Semaine la Guerre du Son : The Maniax

Crédit photo : Vilvain pictures

The Maniax est un groupe de Montbéliard, ils décrivent leur style comme du Crossover Rock’n’Roll.

Et c’est Valentin le bassiste qui nous en parle

Le groupe est programmé en dernière partie, sur la scène B, de la soirée du samedi.

1/ Tous les festivaliers ne vous connaissent peut être pas, pouvez-vous svp présenter le groupe ? D’où venez-vous, les origines du groupe, ses membres, etc. ?

Réponse :  Nous sommes The Maniax, nous venons du Pays de Montbeliard. Le groupe a été formé en 2017 par Kevin (Guitare), Rémi (Batterie) et Valentin (Basse) et Julian (chant) qui as rejoint le groupe en 2018 .

2/ Comment définiriez-vous votre musique et/ou quelles sont vos influences majeures ?

Réponse :Pour être simple, nous faisons un crossover Rock’n Roll, un mélange de Rock’n roll, de Surf, Rockab et Metal.

Nos influences sont assez larges, allant de Brian Setzer, Messer chup, en passant par Reverend horton heat, jusqu’à Nico Vega, Gojira et Avatar

 

 

3/ Quand vous serez dans la foule des festivaliers, quel(s) groupe(s) allez-vous regarder ?

Réponse :  Nous allons tres certainement aller voir Pogo Car Crash Control, Black Bomb A, Oomph !

4/ Racontez nous une ne anecdote avec le groupe lors d’un concert, festival, enregistrement studio ou autre ?

Réponse : Pour la petite Anecdote nous avions un autre chanteur au départ et nous avions fixé une date avec le studio où nous enregistrions. Un mois avant, notre chanteur est parti et nous avons croisé par hasard Julian 3 semaines avant d’entrer en Studio. Il a réussi à travailler et écrire les 4 chansons de l’EP en 2 semaines et à enregistrer les chansons quasiment en one shot !! Impressionnant.

5/ Quelle est votre actualité du moment et/ou vos projets des mois à venir (CD, clip, concert, etc.) ?

Réponse : Nous avons sorti notre EP le 14 février 2019 et venons de tourner un nouveau clip. Nous travaillons en parallèle sur notre futur album. Niveau concerts, nous avons fait une vingtaine de dates depuis janvier et jouerons avec L’esprit du Clan le 5 octobre à la Souris Verte à Epinal.

6/ Un petit mot pour les festivaliers et/ou les organisateurs ?

Réponse : Merci de nous permettre de jouer à la Guerre du Son et venez nombreux à 00h30 sur la scène B pour retourner la scène avec nous, on vous prépare plein de surprises.


7/ Si vous deviez citer ?

un concert marquant : les concerts de Meshuggah pour le show lumière

une belle rencontre artistique : ( Val) pour ma part Gautier Serre (Igorrr) avec qui j’ai eu l’occasion de discuter plus d’une demi-heure au bar artiste d’un festival.

une pochette d’album : 200 Motels de Frank Zappa (pour Kévin), Atom Heart Mother de Pink Floyd (pour Rémi)

« le/les » morceau(x) que vous écoutez en boucle  : Spaghetti Forever de Igorrr (Rémi)

votre première idole musicale :  Iron Maiden (Julian), Muse (Rémi)

Question facultative :

8/ Quel sera votre merch disponible sur place (t-shirt, CD, etc) ? Et pouvez-vous nous communiquer un autre moyen d’acquérir votre merch pour nos lecteurs qui ne seront pas présent au festival ?

Réponse : Nous avons des T-shirts et des CDs disponibles. Et pour ceux qui ne seront pas présents à la Guerre du Son, vous pouvez nous contacter via Bandcamp, ou par Facebook pour passer commande.

Please follow and like us:
error

Fête de la zik 2019 au Titty Twister

Le 21 juin est synonyme pour beaucoup de Fête de la musique mais les Metalleux retiennent surtout que c’est le Hellfest !
Alors pendant qu’une équipe de motivé.es couvre la messe du Metal de l’année, bibi reste avec Sly et Elo (plus son équipe de fous furieux barman, ingé son et petites mains pour le montage/démontage) pour organiser une date d’anthologie sur Besançon.
 
Oui Oui, pas parce qu’on est co organisateur mais bien parce qu’il y a eu un vrai événement Metal (au sens large) sur Besançon avec un public composé en grande partie de connaisseurs mais aussi de badauds venus prendre leur dose de décibels.
 
Sous une bonne chaleur, ce sont les Golbuth (fraichement formé), trio bisontin de Rock’n’Roll qui en sont, si je dis pas de bêtise, à leurs 2ème dates. Et même si il y a du pain (Boulangerie Pâtisseriiiiiiiiie….), l’énergie dégagée compense largement les erreurs techniques ! Musicalement, le tshirt Hellbats du chanteur guitariste donne une indication sur les influences, sa veste à patch des Turbojugend en est une autre. Bref Golbuth s’est du pur Rock’n’Roll dans sa droite tradition, sale, brut et pas méchant ! Ils m’ont d’ailleurs rappelé les copains de Full Throttle Baby !
 
Passons au duo presque légendaire de Besançon, oui légendaire car depuis que je suis en franche comté, on m’a parlé de Dracon mais je n’avais jamais pu les voir (on m’a expliqué que l’un des membres n’est pas toujours en France). C’est désormais chose faite. Et je dois avouer que cette attente s’est soldé par une bonne découverte. Si les premiers morceaux étaient plutôt orienté Metal, la nouvelle direction est carrément Black Metal. Et ça ce n’est pas pour me déplaire. Même si il est toujours surprenant de voir un duo sur scène, force est de reconnaitre que celui ci s’en sort bien. Oscillant entre Anaal Nathrakh, Emperor et la vague Post Black, Dracon propose une musique simple mais diablement efficace, on pourrait trouver à redire sur la voix parfois éraillé mais je suis presque sur que c’est une certaine volonté du chanteur. Je pense néanmoins qu’un bassiste serait une force supplémentaire.
 
 
Enfin, voilà que monte sur scène les Teutons de Torment Tool. Dire que nos thrasheurs allemands ont connu Besançon pendant leurs études (si je dis pas de bêtise) et ont surtout bien fréquenté le Titty, au point de revenir des années après pour notre fête de la musique. Et franchement, rien que pour ça respect ! Taper autant de km pour jouer sur une petite scène alors qu’ils sont plutôt habitués à jouer avec les grands du Thrash allemand (Tankard, Sodom, …). Et coté musique, un véritable panzer ! en 45 min ils ont tapé fort et juste. Le public a largement pogoté, chanté et soutenu un groupe qu’il ne connaissait pas il y encore quelques minutes avant. Une prestation scénique au poil et un groupe carré, le bonheur pour un photographe (mention spéciale au chanteur qui m’a fait de belles poses). Leur concert m’a tellement plu que je devais les remercier, ils ont donc eu droit à notre drapeau qui flotte maintenant sur l’Allemagne !
 
« 1 de 5 »
 
Après un tel concert, on se dit que les suivants vont avoir fort affaire pour égaler le niveau des teutons ! Mais nos Death Metalleux de Abyssal Ascendant ne sont pas des lapins de 5 semaines et ils sont déjà bien rodés sur scène. Leur Death ésotérique passe bien au niveau du public, qui les a déjà vu au PDZ ou à l’Antonnoir, et la bonne humeur du chanteur (qui parle souvent de chatte, un passionné de chat surement) maintient les metalleux en ébullition dans le pit. Leur set passe vite, trop ?
 
 
« 1 de 2 »
 
Changement de registre avec Je. Encore un duo qui a la bonne idée de mettre le batteur devant à coté du guitariste, bein oui quitte à être 2 autant occuper le devant de la scène. Et le style, défini par le groupe comme du Post Black, mets un peu de temps à se faire comprendre du public mais au fil des minutes on voit que la sauce prends (un peu plus sur le monsieur qui nous fait une danse pendant presque tout le set). Les samples rajoutent des ambiances vraiment mélancoliques à ce Black parfois ralenti, parfois blasté. Je reste toujours septique sur l’appellation post Black, pour moi le Black a toujours été hors des normes et n’a jamais hésité à sortir des sentiers battus dès ces débuts ! Alors pour moi Je fait du Black Metal ! Et de façon plutôt agréable !
 
 
« 1 de 2 »
 
Malgré l’heure tardive, il y a encore du monde devant le Titty quand les Bisontins (enfin plus ou moins) de Craÿ Crüe monte sur scène. Soyons franc j’ai toujours été un peu septique sur la qualité musicale de ce groupe (surement plus du à l’imagerie ado fan de Manson), mais j’ai été agréablement surpris pour l’énergie et même par les compos. Très influencé par Manson, Craÿ Crüe ne fait pas qu’imiter son idole, il arrive à proposer un style plus unique, ou se mêle musique gothique et indus, entre Depeche Mode et Nine inch nails. Et la boite à rythme (même si au début utilisé par défaut car pas de batteur) est un élément important du groupe et il faut continuer sur cette voie !!
 
 
Après une telle soirée, beaucoup irait se coucher mais qui dit organisation, dit rangement ! Et ce sont plein de petites mains bien fatiguées qui rangent jusqu’à 4 h du matin avec la satisfaction d’avoir participer à une des meilleurs fête de la musique de France ! rien que ça oui :!
 
Ce que je retiens de cette soirée, une équipe au top, Torment Tool a conquis Besançon, on m’a dit que si j’étais le dernier homme sur Terre, il serait bien tenté de me … et en sortant du Titty à 4 h du mat, au lieu de tomber sur un mec bourré, je me suis retrouvé nez à nez avec une fouine.
Please follow and like us:
error

Le Bal des Enragés chez Narcisse 28/04/19

Le Bal des Enragés a le public de chez Narcisse
Please follow and like us:
error

Fête de la zik au Titty Twister

Venez faire du bruit avec nous !

Vendredi 21 Juin 2019
Comme tous les ans, on s’associe à Sly et au Titty Twister pour honorer le Metal lors de la fête de la musique.
Et cette année, il y aura beaucoup de styles représentés !!
Un grand Merci aux allemands de Torment Tool qui nous font le plaisir et l’honneur de venir jouer sur notre humble scene 😉

running order (approximatif)

18:00 GOLBUTH
Punk Rock
https://www.facebook.com/Golbuth/

19:10 DRACON
Metal
https://www.facebook.com/DRACON-174213449294587/

20: 20 TORMENT TOOL
German Thrash-Metal
https://www.facebook.com/TormentTool/

21:30 ABYSSAL ASCENDANT
Cthulhu Mythos Death Metal
https://www.facebook.com/abyssal.ascendant.band/

22:40 JE
Post Black Metal / Shoegaze
https://www.facebook.com/Je.official.fr/

23:50 CRAY CRÜE
Rock / Metal
https://www.facebook.com/craycrueband/

Please follow and like us:
error

Fractal Universe – Rhizomes of Insanity

Nom du groupe

fractal universe

Album

Rhizomes of insanity

Label

metal blade

Date de sortie

2019

LA NOTE
9/10

Pourtant pas totalement Franc Comtois, Fractal Universe est lié intrinsèquement à MIFC. Valentin, le bassiste, est l’un des premiers à s’être intéresser à notre webzine, après une rencontre dans feu le BarAcat. Quand il a m’a parlé de son groupe en 2015, j’avais été agréablement surpris de la richesse et de la technicité du premier ep, Boundaries of reality. Alors qu’en sort ce nouvel album chez Metal Blade, je suis aux anges.

Entre temps, le groupe a sorti « Engram of Decline », premier CD que, honte à moi, je n’ai pas chroniqué. Il leur a permis de tourner et de jouer dans des gros festivals (Hellfest, Metal Days, …). Et donc en avril 2019, sort Rhizomes of Insanity. Le concept tourne toujours autour de la folie. Vaste sujet ! La musique de Fractal Universe étant elle même une folie, alternant passage sombre et envolée aérienne, brutalité et calme. On retrouve finalement cette dualité de l’Homme. Cet album étant tellement riche qu’un titre par titre s’avère utile.

Oneiric Realisations : le premier morceau est souvent essentiel, il donne souvent toutes les informations nécessaires. Le style, le son ! Et bien celui là respecte cette norme !! Si tout l’album est comme ça, on aura surement l’album du mois !! Tout y est, technicité, son cristallin, multiples voix !

Flashes of Potentialities : Le second titre s’envole en blast beat, une brutalité bienvenue qui tout de suite laisse sa place à une voix claire. Décidément Fractal Universe aime bien nous emmener dans des chemins torturés. Un petit solo (petit c’est pas le mot idéal) vient ornementer tout ça !

Rising Oblivion : Un début de morceau moins intéressant que les 2 premiers, Très mid tempo, la voix varie peu et donne un coté répétitif qui pousse à zapper sur le prochain titre.

A Reality to Foreclose : Encore plus calme dans son approche, avec une voix presque parlée, ce morceau part après dans un style à la Death mais encore une fois reste un rythme plus lent que le reste de l’album.

Masterpiece’s Parallelism : Attention, petit chef d’oeuvre !!!! Composé presque sur un thème purement musique classique, ce morceau est une violence et d’une technicité sans limite. Il tombe au bon moment de l’album après un passage plutôt calme !! Il relance la dynamique et pousse à écouter la suite !

Parabola of Silence :Plus mélodique, ce morceau reste dans la lignée du précédent. Décidément rien n’est à jeter pour l’instant. Je reste admiratif des riffs de guitare, je me demande comment des mains humaines font cela !!

Madness’ Arabesques : Aller, il fallait bien un titre que je n’aime pas. Et celui ci s’explique je pense par la folie qui y règne, les solos jazzy sont peut être trop pour moi. Loin d’être mauvais, mais un titre qui provoque un rejet.

Architectural Aberrations : On repart rapidement sur ce que Fractal Universe s’est faire de mieux, des morceaux oscillant entre brutalité et mélodie. Une vraie marque de fabrique qui les placent au niveau des Atheist et autre Cynic !

Fundamental Dividing Principle : le riff de départ est juste une petit tuerie, un son, une rythmique, un chant qui rapproche ce morceau du dernier album de Gojira ! et cette comparaison est totalement réfléchie, je la pose là car sans aucun doute, Fractal Universe a su se créer un style comme les Basques ont pu le faire. Et il se paye le luxe d’un solo de Saxophone !!

Chiasmus of the Damned : Car il faut bien finir un jour, le dernier titre est plus prog, plus calme. Il faut bien faire redescendre toutes les émotions par lesquelles cet album nous a fait passé.

Collective Engram : et finalement ce morceau accoustique achève le constat, Fractal Universe a sorti un album qui mérite son passage sur Metal Blade et qui va j’espère les envoyer aux 4 coins du monde.

Membres du groupe
Vince Wilquin – Guitar / Vocals
Hugo Florimond – Guitar
Valentin Pelletier – Bass
Clément Denys – Drums
 
Ville d’origine
Nancy, France
Please follow and like us:
error