donc rabattu sur Grave Pleasures (c’est pas du Black mais c’est sous la temple ?) et sa guitariste … comment dire … très charmante ! Euh musicalement j’ai rien retenu … surement l’alcool !

Je patiente devant Morgoth sans trop écouter (encore l’alcool … où juste le groupe) et attendant le groupe du jour (et je suis pas le seul), Alestorm ! Et putain quelle ambiance, tant sur scène que dans le public, l’avalanche de Slam, de requins aussi (libérer le requin scande le public), les pirates écossais ont tout dévasté avec leur Metal festif ! Et on enchaine avec une grosse pointure (vu et revu mais c’est pas grave), Cannibal Corpse. Je vais pas décrire la musique ? Par contre c’est avec plaisir que je découvre Samaël en live. La fin de ce Hellfest me parait longue et j’éprouve le besoin de me poser un coup avant d’aller affronter la mainstage et Nightwish. Je vois donc les prestations de Arch Enemy et Anselmo sur grand écran. Et voilà il est 00h30, Nightwish débarque pour un très petit set très axé sur les derniers albums, dommage mais bon ils ont joué « Ghost love score » donc je suis heureux et confiant pour l’avenir du groupe car Floor Jansen est la chanteuse qu’il fallait ! Quelle présence, quelle femme ! Je me dis que d’aller à Berçy les voir serait une bonne idée !! Et voilà, dernier concert de cette dixième édition du Hellfest qui, malgré quelques couacs au niveau son, une déco un peu trop flashy sur les mainstages et encore trop de monde par endroit, est une vraie réussite !! MERCI !!

 

Please follow and like us:
error

Ce samedi marque ma première interview au Hellfest, à savoir Doctor Livingstone ! Donc il faut caler cela et être présent aussi pour voir les concerts, c’est du sport ! Et pour commencer cette journée marathon ce sont encore des français qui s’y collent ! Deep In hate avec Death Core réveille le Hellfest et les fans réagissent déjà bien ! Puis vient un groupe que j’apprécie énormément et que j’attendais impatiemment en live, Doctor Livingstone ! Et putain la grosse claque, un duo de chanteurs/Hurleurs grimés devant un pupitre déclame sa haine accompagné de musiciens de qualité, un Black/HardCore d’une violence sans faille avec en prime un titre de Sektemtum ! Bref, aucune déception ! Il est temps d’aller boire une bière au point presse pour voir à quelle heure aura lieu l’interview … et là ! Galère, pas moyen de savoir ! Stress car bien sur les téléphones ne marchent pas mais finalement tout rendre dans l’ordre, rendez vous à 14h pour rencontrer le révérend Prick. Et hop un autre groupe que j’attendais, Der Weg Einer Freiheit dont le dernier album était une tuerie, et bien même en live ça dépote tout autant. C’est sur ça reste moins Black dans l’imagerie qu’un Tsjuder ou Horna mais j’aime cette brutalité.

En écrivant ces quelques lignes, je me rends compte que j’ai peu bougé de la Temple en fait ! Hormis pour voir Airbourne galéré avec ces problèmes de son mais ils s’en sont tirés avec brio. Petit passage devant Crusher qui cette fois a un public qui le suit ! c’est tant mieux ! Le chanteur accompagné de performeuses nous gratifie d’un petit plantage d’aiguilles dans le bras, Extrême depuis plus de 20 ans !! Allez retour au Black Metal avec Craft … bof bof … puis Mutiilation ! Les Black Légions au Hellfest dur à croire non ? ça c’est ressenti dans l’Extrême market d’ailleurs, il y avait du Vlad Tepes à acheter ! Niveau musique, ça donnait bien mais sans plus pour ma part, n’ayant jamais trop aimé ce groupe (je sais je sais hérétique, au bucher, t’es pas un true). Bon j’avais dit que j’irai voir L7 car Finntroll déjà vu y a pas longtemps et bien merde,  je préfère les Trolls que les filles qui font du Rock ! Et bien m’en a pris car j’ai encore accroché à ce beau bordel qu’est Finntroll ! Le public était à fond. Cette fois je quitte le coté sombre pour aller me griller au soleil voir les papis du Rock que sont ZZ Top et pour vite voir le début de Faith No More ! Mais bon le Black Norvégien n’attends pas alors je fonce voir Mayhem, pour finalement ne pas y trouver ce que j’attends ! Mais bon ce n’est pas une surprise, Mayhem a beaucoup beaucoup changé. Juste sympa d’entendre des vieux titres et cette superbe intro de Deathcrush. Je décide de partir plus tôt (d’ailleurs le groupe a fait pareil si j’ai bien compris) pour tenter de monter dans la grande roue et faire de belles photos du feu d’artifesses, pas de chance, beaucoup ont eu la même idée et en plus mon appareil photo veut plus travailler ce soir !! Alors tant pis ça sera sur le plancher des vaches que je vais en prendre plein les yeux !! c’est sur ça sert à rien mais c’est la classe ! Et ça annonce Scorpions que je vais cette fois aller voir avec le reste de l’équipe ! Un bon moment et des tubes de légende ! Et voilà le révérend Manson qui déboule pour un concert sans plus, des moments de vide presque entre chaque morceau, pas de grande claque au niveau titre, sympa mais sans plus ! Et du coup je me dis tiens, je vais aller mater Venom mais l’heure avancée, et surtout le taux d’alcool ne me font pas réaliser que c’est déjà fini … il parait que ce fut le concert à voir … à s’en mordre une couille je vous dis … du coup ce soir, ça sera la murge ! Et c’est encore grâce au club que je vais la prendre !! Merci qui ??

Please follow and like us:
error

10460208_426315400826848_5928923366379540425_nC’est donc avec encore quelques grammes d’alcool, que votre dévoué reporter se rends sur le site pour assister au premier concert de la journée. Sauf que n’ayant pas encore mon petit autocollant pass photo sur moi, je ne peux venir prendre des photos de Necrowretch … c’est donc blasé que je repars à la tente presse pour l’avoir ! Une fois équipé, je peux enfin accéder à la fosse photographe, endroit très décrié car assimilé parfois à un repaire de crevard où il ne règne pas toujours une bonne ambiance, mais bon je m’y suis fait 2 ou 3 potes tout de même. Et donc pour mon premier shoot ça sera Vorkreist qui nous gratifie donc d’un bon concert Black Metal avec un public déjà bien présent. J’enchaine direct avec Bölzer et son duo maléfique qui eux officie dans un Death Metal Sombre ! une bonne découverte en live.

La vie de reporter oblige à être réactif et surtout à se bouger le cul !! Donc je file sur la mainstage pour voir pour la première fois Vulcain sur scène ! Il joue avant Motorhead et finalement on se dit que c’est pas plus mal car nous aurons au moins eu un groupe de Speed Metal. Et hop, retour à la Temple pour les belges d’Enthroned donc j’avais hâte de voir la prestation live, pas de déception surtout quand les vieux titres sont joués ! Petite pause pour tester le Hellsnack et ma fameuse carte cashless, bonne innovation, bien pratique et pas dégueu … sur une journée. Et re Temple avec Skyforger dont le Pagan Metal est plutôt bien passé auprès du public, pour ma part je préfèrerai les revoir en plus petite salle. La fatigue arrive déjà et c’est donc posé comme une bouse que j’écoute Vallenfyre de loin afin d’être prêt pour Melechesh dont le concert m’a définitivement convaincu ! Ce groupe est une tuerie tant sur cd qu’en live ! Petit tour pour voir Sodom de loin car les mainstages se remplissent (vu l’affiche du soir, pas étonnant).

Et là premier dilemme du Hellfest, Arkona ou Motorhead. Pour moi qui suis un fan de Lemmy, la question n’aurait même pas du se poser mais ces déboires de santé et les rumeurs de concert foireux m’ont poussé à aller voir la petite Masha d’Arkona (en me disant si ça me plait pas, je retourne voir Lemmy). Mais Arkona m’a plu, l’énergie de la chanteuse (son bassiste a failli manger le pied de micro au moins 2 ou 3 fois) et le Pagan Metal m’ont convaincu (je suis reparti avec le dvd live). Mais tout de même, je quitte plus tôt les russes pour aller écouter les derniers titres de Motorhead … et de loin j’entends une mauvais reprise d’Orgasmatron et me dit que finalement je ne vais pas m’approcher plus et garder le souvenir de Lemmy en pleine forme à Dijon il y a 9 ans. Je profite d’être sur les mainstage pour écouter Five Finger Death Punch qui dépote sacrément en live !

Et là, il y a comme un trou dans mon programme avec une grosse stagnation au camping qui me prive d’Alice Cooper et de Children of Bodom dont j’entendrai seulement les dernières notes … Pour Satyricon, vu il y a quelques mois au Impetus, je préfère me rapprocher pour voir Judas Priest dont la prestation ne m’a convaincu qu’à moitié.  Mais bon j’ai jamais été un grand fan c’est surement pour ça ! Du coup hop un petit passage voir Meshuggah … grrr plein de monde donc ça sera écran géant (bien pratique ces écrans sur les temple, altar et valley). Et retour à Slipknot que je vais voir de loin, très très loin mais dont le live ne manque pas de puissance ! Cette première journée fut intense et l’idée d’aller se coucher tôt me prendre mais bon un petit passage au Klub s’impose où le concert des Ladies Ballbreaker est déjà fini, dommage !

