Nordjevel – Necrogenesis

Nom du groupe

Nordjevel

Album

necrogenesis

Label

osmose productions

Date de sortie

mars 2019

LA NOTE
7/10

On peut dire que depuis 2015, la carrière de Nordjevel a rapidement décollé, normal au vu du line up du groupe. Composé d’anciens membres de Marduk, Ragnarok, Abbath ou bien encore Morbid Angel, les bougres se sont bien trouvés pour proposer un Black Metal d’une froideur intense.

Cette sensation est accentuée par le chant de Doedsadmiral, glacial, lugubre. J’adore ce type de chant Black Metal. Pour le reste, comprendre la musique, Nordjevel propose un Black Metal de bonne facture, qui malgré tout utilise beaucoup de plans déjà entendus.

Loin d’être originaux, ils arrivent néanmoins à sortir quelques bons morceaux emplis de noirceur. L’écoute de « Necrogenesis » évoque souvent un Black Metal plutôt suédois, très largement influencé par Dark Funeral (normal, le batteur a aussi joué chez les Suédois) ou bien encore Marduk. Malgré tout, de ci de là, on entend des sonorités parfois Black’n’Roll empruntées à la scène norvégienne.

Au risque de me répéter, ne cherchez pas ici un album original, mais bien une continuité dans le retour du Black Metal Scandinave sur le devant de la scène, sans chichi, dans la brutalité qui l’a vu naître.

Membres du groupe
: Doedsadmiral – Vocals :

: DzeptiCunt – Bass :

: Destructhor – Guitars :

: Dominator – Drums :
 
 
Ville d’origine
Oslo
Please follow and like us:
error

EMBRYONIC CELLS : « Horizon »

Nom du groupe

embryonic cells

Album

horizon

Label

apathia records

Date de sortie

novembre 2018

LA NOTE
8.6/10

EMBRYONIC CELLS se retrouve dans les pages d’OBJECTIF METAL par le biais de l’agence promotionnelle REPLICA. Avec ce nouvel opus les Troyens nous gratifie d’un album aux multiples facettes et influences. Leur Black Death metal orchestré fait parler la poudre.

Débutée en 1994 la carrière du groupe est chargée en sorties d’albums (quatre depuis 2007) : « Before The Storm 2007 » « Black Seas 2008 » « The Dread Sentence 2011 » « Horizon 2018 ». Pour info deux démos sont sorties sur 1999/2000 ( Prima Nocte – Necro Révélation). La musique passionnée d’EMBRYONIC CELLS emprunt d’une touche bien personnelle fait mouche. Nous dénoterons quand même des pics influenciels tels SLAYER, AMON AMARTH, ROTTING CHRIST, SEPTIC FLESH, ENSLAVED…. Pour le plus grand plaisir de l’oreille. Très atmosphérique, mélancolique, émotionnelle et puissante à la fois, voilà les caractéristiques musicales de ce nouveau projet. Côté concerts, quelques 300 prestations avec des pointures tels NUCLEAR ASSAULT, GWAR, SINISTER, OBSCENITY ou encore MISANTHROPE. Il ya du vaincu chez EMBRYONIC CELLS.

Les 8 titres composant « Horizon » sont d’un équilibre parfait, après plusieurs écoutes nous sommes en extase. Gros travail rythmiques guitares et orchestrations clavier faisant ressortir cette émotion palpable durant les 8 pistes. Le chant tantôt death guttural tantôt black criard couronne le tout. EMBRYONIC CELLS a sorti « Horizon » chez Apathia Records. Pour info le groupe sera au HELLFEST sur cette année 2019 ainsi quand tournée française prochainement. Ne les ratez pas ! Belle surprise, à force de persévérance le Metal français est encore une fois glorifié magistralement.

 
Membres du groupe
Max Beaulieu : Guitars/Vocals
Djo Lemay : Drums
Pierre « Mamuth » Touzanne : Bass
Pierre Le Pape : Synths
 
Ville d’origine
Troyes
Please follow and like us:
error

Aephanemer – Prokopton

Nom du groupe

Aephanemer

Album

Prokopton

Label

primeval records

Date de sortie

mars 2019

LA NOTE
7.9/10

A la base Aephanemer est le projet d’un seul homme, Martin Hamiche, qui vouait un culte à la scène du Death Metal Mélodique scandinave ! Mais il faut croire que le bougre a su trouver d’autres passionnés comme lui pour monter un line up. Et après un Ep qui a su trouver un public, le premier album a montré de grandes capacités.

Il est donc logique que le groupe veuille montrer son évolution, et quoi de mieux que de se payer Dan Swanö et Mika du Finnvox Studio pour avoir un son presque parfait. Oui je mets presque, car on peut toujours faire mieux !

Bref, dès les premières notes, on comprend que Martin n’a pas lâché la scène suédoise car j’ai l’impression de faire un bond dans le passé aux alentours de « The gallery ». Mais dès le deuxième morceau, ces nappes de clavier transpirent Children of Bodom ou bien Stratovarius. Soyons francs, ce sont des groupes que j’arrive à écouter mais pas tout un album et ils n’arrivent pas à me faire ressentir grand-chose.

« Snowblind » attire par contre mon attention en étant plus typé Black Metal Symphonique dans son approche, assez dans l’idée d’un Dimmu Borgir période « Puritanical Euphoric Misanthropia ». Le chant féminin vers la fin du morceau est lui proche de celui de la chanteuse de Cruachan époque « Folklore » ou bien encore de Cadaveria.

« At Eternity’s gate », intermède toujours utile sur un album, prend, lui aussi, un départ intéressant, avec un riff bien épique.

Mais avec « Back Again », retour aux affaires Metal mélodique, avec même quelques petits riffs un peu thrash. En tout cas chez Aephanemer, les claviers sont presque omniprésents, un peu trop peut-être. Ils gâchent parfois les bons riffs et solos.

L’album se termine sur « If I should die », condensé assez réussi de toutes les influences citées auparavant, entre Metal Scandinave, Thrash et Black Symphonique, qu’on peut résumer en Children of Bodom qui reste la référence à retenir de « Prokopton ». Alors même si ce style n’est pas ma tasse de café (vu l’heure, 5 h du mat, où je fais ma chronique je ne suis plus au thé), je reconnais les grandes qualités de Aephanemer, démarche pro, investissement personnel et musiques millimétrées. Nul doute que le passage sur la scène du Wacken ouvrira de nouvelles portes !

Membres du groupe
Martin Hamiche – Lead Guitar
Marion Bascoul – Vocals & Rythm Guitar
Lucie Woaye Hune – Bass
Mickaël Bonnevialle – Drums
 
 
Ville d’origine
Toulouse
Credits : Cédric Gleyal
Please follow and like us:
error

Slenders- Angry Youth

Nom du groupe

slenders

Album

angry youth

Label

this is core

Date de sortie

2019

LA NOTE
6/10

Avoir un webzine, c’est recevoir beaucoup de promo, parfois très loin de ce qu’on écoute le reste du temps. Donc sans trop me forcer, je vais me replonger dans mon adolescence lointaine en chroniquant le CD des Italiens de Slenders.

Pourquoi je dis ça ? car leur Punk Rock Mélodique est dans la droite lignée des Green Day, The Offspring, NOFX et j’en passe, et mon époque skateur (ouais ouais on ne rigole pas) s’est faite au son de ces groupes. Ah la jeunesse, on se contente de peu musicalement mais finalement, c’est ce qui plaît dans ce style.

Les Italiens ont vraiment bien appris leurs leçons et proposent un album carré, mais soyons francs, sans grand intérêt. C’est entendu mille et une fois, ça rappelle tous les groupes pré-cités. Tous les plans y passent.

Et ce n’est pas la reprise de The Cure « Boys Don’t Cry » qui rattrape tout ça, elle est trop calquée sur l’originale. Bref, si tu aimes le Punk Rock, soit tu achètes ce CD pour reposer « Basket Case » ou « Punk in drublic » et soutenir la jeune génération, soit tu te contentes de faire tourner tes vieilles galettes !

Membres du groupe
Zbarah, Kerciak, Human, Matt.
 
 
Ville d’origine
Arzachena
Please follow and like us:
error

Faction Senestre -Civilisation

Nom du groupe

faction senestre

Album

ta civilisation

Label

Zanjeer Zani prod

Date de sortie

2018

LA NOTE
3.7/10

Cet EP est difficile d’approche. En fait, je ne sais quoi en penser mais je vous vois venir, écoutez-le et vous comprendrez dans quel état d’esprit je me trouve actuellement.

