Live Report Suicidal Tendencies au Moloco du 14 avril 2017

Après une semaine de travail extrêmement chargée et énormément d’heures au compteur, je vois arriver avec impatience la fin de journée. J’attends mon pote Lionel qui vient de Dijon pour venir me chercher. A peine le temps de se changer et hop, le cul dans la bagnole direction Le Moloco pour voir une soirée das le cadre de l‘IMPETUS FESTIVAL. Le trajet avec les albums des Suicidal Tedencies, passe très vite. Nous voilà enfin arrivés. Il y a un monde fou, en effet deux jours avant la salle annonçait que le concert était complet, ce qui se confirme avec l’impressionnante foule qui se presse devant les portes de la salle. Les portes s’ouvrent nous nous engouffrons et nous dirigeons directement vers le bar, une petite pinte nous fait du bien après cette semaine de boulot intense. Nous faisons le tour retrouvons des amis que nous n’avions pas vu depuis longtemps. Nous nous dirigeons vers la scène car les balances se font plus précises, les lumières s’éteignent et Wendy’s Surrender Before arrive sur scène, je n’ai pas vraiment apprécié le début du concert, et ne suis pas restée dans la pièce d’ailleurs. Je trouve que le chanteur n’avait pas trop de voix, et que tout simplement c’est un style que je n’aime pas trop.

Quelques minutes plus tard, nous retournons dans la salle de concert pour voir 22 BELOW un groupe hollandais de métal atmosphérique. Je ne connaissais pas du tout cette formation. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle n’avait pas vraiment sa place avant un concert de SUICIDAL TENDENCIES. Le groupe est loin d’être mauvais, la chanteuse, très mignonne aux dires des copains, a un très beau grain de voix. Néanmoins, nous n’avons pas vraiment compris la cohérence avec la soirée, dans la mesure où cette musique a un rythme lent, presque introspectif, avec des envolés lyriques pas du tout dans l’énergie de la tête d’affiche. Logiquement le public a énormément réagi, une bonne partie a quitté la salle et pour l’autre partie ils se sont posés la question sur la cohérence de cette première partie. Je pense que le public présent n’était pas forcément prêt à écouter ce groupe. Ce n’était ni bon, ni mauvais, mais pour ma part sans grand lien avec les SUICIDAL TEDENCIES.

Nous  prions pour que SUICIDAL TEDENCIES soient au top pour rattraper ce début de soirée un peu maussade. les lumières s’éteignent, puis se rallume, ça y est maintenant on y est. Les premières notes commencent à résonner, et le public commence déjà à se chahuter, tel un électrochoc, le concert démarre sur les chapeaux de roue et ne ralentira pas jusqu’à la fin du concert, le pit ne cessant de s’aggrandir. Le moins que l’on puisse dire c’est que le groupe est exrêmement généreux, tape dans les mains du public. Leur énergie est extrêmement communicative. Le line up franchement au top, avec un Mike Muir plus énergique que jamais, la batterie puissante et brute de Dave Lombardo, Dean Pleasants extrêmement généreux aux solos précis, la basse groovy de Ra Diaz et Jeff Pogan  à la guitare. Il faut dire que le son est extrêmement bon et très soigné, ce qui nous permet d’apprécier toute la valeur de ce groupe. Les californiens ont absolument mis le feu à la scène, occupant tous l’espace. Faisant monter une bonne partie du public sur scène, donnant une impression de joyeux bordel!!

Les morceaux s’enchaînent, le set est axé sur leur nouvel album World Gone Mad, mais des morceaux plus connus sont également présent comme le Clap Like Ozzy ou encore Instiutionaliz. Une ambiance au top, il faut dire qu’à la sortie du concert nous étions tous crevés car nous avions absolument tout donné dans le pit. Un bon concert donc qui à parfaitement rempli son rôle, nous repartons donc satisfait du concert.

A bientôt les Amis!!! Stay Brutal!!!!

Xena

Enregistrer

Please follow and like us:
error

Le Bal des Enragés

/Concert du Bal des Enragés à la Rodia organisé par l’association « le Bruit qui Pense ».

Me voici en route le vendredi 21 octobre 2016 pour le concert du BAL DES ENRAGES. C’est pour moi le premier concert dans la salle de la Rodia de BESANCON. Et oui, il était temps. Je reste quelques minutes à l’entrée de la salle de concert pour tester un peu l’ambiance. Il faut préciser que le concert affiche complet ce qui n’est pas négligeable du tout. Quelques aficionados se pressent déjà devant les agents de sécurité qui les font passer au compte gouttes. Je rentre dans la salle, et rencontre pour la première fois un ami métalleux du hellfest kult et oui il était temps. Petite mention spécial pour Lionel !!!!

