Disowning – Battle of Nevemess

Nom du groupe

DISOWNING

Album

Battle of Nevemess

Label

XENOKORP

Date de sortie

mai 2018

LA NOTE
7.6/10

Je pense que les groupes Franco Canadiens doivent se compter sur les doigts de la main d’un menuisier alcoolique. Et ceux dont la carrière a pris un coup de boost en peu de temps, encore plus rare !

C’est donc chez Xenokorp que va sortir le premier album, mais en attendant c’est une compilation comprenant 1 titre inédit « Battle of Neverness » et 4 titres de la démo de 2005. Disowning officie dans un Death Metal Technique diablement bien réalisé. Avec des breaks à vous décrocher la tête, le groupe enchaine les morceaux comme Jerome le Banner les High Kick.

Quelques influences Nile ressortent par moment notamment sur « Human Cattle ».

On doit maintenant attendre que ce premier album soit dans les bacs pour voir si Disowning confirme ses grandes qualités !

 

Line Up
Vocals : Jesus « The Butcher »
Guitar : PeB
Guitar : Jérôme
Bass : Adrien
Drums : Max
 
Ville d’origine
Poitiers (France) / Québec (Canada)
Please follow and like us:

Wardruna – Skald

Nom du groupe

Wardruna

Album

Skald

Label

By Norse music

Date de sortie

2018

LA NOTE
10/10

Après une trilogie éprouvante pour son auteur mais tellement importante pour les auditeurs avides de sons d’un autre temps, Wardruna  est de retour avec un album intimiste. En effet, pour ce cd, Einar est seul, ne s’accompagnant que d’un seul instrument, pour narrer les histoires autrefois raconter par les scaldes, ces poètes vikings qui faisaient résonner les sagas.

Composé de 10 titres dont 3 « reprises » des anciens albums, « Voluspa », « Fehu » et « Helvegen », « Skald » propose des morceaux portés par la voix envoutante d’Einar, véritable instrument à lui tout seul. Même si la langue m’est inconnue, il est facile de se laisser transporter dans l’ancien Monde, de naviguer, de ressentir les émotions des habitants de cette époque.

Et que dire de ce morceau a capella de 15 min, « Sonatorrek » se vit intensément, telle une transe chamanique, encore une fois la voix est juste magnifique.

La version de « Helvegen » est presque meilleure que l’originale, la chanson idéale pour cette fin d’année, installer près de la cheminée, en famille même si les paroles ne sont pas une ode à cela c’est le ressenti  que j’ai en l’écoutant.

Et pour conclure, car il se fait tard (ou tôt c’est selon), il est 06h09, et j’écris cette chronique en me disant que Einar Selvik a réalisé le meilleur hommage à la culture scandinave.

A noter que le livret comprends les paroles traduites en anglais ainsi qu’un texte qui explique les scaldes.

1. Vardlokk
2. Skald
3. Ein sat hun uti
4. Voluspá (skaldic version)
5. Fehu (skaldic version)
6. Vindavla
7. Ormagardskvedi
8. Gravbakkjen
9. Sonatorrek
10. Helvegen (skaldic version)

Please follow and like us:

Asmodée « Aequilanx »

Nom du groupe

asmodée

Album

aequilanx

Label

Battlesk’rs

Date de sortie

2018

LA NOTE
9.2/10

Que ça fait bizarre de chroniquer une démo que j’ai eu en main il y a de ça une éternité, on prend un coup de vieux, on repense à une époque « bénie » où le Black Metal n’était que violence, dégout et rejet des religions, que s’impliquer dans cette scène était un pas dans l’extrémisme, la transmission de cette musique se faisait via des échanges de démos ou par les fanzines papiers !

On dirait que je vous donne des nouvelles du front, mais à l’époque c’était ça, on voulait la guerre. Et puis les années ont passé, internet a flingué tout ça et les vieux cons ont vu évoluer ce style vers le commercial, l’opportunisme musical.

Donc cette démo date de 1997, elle fut la seul e pour ce projet mais les 2 créateurs ont sévi dans Cantus Bestiae et S.V.E.S.T .

4 titres avec un son, certes un peu raw mais pour l’époque c’était plutôt normal, dont les influences sont assez facile à trouver et se situent totalement dans la scène norvégienne, chaque morceau me plonge dans les premiers Emperor, période « Wrath of the Tyrant », quel plaisir de réentendre ses notes oubliées, cette puissance brut sans artifice !

Je sais, je sais … je fais encore mon vieux con mais que voulez-vous je ne vais pas changer à mon âge et je reste à jamais un nostalgique des années 90/2000. Donc si vous êtes comme moi, jetez-vous sur cette réédition digipack à 333 exemplaires que le label Battlesk’rs a bien voulu nous ressortir !

Spica (Vocals)
Stephen (Guitars, Keyboards)
Shade (Guitars)Charon (Bass)
Gregor (Drums)

Please follow and like us:

Ephedryne – Effets secondaires

Nom du groupe

Ephedryne

Album

Effets Secondaires

Label

autoprod

Date de sortie

2017

LA NOTE
6.2/10

Ephedryne commence à avoir une belle expérience de la scène, je dois les avoir déjà vu 2 fois et je suis ressorti de chaque live avec un avis mitigé, c’est surement l’une des raisons qui font que je chronique ce cd 1 an après sa sortie. J’ai pris le temps de m’enlever cet apriori avant de donner un avis le plus objectif possible.

Commençons par un point positif, le digipack est vraiment bien fichu, réalisé par Pink Art Roz, chanteuse du groupe. Autre point, le son est cristallin, un vrai travail qui mets en avant tous les instruments.

Coté style musical, Ephedryne oscille entre Rock et Metal, sans que l’un ou l’autre ne prenne le dessus, un juste mélange. Le point qui me pose soucis, et je l’avais déjà évoqué dans un report, c’est le chant, féminin et en français.  Rose se démène pourtant, il y a l’intention, le phrasé mais le manque de puissance est pour moi un problème. Néanmoins, cette impression s’atténue sur plusieurs morceaux, souvent car la voix est doublée.

Je pense que l’apport de la voix masculine devrait être plus systématique, elle permettrait un gain de puissance et d’intensité.

Ma foi, Ephedryne possède une marge de progression, car côté technique ça suit largement.

Membres du groupe
RoZ – – > chant // lead
EdY – – > batterie // samples
– – > basse // choeurs
JoC – – > guitare // choeurs
GaN – – > guitare // choeurs
 
 
Ville d’origine
Vesoul // France
Please follow and like us:

Les 35 ans de l’Atelier des Môles – décembre 2018 – Live Report by Lola

Les 35 ans de l’Atelier des Môles – décembre 2018 – Live Report by Lola.

En ce début d’année, je vous souhaite à tous une excellente année 2019, pleine de bonheur, de rires, et de bons concerts ! A l’Atelier des Môles, on entame la 36e saison ! Vous imaginez !… Hé oui… on a fêté les 35 ans de cette association début décembre !

Le 17 décembre 1983, Sabino, Denis, Doudou et quelques autres étaient déjà là. Ils ont ouvert les portes de l’Atelier des Môles pour la première fois au public. A l’affiche, les Black Angels et Stunners. Le prix d’entrée avait été fixé à 30 francs…

Depuis, plus de 1000 concerts ont suivi cette première fois ! Denis a immortalisé toutes ces soirées jour après jour derrière son objectif. Imaginez la photothèque qu’il possède ! C’était l’occasion de proposer une belle expo-photos* qui retrace ces 35 années de concerts.

En cette soirée anniversaire, entre deux petits toasts apéros, on refait le match : les anciens se sont remémoré les premières années, la sono a égrainé une toute petite partie des milliers de chansons qui ont fait tremblé les murs de la salle obscure, le public est venu trinquer à la santé de cette salle devenue mythique sur le Pays de Montbéliard et bien plus loin aussi… Si les murs pouvaient parler, ils en auraient à dire, eux qui ont tellement « sué » au cours de ces centaines de soirées au rythme du Rock, du Punk, du Metal, du Blues, du Stoner et j’en passe ! A eux aussi je souhaite, non seulement une Bonne Année 2019 avec une super prog comme d’habitude, mais aussi plein de bon son pour les 35 prochaines années !

*L’exposition photo de Denis BRETEY restera visible jusqu’en juin 2019.

Lola Photographie – Laurence AMIELH

Please follow and like us: