Fiend – Seeress

Nom du groupe

fiend

Album

seeress

Label

deadight

Date de sortie

décembre 2018

LA NOTE
8.5/10

Les univers Geeks ont toujours été très important dans le Metal. Le fantastique était là depuis le début et la fantasy s’est très vite installé. Mais la science-fiction m’a toujours paru plus discrète. Reste que le groupe d’aujourd’hui l’évoque parfaitement et Fiend nous propose ici des ambiances tirées d’Alien.

Le premier morceau, Morning Star, est très lourd, la basse est très audible, claquante, et la batterie a un son difficile à décrire mais que je trouve très intéressant.  Les riffs sont assez Death Metal, mais la voix, à la fois chantée et hurlée, me fait penser à Tool ou Alice in Chains. La ressemblance est renforcée par une seconde voix.

La chanson a un pont constitué de Larsen et d’une ligne de basse. C’est ça les ambiances à la Alien dont je parlais, la tension monte et on se demande si ça va repartir, si le Xénomorphe va surgir. Ça devient de plus en plus évident et la chanson repart.

Ce morceau est un très bon début, il offre une bonne vue de l’album tout en nous offrant une violence qui nous empêche de partir.

Quelques chansons se succède dans un style entre Death Metal et Grunge à la Soundgarden.

Ensuite arrive Vessels, il inclue le son sf déjà entendu au début. Mais il est plus rapide. La Basse est très prononcée, ce qui donne un côté post-punk, avec quelques effets électro (je pense) ça sonne un peu Industriel (sans le côté bruitiste mais sans faire trop Shock-Rock à la Manson non plus).

Le dernier morceau, The Gate, est vraiment passionnant.

D’abord, une Basse joue, seule, une cloche sonne, une nappe de son et un piano s’ajoutent, avec un son étrange, un peu inquiétant. Une voix robotique scande « Planet Eart is about to be recycle… », elle continue à parler, avec toujours des paroles aussi optimistes.

Le Piano est minimaliste, juste quelques notes de temps en temps, la batterie est très sèche, métallique, comme si le batteur frappait des tuyaux.

 La voix est toujours là, ils jouent avec. Des bruits étranges, comme des chants de baleines, résonnent. On a justement l’impression d’être au milieu d’un endroit paumé, l’impression d’être abandonné, pas dans l’océan mais au milieu de l’espace.

Il y a cette phrase, qui me fascine « We don’t say planet Earth is coming to an end… »

Qui se transforme en « Planet earth is coming to an end ».

Ce morceau est vraiment apocalyptique, mais vraiment, c’est le mot, si j’en croix la voix.

Je me retrouve au Milieu de 2001 : L’odyssée de L’espace, je me suis même demandé si la voix n’était pas un sample d’un film ou d’un bouquin de Sf. La chanson s’appaisera mais je ne vous en dis pas plus, j’ai déjà trop dit…mais ce track me fascine vraiment, je n’arrive pas à m’en détacher. Il dure 13 minutes et pas une seconde je me suis emmerdé.

Mon prof de français dit toujours « Il y a trois points stratégiques dans un livre : l’incipit, les fins de chapitre (mais là on s’en fout) et l’exipit ». Pourquoi je dis ça ? Parce que Fiend nous montre avec Seeress le parfait exemple d’un album qui sait jouer sur l’ordre des morceaux, ils savent jouer leurs cartes au bon moment. Au début j’écoutais d’une oreille un peu distraite, « C’est sympa, ça me fait penser à Soundgarden », puis mon intérêt s’est éveillé et quand The Gate est arrivé, je me suis pris une véritable claque.

Heitham Al-Sayed: Vocals, guitar
Michel Bassin: Guitar,effects,synthetizers
Nicolas Zivkovich: Bass, organ
Renaud Lemaitre: Drums

Ville d’origine
Paris, France

 

Please follow and like us:

KLEE project – Living in confusion

Nom du groupe

Klee project

Album

live in confusion

Label

uap music

Date de sortie

novembre 2018

LA NOTE
7.5/10

Aujourd’hui je vous présente un groupe plutôt rock que métal.
Il me fait penser aux groupes de vieux qui se redonnent la pêche, et qui nous la donne aussi ! En fait c’est clairement ça, mais c’est marrant.
On retrouve tout l’attirail des blousons et bottes en cuir, cheveux longs avec un bandana. Et dans leur musique, une voix éraillée, des riffs qui marchent du tonnerre, une batterie rock classique mais indémodable avec quelques variantes sympas et une basse bien lourde pour parfaire le tout.
Sans oublier le solo de guitare présent à tous les morceaux.
Tout est très propre, clair, l’enregistrement est impeccable.
Cependant …
Tous les morceaux ont la même structure ou presque.
Trop souvent ils se ressemblent et se mélangent alors finalement aucun ne sort vraiment du lot sauf peut-être le dernier, bien choisi, pour clôturer cet album.
J’ai l’impression que l’on ne sort jamais de la même tonalité un peu comme AC-DC (désolée pour les fans), mais au moins si vous aimez AC-DC sachez que ce groupe vous plaira aussi certainement !
Pour ma part c’est à partir du 4ème morceau que je me suis dit « ça commence à devenir répétitif quand même » imaginez donc les 7 autres qui m’attendaient. Et ce qui est d’autant plus dommage, c’est que plus je l’écoute plus je trouve ça monotone.
Enfin donc mon conseil est d’écouter cet album lorsque vous êtes en dépression afin qu’il vous remonte à bloc.

Membres du groupe
Roberto Sterpetti
Chicco Gussoni
Lorenzo Poli
Daniele Iacono
 
 
Ville d’origine
Rome
Please follow and like us:

Ad Patres – A brief introduction to human experiments

Nom du groupe

ad patres

Album

a brief introduction to human experiments

Label

xenokorp

Date de sortie

2019

LA NOTE
7.6/10

Formé en 2008 par des membres de Seth (Batterie et Basse),  Ad Patres sort un nouvel album sur le label Xenorkorp, champion français incontesté des groupes qui pètent des tibias au petit déjeuner.  Le style, du Death Metal bien brutal et technique.

Je pense qu’à l’époque de la création du groupe, Alsvid avait envie d’exprimer  une certaine frustration  et rien de mieux que de tabasser ces futs, façon gros death qui tache !

Ce nouvel album ne va pas changer la donne par rapport au dernier, il va juste confirmer les capacités techniques des gars. Leur style ne laisse pas de place à l’erreur, ils envoient les morceaux de façon chirurgicale. Entre Vader et Morbid Angel, entre Nile et Destruction, pas facile de savoir qui a le plus influencé Ad Patres.

Il y a néanmoins un point, et là c’est vraiment personnel,  qui me fait toujours un petit blocage avec ce style, c’est que j’ai du mal à avoir un titre qui sort du lot. Même si «The floating point» arrive à me faire un peu plus réagir que le reste du cd avec son intro très ésotérique, ses solos, et cette batterie bien mis en avant, je ne saute pas non plus au plafond.

Rassurez-vous, cet album est une réussite, à ne point douter mais je m’enthousiasme rarement pour le Death Metal.

Membres du groupe
Axel Doussaud : Vocals
Pierre-Yves Marani : Guitars
Olivier Bousquet : Guitars
Arnaud Pecoste : Bass
Alsvid : Drums
 
 
Ville d’origine
Bordeaux
Please follow and like us:

tRuckks – Autophage

Nom du groupe

truckks

Album

autophage

Label

autoprod

Date de sortie

février 2019

LA NOTE
7.8/10

Les sales gosses de Vesoul sont de retour. Après avoir foulé les planches de nombreux festivals (Eurockéennes, Les Inouïs du Printemps de Bourges, le Impetus) et concerts, ils ont choisi de pondre un album, pardon EP qu’ils disent ! Moi 8 titres, même court j’appelle ça un LP !!

Ces 4 jeunes dans le vent ont su, en l’espace d’un an, s’imposer dans la scène Rock, car oui au début, ils n’avaient même pas le permis ! Et bien même s’il faut reconnaître que ma première impression (live) m’avait fait douter de la musique (mais pas de l’intention) de tRuckks, mais avec « Autophage », c’est une nouvelle vision qui s’impose à moi.

Celle d’un groupe qui  a mûri, appris énormément de ses concerts et rencontres pour proposer un Punk Noise Rock exécuté de façon magistrale. On dit que la valeur n’attend pas le nombre des années, encore un proverbe à la con mais bien utile ici.

Premier point, important pour moi, c’est le chant, beaucoup plus grave, posé mais toujours animé par un grain de folie. Par moment presque Thrash mais toujours en français. Une marque de fabrique qu’il faudra garder.

Deuxième point, le son !! Enregistrée au Black Box Studios, c’est une sacrée puissance que dégage cette galette.  La liste des groupes passée par là est ahurissante ! Parabellum, les Wampas, Sidilarsen, et j’en passe.

Et pour le style, comme je vous le disais, les jeunots ont bien appris leurs classiques, ont découvert sûrement d’autres styles/groupes. Ils ont su agrémenter leur PunK Rock de sons noise, Thrash Metal (sur « Cadeaux » ou « Meurtre »).  « Chaine » reste mon titre favori avec cette basse saturée, un titre avec un feeling Punk, percutant !

L’influence Metz est toujours présente mais bien mieux digérée.

Ils ont su prendre des risques en mettant plus de riffs désaccordés, transformés !  La prise de risque est maximum pour un groupe aussi jeune. tRuckks semble promis à un bel avenir et 2019 s’annonce encore riche en concerts, car je vois qu’ils sont à l’affiche de Rolling Saône.

Membres du groupe
Cyprien Hernandez
Lény Boussakhane
Hugo Philippe
Martin Mesnier
 
Ville d’origine
VESOUL
Please follow and like us:

Skinned – Shadow Syndicate

Nom du groupe

skinned

Album

shadow syndicate

Label

xenokorp

Date de sortie

mai 2018

LA NOTE
6/10

Skinned est un groupe qui je pense, et c’est bien dommage, ne sait pas mettre ces atouts en avant. Alors on se retrouve avec un album de dix morceaux qui se ressemblent et qui nous lassent. Pourtant si nous tendons l’oreille on remarque bien plusieurs gammes de guitare différentes pour chaque morceau mais recouvertes par tout le reste. Et, finalement, nous n’avons aucune mélodie qui se démarque, rien qui ressort du titre, rien d’addictif qui me donnera envie de réécouter cet album encore et encore.

Bien souvent les intros et outros ne me semblent pas assez travaillées, c’est juste « on commence » puis « on arrête », c’est trop brut. Après vous me direz comment reprocher à un groupe de death d’être brutal ? Je vous répondrais que la violence n’est que plus belle lorsqu’elle n’est, non pas physique, mais morale. Cependant si votre but unique est de se lancer dans un pogo d’enfer je pense que ce groupe vous conviendra certainement.

Enfin ce qui me dérange ici est ce que je me suis permise d’appeler  » un groupe consanguin ».

Je vous explique, lorsqu’un groupe est formé de membres écoutant uniquement du métal et ne jure que par ça, cela nous donne un groupe consanguin. Ne cherchant pas ailleurs leurs inspirations ils n’ont rien de particulier, toujours le même mode à la guitare, le même rythme à la batterie. Et puis, la consanguinité, c’est mal.

Bien sûr tout n’est pas blanc ou noir, alors j’ai noté trois morceaux qui pour moi se démarquent des autres.

Le premier Wings of Virulence pour l’apparition d’une partie de piano très réussie.

Le second As their bodies fall par ce côté très crade et « mal enregistré » donné dès le début avec la ligne de basse seule en intro (intro qui se démarque enfin des autres), et puis cette batterie, qui me semble être la seule enregistrée correctement, nous perd avec un rythme impossible à retenir : une fois dans le temps, l’autre en contretemps.

Et enfin le mieux réalisé est le morceau uniquement instrumental Black rain, même si je n’ai aucune raison concrète à vous donner maintenant.

Ce groupe est bien sûr très pro, mais il manque une certaine flamme à mon goût

Membres du groupe

Greg Keenan – Bass

John Meyer – Vocals

Travis Weickum – Guitar / Vocals

Connor McLaughlin – Drums

Please follow and like us:

Born Again – True Heavy Nation

Nom du groupe

Born Again

Album

true heavy nation

Label

pride and joy music

Date de sortie

décembre 2018

LA NOTE
9/10

Nos petits chouchoux de Born Again sont de retour avec un nouvel  album après un premier essai il y a 2 ans. « Strike with power » avait déjà montré le sens du riff des bisontins, cette facilité à pondre des refrains qui restent dans la tête.

La pochette réalisée par Stan W Decker met en scène des thrasheurs démolisseurs de zombies

Et là en un seul titre, «No guts No glory » mets tout le monde d’accord, ils n’ont rien perdu de la recette du précédent.  Le son est encore meilleur, une production qui rends honneur à chaque note, signée Pierre Emmanuel  Pellisson.

Et avec « Ghost Rider », Born Again rends encore hommage aux grands de la musique Heavy Metal, ce titre a un petit côté NWOBHM, Chris Savourey se fait plaisir !!

Petit ralentissement de rythme sur « King of Pain » et « Children of the Storm », un break bienvenu avant un reprise en mode Rock’n’Roll sur la reprise de « You can’t Stop Rock’n’Roll » de Twisted Sister !

Le titre éponyme est finalement mon préféré, un refrain qui reste en tête (comme « Betrayed » sur le précédent album) et un groove, mode rouleau compresseur. La suite est tout aussi intéressante, les titre s’enchainent facilement, les solos de Chris sont de plus en plus élaborés, ce mec est définitivement un dieu de la guitare !! Il pond des notes ultimes !!

J’avoue que mon avis est assez limité, dans le sens où Born Again joue un Heavy Metal carré, extrêmement bien joué, il n’y a rien à jeter dans cet album !! Si « Strike with Power » vous avez séduit, cette fois vous allez tomber dans les bras de nos bisontins !

Membres du groupe
Thierry (vocals)
Chris (guitars)
Christopher (bass)
Pich (drums)
 
Please follow and like us: