Corosteler « Vestiges »

Elles sont rares les chroniques des groupes du coin ces derniers temps mais bon la faute à une actu musicale très riche et surtout à un oubli de ma part concernant les Haut Saônois de Corosteler ! Et oui, j’ai zappé de chroniquer le nouvel album après leur interview.

Alors rattrapons vite cette erreur !

cover

Vestiges, premier album après 2 EP, comprends 14 titres que je vais essayer de vous présenter un par un

« Virus », très agressif, brut de décoffrage dans un style qu’on peut qualifier de Rock dans le rythme mais avec une voix Black écorchée.

« Nesral » (larsen pour ceux qui ne parlent pas le verlan) est un titre acoustique passé à l’envers. Marrant mais pas essentiel.

« Controle » fait ressortir le coté Indus Metal des influences de Corosteler, un titre très martial.

« Taetra Universe », titre en 3 parties, calme le jeu et part dans la musique ambiante, avec une 3ème partie à la guitare juste sublime !

« CFK » repart de plus belle dans le Metal, un espèce de mélange de Manson, NIN, Ministry chanté en Français, sans conteste le titre le plus efficace !

« Nomades » plus calme, accompagné d’un autre chanteur, Toto, très rock dans son phrasé.

« Vestiges », en 2 parties, commence très ambiant puis part dans un style plus en rapport avec ce que faisait Manson à ses débuts.

« Alienation », peut être le titre le moins utile de l’album, car n’apportant pas grand chose.

« Reborn in Chaos » par contre surprends en partant sur un style plus Rock, voir Stoner pour certaines voix, même si le chant Black est toujours présent.

« Au plus Profond », pavé de 9 min reprends cette fois les influences sombres, qu’on peut retrouver dans un album de Black Metal dépressif.

Et enfin « Derive » qui lui exprime les influences électro du groupe.

Sacré pavé vous me direz ! Corosteler laisse éclater sa hargne, sa haine en musique et vous fait plonger dans leur monde musical et visuel totalement à part.

http://corosteler.bandcamp.com

Please follow and like us:
error

Korpiklaani – « Noita »

Le groupe finlandais de  Pagan Folk Korpiklaani qui veut dire « Clan des contrées Sauvages », nous revient trois ans après le dernier opus. « Noita », sorti en 2015 chez Nuclear Blast nous entraîne dans leur fiestas endiablées. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le rythme nous donne envie de nous lever de notre canap’ et d’appeler les potes pour faire une super soirée. De nouveau membres viennent rejoindre le groupe, le violoniste Tuomas Rounakari et l’accordéoniste Sami Perttula. Leur arrivée ne passe pas inaperçue dans la mesure où elle apporte un plus non négligeable à la formation. Après l’écoute de l’album je vous avoue que j’avais la banane.

korpiklanni

Avec ma pote on se disait tiens il n’y a pas de chanson qui parle d’alcool sur cet album, mais en fait si. J’ai effectué quelques recherches car mon finlandais n’est pas au top. J’ai enfin trouvé, le titre Sahti qui est en fait le petit nom donné à la bière artisanale finlandaise. Ouf!!! On avait eu peur que la tradition soit rompue.

L’opus démarre au quart de tour avec les deux premiers titres, Viinamäen Mies et Pilli on Pajusta Tehty qui annoncent la couleur, et oui, je crois que je ne vais pas m’ennuyer à écouter cette galette. Les instruments traditionnels sont clairement mis en avant et c’est hyper agréable.

 On poursuit l’écoute avec le single Lempo qui modère la folle énergie dégagée par les deux premiers titres. Minä Näin Vedessä Neidon et Ämmänhauta sont des morceaux qui permettent de souffler un peu, le ton est beaucoup plus solennel.

Jouni Jouni est l’un des morceaux que je préfère sur l’album, il est rock’n roll à souhait, ça me donne envie de danser.  Sen Verran Minäkin Noita est quand à lui basé sur la simplicité.

Cet opus est à mon sens une réussite. Nous pensions que Korpiklaani s’était essoufflé, et que la recette n’avait plus de succès, avec cet album, ils nous prouvent le contraire.

