Adipocere, toute ma jeunesse

10262111_750337038361823_8950816846672139457_nAdipocere, pour les plus jeunes ça ne veut surement rien dire ! Si vous allez sur Wikipedia, vous aurez une définition sympa sur les cadavres ! Mais ici on parle du label, vpc créé en juin 1992 qui a sorti tellement de bons groupes que la liste est sans fin ! Retenez quand même que grâce à Christian et son équipe, vous n’auriez peut être pas connu Moonspell, Benighted, Himinbjorg, Diabolical Masquerade …

mes achats !
On trouve des trucs bien sympa ! Le Motorhead de Noël ! Lemmy en papa Noël !

Sans compter les signatures sur Oaken Shield avec Nehemah, Crystalium, Temple of Baal, … !

Tout une époque pour moi, souvenez vous quand il fallait appeler pour passer une commande, qu’on demandait à Christian, Vincent ou Christophe les nouveautés ou les trucs sympas ! On pouvait aussi appeler un serveur vocal pour écouter des extraits, un truc de fou à l’époque ! Époque aussi où on pouvait refourguer notre démo K7 avec l’espoir qu’elle soit dans le catalogue ! Bref, je suis vieux et nostalgique de tout ça !

Alors pour faire la promo du Ragnardrock pour notre soirée, je suis retourné chez Christian dans sa boutique installée à Bourg en Bresse. Et que dire, ça fait plaisir de voir l’équipe dans de beaux locaux où les clients peuvent dénicher de bonnes raretés dans un décor bien sympa ! Et en plus, il y a des bières !!

https://www.facebook.com/pages/Adipocere/150711991657667

http://adipocere-shop.com/

Please follow and like us:

Raven – « ExtermiNation »

C’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleurs confitures, cet adage convient parfaitement aux Anglais de RAVEN. Les frères Gallagher n’ont pas perdu de leur énergie, preuve en est avec l’album « ExtermiNation » sorti le 27 avril 2015. Le visuel est hyper agressif. Vous remarquerez également le jeu de mot dans le nom de l’opus.

 

Le groupe a été formé en 1974 à Newcastle en Angleterre, par les Frères Gallagher, John au chant et à la basse et Mark à la guitare. Joe Hasselvander a rejoint la horde en 1987 à la batterie.  Ils sont un des groupes précurseurs du speed métal, trash et heavy métal.  Ils ont été au sommet de leur succès dans les années 80. Ils étaient réputés pour produire de véritables shows sur scène. Avec l’arrivée de nouveaux style, les Raven ont ralenti le rythme des productions de galette, la dernière en 2009 avec « Walk Throught the Fire ».

La bande nous fait faire un petit saut dans le passé et nous propose un son bien à la Raven, c’est à dire du bon vieux old School qui déchire!!! L’album est riche et nous propose pas moins de seize titres. L’album débute avec l’explosif Destroy All Monsters, ils ne font pas dans la dentelle et nous mettent tout de suite dans le bain. L’écoute se poursuit avec le très bon Tomorrow et le très énergique It’s Not What You Got. Vous apprécierez sans aucun doute le sublime solo de guitare dans le titre Fight qui est bien agressif. L’énergie ne faibli pas et se prolonge avec la rythmique soutenue de Battle March Treads (The Blood Runs Red). Par contre je trouve que la balade River Of No Return n’est pas à la hauteur des autres titres.

Il est complètement évident que l’on ne peut pas s’ennuyer à l’écoute de cet album à l’image d’un Sream speed  et un Feeding The Monster multi vitaminé. Cet album donne le sourire et nous permet d’entendre les bonnes vieilles guitares saturées, et les solo de fou!!!!

Bonne écoute les amis!!!

Xena


Please follow and like us:

ARCTURUS – « Arcturian »

Nous allons prendre un peu de hauteur avec Arcturus, groupe norvégien formé en 1987, qui a fait parlé de lui par son originalité et son côté avant gardiste. L’album « Arcturian » n’échappe pas à la règle. Il est d’ailleurs difficile de classer ce groupe dans un genre défini, en effet de prime abord symphonique, puis black et enfin complètement progressif.

L’album « Arcturian » est sortie en 2015 chez Prophecy Productions. Il s’agit du cinquième album du groupe qui a vu son existence mouvementé par une séparation en 2007 et une reformation en 2011. Beaucoup diront que le combo a du mal à produire de nouveaux sons. Pour ma part j’entame l’écoute de cet album avec beaucoup de curiosité.

L’album débute avec Arcturus Sign, belle entame qui confirme l’identité du groupe. Les sonorités électroniques et compositions de Steinar Svern Johnsen sautent tout de suite aux oreilles. Clairement nous entrons dans une autre dimension.  Au fur et à mesure des titres nous changeons d’univers et de galaxie. Arcturus est le nom d’une étoile en fin de vie, à l’écoute du son , il s’avère que le nom du groupe est vraiment pertinent. Crashland est un titre plutôt calme, avec des sonorités orientales. Le clavier est omniprésent et les morceaux complexes.

Angst est un morceaux beaucoup plus black et agressif. Nous avons l’impression d’être dans un film d’horreur, certains passages sont pesants et lourd. Arcturus explore toutes les émotions humaines.

La variété des sons est étonnante, tantôt calme, puis folklorique et après complètement agressive. La voix du chanteur s’adapte à tout ses changements d’émotion.

Les parties électroniques sont l’essence du groupe, cela se confirme avec l’écoute du titre WarpGame Over. Là encore, le paysage musical change. Il s’agit d’une production très riche, menée d’une main de maître par Svern. Nous avons également deux morceaux symphoniques, électroniques, Demon et Journey.

La production de l’album ne nous permet pas d’apprécier réellement toutes les bonnes choses que nous a concocté le groupe. Toutefois, l’accessibilité de cette musique progressive est incroyable, il y a ce mélange d’instruments et de sonorités naturelles avec cette avalanches de son électronique, le mélange est vraiment séduisant.

Bonne écoute!!!

Xena


Please follow and like us:

Kamelot – « Haven »

Voici le onzième opus du célèbre groupe américain de power métal Kamelot fondé en 1991 . Le groupe a du récemment faire face à de grand changements, notamment avec le départ du chanteur Roy Khan. Il  s’agit du deuxième album que nous propose Kamelot avec leur nouveau chanteur Tommy Karevik. L’album précédent « Silverthorn » a réussi à convaincre les fans, notamment avec la tournée du même nom qui a eu beaucoup de succès.

Huit mois de travail ont été nécessaire afin de nous présenter ce nouvel album « Haven ». Kamelot sait ce qu’il peut faire et le fait bien. Il reste dans son registre et n’apporte pas de grandes innovations. L’esthétique de cet album est très élégante et sobre.

L’album débute donc tranquillement par Fallen Star. L’ambiance de cette galette se veut sombre et élégante. le quintet nous propose un voyage dans diverses contrées sombres et romantiques. Les refrains sont accrocheurs, notamment dans les titres InsomniaVeil Of Elysium avec ces très belles envolées lyriques, End of Innocence…. Les mélodies sont très belles mais sont parfois redondantes sur l’album.

Les titres qui pour ma part ont le plus d’intérêt sont Citizen Zero avec sa très belle intro gothique, Beautiful Apocalypse qui nous propose de très bons passages. Il y a également une belle part aux balades, avec Under Grey Skies magnifique balade folk peut être même une des meilleurs balades du groupe depuis leur début, et également Here’s to the Fall.

Alissa White-Gluz, chanteuse de Arch Enemy vient rejoindre la formation de Kamelot sur deux titres, Liar Liar et Revolution. Elle a une voix magnifique aussi bien en clair qu’en extrême. Elle met bien en valeur les deux belles composition du groupe.

La composition des titres est de très bonne qualité, les finitions sont parfaites, cela compense le manque d’identité du groupe. Cela permet à l’auditeur d’être attentif du premier au dernier morceau. Ce n’est pas un album que je retiendrais malgré tout notamment à cause de la répétitions des mélodies, il est certain que les membres du groupe ont du mal à trouver de nouvelles lignes mélodiques. Toutefois, l’écoute est agréable.

Xena


Please follow and like us:

Superjoint Ritual – « Use Once And Destroy »

Petite chronique d’un album qui est sorti il y a maintenant 13 ans. Le groupe Superjoint Ritual a été formé au début des années 90 par Phil Anselmo, Joe Fazzio et Jimmy Bower. Les débuts ont été un peu laborieux. La petite bande a mis deux ans pour enregistrer « Use Once and Destroy »,  sorti le 21 mai 2002 et produit par Dave Fortman aux Balances Studio.

Le visuel de la pochette de l’album annonce clairement la couleur. Les auditeurs sont avertis que le contenu de l’album sera extrême.  Nous pouvons voir un pentagramme avec en son centre une feuille de cannabis et en arrière plan un drapeau sudiste. Phil nous entraîne dans un son underground.

Cette galette est un véritable raz de marée de cris et de sauvageries, alors âmes sensibles s’abstenir. Cela fait du bien d’entendre  du bon gros son.

L’album débute par « Oblivius Maximus » qui est un morceau instrumental qui donne le ton pour le reste de l’album, c’est à dire un son sale et sauvage. Phil Anselmo attaque brutalement le second morceau, « It’s Take No Guts », sa voix est gutturale et puissante. On a même l’impression qu’il va littéralement se déchirer les cordes vocales. Nous avons le droit à un « Everyone Hates Everyone » qui part dans de véritables vociférations qui apporte un véritable climat pesant et malsain. Les morceaux s’enchaînent avec toujours plus de violences et de changements de rythmes, notamment dans le très bon « Fuck your enemy »,  « 4 Songs », « Drug Your Love »...

Les compositions des chansons ne sont pas exceptionnel mais les riffs sont simples et particulièrement efficaces. Le chant de Phil Anselmo nous permet de ressentir toute la rage du groupe. Les paroles des chansons qui s’égrainent sont vomies.

Vous n’allez pas sortir de l’écoute de cet album indemne!!!!

Xena


Please follow and like us:

Marylin Manson – The Pale Emperor

Après deux titres sortis en octobre  » Third day of seven Day Binge » et en décembre avec « Deep Six », le neuvième album studio de Marylin Manson The Pale Emperor est sorti le 19 janvier 2015. Cela fait du bien de retrouver un Marylin Manson plus en forme que jamais. Trois ans après Born Vilain qui n’a pas fait des émules, Marylin Manson a décidé de faire autrement et on l’en remercie.

Cet album est très cohérent. On y retrouve toutes les influences qui ont suivi l’artiste durant toutes sa carrière, à savoir du heavy métal, l’indus, mais également de la pop,  du blues, de l’électro … C’est clairement un album très éclectique mais qui arrive a rester dans une même mouvance. Par contre, et c’est regrettable nous n’ayons pas de titres qui sortent réellement du lot, c’est ce qu’il manque pour que l’album soit exceptionnel. De nombreuses critiques affirment qu’il s’agit de l’album de la maturité, je suis assez d’accord. Après s’être éparpillé, dans le cinéma, les série télé, l’artiste a enfin décidé de revenir à ce qu’il sait faire. Quand on aborde l’écoute de cet album, on est tout de suite plongé dans le monde apocalyptique de MM. Les airs se font beaucoup plus blues et donc plus malsains, une tension est palpable tout au long des titres qui s’égrainent. Pas de hit, mais une œuvre à analyser dans son intégralité. Les morceaux sont ficelés à la perfection.

Les arrangements sur cet album sont subtils et vraiment bien senti, il y a juste ce qu’il faut là où il faut. L’ambiance malsaine et sensuelle est toujours au rendez vous. Notamment sur le titre « Killing Strangers ». « The Mephistophele of Los Angeles« . Je pense qu’il s’agit de l’album le plus accessible au commun des mortels.

L’état d’esprit de cette album reste dans la thématique de la divinité, du narcissisme, des catacombes de notre époque. Bon je crois qu’on ne va pas trop se remonter le moral si on traduit les paroles, toutefois nous pouvons affirmer que MM confirme qu’il est un très bon parolier.

MM part en tournée en 2015 avec cet album, notamment au mois de juin au Hellfest.

Je vous recommande l’écoute de cet album dans son intégralité, il n’y a vraiment rien à jeter.

XENA

Disponible en magasin

ou

Acheter le CD


Please follow and like us: