Disponible dans votre magasin Cultura Besançon

La surprise de l’année est bien cet album. Le secret a été habillement gardé par les deux protagonistes de l’histoire, Peter Tägtgren (Pain et Hypocrisy) et Till Lindemann (Rammstein). En janvier, nous avons appris qu’un album allait accoucher de cette surprenante collaboration. L’enregistrement des onze titres s’est fait dans également dans le secret le plus total. Le frontman de RAMMSTEIN nous surprend par un chant en anglais puissant. Cela lui va plutôt pas mal.

AlbumArt_{D5AD2B01-6484-4B88-894E-BBE68EFB4ECD}_Large

Le visuel de l’album, met en avant Till Lindemann, ce dernier tient un chalumeau d’une main et de l’autre nous intime de nous taire en mettant un doigt devant sa bouche et Peter Tägtgren en arrière plan, il est de profil et mime la peur. La pochette se veut de style grotesque et décalé.

Les arrangements globaux de cet opus sont très bien fait. Le son est propre. La patte de Peter se fait clairement sentir. Le style est tout comme la pochette décalé, c’est une sorte de métal indus, avec des parties électroniques, les claviers sont également bien présents. Les compositions sont relativement simples, ce qui peut entraîner une légère redondance à l’écoute de l’intégralité de l’album.

L’album débute par « Skills Pills », titre éponyme de l’album, l’électro se ressent dès le début du morceau. Ce morceau aborde le sujet de la drogue. Le refrain est bien accrocheur. Le rythme est énergique et rapide. Cela nous met gentiment en jambe pour la poursuite de l’écoute. Nous poursuivons avec « Ladyboy », le rythme est plus lent. Le chant de Till apporte une profondeur malsaine. Nous gardons en mémoire facilement le refrain mélodique. Mélodie qui est étonnante au regard des paroles qui sont complètement hard et lubriques.

« Fat », aborde le sujet de l’amour des femmes très rondes. Les paroles sont encore une fois osées. Till nous fait partager son amour pour les femmes obèses, et c’est assez cru. Peter et lui ont fait un super boulot sur cette chanson, le refrain est encore une fois accrocheur, voir même à la limite d’être symphonique. « Fish On » est plus énergique et rapide, se rapprochant beaucoup plus de ce qu’a l’habitude de faire RAMMSTEIN.

Nous arrivons au titre « Children of the Sun », les détails sont plus travaillés. Le refrain est plus subtils. L’univers de Peter se fait vraiment ressentir dans ce morceau. Morceau qui se veut plus touchant.

« Home Sweet Home » aborde le lourd sujet du cancer. Il s’agit d’un morceau très triste. Visiblement les deux protagonistes ont perdu des proches emportés par cette maladie. Ce morceau est magnifique.

Avec « Cowboy », l’énergie et les couleurs reviennent pour nous parler d’un cowboy déchu. Till Linnemann aborde ensuite son thème favori le sexe, dans le titre « Golden Shower », il nous délivre une fois encore sans complexe son avis, ses goûts sur le sujet. Il le fait allégrement sur des airs de métal symphonique.

« Yukon », débute par un morceau au clavier, la voix grave de Till profonde nous parle d’une rivière américaine et de sa nature environnante. Les voix et violons, veulent marquer la grandeur de cette nature américaine. Nous poursuivons avec « Praise Abort », morceau très décalé. Il repart dans la provocation qui le caractérise. Le rythme est diabolique, de style electro des années 90′. Le moins que l’on puisse dire c’est que c’est hyper kitch. Nous terminons l’écoute par le titre bonus « That’s my Heart », qui est extrêmement calme.

Cet album est hyper riche, l’écoute est amusante, car les paroles de Till sont toujours un plaisir à traduire!!! Il reste fidèle à lui même et délivre des paroles provocantes sans aucun complexe. Cette surprise a été particulièrement bonne, et nous avons écouté ce titre avec plaisir. Donc je vous invite à découvrir cet opus riche en détails croustillants. Quel poète ce Till.

 

Xena

PN_ajouter_panier

Please follow and like us:
error

S’il y a un festival que j’ai attendu, c’est bien celui là. Oser mélanger musique Païenne, Metal traditionnel et Culture Viking, il fallait le faire.

Metal in Franche Comté a depuis le début pris le parti de soutenir ce festival, autant sur le site que dans le monde réel avec l’organisation d’une soirée de promotion ! Et on ne regrette pas d’avoir passé du temps à bosser dessus !

Bref, départ le vendredi matin pour Simandre sur Suran après une nuit de boulot, autant dire j’étais en forme et dans le rythme ! Quel surprise de découvrir le lieu du fest, un vrai décor naturel s’offre aux festivaliers, au bord d’une rivière, entre 2 montagnes. Pour des Vikings c’est presque parfait !

Vendredi

Je suis reçu par des bénévoles bien sympa, qui m’explique que l’ouverture du fest a été repoussé à cause de petits soucis techniques, pas de quoi me faire stresser … mais quand même ! Et dans les ennuis, le fest va les collectionner ! Premier groupe à jouer, Eclypse qui propose un folk Metal pas dénué d’intérêt mais encore trop timide. Et là tout se dérègle au niveau du Running Order car un groupe électrogène à sauter, obligeant les groupes à jouer sur la même scène, voir certain à jouer un autre jour (Din Brad) ou encore à écourter le set (Evohe). Du coup pour nous aussi ça devient compliqué car il faut suivre et être là pour les interviews qui finalement se réduiront à une le vendredi … par ma faute en partie. Mais ne vous inquiétez pas je me suis bien rattrapé après. Puis dans l’ordre (ou pas d’ailleurs), j’ai pu apprécier les prestations de Bran Barr, première grosse claque du fest. Carré, entrainant, le Pagan Black reste toujours aussi efficace ! Hysteria, Merkfolk, sympa mais vraiment pas dans le trip, c’est donc de loin que j’assiste à ces concerts ! Mes petits préférés d’Evohe auront l’occasion de jouer 3 titres, dont le premier sert de balance … dommage pour eux et pour le public qui en voulait plus ! Et déjà, voilà Arkona qui investit la Thor Stage pendant que j’apprends que l’autre scène fonctionne de nouveau et accueillera les concerts de Wardruna et God Seed. Bon j’ai vu Arkona il y a quelques jours au Hellfest mais bon j’apprécie énormément leur musique, sauf que ce soir, ils ne forcent pas trop même si la chanteuse donne tout. Un Arkona en petite forme donc. Mais de toute façon, tout le monde attends déjà Wardruna et c’est avec plaisir (même si déçu d’avoir reçu un ordre de ne pas faire de photo, alors que bien entendu tout le monde s’éclate à prendre des photos avec son portable …) que je découvre enfin ce groupe sur scène. Et c’est accompagné d’un mur de bouclier que Wardruna lance les premières notes de ce qui fut un grand moment de communion avec la nature … car franchement j’ai regardé le ciel, les montagnes tout en écoutant leur musique et les images sont venues toute seule, pas besoin d’être tout devant. Et là, la fatigue l’a emporté sur le Black Metal et c’est donc au son de la balance de God Seed que je rejoins ma voiture, transformée pour l’occasion en camping car (choix judicieux vu la pluie de la nuit).

Samedi

Changement d’encadrement pour la presse qui va s’avérer très bénéfique pour nous, petits journalistes et photographes. En effet, les gros médias étant plutôt absents, on nous propose un traducteur et un accès à tous les groupes (sauf Nokturnal Mortum) ! Inutile de vous dire que nous avons dit « oui » de suite ! Ce sera donc une journée marathon pour les journalistes (et souvent photographes en même temps) qui jonglent entre les interviews et les concerts ! Résultat interview à paraitre de SKALMOLD, Negura Bunget, Celtibeerian, Evohe, Cerevisia, Helroth, BEyond th Styx, Himinbjorg, Messaline.

Niveau concert, beaucoup de découvertes à commencer par Celtibeerian qui m’a collé la grosse claque, un folk Metal qui n’a rien à envier à Finntroll ou Alestorm, une ambiance de folie avec des musiciens heureux d’être là (tellement heureux qu’ils ne sont pas repartis et qu’on a pu croisé souvent pendant le fest). Helroth a lui aussi toucher mon cœur de Païen avec leur Pagan Metal et comment dire, sa flutiste tout simplement à tomber ! Coté groupes déjà vu mais que j’aime revoir, Nydvind et Malmort ont assuré, tout comme Mercyless. Après j’ai découvert Artillery, Skox et Obsession (Ian Fraser en force) mais sans trop vraiment pouvoir donner mon avis. Beyond the Styx, peut être le groupe le plus éloigné de l’affiche a fait le show et je me suis surpris à aimer leur Metal Hardcore ! J’ai complétement zappé No Return car déjà vu aussi et surtout une grosse faim de bière m’a appelé ! Ils nous restent le trio de tête de ce soir, et je vais commencer par les Islandais de Skalmöld qui ont été les chouchous du public, de part leur musique et leur sympathie ! Rarement vu un groupe avec des gars qui sourient autant ! Negura Bunget, là plus dur à pénétrer musicalement, j’apprécie sur CD mais en live, je n’ai pas accroché ! Reste le gros morceau, PRIMORDIAL, que je voyais pour la première fois (après 2 ratés) ! Et je ne fus pas déçu, car Alan a assuré le show, haranguant la foule, hurlant à pleins poumons des chansons devenus des hymnes, comme le premier titre du concert (aussi le premier de l’album) « When Greaters men … ». Il nous a mis sur les rotules !! A noter sur cette journée, une amélioration au niveau de l’enchainement des groupes, malgré la fatigue croissante des bénévoles le festival tient ses promesses. La rivière fut aussi le petit plus malgré l’interdiction d’y mettre les pieds (danger + eau un peu dégeu), je n’ai pas résisté à un petit plongeon avec l’ami Sébastien !

Dimanche

Pffff, dur dur avec cette chaleur d’être à fond la forme dès le matin et c’est donc en courant que j’arrive sur le site pour faire ma première interview ! Il faut l’avouer, le samedi m’a tué et aujourd’hui ça sera un peu minimum syndical. Je rate donc plusieurs groupes pour aller au village viking que j’ai seulement rapidement visité hier, surtout en allant chercher à manger. Et là je suis agréablement surpris par la qualité des troupes, du matériel et de leurs patiences pour expliquer ce qu’ils font. Les combats sont intenses, on sent que ça tape dur mais de façon précise. Bref, la culture Viking s’offre à nous. Allez retour aux concerts pour voir un petit bout de Messaline et d’Agressor (que j’apprécie de moins en moins). Et hop, un groupe culte que je n’ai jamais vu encore, Himinbjorg avec qui j’ai pu parler en toute liberté avant leur show ! Grosse baffe de Pagan Black metal malgré certains titres trop lents à mon gout ! J’avoue, j’ai encore zappé des groupes car je suis tombé sur un vieil ami et ça, ça prends du temps les retrouvailles.

Et surtout, il fallait se préparer pour le concert du festival, Nokturnal Mortum, groupe tant décrié, mais tellement unique que le festival a pris des risques en le faisant venir. Et bien merci à lui car franchement ce fut magique, le public fut comblé (même si on aurait aimé plus de titres encore) et repris en choeur « Ukraine » avec un groupe aux anges !! Merci le Ragnardrock Fest pour ce moment ! On en oublierait presque qu‘Enslaved joue après et bon, pas que je n’aime pas les Norvégiens mais j’avoue avoir écouté d’une oreille, un peu comme au Hellfest la dernière fois. Sans rancune les gars mais bon, vous êtes passés après « le » groupe que tout le monde voulait voir ! Et cette fois, c’est malheureusement fini … jusqu’à l’année prochaine car lors de la conférence de presse l’orga, on nous a déjà promis une seconde édition et déjà de belles surprises au niveau de l’affiche ! Donc pour clôturer ce live report, et pour l’année prochaine, je vais donner mes points à améliorer et surtout ce que j’ai aimé !!

Les gros + :

  • L’affiche de fou !!!
  • Le site de Simandre !
  • le village viking
  • Clément, notre traducteur !
  • la bière
  • Le stand VEGAN !!! Merci à Bigv pour ses repas et ses conseils !
  • La bonne entente entre les médias (Radio Metal Sound, Hard Force, et une autre radio dont j’ai mangé le nom) et photographes (Fanny, Chris, Prince Albert)
  • La rivière qui nous a bien rafraichi !

Les points à améliorer :

  • Le camping (douche, point d’eau, poubelles)
  • Encore plus de stand nourriture (même si le Vegan a attiré les nons végétaliens)
  • L’organisation des buvettes et système de runes !
  • Une sécurité moins tatillon et surtout plus respectueuses des Metalhead (pas tous on est bien d’accord car le gars avec son chien était bien sympa)

Please follow and like us:
error

Fear Factory à la rodia, vous y étiez ?

Please follow and like us:
error

Pas de trêve estivale pour Aim’Rock !
Il est temps de parler de notre nouveau projet qui nous tient particulièrement à cœur ! Le magazine « Le Ténia », qui traite de l’actualité musicale et divergente en Franche-Comté, lancé par des membres et ex membres d’Aim Rock mais aussi d’autres précieuses aides. Nous sommes actuellement en train de distribuer le 1er numéro dans les lieux musicaux de la région (bars, salle de concert, école de musique, disquaire…etc). Il est temps de partager l’info et de propager « Le Ténia » partout (tant qu’on y est) puisqu’il est GRATUIT (et cela le restera) !!! 

Sommaire :

Corosteler / Pinky Bar / Horskh / Membrane / Macadam River / Chronique film et nanar

Pour l’instant, le Ténia est trouvable :
Vesoul : Local Aim’Rock / Café Français / Cave aux sons / Espace Culturel Leclerc
Besançon : Bastion / Le Red House / Data Music Guitare & Batterie / Skate N Roll
Lons Le Saunier : Leonz Café, Doc Music, la Taverne Irlandaise
Dole : Pub Northwitch, Music Boutic

(La liste va être mis à jour au fur et à mesure)

Please follow and like us:
error

Je ne vais pas vous le cacher, j’apprécie énormément Doctor Livingstone et avoir la chance de pouvoir poser quelques questions au Reverend Prick fut un sacré bon moment même si très court. En effet, il devait aussi assurer la basse dans Mutiilation juste après notre entretien. Entrons ensemble dans l’univers du Monde Nouveau.doctorlivingstone_metalinfranchecomte_gally_001

On y coupera pas, une petite présentation du groupe s’impose car je le sais, beaucoup de nos lecteurs ne vous connaissent pas.

Doctor Livingstone, c’est un groupe de Hardcore crée en 1998, 3 albums sont sortis, le dernier comporte une grosse part de Black Metal. Il y a nouveau line up avec Six (Arkhon Infaustus, Sektemtum), PLCD qui compose la plus part des musiques et qui est là depuis le début ainsi que  moi même (Reverend Prick). J’ai produit l’album précédent et j’ai participé au dernier, sorti en février 2014. On prépare un nouvel album pour 2016.

Et j’avoue que jusqu’à l’année dernière je ne connaissais pas vraiment Doctor Livingstone, c’est l’album de Sektemtum qui m’a orienté sur votre groupe. Et aujourd’hui vous jouez un titre, c’était prévu ?

Oui car on a le même line up, on voulait faire plaisir aux gens présents et faire un morceau de Sektemtum,  Aut caesar Aut Nihil, qui fonctionne bien et qui plait bien.

L’album est donc paru en février 2014, quel bilan en tirez vous ? a t il trouvé son public ?

1525485_463346677111110_582711599_n

C’est difficile de savoir car on a pas vraiment de retour et surtout on ne regarde pas les réseaux sociaux. Les concerts sont pleins, les gens sont là, l’album a fait son chemin. Le public est assez mélangé, il y a autant de fan de Hardcore, de Black Metal. On a un public assez éclectique, tout comme notre musique

Car il faut reconnaitre que D L navigue sur divers courants musicaux, du Hardcore au Black Metal, et je vais être franc mais pour moi le Hardcore ne ressort pas tant que ça, je ressent la violence et la froideur du Black Metal, même si certains rythmes n’en viennent pas ? Quelles sont finalement les influences musicales de DL ?

On est influencé par ce qu’on écoute depuis des années, que ça soit des groupes de Black Metal de Hardcore ou même de Metal en général. Quand on compose, on se pose pas de questions, on fait ça par spontanéité, si ça fonctionne on laisse en l’état.

doctorlivingstone_metalinfranchecomte_gally_021

PLCD compose apparemment toutes les musiques, comment se fait le choix entre ce qui pourrait être du Sektemtum et du DL ? car même si les styles sont différents, on y trouve des similarités, comme la voix.

Ce sont vraiment 2 musiques radicalement différentes, PLCD compose puis on intervient sur la direction artistique, les rythmiques, à la fin il en ressort un morceau qui a été fait par tout le monde. On distingue bien Doctor Livingstone et Sektemtum. Pour nous ça n’a rien à voir.

Pour la voix, sur l’album de Sektemtum c’est Meyhna’ch et sur Doctor c’est PLCD et moi meme mais aussi Meyhna’ch.  Il y a un ouveau chanteur dans Sektemtum, Msgr V qui est dans Mordagor et un ancien Bethelem.

Votre passé dans le microcosme du Black Metal Français, intransigeant et étriqué, a laissé des traces … il vous a fallu les bousculer avec le clip de Sektemtum, les énerver avec le trailer de l’album (et sa destruction de symbole), qu’elle sera la prochaine étape ?

doctorlivingstone_metalinfranchecomte_gally_018

C’est pareil, comme pour la musique, pas de réflexion, on travaille de façon spontané. On  fait les choses comme on les ressent. Là où d’autres se griment, nous on suit notre instinct, seulement c’est pas le même que les autres, du coup ça provoque des polémiques, mais on s’en fout complètement.

Il y a 2 clips pour le dernier album, Le et Comtemtpus Saeculi.

En parlant d’étape, quel est la suite des événements, un nouvel album, une tournée ?

Que se soit DL ou Sektemtum, les prochains albums sortiront chez Osmose Prod car Hervé est un ami et on s’entend bien, il fait du bon boulot. La musique ne sera pas radicalement différente car ce sont les même musiciens, la même façon de travailler. On va la faire évoluer mais sans réfléchir encore une fois.

La mise en scène lors de votre show fut vraiment remarquable

C’est comme ça que Doctor Livingstone joue, avec les tenues, ce concept, cette symbolique, c’est un des vecteurs du groupe.

doctorlivingstone_metalinfranchecomte_gally_004

Parlons un coup Hellfest, une vraie envie de jouer dans ce festival ou juste l’occasion de gagner un peu de tune ?

Non car pas de pognon, on est venu nous chercher, on s’en fout si ça plait pas au Black Metalleux, rien à branler si on passe pour des traitres, pas notre problème si ça les emmerde.On prends plaisir à être là mais je ne serai jamais venu en tant que festivalier.

http://www.metal-archives.com/bands/Doctor_Livingstone/3540377955

Please follow and like us:
error

— Collaboration Alienation Part II —
Stéphane MILLER (Réalisation, Video & Montage)
Frédérique CASSASSUS (Actrice)
Antonia WOLF (Voie & Traduction)
COROSTELER (Son & Texte)

Please follow and like us:
error