Bonne écoute les amis!!!!

 

Xena

Disponible en magasin

ou

Acheter le CD

Please follow and like us:
error

Barús – Barús EP

Groupe grenoblois dont 2 des membres jouent aussi dans Maïeutiste, Barús sort son premier EP.

Barus_Cover_NetChez Barús, on aime la lourdeur du Death Metal, la noirceur du Black Metal, la mélancolie du Doom et tout ça mélangé, ça donne un premier EP fort convaincant. Un gros point fort, la section Basse/Batterie (bon surtout la batterie mais en tant qu’ancien bassiste, je considère que l’un ne va pas sans l’autre !) donne un certain groove aux compos, une singularité, avec un petit coté Gojira d’ailleurs, qui leur permettra je pense de se différencier des autres groupes.

Le titre « Chalice », avec une atmosphère ritualiste, sombre, où de nombreux types de voix (Parlé, Chœur, Hurlé) se mélangent, est une petite pépite.

Allez si on devait chercher des groupes pour comparer, on pourrait aller vers Bölzer, Behemoth, Temple of Baal (d’ailleurs « Tarot » m’a fait penser à l’album « Traitors to Makind », la voix surtout m’a rappelé ce bon musicos qu’est Amduscias), …

Espérons que ce Ep aura le droit à une sortie physique, en vinyl se serait parfait, avis aux labels !

www.barus.bandcamp.com
www.facebook.com/barusband

Please follow and like us:
error

IRON MAIDEN – Fear Of The Dark

Chers amis métalleuses et metalleux, j’ai le grand honneur de chroniquer un album de IRON MAIDEN, et ça ce n’est vraiment pas une mince affaire étant donné le génie de ce groupe. Je vais néanmoins essayer et vous donner mon avis sur l’album qui est sorti en mai 1992 avec le label EMI Records.

IRON MAIDEN est un groupe de légende. Ses membres ont su donner au groupe une histoire, un univers et surtout une image. L’iconographie est tout simplement incroyable. Chaque pochette d’album est une œuvre d’art. Fear Of The Dark ne fait pas exception à la règle et sa pochette à dominance bleu nuit est magnifique. Le livret comporte de très belle photographies des concerts et des membres du groupe, à savoir Bruce DICKINSON au chant, Dave MURRAY à la guitare, Janick GERS également à la guitare, Steve HARRIS à la basse et Nicko Mc BRAIN à la batterie.

url

Cet album possède à la fois des morceaux cultissimes et d’autres qui sont complètement tombé dans l’oubli. C’est comme il y avait plusieurs vitesses différentes dans le même album.

L’écoute commence avec le titre Be Quick Or Be Dead, C’est un titre hyper énergique qui donne la patate. Les riff sont directs et efficace. Le rythme est rapide. C’est pour moi l’un des quelques très bons titres sur cet album. Nous poursuivons avec From Here To eternity, titre très blues qui colle parfaitement aux cordes vocales de Bruce. Cela change des morceaux précédents et nous informe que le groupe n’a pas peur de tenter de nouvelles expériences musicales, partant parfois dans tous les sens.

Afraid To Shoot Strangers est très mélancolique, avec une intro très douce. C’est un morceau qui marque les esprits et qui ne laisse pas indifférent. Les guitares sont très subtiles, jusqu’à l’explosion de solos, superbes.

Le titre Fear is the Key est lui nettement moins efficace. Il fait bien partie de l’album mais ne restera pas gravé dans les mémoires comme certains autres morceaux. Childhood’s end est très agréable à écouter malgré les paroles hyper pessimistes. Il fallait bien une ballade sur l’album est ce sera Wasting Love, composée par Gers, on y découvre de très belles séries d’arpèges.

The Fugitive, Chains of Misery et The Apparition sont trois morceaux qui ne resterons pas dans les mémoires. Nous avons vraiment à faire à un album à deux visages et deux rythmes.  Judas Be My Guide, est un morceau de hard rock qui s’écoute pas trop mal. Weekend Warrior est énergique, assez sympa, cela donne envie d’aller boire une bière tiens!!!