Nous entrons dans la salle, l’ambiance est déjà électrique.  J’en profite pour découvrir la salle qui est vraiment pas mal, elle est petite mais bien agencée. Le Bal des Enragés est un collectif qui rassemble des musiciens appartenant à plusieurs groupes tels que Parabellum, Lofofora, Tagada Jones, Loudblast, Aqme et autres. Leur truc à eux se sont les covers, donc il est certains que l’on va s’égosiller sur nos morceaux préférés, passant de AC/DC, à MOTORHEAD. Il est 21 heures et  La troupe se présente alors sur la scène et tous le public les acclame et là c’est parti pour trois heures de chaud non stop. Le moins qu’on puisse dire c’est que c’est sportifs, les pit s’enchaînent, nous avons même le droit a un petit braveheart. Une mention plus plus pour Vince de Aqme qui est particulièrement en forme et à un chant exceptionnel ? C’est du bonheur pour les oreilles. Pour un premier concert à la Rodia, je peux dire que je suis entièrement satisfaite. Les morceaux connus s’enchaînent. Je n’ai pas arrêté de bouger même pas une minutes. Une jeune femme, Klodoa Sparkling, performeuse, nous épate avec des shows et les tenues légères qui ne laisse pas indifférent les mâles de l’assemblée. A coup de disqueuse, et show de flammes, le moins que l’on puisse dire c’est qu’on en prend pleins les mirettes, et il est vrai que cela fait du bien et qu’on se défoule.

Côté son, les titres se succèdent avec plus ou moins de qualité, certains morceaux sont faux ce qui entache un peu le spectacle qui est dans son ensemble de qualité.

J’ai en tout cas pour ma part, passé un très bon moment et rencontré de nouvelles personnes, et c’est ce qui compte.

Stay Brutal les amis !!!!!

 

Merci beaucoup à Clément Airiau de l’association Pix’scène pour les photos !

Please follow and like us:
error

Mon Hellfest 2016 Day 1 by Xena

Salut les amis, donc ça y est le Hellfest 2016 est terminé malheureusement toutes les bonnes choses ont une fin, néanmoins, je vais revenir avec vous sur ces trois jours de gros sons pour refaire revivre ou vivre à nouveau ce festival.

13501920_10153853810503681_6069934354510486045_n

Hieronymus et moi même avons quitté la Franche Comté le jeudi 16 juin très très tôt à quatre heures du matin. Pour tout vous dire j’étais tellement excité comme une puce que je n’ai pas fermé l’œil de la nuit. Donc c’est au petit matin que nous quittâmes le pays franc comtois en direction de la Loire Atlantique et plus précisément Clisson, petit village pittoresque. Après beaucoup d’heures de route, environ sept heures, nous arrivons enfin sur les terres sacrées. La chariotte garée, nous étanchons notre soif avec une petite mousse bien méritée. Le montage commence peu après, avec les retrouvailles des amis laissés au même endroit un an plus tôt. C’est bon nous y sommes. Tous les ingrédients pour passer des moments inoubliables sont réunis. La première soirée est pour ma part passée au Klub du Cult.

Le lendemain matin les choses  sérieuses commencent. Je me rends donc sur le site du festival. Après une heure d’attente, due au nombres impressionnant de festivaliers et du renforcement de la sécurité, nous parvenons enfin à entrer sur le site. Nous notons quelques changements sur la première partie du site, le skate park a été déplacé, les main stages notamment la première paraît plus grande… Le changement le plus impressionnant est celui de la Warzone, qui a été complètement métamorphosée. Nous avons l’impression d’être dans la cour d’une énorme prison. Une statue géante de Lemmy trône sur une cour réaménagée avec des snack. La scène quand à elle a été agrandie. Des marche formant un amphithéâtre lui fait face. C’est grandiose. L’organisation du festival chouchoute ses festivaliers.

Les concert commence pour moi avec Cruachan, groupe de black métal. Ils sont vêtus de costumes celtiques. Leur set est accrocheur. Nous sommes transportés dans les contes celtiques. Au cours du concert une chanteuse les rejoins et ils entament « Ride on », un hymne magnifique. Je suis conquise par ce groupe. La force du black métal et de la musique celtique est bien respectée, ils forment une très belle harmonie.

