Nouvelle annonce Guerre du Son, Banane Metalik

16 ème édition – 19 et 20 juillet 2019

Et ça y est c’est reparti officiellement !

La Guerre du son aura lieu le 19 et 20 juillet 2019 à Landresse et vous pouvez déjà acheté vos billets.

On en profite pour parler du 5 ème groupe annoncé !

Le groupe français Banane Metalik a baptisé sa musique « Gore’n’roll » et la décrit comme un mélange de culture cinématographique et musicale.
En multipliant les tournées à travers le monde (Europe, Usa, Canada, Japon, Brésil, Russie….), le groupe est connu pour l’univers et l’énergie communicative de ses concerts.
Au rythme de ces albums, Banane Metalik n’a cessé de renforcer sa popularité, pour devenir l’un des fers de lance européens de le scène rock’n’roll.

Fort de la participation de guests de renom comme #BérurierNoir sur le morceau « Fight la propaganda », le résultat s’avère d’une férocité sans concession.

Si leurs performances scéniques ont contribué à la réputation du groupe, leurs nouveaux morceaux sont un hommage vivifiant à leur culture musicale.
Banane Metalik affirme son identité artistique pour nous révéler : une bande sonore rock’n’roll dont la classe a le parfum du souffre !

Please follow and like us:

Skinned – Shadow Syndicate

Nom du groupe

skinned

Album

shadow syndicate

Label

xenokorp

Date de sortie

mai 2018

LA NOTE
6/10

Skinned est un groupe qui je pense, et c’est bien dommage, ne sait pas mettre ces atouts en avant. Alors on se retrouve avec un album de dix morceaux qui se ressemblent et qui nous lassent. Pourtant si nous tendons l’oreille on remarque bien plusieurs gammes de guitare différentes pour chaque morceau mais recouvertes par tout le reste. Et, finalement, nous n’avons aucune mélodie qui se démarque, rien qui ressort du titre, rien d’addictif qui me donnera envie de réécouter cet album encore et encore.

Bien souvent les intros et outros ne me semblent pas assez travaillées, c’est juste « on commence » puis « on arrête », c’est trop brut. Après vous me direz comment reprocher à un groupe de death d’être brutal ? Je vous répondrais que la violence n’est que plus belle lorsqu’elle n’est, non pas physique, mais morale. Cependant si votre but unique est de se lancer dans un pogo d’enfer je pense que ce groupe vous conviendra certainement.

Enfin ce qui me dérange ici est ce que je me suis permise d’appeler  » un groupe consanguin ».

Je vous explique, lorsqu’un groupe est formé de membres écoutant uniquement du métal et ne jure que par ça, cela nous donne un groupe consanguin. Ne cherchant pas ailleurs leurs inspirations ils n’ont rien de particulier, toujours le même mode à la guitare, le même rythme à la batterie. Et puis, la consanguinité, c’est mal.

Bien sûr tout n’est pas blanc ou noir, alors j’ai noté trois morceaux qui pour moi se démarquent des autres.

Le premier Wings of Virulence pour l’apparition d’une partie de piano très réussie.

Le second As their bodies fall par ce côté très crade et « mal enregistré » donné dès le début avec la ligne de basse seule en intro (intro qui se démarque enfin des autres), et puis cette batterie, qui me semble être la seule enregistrée correctement, nous perd avec un rythme impossible à retenir : une fois dans le temps, l’autre en contretemps.

Et enfin le mieux réalisé est le morceau uniquement instrumental Black rain, même si je n’ai aucune raison concrète à vous donner maintenant.

Ce groupe est bien sûr très pro, mais il manque une certaine flamme à mon goût

Membres du groupe

Greg Keenan – Bass

John Meyer – Vocals

Travis Weickum – Guitar / Vocals

Connor McLaughlin – Drums

Please follow and like us:

Born Again – True Heavy Nation

Nom du groupe

Born Again

Album

true heavy nation

Label

pride and joy music

Date de sortie

décembre 2018

LA NOTE
9/10

Nos petits chouchoux de Born Again sont de retour avec un nouvel  album après un premier essai il y a 2 ans. « Strike with power » avait déjà montré le sens du riff des bisontins, cette facilité à pondre des refrains qui restent dans la tête.

La pochette réalisée par Stan W Decker met en scène des thrasheurs démolisseurs de zombies

Et là en un seul titre, «No guts No glory » mets tout le monde d’accord, ils n’ont rien perdu de la recette du précédent.  Le son est encore meilleur, une production qui rends honneur à chaque note, signée Pierre Emmanuel  Pellisson.

Et avec « Ghost Rider », Born Again rends encore hommage aux grands de la musique Heavy Metal, ce titre a un petit côté NWOBHM, Chris Savourey se fait plaisir !!

Petit ralentissement de rythme sur « King of Pain » et « Children of the Storm », un break bienvenu avant un reprise en mode Rock’n’Roll sur la reprise de « You can’t Stop Rock’n’Roll » de Twisted Sister !

Le titre éponyme est finalement mon préféré, un refrain qui reste en tête (comme « Betrayed » sur le précédent album) et un groove, mode rouleau compresseur. La suite est tout aussi intéressante, les titre s’enchainent facilement, les solos de Chris sont de plus en plus élaborés, ce mec est définitivement un dieu de la guitare !! Il pond des notes ultimes !!

J’avoue que mon avis est assez limité, dans le sens où Born Again joue un Heavy Metal carré, extrêmement bien joué, il n’y a rien à jeter dans cet album !! Si « Strike with Power » vous avez séduit, cette fois vous allez tomber dans les bras de nos bisontins !

Membres du groupe
Thierry (vocals)
Chris (guitars)
Christopher (bass)
Pich (drums)
 
Please follow and like us:

Kiki Festival, au Farmer à Lyon – le 19 janvier 2019 – Live Report by Lola

Vous connaissez Kiki ? …Mais si ! Vous savez bien : La peluche ! Le petit singe des années 80 avec sa tétine ! Ça y est , ça vous revient ?? Et bien Kiki, il a bien grandit depuis. Et vous savez quoi ? Il est devenu un vrai rocker… Du rock poilu quoi ! Chaque semaine, il anime une émission, avec l’aide de Bastien, son « Humain » : « Le Rock à Kiki ». Le menu se veut efficace : une première heure en live avec des découvertes de morceaux, d’artistes, des anecdotes Kikiesques, des intervenants qui se frotteront au pelage mi-soyeux mi-metalleux de cette peluche, et d’autres surprises à découvrir ! Ensuite, car c’est là l’essence même de cette émission, des Kikinterviews exclusives, loufoques, sérieuses, drôles, ambitieuses, bref… Kikiesques ! On se retrouve au cœur du sujet, au milieu des artistes eux-même, ou en live sur les concerts. Tout ça c’est en direct sur « Rockenfolie, la Radio », mais aussi rediffusé par toute une panoplie de partenaires : LNA Radio, RadioHeavyMetal, Indé Spirit, Radio Metal Sound, Canal Fuzz Radio. Grâce à son micro impitoyable et sa gueule d’ange, Le Rock à Kiki vous dévoilera toute l’actualité des artistes !

Mais ce soir, Kiki a ajouté une nouvelle corde à son arc. Il s’est mis dans sa petite tête de singe l’idée de créer son propre festival ! Alors du haut de ses 15 cm à peine, il a ameuté ses copains musiciens, il est allé s’envoyer 2 ou 3 jus de bananes (au rhum ?) dans son bar à concert préféré, et le tour était joué : Le premier « Kiki Festival » est né.