Et enfin, le cultissime morceau que bons nombre de métalleux ont déjà hurlé, Fear Of The Dark, cela frôle tout simplement le génie. Je n’imagine pas combien de fois ce morceau a été joué où chanté à travers le monde, c’est tout simplement de la folie. Ce n’est pas rien si le groupe joue encore ce morceau sur scène, j’ai pour mémoire le splendide concert au Hellfest l’année dernière, où mes potes, moi et des milliers de personnes chantions, ou plutôt hurlions en cœur, bras dessus bras dessous cet hymne.

Je retiens donc de cet album les morceaux suivants Be Quick or Be dead, From Here To Eternity, Afraid To Shoot Strangers et bien sûr Fear Of The Dark.

Ce n’est pas le meilleur album du groupe, mais il contient tout de même des morceaux qui ne nous laisse pas indifférent. nous sentons que le groupe tente de nouveaux univers musicaux, mais cela reste tout de même du très très bon son.

Xena

Disponible en magasin

ou

Acheter le CD

Please follow and like us:
error

Melechesh « Enki »

Groupe complètement à part dans la scène Black Metal de part ses origines géographiques des début mais finalement pas si loin de ce que peuvent proposer les autres groupes.

images

Ce nouvel album vient définitivement les ranger dans la catégorie des groupes capables de se renouveler et de proposer des titres d’une puissance toujours supérieure !

« Enki » démarre sur les chapeaux de roues dès les premières notes « Tempest Temper Enlil Enraged » avec un brutal Black Metal que n’aurait pas renier Marduk.

Mais dès le second titre, on retrouve ces mélodiques typiques qui avait fait le succès de Melechesh sur « Djinn » ou « Sphynx ». Et que dire du très Thrashisant « Lost Tribes » sur lequel Max Cavalera vient poser quelques hurlements, surprenant mais carrément jouissif !

 

Cette influence Thrash, déjà présente sur le précédent album, donne vraiment une plus-value à la musique de Melechesh. Il est difficile de mélanger toutes les sonorités Metal (et Folk), mais le groupe y arrive à merveille.

Disponible en magasin

ou

Acheter le CD

Please follow and like us:
error

Myrkvid « Pleasures of hell »

Asgard Hass m’ayant fourni un package promo de malade, il me faut donc attaquer les chroniques ! Et il me semble logique de commencer par nos amis Francs Comtois de Myrkvid.

401975

Groupe formé en 2007 (qu’il ne faut pas confondre avec son homonyme de Caen, aujourd’hui splitté), Myrkvid est sans conteste l’un des rares groupes de Black Metal Français à avoir su conserver ce qui fait le Black Metal des débuts, la noirceur, l’ambiance et le respect des anciennes croyances, et surtout un Black sans fioriture et sans compromis. Écoutez seulement « Abies » et vous comprendrez ! J’ai ressenti un truc que je n’avais pas eu depuis le concert de Nehëmah en 2002, cette impression que votre esprit quitte son enveloppe charnelle et accède à un autre monde ! Rares sont les musiques qui peuvent se vanter de procurer cela.

Si musicalement on devait chercher des influences, on trouverait sans aucun doute les groupes Norvégiens Darkthrone en tête, Taake pour le coté Heavy de certains titres, Gorgoroth pour la brutalité mais aussi comme je le disais plus haut, Nehëmah pour certaines ambiances.

[attention moment ancien combattant] Par moment, Myrkvid me rappelle ce que fut la scène Black Metal du début des années 2000, cette époque où cette musique avait un sens pour ceux qui la faisait, cette époque où elle inspirait la crainte, où les groupes luttaient vraiment pour un idéal aujourd’hui presque disparu. [fin de la nostalgie]

Bref, une bonne surprise qui me donne envie de voir le prochain album. Pour rappel, le groupe cherche un bassiste alors si le Black Metal t’évoque ce que j’ai pu dire dans cette chronique, fonce !

Pour se le procurer, le label Asgard Hass se fera une joie de te l’envoyer, seul contact le mail

Please follow and like us:
error