Bullet for My Valentine – Venom

bfmv_venom_cover 5x5En ce moment, au niveau chronique je navigue entre le Black, le Heavy, le Thrash, le symphonique ! Et bien là, avec Bullet of my Valentine, j’irai pas dire qu’on a un mix de tout ça mais en tout cas on a là un album, de type rouleau compresseur.

Même si je suis le groupe de façon un peu aléatoire depuis ces débuts, Bullet a toujours su me faire apprécier ces albums avec des riffs et des refrains qui rentrent bien dans le crâne. Et c’est encore le cas, beaucoup plus qu’avec leur précédent album. Car c’est bien cela le petit truc en plus de ce groupe, le chant qui pousse tout de suite le public à reprendre les paroles !

Je me fendrais pas d’un titre par titre car pour moi, ils ont au moins cette force d’être tous homogène ce qui rends cet album facile à écouter en une fois ! C’est le genre de groupe qui en live te file la patate. En bref, c’est Rock, c’est Heavy, c’est mélodique (mais pas englué dans les mièvreries), c’est pour toi !

PN_ajouter_panier

1. « V » 1:26
2. « No Way Out » 3:53
3. « Army of Noise » 4:18
4. « Worthless » 3:18
5. « You Want a Battle? (Here’s a War) » 4:14
6. « Broken » 3:39
7. « Venom » 3:54
8. « The Harder the Heart (The Harder It Breaks) » 4:00
9. « Skin » 3:59
10. « Hell or High Water » 4:36
11. « Pariah » 3:46
Please follow and like us:
error

Leaves’Eyes – King of Kings

Kingof-kingscoverJe vous vois venir, je chronique ce CD car la chanteuse est jolie !! Même pas vrai d’abord ! Non ce qui m’a intéressé sur ce nouvel album de Liv Kristine c’est le choix très intéressant de narrer l’histoire de Harald Fairhair, premier roi de Norvège.

Ce choix a donc entrainé une légère évolution musicale de Leaves’Eyes vers un tournant plus Folk  mais sans perdre la dimension Symphonique qui a fait leur succès. On note aussi le retour de la voix énormissime de Mr Krull (Atrocity), reconnaissable dès le premier grognement !! Le titre « King of Kings » est tout simplement d’une puissance à rompre un mur de bouclier et le suivant, « Halvdan the Black » est du même acabit, renforcé par un Chœur mené par Liv.

La suite, c’est une alternance de morceaux folk « Feast of the Year » en instrumental, puis « Vengeance venom » très irlandais dans son début, m’a rappelé un peu ce que tente de faire Nightwish, et bien désolé mais là, c’est Leaves’Eyes qui prends le dessus ! Le résultat est bien plus réussi et cohérent ! Notez le, je dis rarement du mal de Nightwish.

« Edge of Steel » voit l’arrivée en renfort au chant de Simone Simons, et ouch elle envoie aussi cette petite ! Un duo de chanteuses qui vous fait dresser les poils (du bras bande de pervers !!). Et enfin comme dernier guest, rien de moins que Lindy-Fai Hella de Wardruna.

PN_ajouter_panier

1. Sweven 02:03
2. King of Kings 04:47
3. Halvdan the Black 04:22
4. The Waking Eye 04:41
5. Feast of the Year 00:37
6. Vengeance Venom 03:17
7. Sacred Vow 04:20
8. Edge of Steel 05:06
9. Haraldskvæði 03:24
10. Blazing Waters 07:30
11. Swords in Rock 03:01
43:08

 

 

Please follow and like us:
error

LA HORDE – Dystopie

La-Horde-DystopieAujourd’hui je vais vous parler de « La Horde », groupe Lorrain qui tient son nom du roman fantasy « La Horde du contrevenant » d’Alan Damasio. Ces français ne lésinent pas sur les textes brutaux pour parler d’une société qui part vers l’obscurité.

Avec Dystopie, album sortie le 05 octobre 2015, les lorrains nous peignent une toile sombre, ne passant pas par quatre chemin pour nous délivrer leurs visions de notre civilisation. Dystopie signifie la contre utopie. Nous comprendrons donc aisément que les paroles, en français (sauf pour Chan Chan qui est en espagnol), vont être brutales et emplies de chaos.

Les 14 titres, globalement très courts, sont extrêmement variés dans les influences. L’album commence par le très brutal « Soleil noir » qui nous met directement dans le bain. Cette galette à des influences trash comme dans « Le monde inverti », des influences punk, comme dans « Tony »même groove à la sauce PANTERA que l’on retrouve notamment dans les breaks dans « Solitaire » et « Résigné », qui nous permet d’apprécier les lignes de basse de Etienne RICHEFORT. « Les pionniers du Chaos » est sans conteste le titre fort de l’album. je pense qu’il s’agit d’un titre taillé sur mesure pour le live, avec un riff de guitare magnifique.

Le dernier titre est instrumental « La fin des Monde », rien qu’à la lecture du titre, nous supposons qu’il va être brutal, et nous avons raison. L’ambiance brutal et pesante de ce titre clôture à merveille cette galette très bien travaillée. Le son est propre et clair.

Le chant de Franck LAPREVOTE est sans nul doute totalement hardcore. Les paroles sont parfaitement audibles et nous permettent de comprendre leur vision de notre société, qui fait froid dans le dos.

Les membres de LA HORDE, nominés aux victoires de la musique de 2013, nous prouve encore une fois que les groupes français ont un très bel avenir devant eux. Ils sont pleins de rage, et de colère. Un album qui est vraiment à découvrir à mon sens et surtout à écouter en live.

En vous souhaitant une bonne écoute les amis!!!

Xena

Please follow and like us:
error

Khynn – Supersymmetry

album khynnMême si je connais, de nom, le groupe depuis mon arrivée dans la région, c’est lors du concert en première partie de Fear Factory que j’ai découvert la musique de Khynn. Et comme Théophane qui a fait le live report, je fus agréablement surpris par la qualité de leurs morceaux !

Ils nous reviennent donc cette année avec un album qui frôle la perfection, oui oui !! Pourquoi ? car Khynn a su se créer rapidement un univers, tant musicalement que visuellement. Le digipack a lui seul vaut l’achat de ce CD.

Mais revenons à la musique, élément tout de même primordial. Et là le groupe digère sans problème toutes les influences qu’il a avalé tout au long de ces 11 années d’existence. Alors que le précédent album « ANY FEAR CALMS DOWN » lorgnait plutôt vers des contrées scandinaves avec un Death/Thrash mélodique très inspiré par Arch Enemy, « SUPERSYMMETRY » prends l’avion et traverse l’Atlantique pour retrouver le Metal Moderne qu’un Lamb Of God aurait pu nous balancer dans les oreilles. Mais attention, ici point de copie !! Khynn se paye le luxe de reprendre les bases de ce Metal assez technique pour lui incorporer ce qui fait la « french touch » (Puta Madre, comprennent ceux qui peuvent) et qui a fait le succès de Gojira.

Et c’est sur les atmosphères que Khynn se démarque de tous les autres groupes jouant ce type de Metal, comme sur le titre « Into the Supersymmetry » où la voix du chanteur se fait moins agressive, presque plaintive, et où quelques notes de claviers viennent renforcer cette ambiance sombre, oppressante.

L’autre force de frappe, c’est la section rythmique de Khynn, véritable rouleau compresseur avec un groove que ne renierait pas les membres de Pantera. Sur le premier titre, « Tainted Impression », cette puissance est à son maximum et vous donne directement envie de continuer l’écoute de l’album, élément important car parfois on peut planter un album en choisissant le mauvais titre d’ouverture. Ce morceau plante justement le décor, puissance, folie avec cette voix changeante (hurlé, parlé, euh … fou évadé de l’asile) et technicité.

Le reste de l’album alterne titre tantôt Thrash « God in Hell« , balade « Breath inside Me » et mélodique (ça c’est tout l’album en fait).

Donc j’ai cherché, promis j’ai vraiment cherché un défaut mais je n’ai rien trouvé alors du coup avec l’ami Impur Delice, on a décidé de le mettre comme album du mois, tant chez nous que chez Cultura Besançon. Les gars, chapeau !!!

http://www.khynn.net/

Un conseil, tu peux l’acheter et l’écouter chez Cultura Besançon, je dis ça je dis rien mais bon ! tu pourras pas dire que t’es pas prévenu (et en plus je touche rien la dessus)

album mois khynn album mois khynn2

 

 

 

Please follow and like us:
error

Hegemon, partie 1. La genèse du nouvel album

6857_logo

Vendredi 13 Novembre 2015 sortira The Hierarch en édition très limitée puisque seulement 666 copies du cd et 333 du vinyle seront disponibles.

7 ans après le fantastique « Contemptus Mundi », Hegemon revient à la charge et démontre que définitivement, il fait partie des groupes sur qui on peut compter. Avec un Black Métal d’une très grande puissance, teinté de mélodies envoûtantes, parsemé d’acoustiques et de passages qui vous collent des frissons et donnent l’opportunité à l’esprit de s’élever, bref, un album élégant et assurément…Hegemon.

J’ai l’honneur d’interviewer N. Le chanteur du groupe, pour parler de l’album et ensuite, piste par piste, survoler les 8 titres dévastateurs de The Hierarch :

Part 1

Tout d’abord, merci pour cette interview. Rentrons tout de suite dans le vif du sujet et parlons de votre façon de travailler.

Peux-tu nous parler de la construction de l’album, qui compose quoi? Comment la structure se met-elle en place?

merci à toi déjà. Je suis le plus mal placé pour parler de ça, mais disons que tout le travail de composition est réparti entre A et F qui écrivent chacun une moitié de l’album. Ensuite on s’occupe de retravailler tout cela ensemble en prenant en compte les remarques de chacun, puis on termine par le chant. La dessus se greffe les arrangements qui viennent conclure le tout. En gros voila comment se passe le processus.

Quelles sont vos influences musicales et cinématographiques ? Car vous utilisez souvent des samples de films.

Musicalement on ne peut pas nier certaines évidences comme les premiers EMPEROR, IMMORTAL, ENSLAVED, SATYRICON et DISSECTION, et même MAYHEM, IMPALED NAZARENE. Voila à quoi nous avons été élevés en tant que metalleux entre nos 15 et 20 ans. Toute cette scène scandinave, à l’époque émergente, nous a profondément marqués. On a pris nos plus belles gifles musicales à partir de 1991 avec l’arrivée de ces groupes là. Il est donc logique qu’après avoir été consommée, ingérée et digérée elle soit dans le sang et l’ADN musical de HEGEMON.

Quant aux influences cinématographiques, elles ont leur importance, effectivement. Elles remontent à bien plus loin encore dans nos vies respectives, la fin des années 70 et débuts des 80 ont été si riches cinématographiquement… Peut être avons nous toujours conçu notre musique comme la BO de notre propre chaos intérieur sans le savoir… Et de ce fait l’utilisation récurrente de samples est aussi une part de notre marque de fabrique, si tant est que nous en ayons une. Mais les extraits de films que nous utilisons doivent toujours aller dans le sens des morceaux les employant. Ils sont là pour enrichir le propos du titre tout en développant les ambiances que l’on veut appuyer et créer. C’est quasiment un instrument à part entière chez nous. Nous pourrions citer pèle-mêle « L’Exorciste », « Evil Dead », « La Malédiction », « Zombi », « Cannibal Holocaust », « La Neuvième configuration » et des plus récents…Mais ce n’est qu’une infime part de notre « filmographie ».

Vous êtes restés fidèles à Season Of Mist, pourquoi avez-vous limité le nombre de disques? (666 cds et 333 Vinyles ). Est-ce un choix de votre part ou bien celui de SOM?

Le choix vient du Label et de nous, et c’est avant tout une question d’honnêteté intellectuelle envers nous même. Et disons le carrément, nous ne vendons pas assez de disques pour avoir besoin d’en presser beaucoup plus. Alors autant faire une belle édition limitée et point barre. Le LP vient compléter la sortie, ça fait un album tiré à 1000 copies, cela nous suffit. Il faut parfois savoir garder la tête froide sur ses prétentions. C’est pour cela que ça nous fait bien rire quand certains nous expliquent qu’on est sur un gros label et qu’en gros on est « commerciaux ».

La pochette du Vinyle est signée Costin Chioreanu, elle est absolument magnifique, mais j’avoue avoir été surpris par le côté fantastique du dessin. Peux-tu nous parler de votre collaboration ? Ainsi que celle avec Lionel Prats qui lui, a réalisé la cover du livret cd.

hegemon albumJe connais Costin et il avait proposé de bosser avec nous depuis quelques temps. C’est un artiste et un homme incroyable. Nous lui avons envoyé l’album ainsi que les textes et quelques explications succintes sur ce dont traite « The Hierarch », ce sur quoi il se fonde. Et nous lui avons donné carte blanche à partir de là. Et oui, le résultat est sublime, surtout parce qu’il est loin de ce que nous aurions pu imaginer ou concevoir nous même. Et tant mieux! C’était le but. C’est la première fois que nous ne réalisons pas nous même la cover d’un de nos albums. De même que c’est la première fois que nous laissons le soin du mixage à qqn d’autre, en l’occurence V. SANTURA de DARK FORTRESS qui nous a fait un boulot incroyable, mais encore une fois loin de ce que nous aurions fait nous même. LA cover de Lionel Prats, tout aussi superbe, a été réalisée avec une optique plus dirigiste. Nous lui avons donné un peu plus d’indication sur notre « Hiérarque », mais il est surprenant de voir les ressemblances dans le concept qu’il y a entre les 2 covers.

Allez-vous faire quelques dates ? Jouer live est-il quelque chose que vous aimez ?

Nous aimerions vraiment appuyer sur scène la sortie de l’album. C’est ce qui nous fait le plus vibrer, la scène. Malheureusement nous ne sommes pas une entité très reconnue et jouer nous est difficile, rajoutant à cela que nous vivons assez éloignés géographiquement les uns des autres. Mais nous serons à l’affiche du HELLFEST 2016, ce qui nous excite terriblement. Pour d’autres dates, rien n’est encore fait.

https://www.facebook.com/pages/Hegemon/126258830754852

Please follow and like us:
error