Une seule et unique piste audio de 25 minutes qui est cependant séparée en 4 parties différentes … enfin pas si différentes au final. Alors ce sont des morceaux très ambiants, spirituels… Créés avec des sons très métalliques de cloches ou autres, mais à aucun moment on n’entend d’instruments de musique « réels » à part la voix si vous la considérez comme tel. Parlons de la voix, qui ne chante pas mais parle, comme un orateur dans un rituel qui répète sans cesse la même chose :  » Ta civilisation est en péril, je le prédis et tu t’enfuis ». Ma réponse est : « et encore un qui se prend pour le messie ». Plus sérieusement, à la base j’apprécie ce style de musique qui te plonge dans un univers étrange et propre au groupe, mais là, ça s’apparente presque à du bourrage de crâne et de l’hypnose. C’est dérangeant, et encore plus lorsque tu entends des phrases très connotées du style « Ton plus grand malheur est ce que tu appelles bonheur, ce qui te fait jouir est ce qui te fera mourir » … Vraiment ?

Plus techniquement, selon moi, les morceaux n’ont pas une grande musicalité, tout est superposition de sons qui font mine d’être différents, tellement  spirituels et philosophiques. À un moment, tout se mélange et on n’entend plus que du bruit, même la voix se fait recouvrir. On ne sait pas si tout est fait sans se poser de questions et sans se soucier de faire un beau morceau, ou si tout a été réfléchi. Au final leur musique est assez décalée, elle met directement mal à l’aise et n’attire pas son auditoire, quelque chose que (presque) personne ne comprend et qui du coup se renferme sur lui-même par sa propre volonté.

Please follow and like us:
error

Makeout Life Underground – Faded Vol.1

Nom du groupe

Makeout life underground

Album

faded vol 1

Label

autoprod

Date de sortie

mars 2019

LA NOTE
7/10

A l’heure où j’écris ces lignes, le premier EP de Makeout Life Underground, un groupe de Rock – au sens large (Deep Rock, pour les pointilleux) – qui nous arrive de Belfort. Fondé par Malo Thiery (batterie, chœurs) et Noham Houadef (guitare), puis rejoint par Bastian Pussey (basse) et Maëva G. Dupont (chant, guitare), le groupe nous propose le premier chapitre de son histoire : Faded Vol. 1.

L’EP démarre en tromblon avec le titre « Kill Your Friends » (vous comprenez mon jeu de mots maintenant ?), une chanson bien rythmée, simple, mais vraiment efficace (la batterie porte notamment très bien le tout). Niveau son (et cela ne changera presque pas pendant l’écoute), c’est là qu’on trouve le côté garage. Un peu déçu au premier abord, j’ai finalement trouvé que ce son garage collait en fait plutôt bien à l’atmosphère de cet EP : du rock dans un garage, parti de rien, entre amis, et qui peut aller loin. Reste que le chant sonne souvent « trop propre », ce qui de fait dénote un peu avec les instruments – mais cela n’empêche pas d’avoir de bons riffs et de bonnes lignes de chant (un beau timbre de voix également).

            Le deuxième morceau, U Without Me (morceau qui a eu droit à une belle lyric video que vous trouverez plus bas) est beaucoup plus posé. A l’écoute, je ne pouvais que me dire que c’était une jolie chanson. Le son est d’ailleurs plus propre sur celle-ci, avec de bonnes guitares et de bons arrangements à la batterie. Petite note négative : le chant masculin manque un peu d’harmonisation.

            Le troisième morceau arrive comme une très bonne surprise pour moi, car la batterie nous offre une intro tapageuse avec un très bon son qui m’a rappelé l’intro percussive de « When the Levee Breaks » de Led Zeppelin. Un morceau au refrain énergique et aux couplets calmes, le contraste est réussi et la voix est belle (malgré les problèmes de mixage).

            Faded Vol. 1 se termine (abruptement) avec « Mystery Girl », une chanson où l’on trouve cette fois des harmonies vocales plutôt agréables (qui pallie la guitare un peu juste de l’intro). Encore une fois, la batterie est bien pêchue (ceci dit, la batterie est vraiment sympa sur tout l’EP), et les lignes de chant sont chouettes. Malheureusement, comme dans la chanson précédente, un solo de guitare mal exécuté vient un peu ternir l’ensemble, un peu dommage quand on entend que les riffs sont vraiment bons.

Makeout Life Underground fait donc une belle entrée sur la scène rock franc-comtoise et on espère qu’ils iront même au-delà de nos frontières. Le groupe indique sur sa page Facebook qu’il souhaite prendre son temps avant d’enregistrer un album complet : ce futur album n’en sera sûrement que meilleur.

Membres du groupe
Chant / Guitare : Maëva
Guitare : Noham
Batterie / Choeurs : Malo
Basse : Pussy
 
 
Ville d’origine
Montbéliard
Please follow and like us:
error