Photos des lieux et de Kiki / Kikette

En ce samedi 19 janvier, le Farmer à Lyon a ouvert ses portes au public venu en masse dès 18h. Les hostilités ont commencé par l’interview de 3 groupes présents ce soir. Ces interviews seront bien sûr rediffusées lors des prochaines émissions du singe.

Photos des interviews

Ensuite, les premiers musiciens sont montés sur la petite scène. Histoire de commencer tranquillement, Kiki a proposé 2 sets acoustiques : Anthony, de « Mauvaise Pioche » a eu la lourde tâche de débuter la soirée. Le gaillard est seul du scène avec sa guitare, sa voix un peu « rock’ailleuse » et sa bande son. Il est seul mais il fait tout : Il a écrit les paroles et la musique de ses chansons, et sa bande son, c’est lui qui l’a construite de A à Z avec son synthé et son ordinateur. Il a des projets plein la tête et fait partie de plusieurs autres groupes tels que « Guérilla Poubelle » ou « Intenable ».

Photos de Mauvaise Pioche

« Intenable » justement, ils n’ont pas pu tous venir depuis Bordeaux ce soir, mais Kévin, le chanteur et guitariste du groupe a interprété une partie de leur répertoire, accompagné de Romain au Violoncelle. Un duo original, typé pop-Rock, qui semblait manquer un peu de punch. Hé oui ! Normalement « Intenable » c’est le son des guitares électrique saturées et la frappe d’un batteur. C’est sûr qu’en acoustique ça rend peut-être un peu moins bien.

Photos Intenable

Place maintenant aux 3 têtes d’affiches ! On installe la batterie, on branche les amplis, les guitares, les basses, et on fait monter les filles sur scène.

Quoi ? Qui a osé imaginer que Kiki avait fait venir les pom-pom girls ? Là vous n’y êtes pas du tout. La peluche a invité les plus belles rockeuses du Pays de Montbéliard, où elles ont « grandi » entre les murs de l’Atelier des Môles. « Les Fallen Lillies » sont dans la place Messieurs-dames : Marine à la batterie, Ludivine à la basse, Laura à la guitare et Hélène au chant et à la guitare. Elles envoient un heavy rock garage à rendre admiratif un certain nombre de metalleux endurcis !

Photos Fallen Lillies

La soirée se poursuit avec « Massaw ». Eux viennent de Dijon. Et je crois bien qu’ils sont venus avec leurs groopies ! L’ambiance est bien montée avec les filles alors cette fois ça chante, ça pogote dans le petit espace entre la scène et le bar. On a même droit à un mini-slam ! Le groupe définit son genre dans la catégorie Indie Punk… Pourquoi pas ?! C’est un punk rock aux influences américaines.

Photos Massaw

On clôture la soirée avec « Rainchek ». C’est un groupe Lyonnais de punk rock également qui s’est formé il y a 5 ans, comme les 2 précédents d’ailleurs. Ils n’ont plus 20 ans mais ils ont la passion qui coule dans le sang. Alors de temps en temps, ils mettent de coté pour une soirée leurs vies de famille et ils se retrouvent pour une répétition ou sur une scène. Ils savent tenir la scène et envoient de très bons riffs.

Photos Raincheck

La soirée se termine autour d’une bière à refaire le monde. Mais passé minuit, une petite surprise attend Bastien, l’humain de Kiki : Nous voilà le 20 janvier ! Et cette nuit, c’est son anniversaire ! Alors Happy Birthday Bastien ! Hé hé ! On ne s’offre pas tous les jours la création d’un festival de rock pour son anniversaire !

Lola Photographie – Laurence AMIELH

Please follow and like us:

Defeated Sanity – Prelude to the tragedy

Nom du groupe

defeated sanity

Album

prelude to the tragedy

Label

xenokorp

Date de sortie

2017

LA NOTE
5.7/10

En 3 notes on sait déjà à quelle sauce on va être mangé ! La voix, la batterie typique et les guitares morbides ! Aucun doute Defeated Sanity fait du Brutal Death Metal ! Et pas la version soft, la bien crade !! Ici point de dentelles, c’est décomposition, mutilation, horreur à tous les étages !

Le souci de ce genre d’album, c’est qu’il n’est ni bon ni mauvais, il est malheureusement assez prévisible. Les titres s’enchainent sans qu’aucun ne reste en tête !

Donc finalement, un cd pour les fans de Suffocation et Cannibal Corpse mais on peut aussi rester sur les maîtres.  Pas besoin d’en dire plus c’est bien fait mais ça laisse sur sa faim.

Membres du groupe
Lille Gruber – Drums
Jacob Schmidt – Bass
Christian Kühn – Guitar
Josh Welshman – Vocals
 
 
Ville d’origine
Berlin/Hamburg/Schweinfurt/NYC
Please follow and like us:

Membrane, sous toutes ces coutures

Mine de rien cela fait depuis les années 2000 que Membrane écume les salles de concerts et sort de façon régulière des cds. Alors à l’occasion de la sortie de « Burn your bridges », il fallait qu’on leur pose quelques questions !

C’est une tradition (moisie comme toutes les traditions), mais chez nous on aime bien commencer par une petite bio, qui ? quand ? quoi ? mais pourquoaa ???

Ok, alors ça risque d’être un peu long parce que le groupe s’est formé il y a bien longtemps, a sorti pas mal de disques, fait pas mal de concerts et a connu différents line up aussi. Le groupe a commencé au début des années 2000, je suis dans le groupe depuis 2013. En tout il y a 5 albums, 2 splits (avec Sofy Major et Revok) et 2 EP, plus des titres sur des compils (Tribute à Tantrum ou Unsane). Même si le groupe en est à son 5e changements de line up, il y a une continuité artistique entre les disques. A l’heure actuelle, le groupe est composé de Nico à la guitare qui est le membre fondateur, de Nico (un autre Nico) à la basse qui joue dans Jäger Blaster également et qui est là depuis avril 2018. Et de Max (donc moi) à la batterie, je jouais dans Run of Lava avant. Difficile donc pour moi de te parler des 3 permiers albums car je n’étais pas dans le groupe mais avant de jouer dans Membrane, j’aimais le style du groupe mélangeant Noise, Rock, metal, hardcore… Mon album préféré est « Story of Blood and Violence » qui est le 2e album. Ensuite le tempo a ralenti un peu avec l’album « Reflect your Pain » en 2015, c’est plus sombre, moins alambiqué, plus rampant mais c’était voulu. Et là on sort le 5e album « Burn your bridges ». Niveau concert, le groupe a toujours tourné de manière régulière et pas forcément que dans la région mais partout en France et en Europe.

Quand on parle de Membrane, c’est souvent le style post Hardcore et le noise qui sont mis en avant, êtes-vous plutôt d’accord avec cette description ou est-elle bien trop réductrice ?

Non, on va dire que c’est ça dans les grandes lignes. Après les étiquettes c’est toujours forcément un peu réducteur. Surtout avec le nouvel album en fait, où la base reste la même donc Noise Rock mais on a incorporé d’autres influences qui nous tenaient à cœur comme des passages folks, du sludge, des consonances gothiques… Bref on essaie de faire évoluer le truc sans le dénaturer. J’écoute beaucoup en ce moment un groupe qui s’appelle Thou et les mecs sortent ce qu’ils veulent sans se soucier des étiquettes justement, un album de black/sludge, un EP acoustique, un EP de reprises de groupes de grunge notamment. Ils s’en branlent des étiquettes quoi. J’aime bien leur philosophie.

Mine de rien, depuis les années 2000, vous n’avez pas chômé entre tournées et sorties CD / split, et voilà 2019 qui s’annonce avec un nouvel album « Burn your Bridges », pouvez nous en parler un peu ?