1902839_426315420826846_2844883971525249442_n
Enthroned

 

Please follow and like us:
error

Les BRACOS et ROADSTER aux portes-ouvertes de la Brasserie Terra Comtix le 6 juin 2015.

Samedi après-midi : on charge la tente 2 secondes dans la voiture et on enquille les petites routes direction Mamirolle. Ne vous fiez pas au nom de ce petit village devenu célèbre ces derniers temps, on ne part pas au concert de Lilian le Fromager, non non ! C’est à la Brasserie Terra Comtix que nous avons rendez-vous ce soir.

Au programme : dégustation houblonnée et concerts rock ! Pas mal non ?!

A notre arrivée, les musicos ont attaqué les balances pour ce soir. Pendant que Richard, le patron, fait visiter son atelier de production de la « Trobonix », les autres s’affairent à droite à gauche, faisant chauffer le barbecue et les tireuses à bière.

Et si j’allais gouter l’ambrée ?…oh pas mal du tout ! Mais allons-y doucement, elle torche : 6,5° la belle !

Encore un peu de patience et le premier groupe entre en scène. Deux concerts des Bracos en moins de 8 jours, faut que je me calme !

Ho ils sont sexy ce soir les Bracos : bottes en caoutchouc ou cuissardes de pêche… Quand on sait qu’il fait à peu près 30 °C, ça doit mariner ferme là-dedans ! La Chouette, le Brochet et le petit Canard sont là aussi bien sûr : ils ne manqueraient un concert de leurs copains pour rien au monde ! Et c’est reparti comme en 40 ! Les bons rythmes punk-rock me procurent un irrésistible besoin de bouger. Bon, pas trop quand même, sinon les photos vont être floues !

Border collie, Run run, la Truita, etc… Tout y passe. De toutes parts dans le public, les sourires sont fixés jusqu’aux oreilles et les pieds battent la mesure. Quand Jimmy-Belle-Buvette, alias Morille, nous raconte l’histoire de son père empaillé au-dessus de la cheminée, on est juste un peu morts de rire ! En fait avec les Bracos, vous avez 2 spectacles pour le prix d’un (surtout que c’est gratuit en plus !) : musique Rock’n’roll et spectacle humoristique.

Les échanges verbaux entre le chanteur/guitariste et le batteur, prenant le public à témoin, entrainent le public dans une bonne humeur communicative.

Musicalement, les rythmes sont entrainants, les voix sont justes.

Coté instrumental, une contrebasse, dans un groupe rock, ce n’est pas habituel. Le son grave et typé offert par celle de Jules apporte une note blues/jazzy à cet ensemble rock. Ça me plait bien.

Bon c’est pas tout ça mais va falloir laisser la place aux Roadster. Le merchandising n’est pas très organisé : il reste 3 ou 4 CD à vendre quelque part dans le camion ! Ça fera 500 disques vendus : « Hé ! On doit être… peut-être Bouse d’Or ?! » annonce fièrement Morille !! Bon je m’offre le 499e, dédicacé bien sûr, et un T-shirt !

Et je vais gouter la Trobonix Blonde !…

– La suite de la soirée après ces photos –

Les Roadster s’installent. Jean-Marc à la guitare, Manu à la batterie avec son incontournable serviette éponge (ça fait transpirer de taper comme un damné !), Nathalie l’ancienne bassiste aux chœurs, Kiki au chant, et les 2 p’tits derniers, Gil (petit…. il fait au moins 1,95m !) à la basse et Max à la guitare. Les Roadster, ils font un peu partie de la famille : 9 ou 10e fois que je les vois en concert (je ne sais pas, je n’ai pas compté ?) et je ne m’en lasse pas. Ce soir le répertoire est varié : Noir Désir, AC/DC, Billy Idol, Vulcain, Ultra Vomit, les Shérifs, the Carburetors, Rose Tatoo, les Ramones et d’autres encore…

Jean-Marc à la guitare a des années de pratique derrière lui. C’est propre, comme sur des rails. Manu s’éclate comme au premier jour derrières ses futs : dissocier les rythmes des pieds et des mains, il sait faire ! Il ne fait pas de la figuration le Manu ! La basse de Gil semble toute petite dans ses mains : mais il la dompte avec talent. Quant à Max, du haut de ses 18 ans, parmi cette bande de quadra/quinquas, il ferait pâlir plus d’un ancien : Quand il s’agit de reprendre les Rifs d’Angus, il entre presque en transe et nous met tous à genou. Nath était remarquable avec sa basse. Aujourd’hui passée choriste, elle progresse un peu plus à chaque concert. Enfin Kiki : sa voix grave fait vibrer nos tympans avec plaisir. Quand il reprend Tostaky de Noir Désir, ou Palabra Mi Amor de Shaka Ponk, moi, ça me dresse les poils sur les bras.

Richard ne rate pas une miette du concert. Quand les Roadster lui dédient « Richard » de Vulcain, l’émotion et le plaisir sont visibles dans ses yeux… Quelle ambiance ! Même son Harley est de la partie : un petit tour devant la scène, moteur rugissant, donne pendant quelques minutes une touche américaine au concert.

Bon bref, vous avez compris : Les Roadster je vous conseille ! D’ailleurs je retourne les voir la semaine prochaine à la fête de la musique de Voujeaucourt avec plaisir ! Il y aura aussi les JBB. Vous venez ?!

– La suite de la soirée après ces photos –

La soirée se termine tard, très tard. On a bu quelques autres bières, refait le monde avec les amis et nos hôtes et vers 4h du matin, la tente installée dans le pré à coté était la bienvenue ! Après tout ça, vous ne savez pas : demain c’est camomille et légumes à l’eau ! …non j’déconne !! On a ramené quelques « souvenirs » à la maison : des souvenirs houblonnés bien sûr ! 🙂 …à boire avec modération ! Mille Mercis à Richard, sa femme et toute l’équipe de la Terra Comtix pour leur excellent accueil.

 

 

Lola Photographie – Laurence Amielh

Please follow and like us:
error

ONE WAY TICKET – MONSIEUR BURNZ – LES BRACOS – KARMA – DEAD MAN’S LETTER au Rockin’Chaise Mini Fest, le 30 mai 2015.

Dans le village de Colombier-Fontaine, dès le samedi matin, on s’affaire, on monte, on porte, on installe, on accroche, on règle… La fourmilière des bénévoles, dont je fais partie, est en marche : Le Rockin’Chaise Mini-Fest 2015, c’est pour ce soir !

Ce festival rock, 5e du nom, promet une belle ambiance avec une affiche locale variée.

Dès 16h, le public arrive. Des jeunes et des moins jeunes, d’abord passés admirer l’exposition de voitures américaines juste en face, des familles entières qui ont fait un détour par le Festi-Cros et ses animations foraines et circaciennes, tous se retrouvent aux stands restauration et buvette en attendant les premières notes.

ONE WAY TICKET a la lourde tâche de lancer les hostilités. Le public est très clairsemé devant la scène. Mais le trio bisontin aux influences anglo-saxonnes égraine des rythmes qui mettent dans l’ambiance.

MONSIEUR BURNZ prend le relais. Ils se classent dans la catégorie Rock Fusion. Moi, je n’accroche pas… Alors après quelques photos, je retourne boire une petite bière et manger un sandwich avec les copains, sans faire plus attention que ça à la suite du concert.

Il n’est pas loin de 20h. La nuit n’est pas encore tombée mais le public s’est bien densifié. Morteau Morille et ses comparses des BRACOS montent sur scène. Ceux qui définissent leur genre musical comme du PUNKABILLY (Pêche et chassabilly) font monter l’ambiance très rapidement. Morille est fidèle à lui-même : Les échanges avec le public sont percutants, le verbe est corrosif et à prendre au 666ème degré [sic !] et les rythmes musicaux envoient une ambiance de malade ! Bref ça y est le festival bat son plein et on aime ça ! Les morceaux s’enchainent, trop vite. Le public implore un rappel mais il faut laisser la scène au groupe suivant.

C’est KARMA qui prend la relève. Des reprises de Shaka Ponk, Muse, AC/DC, ZZ Top et Foo Fighters entre autres…. C’est propre, le son est très bon… même si je n’apprécie pas toujours les arrangements à la sauce Karma sur certaines chansons d’anthologie.

La soirée se termine avec DEAD MAN’S LETTER. Du rock indus de bonne facture. C’est le batteur qui, derrière ses futs, gère les sons synthétiques à partir de son PC portable. Je ne verrai que la première partie du concert. La journée a été longue et je suis KO. Les organisateurs de la GUERRE DU SON A LANDRESSE étaient là ce soir pour sélectionner l’un des groupes qui fera l’ouverture du tremplin le 12 Juillet prochain. C’est DEAD MAN’S LETTER qui aura la chance de jouer aux cotés de Lofofora et des Fatals Picard entre autre !

Lola Photographie – Laurence Amielh

Please follow and like us:
error