Il est temps pour moi de me rendre sur les main stage pour Nashville Pussy qui nous délivre un rock n’ roll énergique et bien maîtrisé. Suivi de Shinedown. Ce métal radio s’écoute mais ne présente pas pour moi un intérêt majeur, c’est sympa à écouter mais sans plus. Je déguste donc quelques bières avec les amis, histoire de fêter ce premier jour de fête.

Je reviens donc sur les main stage pour voir Mass Hysteria, qui vient défendre sa nouvelle galette « Matière noire ». Ils envoient du lourd, les festivaliers sont à fond, le pit s »agrandi, nous y sommes enfin. L’aventure commence. Les cinq compères sont survoltés, portés par cette scène et ce public incroyable. Après ce concert, je fais une petite pause, pour me restaurer et profiter des retrouvailles.

Je reviens pour VOLBEAT, qui vient défendre leur dernier opus « Seal’s the Deal & Let’s Boogie ». Leur show est carré, millimétré peut être trop. Mais leur son est impeccable. Je suis placé au centre à quelques mètres des barrières, et fait le premier slam de ma vie, certes il n’était pas vraiment volontaire mais génial tout de même. Donc ce concert restera gravé dans on esprit. Ils reprennent tous leur tubes, comme « Lola Montez », ou « 16 dollars ». Ils ont fait le job, mais n’en ont malheureusement pas fait plus.

13413788_10153853810888681_8082031452048325258_n

Je reste sur les main stage pour voir les DROPKICK MURPHYS. Comment dire, c’était génial. Comme à leur habitude, le son est festif, les festivaliers conquis. Énormément de personnes bougent sur les rythme endiablé du groupe. Nous passons un super moment sur les airs de punk celtique et bien évidemment levons nos verres en hurlant. Quelle belle fête. The boys are Back….. et ils nous délivrent une excellente prestation.

La foule compacte se masse devant la main stage 1 pour l’arrivée de RAMMSTEIN. Je décide alors de rester en retrait. Des mouvements de foule commence a apparaître. Hieronymus me dira par la suite que c’était la bagarre!!! Le show débute par un compte à rebours. Les artifices commencent à apparaître dans le ciel. Les 17 camions de matériels sont alors justifiés. Le set est un mélange de nouveaux morceaux, mais surtout des tubes du groupe. Étant très éloignée de la scène, je n’ai pu apprécier les décors de scène et pyrotechnie, très peu retranscrite sur les écrans géant. J’ai toutefois appréciée la prestation du groupe.

La soirée se termine avec THE OFFSPRING, groupe phare durant mon adolescence. Le groupe a eu énormément de mal à se mettre dedans. Mais nous délivre au bout du tiers de la prestations un son de qualité. Nos avons pu dansé et chanté sur ses morceaux de notre adolescence.

Nous arrivons à la fin de ce premier jour. Nous retournons tranquillement au camping, et partageons un verre avec les amis avant d’aller se coucher pour entamer le second jour de concert.

A bientôt pour le live repart du DAY 2.

Xena

 

Please follow and like us:
error

Préparer son festival en six étapes

Les six étapes pour passer un Festival Métal heureux !!!!

Amis Métalleux, l’été arrive, cela veut dire que les festivals vont débuter. Dans le but de vous préparer à une si belle expérience, Métal in Franche Comté vous propose un top 6 des choses à préparer et à prévoir avant de partir sur les routes :

10511210_10152292907033681_5383097452312239603_n

1. Les préparatifs impératifs avant le départ :

N’oubliez pas votre place !!! Ça à l’air bête, mais c’est déjà arrivé. Le covoiturage est également préconisé, en effet vous dépenserez moins de pépètes et il y a des chances que vous passiez un voyage fort agréable à raconter des blagues, faire des quiz et mettre la musique à fond !!! Il vous faudra également vous munir d’espèces, et oui, la carte bancaire n’est pas prise partout, cela vous évitera de faire une queue de douze kilomètres devant le distributeur automatique de billets. Vous prémunir également de vos bouchons d’oreilles. En effet, si vous voulez écouter votre musique préférée pendant des années, il faut protéger vos petites oreilles, cela permet également de dormir plus sereinement et ne pas entendre les « apéééérooooo!!!! » intempestifs N’oubliez pas votre boîte d’Ibuprofène, magique pour les réveils douloureux. Et oui, les réveils post apéro qui n’en finissent plus, et ben, ça pique !!!!! Prenez des godasses qui ont déjà fait une décennie, celle dans lesquelles vous pouvez déambuler des heures sans avoir ma aux pieds!!

8585_10151564016453681_1600731715_n

2. L’emplacement du campement

Le plus compliqué est de réussir à faire sa petite place pour son immense campement, et oui on retrouve les copains rencontrés l’année dernière en festival. Ils viennent des quatre coins de la France et même d’ailleurs, il est donc inconcevable de ne pas créer un campement géant. Mais la guerre fait rage, certains ont réalisés des carrés de propriété à l’aide de sacs à dos. Je préconise de fouler les terres du camping muni uniquement de vos tentes. Cela permet de pouvoir faire un repérage plus facile des lieux, et évite le déplacement interminable à la recherche d’une terre accueillante avec des sacs hyper lourds. Là au moins, votre camp sera monté en deux temps trois mouvements !!!!

10483997_773384196017152_6773499115897033319_n

3. Préparer vos petits nids moelleux :

Et oui, il faut en emmener tout un tas de bazar. Le plus difficile est de trouver l’homme ou la femme de la situation qui a fait déménageur première langue, surtout quand il ou elle part avec une fille comme moi qui a besoin d’emmener sa maison en festival pour parer à toutes les situations, voir même les plus loufoques, par exemple emmener des fringues pour dix jours alors qu’on ne part que quatre jours. Surtout ne pas oublier de prendre le diable qui s’avérera très utile pour emmener tout votre barda jusqu’au camping du festival.

Pour ma part, j’ai opté pour un camping trois étoiles, à savoir la couette, les oreillers comme à la maison. Certains diront que je suis un peu folle, mais je m’en fiche. Il faut dire que les nuits sont très courtes, mais il faut faire en sorte que le peu de sommeil soit réparateur afin de profiter au mieux des dizaines de concerts qu’il vous reste à voir. Pour cela, il faut bien vérifier que votre tente soit étanche, ça vous évitera de voir passer votre matelas pneumatique devant vous flottant sur une marre d’eau (véridique!!!!). Le matelas pneumatique devra être bien épais. En outre, avant de le gonfler vérifier qu’il passe dans l’ouverture de votre tente. A défaut, il faudra le gonfler à l’intérieur de la tente. J’ai déjà vu un pote en galère car il avait gonflé son matelas pneumatique à l’aide du gonfleur branché sur son allume cigare, mais manque de bol une fois gonflé, impossible de le rentrer dans la tente. Le chargeur à pile, ou à batterie est donc une bonne alternative.

4. Gérer sa communication

Le plus difficile dans un festival est de retrouver toute sa petite bande. Souvent, nous désignons un repère géographique, tel qu’un arbre. « Bon ben à trois heures rendez vous sous l’arbre… » . Entre temps, on a rencontré de nouvelles personnes, on s’attardr devant un super groupe que l’on vient de découvrir, où on a bu l’apéro tellement de fois que l’on a perdu la notion du temps. Résultat des courses, on se retrouve esseulée dans ce très grand festival sans amis. Le meilleur est de gérer sa batterie de téléphone, en prenant deux téléphones par exemple, où en investissant dans un chargeur solaire. Par expérience, je recommanderais la première option car les chargeurs solaires sont très approximatifs.

5. Ne pas vivre comme tout le monde

Tous les êtres humains ont des rythmes biologiques similaires. Afin de vivre au mieux, en évitant les inévitables queue, il faut faire l’inverse de tout le monde. Décalez donc tous vos horaires. Cela vous fera gagner un temps fou pour les douches et pour vos repas.

6. Ménagez vos petits bidons

Et oui !!! Les festivals génèrent des épreuves particulièrement difficile pour vos intestins, et oui les quantités de bières et autres breuvages de toute nature, les sandwiches, les frites, les crêpes au chocolat , vont clairement agresser votre petit ventre. Donc faite en sorte de préparer votre organisme à cette épreuve difficile. Essayez également d’éviter de manger gras à tous les repas, cela vous évitera de courir et sauter des obstacles pour atteindre un champs car les commodités sont à l’autre bout du camping.

Voilà donc quelques petits conseils pour que vous passiez de très bon festivals !!!! En espérant vous croiser au détour d’une allée de camping. N’hésitez pas à poster des commentaires si vous pensez à des conseils fondamentaux pour passer un super moment !!!!!

Bons préparatifs!!!!

Xena

Please follow and like us:
error

CARMYN – One

CARMYN est une jeune femme pleine d’envie. Elle a lancé son EP il y a quelques temps maintenant. Il est composé de 05 titres qui sont très calmes. Elle maîtrise très bien son art, elle a composé et a écrit tous ses textes. Elle semble être une touche à tout, tantôt musicienne, créatrice de bijoux, danseuse… Elle n’est pas une novice dans le milieu, elle a chanté quelques années dans un tribute band de M. Jackson.

 

Carmyn

Elle a enregistré cet EP dans le DNI Studio de Cedric Guesdon sous la direction artistique de Obscure et Inspiration.

Le tout est plutôt bien produit, c’est clair. J’avoue que je préfère quand c’est un peu plus animé, mais la douceur ne fait pas de mal de temps en temps. Pour l’occasion, CARMYN s’est entourée du bassiste d’Alexandre Astier et par un des guitaristes du groupe T.A.N.K que j’affectionne particulièrement.

Les titres:

1- Betrayal

2- Light in The Dark

3- Disposable

4- Respect Yourself

5- Alienated

« Betrayal » a un son Hard Rock évident mais qui est clairement calmé par la voix chaude de CARMYN. Le ton de l’EP est donc donné. « Light In The Dark » commence franchement tout doucement et fait pensé à une mélodie à la Gun’s. C’est une balade très très douce. Cet EP est pour les coeurs sensibles amateurs de voix féminine au timbre chaud. Pour ma part, je préfère quand il y a plus de son. Mais il en faut pour tout les goûts.

« Disposable Love » et « Alienated » sont plus rythmés, donc plus Hard, mais je trouve cela encore « soft »

Cet EP est cohérent et réussi. Vous pouvez trouver les news de CARMYN sur son site internet et sa page facebook:

https://www.facebook.com/Carmyn-198491540196803/?fref=nf

A vous métalleux bonne écoute!!!!!

Xena

 

 

 

 

Enregistrer

Please follow and like us:
error

JUDAS PRIEST – Live « Battle Cry »

Judas Priest est une légende du heavy métal, appréhender une chronique de ce groupe est intimidant. Nous ne pensions pas les revoir dans la mesure où ils nous avaient offert une tournée d’adieu, mais visiblement les Judas Priest n’ont pas encore tiré leur révérence et comptent bien nous en mettre encore plein les oreilles. Il s’agit d’un live donné le 01 er août dernier au Wacken Open Air qui a suivi le 17ème album « Redeemer of Souls ». Cette tournée est la plus grande du groupe depuis c’est début. En effet, ils ont effectué 130 shows dans 33 pays différents. Une tournée donc complètement hallucinante. J’ai pu profiter de cette tournée au Hellfest 2015, ce fut un grand moment . Le groupe n’a pas perdu de son charisme avec son chanteur Rod Haldford.

 

Folder

 

Ce live est donc composé de 15 titres live et 03 titres bonus. L’intro de quelques seconde nous met dans l’ambiance. Le concert commence véritablement avec le titre « Dragonaut » de l’album REDEEMER OF SOULS et c’est parti pour du bon son heavy. Le groupe est vraiment bon en live. Dire qu’il y a de l’énergie est un euphémisme tellement le déluge de métal est appréciable. De leur dernier album nous retrouvons également « Halls of  Valhalla », « Redeemer of Souls ».

« Metal Gods » et « Breaking The Law »de l’album BRITISH STEEL de 1980, leur son n’a pas d’âge et ne prend pas une ride, c’est tout simplement affolant.

Place ensuite à « Devil’s Child », « The Hellion », « Electric Eye » et « You’ve Got Another Thing Comin’ de l’album SCREAMING FOR VENGEANCE de 1982 bien représenté dans ce live. J’ai une furieuse envie de danser comme une dingue dans mon salon. Ils savent vraiment faire le show. Les mélodies sont hyper accrocheuses, les solos une tuerie. Le combo reprend un titre de l’album de 1976, SAD WINGS OF DESTINY « Victim of Changes ».

Nous retrouvons également « Beyond The Realms Of Death », de l’album STAINED CLASS de 1978, puis « Jawbreaker » de l’opus DEFENDER OF THE FAITH de 1984. Hell Bent for Leather de leur album éponyme de 1978.

Et pour terminer ce live, le groupe nous offre un super « Paintkiller » de l’album éponyme de 1990.

Je recommande ce live pour les fans de Judas Priest, vous allez vous régaler. L’énergie du groupe est préservée malgré les années, pour mémoire le groupe a été fondé en 1969. Ces groupes sont tout simplement hyper impressionnant.

Bonne écoute à vous amis metalleux!!!!!

Xena

Please follow and like us:
error