Difficile d’en parler car on n’a pas encore trop de recul dessus mais je pense qu’il est dans la continuité des autres albums en mieux ahahah. Musicalement c’est le truc le plus varié qu’on ait fait. On passe de morceaux aggressifs à des trucs plus calmes. Comme je te disais, on a essayé aussi d’incorporer des passages un peu nouveaux. Bref on fait évoluer les choses petit à petit. Pour le son, on a fait appel à Mathieu Kabi du Indie Ear Studio vers Montbéliard. On voulait prendre notre temps et Mathieu n’a pas compté ses heures. On voulait aussi le mixer avec lui et pas faire ça à distance comme pour les derniers. Il a fait un super boulot. L’enregistrement s’est étalé sur plusieurs sessions de juin à septembre 2018 dans une très bonne ambiance. Le mec est à l’écoute. C’est notre pote, il nous fait parfois le son en live, ça aide forcément pour la communication. Ça sort le 11 fevrier en CD et Vinyl via notre propre label Blind Prod et le label numérique Atypeek Music. Il est commandable dès maintenant sur membraneband.bandcamp.com

Les 3 titres que j’ai déjà pu écouter, montrent un album sombre, avec des influences un peu plus heavy « Childhood Innocence » m’a même fait penser aux copains de Hellbats et BZP, je déraille ?

Ahahah… Alors là oui tu dérailles complétement…. Non je te charrie. Si c’est ton ressenti, ok pourquoi pas. On est mal placé pour parler de notre musique finalement, on a trop la tête dedans. Mais c’est sûr que ce n’est pas des groupes qui nous influencent lorsqu’on compose dans Membrane. J’adore Hellbats, particulièrement l’album « One minute suicide ». Leur période plus dark, je suis bien fan.

Une sortie d’album annonce souvent une tournée, est ce qu’on va vous voir sur scène ?

Oui, on part en tournée en fevrier avec Sofy Major pour 8 dates. On a aussi quelques dates de confirmées à droite à gauche qu’on annoncera bientôt. Et aussi un projet pour une 2e tournée en juillet, à confirmer. Sinon on est toujours à la recherche de plans sympas donc si des assos sont chauds pour nous faire jouer, ils peuvent nous contacter.

Vous qui êtes de Haute Saône, c’est l’occasion de parler de la scène locale qui bizarrement comporte une tripoté de bons groupes mais qui ont du mal à s’exporter, même si on voit certains petits jeunots jouer sur de grandes scènes en ce moment, qu’en pensez-vous ?

Il y a peut-être pas mal de groupes en haute saône en effet. Après, c’est de plus en plus difficile de trouver des dates, c’est un fait ! Donc ça ne doit pas jouer en leur faveur. Le débat est sans fin en ce qui concerne la recherche des dates, c’est un travail ingrat et difficile. Encore plus quand ce n’est pas dans ta région. Pour les petits jeunots, tu dois faire référence au groupe Truckks j’imagine. Je trouve que ce qu’ils font est excellent. Je les ai vu 2 fois en concert et c’était vraiment bien. Des bons gars. D’autant que je suis prof et que je les ai eus comme élèves dans le lycée où je bosse. J’ai pu suivre leur évolution, vraiment cool. 

Souvent on demande aux groupes quel(e)s sont les musicien(ne)s qui les ont influencés, vous n’y couperez pas !

Pas de musiciens en particulier mais les groupes qui nous mettent d’accord sont Neurosis, Unsane, Metz, Breach, Amenra, Wovenhand… Les classiques dans ces genres musicaux. Pendant la conception de l’album, j’ai pas mal écouté des trucs comme Perturbator, King dude, Anna Van hausswolf, Type o negative…Ça a peut-être joué un rôle dans les compos…

Merci à bientôt sur les routes !

Merci à toi pour ton activisme et ta réactivité !

Les membres : 

Nico, guitars / vocals (2000 – present)
Max , drums (2013 – present)
Nico, bass / vocals (2018 – present)

Please follow and like us: